[2017] Petit bilan d’octobre.

Carnet de lectures.

Magnetic island, Fabrice Colin (Albin Michel).

Cyan, 16 ans, est le fils d’Artus Fisher, célèbre réalisateur. Il vit en Australie, dans la villa de son père plantée en face de Magnetic Island, en compagnie de Senior, son grand-père, et de Divine, sa grande sœur de 18 ans. La vie de Cyan, en dépit des apparences, est loin d’être idyllique. Sa sœur jumelle, Holly, a disparu sur Magnetic Island alors qu’elle n’avait que 12 ans. Sa mère, France, a quitté son père trois ans auparavant et vit désormais avec son avocat. Senior est devenu un gros consommateur de drogues à la mort de son épouse. Artus n’est jamais là, et cela fait cinq ans qu’il essaie de boucler un film de SF pour lequel son studio a déjà dépensé des millions de dollars.
Alors, quand Divine disparaît, elle aussi, Cyan décide de tout faire pour la retrouver. Il n’a qu’une crainte, c’est qu’elle subisse le même sort que Holly, dont personne ne parle jamais et dont toutes les photos ont été arrachées des albums de famille. Dans sa quête de la vérité, Cyan découvrira bien des secrets de famille, dont certains, de fil en aiguille, l’orienteront vers la piste de celui qui a enlevé sa sœur. Et peut-être bien aussi sur la piste du secret qui entoure la disparition d’Holly…
Vraiment, ça partait bien. Et puis je ne sais pas si c’est l’ambiance ou les personnages, mais quelque-chose ne l’a finalement pas fait. Toute l’histoire nous est racontée par Cyan, qui vit dans une famille plus que brisée et dont chaque membre semble vivre sur sa propre planète. La disparition de Divine cristallise toutes les angoisses du jeune homme, déjà marqué par la disparition, 4 ans plus tôt, de sa sœur jumelle Holly – dont tout le monde semble se foutre royalement. Et donc il commence à creuser et à trouver un tas de trucs.
Le roman est court et fluide, oui, mais brasse tellement de sujets qu’ils ne sont, finalement, qu’effleurés et c’est bien dommage. Du coup, en vrac, il y a des secrets de famille, la question des liens familiaux ou fraternels, l’homosexualité, les violences conjugales, la folie, la fin de l’enfance, l’amour, l’amitié, l’addiction… Le portrait de cet ado qui sombre n’est franchement pas inintéressant. Mais trop de tout, c’est trop, et c’est un peu dommage. Même le twist final (pas si déconcertant que cela, au final), n’a su renverser la vapeur. Rencontre ratée, du coup.

Le Mystère du gang masqué, Ken Follett (Robert Laffont – R jeunesse).

Voilà un roman jeunesse que j’étais très curieuse de découvrir, puisqu’il a été écrit par Ken Follett… en 1976 ! (C’est sa première traduction en français.) Et ça a été une très bonne surprise !
On y suit Mick et Randy, environ une dizaine d’années, qui découvrent un accès aux studios de cinéma désaffectés près de l’immeuble de Mick. Celui-ci doit justement être abattu, comme les studios de cinéma, pour être remplacés par un luxueux hôtel, ce qui ne plaît guère à toute une partie de la population (des gens plutôt aisés comme le père de Randy, lui-même producteur de cinéma ou des gens modestes comme la mère de Mick et leurs voisins, qui vont être expulsés). Or, les deux garçons ne sont pas les seuls à traîner au cinéma : des hommes plutôt louches y ont aussi leurs entrées… des hommes qui pourraient bien être ces malfaiteurs qui cambriolent des banques ! Mick et Randy ne laissent pas passer une aussi belle occasion d’enquêter et se mettent en tête de démasquer les voleurs… bien qu’il s’agisse de très dangereux criminels activement recherchés.
Franchement, je n’ai pas boudé mon plaisir avec ce titre. J’ai retrouvé l’énergie qu’il y avait dans les aventures du Club des Cinq, au sens où il se passe toujours un truc : les péripéties s’enchaînent et, mieux, elles sont hyper crédibles ! Cela signifie donc que Mick et Randy, du haut de leurs 10 ans et quelques, ne règlent pas du tout en deux coups de cuiller à pot (il leur arrive même quelques bricoles). Le style est simple et fluide, sans être simpliste, ce qui était hautement agréable – et en plus de cela, le texte n’était pas vieillot pour deux sous. Un roman d’aventure vraiment chouette que je recommanderai sans aucun doute à de jeunes lecteurs (disons à partir de 9 ans).

Les oublis de septembre :

Je sais qu’en septembre j’ai dit que j’allais tout chroniquer mais, je vais me rendre à l’évidence : pour certains titres, je n’ai soit pas grand-chose à dire, soit une partie des détails s’est déjà enfouie dans les limbes de ma mémoire défaillante (ce qui va être le cas du deuxième titre que je présente, le premier relevant plutôt du premier cas de figure).

Marie et Bronia, Natacha Henry (Albin Michel).

Il y a deux ans, pendant la rentrée littéraire, j’avais lu Marie Curie prend un amant, un biopic d’Irène Frain, fondé sur l’étude des comptes de Marie Curie : et c’était passionnant ! Du coup, lorsque j’ai vu arriver la parution de Marie et Bronia, j’étais assez curieuse (d’autant que Natacha Henry est spécialiste de l’histoire des deux sœurs, auxquelles elle a également consacré une biographie).
J’ai beaucoup aimé qu’elle parle autant de Marie que de Bronia, sa soeur aînée, qui est (me semble-t-il) moins connue, et à tort. Elle est devenue médecin, sage-femme, a fondé avec son mari un sanatorium très en avance sur son temps en Pologne, a créé l’Institut du Radium… entre autres choses. Le roman s’intéresse aux deux femmes dès leur prime enfance : de fait, leurs brillants parcours scientifiques sont assez rapidement évoqués. C’est leur parcours avant leurs grandes réussites, ou les événements peu connus qui ont jalonné leur vie qui comptent le plus. Le roman fourmille donc d’anecdotes sur leur formation, leurs caractères, leurs vies privées. C’est passionnant. Néanmoins, j’ai trouvé que la narration était parfois un peu froide et distanciée, peut-être parce que les informations personnelles sur les deux femmes ne sont pas légion. Quoi qu’il en soit, c’était un roman jeunesse prenant et que j’ai trouvé très intéressant !

La Lectrice, Traci Chee.

Eh oui, je l’ai oublié. En même temps, j’ai abandonné, donc je n’ai noté ce titre nulle part, ceci explique cela.
Je suis partie dans ce roman pleine d’enthousiasme car, vraiment, le synopsis me bottait : c’est l’histoire de Sefia, qui a perdu ses parents, puis sa tante Nin dans des circonstances assez glauques, à cause d’un pauvre objet rectangulaire. Un livre. Or, si Sefia ne sait pas ce que c’est, c’est à juste titre : dans son monde, personne ne sait lire. La voilà donc lancée sur les routes à la recherche de ceux qui ont ruiné sa famille, en quête d’informations qui pourraient faire sens, de vérité et, évidemment, de vengeance. Honnêtement, il ne m’en fallait pas plus pour être appâtée : et j’étais même plutôt agréablement surprise de voir que tout cela tenait plus de la fantasy que de la SF (dont j’avais imaginé que le roman relèverait, pour je ne sais quelle obscure raison). Sauf que, rapidement, j’ai dû me rendre l’évidence : je m’ennuyais sec. C’est long et les péripéties sont loin d’être trépidantes. En plus, la narration laisse couver l’idée, quelque part, que cette pauvre Sefia a un traumatisme caché : on en parle à mots couverts, on tourne autour, et ce n’est jamais très loin. L’ennui, c’est que c’est Sefia la narratrice donc ses tergiversations n’ont pas vraiment de sens : elles en auraient eu si la narration avait été assumée par quelqu’un d’autre mais là ça faisait vraiment faussement mystérieux pour essayer d’attirer le lecteur, et avec moi ça n’a pas pris. Si j’ajoute à cela que j’ai trouvé l’ensemble extrêmement cliché (des prophéties, des bad guys vraiment méchants, des gentils vraiment gentils etc, etc.) et l’alternance entre le récit de Sefia et le récit qu’elle lit dans le livre (oui, parce qu’en plus, elle apprend à lire seule en deux deux) pas du tout équilibrée, vous aurez compris que rien n’est venu rattraper ma première appréciation. Sans compter que j’ai rapidement trouvé le récit d’aventures contenu dans le Livre nettement plus intéressant que les pérégrinations de Sefia et ce bien qu’on nous en livre des scènes au petit bonheur la chance et pas toujours liées entre elles. Dommage, non ?

Rayon bulles.

Super sourde,  Cece Bell (Les Arènes).

Au rayon BD, ce mois-ci, j’ai découvert avec un immense plaisir la BD autobiographique Super sourde, de Cece Bell. A l’âge de 4 ans, Cece est victime d’une méningite qui la laisse sourde. Quelques années plus tard, la voici prête à entrer à l’école, un événement qui peut être angoissant, qui plus est lorsqu’on est un enfant un peu différent (Cece porte en effet un amplificateur à écouteurs, relié à un micro que ses professeurs portent autour du cou). Du coup, la voici lancée sur une mission : se faire une véritable amie. Pas facile facile…
La BD est hyper touchante ! Cece est pleine de bonne volonté et, sourde ou pas, fait parfois des boulettes. En même temps, elle raconte ses aventures avec beaucoup d’humour, faisant appel autant de fois que nécessaire à Super Sourde, son alter ego super-héroïne qui la tire de toutes les situations problématiques dans lesquelles elle peut se fourrer. Le dessin est très coloré et l’histoire est pleine de tendresse. Gros coup de cœur pour cette petite BD vraiment bien tournée !

Côté ciné.

Blade Runner 2049 — Denis Villeneuve.

Difficile de passer à côté : la suite du Blade Runner de Ridley Scott vient de sortir, sous la houlette de Denis Villeneuve. Et, double bon point : si le film constitue une très belle suite au premier opus, il n’est pas absolument nécessaire d’avoir vu le premier pour suivre l’histoire, celle-ci étant brièvement résumée au début du film !
En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargée de trouver et d’éliminer ceux qui n’obéissent pas aux ordres des humains. Lorsqu’il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies…
J’étais un peu anxieuse en entrant dans la salle (j’avais peur que mes souvenirs du premier ne soient trop flous) et finalement j’en suis ressortie absolument enchantée ! Le film est assez long (2h43) mais je ne me suis pas pour autant ennuyée. Au contraire : c’est une histoire qui prend son temps pour se déployer, mais qui s’avère à la fois soigneuse et rythmée. Car si K sait à peu près où et comment chercher, les indices ne se révèlent pas toujours d’eux-mêmes et les personnes qu’il rencontre ne sont pas toujours de la meilleure volonté. Du coup, le film a un indéniable aspect de film noir mâtiné de scènes de baston pour le moins enthousiasmantes (même si elles sont peu nombreuses). Mais j’avoue que ce n’est pas ce qui m’a le plus emballée dans le film. Non, je citerais plutôt cette esthétique de fin du monde, ô combien réussie : ça fleure bon le désespoir et la désolation, que l’on soit un réplicant ou un humain – et peut-être même surtout si l’on est de ceux-là. On traverse des décors aussi sordides que grandioses et on ne peut pas franchement dire que le futur ait rendu l’humanité meilleure (je crois qu’on voit plus de gens dans la misère la plus profonde que de réplicants, c’est dire). J’ai également trouvé que l’histoire était éminemment poétique, ce qui m’a agréablement surprise. K se retrouve embarqué dans une quête qui va, assez vite, tourner à la quête des origines. Or, c’est un réplicant, donc vous imaginez bien que cela va remuer l’ami K, et pas forcément de la meilleure des manières. Mais, justement, l’obstination qu’il met à retrouver celui qu’il cherche, sans se perdre lui-même, est très touchante. À cela il faut ajouter un aspect du film qui m’a bien plus enthousiasmée que je l’aurais imaginé de prime abord : les questions sans réponses. Ah, des questions, avec ce film, on s’en pose des TONNES. Untel est-il un réplicant ? Telle autre est-elle une pure IA ou bien une IA consciencieuse ? La fin annonce-t-elle une suite ? Quid de l’avenir de tel ou tel personnage, plus qu’incertains ? Bon, je ne vais pas détailler trop plus, car mon énumération frise déjà le spoiler. Mais ce côté flou artistique, doublé de la fin très ouverte était vraiment très réussi.
À dire vrai, j’irais bien le revoir au ciné, tellement il m’a plu – fait suffisamment rare pour être noté.

Tops & Flops.

Je n’ai eu que des chouettes découvertes, ce mois-ci, ce qui est bien agréable 🙂
Les voici par ordre de lecture :

Pays rouge de Joe Abercrombie. C’était mon premier roman d’Abercrombie (bien que j’aie La Première Loi depuis des plombes) et j’ai vraiment vraiment adoré ce roman mêlant fantasy et western de la meilleure des façons. C’est âpre, violent, sombre, mais l’auteur tisse des personnages et une intrigue extraordinaires. Je lirai d’autres romans de l’auteur, c’est certain !

Premier coup de cœur du mois pour la bande-dessinée Bergères Guerrières du duo Amélie Fléchais et Jonathan Garnier. J’étais dubitative au départ, je l’avoue. Mais finalement, la BD m’a énormément plu avec son cadre fantasy original, ses jeunes filles qui tentent d’entrer dans l’ordre prestigieux des bergères guerrières… et ces jeunes garçons luttant pour l’égalité des droits !

 

Et deuxième coup de cœur (sans surprise ?) pour Les Libérés, quatrième et dernier tome de la série Les Fragmentés de Neal Shusterman. Ce dernier tome est tout aussi extraordinaire que les trois précédents : l’auteur trousse une dystopie post-apocalyptique extrêmement bien ficelée et qui a le mérite de poser d’excellentes questions sur notre société actuelle. J’ai attendu un long moment avant de finir la série, qui s’achève en beauté !

Citations.

« Être en vie, c’est avoir mal. Le reste est une grâce. »
Magnetic Island, Fabrice Colin.

***

« De l’autre côté de la table, Neta me lance un clin d’oeil. Je résiste à la tentation de lever les yeux au ciel – comme si je ne savais pas flirter… ça n’a rien de difficile, pourtant. Il suffit de jouer sur les trois cordes sensibles des garçons ivres en soirée :
1) de la bière
2) du sport (quel qu’il soit)
3) une bonne dose de sensualité
Et voilà, c’est plié.
Ce n’est pas sorcier, ça ne s’apparente même pas à un défi. Et soyons honnête… ce n’est pas franchement palpitant. »
A Good girl, Amanda K. Morgan.

***

« Vous vous connaissez à peine tous deux, mais vous vous détestez déjà. Si vous aviez enconné la même catin, nul doute que vous chercheriez à savoir lequel la besogna en premier, lequel lui donna meilleur plaisir, lequel la paya le plus grassement et lequel la ramona le plus longuement avant de la lustrer de son huile de rein. »

« L’obscurité est une absence de lumière. La mort une absence de vie. L’ignorance est une absence de savoir. La solitude, une absence d’autrui. Ce qui ronge l’homme ce n’est pas le Mal. C’est le Néant. »

« Et j’sais pas quel est le plus dangereux en définitive : un félon ou un fidèle abruti ? »
Sénéchal, Grégory da Rosa.

***

« J’appuie ma réponse d’un sourire pour être sûr qu’ils me laissent tranquille. Ça rassure toujours les adultes, un sourire, c’est comme si, dans leur tête, un enfant devait en permanence être joyeux et ne se préoccuper de rien. Dès qu’ils nous voient réfléchir ou rêver, ils s’inquiètent, persuadés qu’on prépare une bêtise. Bon, il faut avouer que c’est parfois le cas. »
Robin : à la dernière seconde, Manon Fargetton.

***

« Je ne trouve pas que tu aies l’air d’un tank.
– Merci, soufflai-je.
– Ou alors un petit tank, avec une petite tourelle, tu sais, un truc mignon. »

« C’était super*, résuma Célia en sortant de la séance.

* L’auteur précise qu’au moment où il écrit ces lignes, l’épisode VIII de Star Wars n’est pas encore sorti et qu’il s’agit donc d’une supposition basée sur la bande-annonce. Si ça se trouve, ce sera nul, auquel cas on partira du principe que les héroïnes ont mauvais goût. »
Le Cœur et le Sabre, Olivier Gay.

Publicités

[2017] Petit bilan de septembre.

Je n’ai pas été très assidue sur les chroniques, en septembre, mais j’ai pas mal lu – et je pense que je vais tout chroniquer, donc pas de carnet de lectures pour cette fois-ci !

Côté ciné.

Barry Seal.

Alors j’avoue, j’étais pas hyper hyper partante pour ce film, parce que je ne suis pas super fan de Tom Cruise. Mais il n’y avait pas grand-chose d’autre au ciné donc, zou, Barry Seal. Et j’ai pas regretté une seconde !
Donc c’est l’histoire de Barry Seal, Adler Berriman Seal, de son vrai nom. Car, oui, Barry Seal est un biopic, consacré à un pilote un brin casse-cou et trafiquant chevronné, travaillant également pour la CIA – en toute simplicité.
Le film dure à peine deux heures, mais ce sont deux petites heures bien remplies : les péripéties foutraques suivent des rebondissements échevelés et viennent tisser une intrigue qui aurait sans aucun doute ressemblé à du grand nawak si seulement ça n’avait pas été adapté d’une histoire vraie. J’ai donc regardé le film avec une sorte d’émerveillement totalement incrédule, me demandant jusqu’où ça allait aller (réponse : assez loin, quand même). Mais ça fonctionne, et c’est tout ce que je demandais. En plus de ça, Tom Cruise fait bien le job, donc ça ne gâche rien – les rôles de fondu du bulbe un poil casse-cou, il maîtrise. Bref, c’était une bonne surprise, je ne me suis pas ennuyée une minute, j’ai même ri à plusieurs reprises. Bon, je vais quand même râler un brin : pourquoi n’avoir pas traduit les parties en espagnol, hormis cette pauvre phrase qui ne changeait rien au schmilblick ? Mystère. Mais à part ça, c’était du fun du début à la fin !

Tops & flops.

Pas de flops ce mois-ci, mais un tas de découvertes hyper chouettes !

On commence avec Sans cœur, le quatrième (et avant-dernier :S) tome de la série Le Protectorat de l’ombrelle, de Gail Carriger qui était aussi drôle et loufoque que ce à quoi je m’attendais – et qui contenait un tas de bonnes nouvelles quant à l’univers, mais que je ne vais pas spoiler ici.

Ensuite j’ai lu The Crime, la suite de The Curse et, si j’ai eu un poil peur de la façon dont les choses avaient l’air de vouloir tourner au départ, Marie Rutkoski est vite revenue à la stratégie et à la politique, ce qui me plaisait nettement plus ! Et ce d’autant que ce tome était, comme le précédent, particulièrement riche en émotions.

Enfin, j’ai lu Erased : Re, le spin-off de la série Erased de Kei Sanbe qui vient clore la série de thriller uchronique sur une note à la fois mélancolique et poétique qui était du plus bel effet. Il n’est pas indispensable de le lire, mais c’était vraiment chouette de tourner ainsi la page de la série.

Citations.

« La voix de la comtesse Nadasdy était aussi chaude que du beurre et tout aussi onctueuse. Elle aurait pu faire rissoler des gens avec, si elle l’avait voulu. »
Sans cœur, Gail Carriger.

***

« Êtes-vous l’un de mes prétendants ? lui demanda-t-elle en le regardant droit dans les yeux.
Il lui rendit son regard. A quoi bon mentir, maintenant ?
– Lady Maria, je combattrais des dragons, je marcherais sur des charbons ardents, je traverserais la Vallée de la Mort, si je pensais avoir la moindre chance de conquérir votre cœur.
Cette déclaration la laissa sans voix. Elle avait grandi dans un monde différent du sien et était habituée aux discours fleuris, pas aux tirades passionnées. Elle comprenait à présent qu’elle avait fait naître chez cet homme droit un sentiment puissant, qui dépassait son contrôle. Il l’aimait de tout son être. »
Belgravia, Julian Fellowes.

***

« En 1900, il y avait trois cent mille éléphants sauvages dans notre pays, et cent mille captifs.
Aujourd’hui, il en reste deux mille toujours libres, et quatre mille sont nos prisonniers.
Combien faudra-t’il de temps pour qu’on ne voie plus une seule grande bête ailleurs que dans les zoos, et puis nulle part, nulle part que dans nos souvenirs ? »
La Loi du Phajaan.

***

« À la guerre, disait son père, les meilleures feintes sont celles qui n’en sont pas. Si tu veux distraire l’ennemi, l’empêcher de remarquer le piège que tu lui tends, les artifices que tu emploies, pour être efficaces, doivent être réels. »
The Crime, Marie Rutkoski.

 

[2017] Petit bilan estival

Une fois n’est pas coutume, c’est un bilan pour les deux mois de juillet et août que je vous propose (faute de temps pour faire celui de juillet). Mine de rien, j’ai pas mal lu, mettant à profit un tas d’heures de transport et quelques jours de vacances – bien méritées, de mon point de vue !

Carnet de lectures. 

Côté romans.

Dans la peau de Sam, Camille Brissot, éd. Syros.
Charlie est belle, populaire et pas toujours des plus sympathiques, n’hésitant pas à se moquer de Sam, le loser du collège dont tout le monde se moque. En même temps, tout le monde se moque de lui, donc c’est facile. Alors qu’elle est à la fête foraine, Charlie aperçoit Sam en train de s’introduire dans une caravane dont l’accès est interdit au public. Curieuse, elle le suit… et mal lui en prend. Car dans la caravane se dissimule une attraction secrète qu’ils expérimentent un peu par inadvertance. Et c’est le drame ! Car à la sortie, Charlie est piégée dans le corps de Sam, et vice-versa. Et pas le temps de se renseigner, car voilà déjà l’heure de rentrer, chacun chez soi. Objectif : donner le change et surtout, récupérer chacun son corps !
L’intrigue est très courte (le roman fait une petite centaine de pages) et bien menée : les adolescents sont vite et bien caractérisés et l’histoire démarre très vite. Evidemment, vous vous doutez bien que les personnages vont finalement se découvrir et s’apercevoir que leurs bisbilles reposent sur du vent. Mieux, Charlie (que l’on suit plus que Sam), s’aperçoit que la position du harcelé est vraiment atroce… ce qui va la faire réfléchir à ses actes. Sans être moralisateur, le roman amène à une réflexion et c’est parfait ! En bref : une intrigue assez classique, mais néanmoins particulièrement efficace !

On n’a rien vu venir, collectif (éd. Alice).
Des manifestations de liesse populaire ont lieu dans tout le pays : le Parti de la Liberté a gagné les élections…
Mais, très vite, le nouveau pouvoir exclut tous ceux qui s’éloignent un tant soit peu de la norme – les « mal-habillés », les « trop-fonçés », les « pas-assez-valide »…- et instaure des règles de plus en plus contraignantes : une heure de lever obligatoire pour tous, des jours de congés fixes, des choses que l’on ne peut pas dire, faire, manger ou porter… La liste des nouvelles lois et prohibitions s’allonge, les contrevenants sont traqués et des caméras de surveillance sont installés dans certains domiciles.
Comment en est-on arrivé là ?
Dans ce roman à 7 voix, 7 grands noms de la littérature jeunesse (Sandrine Beau, Séverine Vidal, Fanny Robin, Agnès Laroche, Annelise Heurtier, Clémentine Beauvais, Anne-Gaëlle Balpe) livrent un roman d’anticipation reposant sur les résultats des élections, mettant au pouvoir un parti d’extrême-droite dont l’arrivée est perçue de différentes façons par les familles que l’on suit : il y a celle qui a voté pour et qui se réjouit, ceux qui partent faire le tour du monde sur un voilier, ceux qui n’ont pas la bonne teinte et sont terrifiés.
Évidemment, dans le contexte actuel, c’est une lecture frappante. Et ce d’autant plus qu’elle est narrée à hauteur d’enfants, lesquels ont des réflexions percutantes. Un roman à lire et à relire et, surtout, à faire circuler !

La Mythologie viking, Neil Gaiman (Au Diable Vauvert)
Gaiman est fin connaisseur des mythes nordiques et ça se voit. Il les reprend en une quinzaine de nouvelles, allant d’avant la création des neuf mondes au Ragnarok. Au milieu, quelques 15 textes mettant en avant la sagesse d’Odin, l’impétuosité de Thor ou la rouerie de Loki, lequel finit généralement par s’en sortir sans égratignures.
La plongée dans la mythologie est très accessible : les récits sont courts, les péripéties s’enchaînent et les histoires, si elles se dirigent toutes clairement vers le Ragnarok, semblent pourtant légèrement déconnectées les unes des autres – idéal pour une lecture morcelée, donc. Malheureusement, j’ai trouvé les récits à la fois un peu courts et un peu trop superficiels ; j’avais l’impression que l’on restait toujours trop à la surface des personnages comme des péripéties. L’avantage, c’est que l’entrée en mythologie est facile et qu’on appréhende rapidement les particularités des mythes nordiques, d’autant que les péripéties sont limitées à leurs plus stricts développements – on ne se perd pas en circonvolutions inutiles. Une chouette plongée chez les dieux nordiques, mais qui m’a laissée un poil sur ma faim.

Rose givrée, Cathy Cassidy.
On ne présente plus Cathy Cassidy. Ou bien si ? Allez, vite fait. Elle est l’auteure de la série (jeunesse) au très long cours Les Filles au chocolat qui met en scène les aventures d’une famille nombreuse recomposée. Dans Rose givrée, on suit Jude, 13 ans, dont la famille l’embarrasse énormément : sa grand-mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer et éprouve une passion immodérée pour les écharpes de trois pieds de long qu’elle tricote n’importe où ; son père est un sosie officiel d’Elvis et ne trouve rien de mieux que de débarquer en costume de scène à la réunion parents-profs du collège ; sa mère, quant à elle, digère mal le naufrage de sa vie, le futur remariage du père de Jude, et s’est donc remise… à boire. On comprend donc que Jude tente au maximum d’éloigner ses camarades de sa famille ou de toute question trop personnelle. L’histoire ressemble à une chronique adolescente : on suit Jude dans la période plus que turbulente qu’elle traverse, marquée par des thèmes très forts (Alzheimer, alcoolisme, amour, deuil…). Le roman se présente sous des dehors acidulés mais s’avère, finalement, nettement plus profond qu’il n’y paraît. Mais Cathy Cassidy parvient à conserver une légèreté de ton bien appréciable qui rend à la fois le roman très accessible (pour de jeunes lecteurs) et pas trop déprimant (malgré quelques passages plutôt tristes). Bonne pioche, donc !

The Generations, tome 3, Alone, Scott Sigler.
On retrouve Em et les autres un an après la fin du tome précédent ; les Sauterels et eux ont noué une alliance et oeuvrent de concert sur Omeyocan, tentant de comprendre les machines dont dispose l’Observatoire. L’inquiétude règne pourtant : trois vaisseaux, plus le Xolotl, qui transporte les Adultes, font route vers la planète, avec des intentions manifestement belliqueuses. De plus, des Sauterels renégats, les Querelleurs, attaquent aussi bien leurs congénères que le peuple d’Em. Celle-ci constate en outre que les siens deviennent de plus en plus violents, et voient le meurtre comme une réponse acceptable au moindre problème… Se pourrait-il que le Dieu du Sang existe vraiment et qu’il attise la violence des uns et des autres ?
J’avais bien aimé les deux premiers tomes de cette série mais force est de constater qu’avec celui-ci, la sauce n’a pas pris. Au début, je me suis copieusement ennuyée. Pourtant, il se passe plein de choses ! Mais, pour une raison qui m’échappe, impossible d’accrocher aux aventures d’Em et compagnie. Comme dans le tome précédent, j’ai eu l’impression que l’action ne démarrait vraiment qu’une fois passée la moitié du roman (soit 300 pages, quand même, à l’issue desquelles j’étais plus lassée que véritablement intéressée). Une fois que celle-ci a été installée, j’ai eu du mal à accrocher à ce que vivaient les protagonistes ; non pas que ce ne soit pas inventif (c’est même plutôt très original !) mais je n’étais pas du tout dedans. Attention, je spoile dans la phrase suivante.
Je crois que l’aspect larve cosmique qui manipule tout le monde ne m’a pas du tout parlé.

Fin du spoiler.
Je me suis astreinte à le finir (des fois que…) mais la fin, quoique vraiment bien tournée, n’a pas réussi à m’emballer davantage.
◊ Dans la même série : Alive (1), Alight (2).

Rayon bulles. 

Un autre regard : trucs en vrac pour voir les choses autrement, Emma. 
Vous connaissez peut-être le blog d’Emma ? Elle y parle de tout un tas de sujets d’actualité, sur lesquels elle porte un regard réaliste, féministe et politique. Et elle vient de signer sa première publication papier, que j’ai lue cet été.
Premier constat : ça se lit extrêmement vite ! En fait, les illustrations sont celles du blog, sur fond blanc, donc de fait, c’est assez rapide à lire. D’autant qu’Emma expose les sujets assez rapidement et qu’elle va droit au but dans ses explications. Celles-ci sont évidemment subjectives, mais également réalistes car Emma se base sur des témoignages de personnes. Au fil des pages, il est question de violences policières contre les opprimé-es, de la charge du regard masculin (notamment en entreprise !), du mépris général que subissent les femmes (au niveau médical, social, personnel !) et d’un tas d’autres choses, de préférences pêchées dans les sujets tabous ou royalement ignorés par la presse généraliste. Et au final ? C’est drôle, vivant, hyper instructif et ça donne envie de se remonter les manches.

Culottées, tome 1, Pénélope Bagieu.
Pénélope Bagieu dresse les portraits de 15 femmes (d’origines et d’époques diverses) qui ont outrepassé les normes sociales dans lesquelles on aurait aimé les enfermer pour faire des choses extraordinaires : d’Agnodice, gynécologue de l’Antiquité grecque à N’zingha, reine Angolaise, en passant par Tove Jansson, la maman des Moomins, et Margaret Hamilton, terrifiante sorcière du Magicien d’Oz, elle brasse large. Chaque femme est croquée en deux-trois pages, dans un graphisme épuré (parfois trop à mon goût) et usant de peu de couleurs. Les portraits contiennent évidemment un tas d’infos passionnantes mais sont aussi drôles et enlevés – et pointent du doigt les incohérences de la société, au passage. L’ennui, c’est qu’un portrait en si peu de pages, c’est vraiment trop court, donc pas possible de creuser le sujet, malheureusement. Mais c’est une bonne entrée en matière pour découvrir plus avant l’oeuvre de ces pionnières !

Cinéma.

J’ai été un peu plus assidue au ciné cet été (bon, toutes proportions gardées, j’y suis allée deux fois, mais ça reste un bon score vu ma fréquentation dramatique des salles obscures en ce moment…).
Et dans l’été, je me suis fait violence, et je suis allée voir… Mission Pays Basque. Sans surprise, c’était moisi – et plus si affinités.
C’est donc l’histoire de Parisienne Blondinette qui fait un boulot chiant dans le commerce et qui débarque à Bayonne city (même si c’est Saint-Jean de Luz qui est filmé) pour racheter la quincaillerie du vieux Fernan, de préférence en l’entubant sec, puisque le cul-terreux n’y entend forcément rien en immobilier. L’ennui, c’est que le vieux n’a plus toute sa tête et qu’il ne sait plus trop où il range les 50 briques que Parisienne Blondinette lui a refilées sous le manteau en guise de promesse de vente (au cas où vous vous poseriez la question, non, ce n’est pas légal). D’ailleurs, il n’a même pas la possibilité de vendre sa boutique, vu qu’il est sous tutelle et que, pour ça, il faudrait s’adresser à Beau-Brun-Ténébreux-Basque-et-Célibataire, son neveu (chemise de bûcheron sur l’affiche, fabricant d’espadrilles et repreneur officiel de Luis Mariano. Qui a dit cliché ?).
Celui-ci n’est pas jouasse d’apprendre que la touriste espère implanter sa cochonnerie commerciale au pays et attend la donzelle de pied ferme – laquelle ne tarde pas à revenir, car son boss n’est pas content et son mec, qui est accessoirement son responsable et futur mari (spoiler : plus pour longtemps), non plus. Parisienne Blondinette débarque donc avec armes et bagages, lesquels contiennent en sus son futur (et très jeune) beau-frère, en stage pour préparer sa rentrée dans une école de commerce huppée et très chère (et à qui les scénaristes ont carrément consacré une histoire secondaire qui n’apporte rien, sinon de l’ennui). À compter de là, un seul objectif pour Parisienne Blondinette : conquérir Beau-Brun-Ténébreux-Basque-et-Célibataire afin de racheter une bouchée de pain la boutique et implanter sa supérette, de préférence en lui en mettant plein la vue avec sa supériorité de citadine – stratégie qui, on s’en doute, ne passe pas super bien : après tout, c’est un bouseux, et les bouseux, ça ne connaît rien au chic et choc.
S’ensuivent, à partir de là, une flopée consternante de clichés confinant à l’erreur, pour les biens de la prod’ (laquelle ne prend même pas la peine de corriger son abyssale connerie et s’y roule allègrement) : en vrac et dans le désordre, l’ours brun en goguette en montant à l’Atxurria entre Sare et Zugarramurdi (alors oui, il y a des ours dans les Pyrénées, mais là, certainement pas…) ; Luis Mariano ad nauseam (c’est vrai qu’il n’existe rien de plus moderne en musique en dehors de lui dans le coin) ; et, bien entendu, l’inévitable complot terrorriste orchestré par la Belle-et-Rebelle-Ex de Beau-Brun-Ténébreux-Basque-et-Célibataire-Plus-Pour-Longtemps-Non-Plus (pour laquelle le damoiseau a ÉVIDEMMENT fait de la prison. Parce que c’est bien connu, le Basque est forcément terroriste ET ex-taulard, sinon c’est du toc). Mais là, au moins, faisons contre mauvaise fortune bon coeur : les musulmans en prennent à peu près autant plein la gueule que leurs infortunés compagnons de clichés, puisque le-dit complot vise à fournir les premiers en armes automatiques. Tant qu’à faire, autant brasser large, hein, on n’est pas sectaires.
Je passe rapidement sur la fatidique romance cul-cul qui se noue entre Blondinette Parisienne et Beau-Brun-Ténébreux-Basque-plus-tellement-Célib’, parce que c’est tellement cliché que ça en devient fatigant de prévisibilité. Mais bon, vous comprenez, elle découvre subitement l’amour de la Terre et de la campagne et de l’air pur, plaque son boulot chiant et devient commerçante locale (pour diffuser ses petits producteurs amoureusement choisis) parce c’est tellement plus bio-bobo-écolo éthique et responsable. Et en plus, ils s’aaaiiiment. Mais que demande le peuple ?!
Bref. J’ai fait ma BA, on ne m’y reprendra pas – j’ai quand même noté qu’ils avaient sans doute eux aussi souffert sur Rencontre pimentée à Espelette et décidé de faire partager. Merci les gars, fallait pas. (Vraiment).

Heureusement, le reste était mieux.
Pendant la Nuit des Étoiles, vu que le temps n’était pas trop de la partie (ciel couvert), je suis allée voir Valérian et la Cité des mille planètes et je dois dire que j’ai passé un bon moment – même si j’ai pas mal grogné pendant le film.
Valérian et Laureline sont des agents spatio-temporels, mandatés par le Ministre de la Défense pour enquêter sur ce qui se cache au sein de l’Alpha, une extraordinaire cité intergalactique où se croisent des espèces venues de l’univers entier. En effet, ce qui se cache là semble être radioactif et en pleine expansion, donc autant dire que c’est pas glop.
L’histoire est un peu cousue de fil blanc mais menée à bon train, ce qui fait qu’à aucun moment je me suis dit que c’était long et pénible (premier bon point). Les dialogues sont vifs, il y a du suspens, des retournements de situation intéressants et, si le jeu des acteurs ne m’a pas toujours transcendée, Valérian est cabotin comme je l’imaginais. En revanche, je suis vachement plus circonspecte sur le rôle de Laureline qui tient lieu, au mieux, de side-kick dispensable (que Valérian va sauver, évidemment, parce qu’après tout, s’il n’y a pas de donzelle en détresse, Hollywood est grognon). Bon, et vous allez dire que je chipote, mais je n’ai pas tellement kiffé non plus l’armure de Laureline, qui semble en surajouter côté protubérances mammaires. Alors que les militaires ont toutes des gilets en kevlar plat, là, on ne sait pas pourquoi, elle a une armure avec des meules agressives. Sans doute pour terroriser l’ennemi ?
Heureusement, comme je le disais, on se rattrape sur la photographie : les combats sont cools (même si pas toujours faciles à suivre), l’univers tient visuellement la route et les aliens ont de la gueule. Mention spéciale à la longue scène montrant la construction de la cité des mille planètes, qui m’a tout l’air d’avoir été pensée comme un hommage aux grands films de SF et à leurs aliens respectifs. S’il y a une suite, j’irai la voir.

 

Au rayon séries, je me suis littéralement enfilé The 100, adapté du roman éponyme de Kiera Cass – lequel m’est, lui, littéralement tombé des mains tellement je l’ai trouvé chiant et mal écrit.
Il y a un petit siècle, un holocauste nucléaire a décimé la population terrienne ; les seuls survivants sont les 2 400 habitants des douze stations spatiales en orbite à ce moment-là, qui se regroupent pour n’en former qu’une : l’Arche. Trois générations nées dans l’espace plus tard, les ressources s’épuisent sur l’Arche et l’oxygène vient à manquer drastiquement malgré les mesures draconiennes prises pour assurer la survie (un seul enfant par famille, peine capitale sauf pour les mineurs, etc.). La direction prend donc la décision d’envoyer secrètement 100 prisonniers (mineurs, si vous avez bien suivi) à la surface de la Terre, afin de voir si celle-ci est de nouveau habitable ou non. Parmi les 100, Clarke, fille du médecin en chef de l’Arche, Wells, fils du Chancelier, Finn qui a grillé un mois d’oxygène pour offrir une sortie dans l’espace à sa copine, ou encore Bellamy et Octavia, seuls frères et soeurs de l’Arche qui vont devoir s’allier (ou pas) pour survivre et assurer la survie des leurs.
Pour ce que j’ai pu en voir, la série ne suit que d’assez loin les romans (ceux-ci tiennent sur quelques jours à peine par tomes alors que la première saison s’étale déjà sur un gros mois) et elle s’est révélée très prenante ! Le côté survival est rapidement mâtiné de polar et d’espionnage – car, évidemment, les 100 ne sont pas tous seuls et les autres ne les voient pas nécessairement débarquer d’un très bon oeil. Sans compter qu’ils ne sont pas forcément d’accord entre eux sur ce qu’il convient de faire et qu’ils peuvent s’opposer assez méchamment.
Dans les premiers épisodes, Clarke me tapait gentiment sur le système mais, le temps passant, je me suis prise d’affection pour elle. Les personnages sont vraiment soignés et proposent des personnalités à la fois tranchées et complexes. Ils sont souvent embringués dans des dilemmes moraux qu’ils résolvent à leur sauce, qui n’est pas forcément la nôtre mais qui est toujours intéressante.
L’univers est vraiment bien travaillé lui aussi : car les Terriens ont développé leurs propres sociétés, pour certains leur propre langue (j’ai trouvé que le travail sur la langue était d’ailleurs excellent) et leurs propres coutumes. Comme tout le monde essaie de survivre, je ne vous cache pas que c’est parfois assez trash – et je ne parle pas seulement de voir votre personnage favori succomber sous les coups de l’ennemi après avoir vaillamment lutté. Si les scénariste n’évitent pas quelques clichés du genre, dans l’ensemble, ils savent se renouveler pour proposer des péripéties intéressantes, qui ne tournent pas trop en rond et qui explorent quelques pistes traditionnellement délaissées (ce qui change un peu). La saison a été officiellement renouvelée pour une saison 5 (il m’en reste donc deux à voir) et c’est une bonne nouvelle !

Tops & Flops.

C’est un bilan sur deux mois, mais comme je n’ai eu que 3 lectures en demi-teinte, j’ai gardé le principe de la rubrique : 3 déceptions ou assimilés (dont je vous parle en premier), 3 chouettes découvertes.

Je l’attendais avec impatience, car le résumé me semblait prometteur : le premier tome de The Effigies, Les Flammes du destin (de Sarah Raughley) mais, malheureusement, le roman ne m’a pas tellement emballée. L’héroïne ne m’a pas toujours semblé bien crédible et la narration non plus (d’autant que c’est elle qui se charge de l’histoire). Néanmoins, l’univers était très intéressant !


J’ai déjà parlé des deux autres déceptions plus haut dans ce bilan ; je n’ai pas été tellement emballée par La mythologie viking de Neil Gaiman et par Alone de Scott Sigler qui, pourtant, se présentaient tous deux sous les meilleurs augures.

Côté excellentes découvertes, en revanche, j’ai été servie et il m’a même été assez difficile d’arrêter mon choix sur seulement trois titres. Je vais donc les présenter dans l’ordre des lectures.
J’étais très curieuse de lire la suite de Je suis Adele Wolfe, de Ryan Graudin, dont j’avais adoré le premier volume. Celui-ci a été à la hauteur de mes attentes (malgré l’absence des motos) et a carrément propulsé la série entière au rang de mes romans post-apocalyptiques favoris !

Ensuite, j’ai découvert un livre qui sort fin septembre, L’aube sera grandiose, un FABULEUX roman d’Anne-Laure Bondoux, que j’ai lu d’une traite, scotchée par l’intrigue hautement palpitante et les personnages plus qu’attachants qui l’animent. Je suivrai avec attention l’actualité éditoriale d’Anne-Laure Bondoux !

Enfin, j’ai lu cet été avec un immense plaisir le troisième tome des Récits du Demi-Loup de Chloé Chevalier, Mers brumeuses et quelle découverte, encore une fois ! J’adore cette série et chaque tome semble être un nouvel enchantement !
Si vous êtes curieux, Chloé Chevalier répond actuellement à une interview participative et au long cours ici chez Bookenstock ! (Vos questions sont les bienvenues).

 

Citations.

« Oh, beau tee-shirt, Inès, ajoute-t-il un brin railleur en le découvrant sur les épaules de la jeune fille.
– Merci. C’est près de chez moi, sourit Inès en montrant le logo du golf de Bassussary avec son index.
– Un peu touristique, non ? demande-t-il plus sérieusement cette fois. C’est le drame de l’Iparralde. C’est un paradis pour touristes mais les habitants, ceux qui y sont nés, y vivent, y travaillent, sont chassés toujours plus loin du fait du prix des terrains. »
Galeux, Bruno Jacquin.

***

« Il est systématiquement précisé (et souligné comme un fait inouï) que Wu Zetian était « redoutable », « ambitieuse » et « intransigeante ». Des traits de caractère communs (et valorisés) chez à peu près tous les empereurs de l’histoire… mais visiblement moins faciles à digérer chez une impératrice. »
Culottées, tome 1, Pénélope Bagieu.

***

« J’ai deux mules et trois maris. Je sais reconnaître une face obstinée quand j’en vois une… »
« Prydain, tu ne m’as pas menti. Ce ne sont pas les mots qui nous blessent le plus, mais bien les silences qui nous tuent. »
Boudicca, Jean-Laurent Del Socorro.

***

« Loki, déclara-t-il. C’est Loki qui a fait ça.
– Pourquoi dis-tu cela? […]
– Parce que, lui dit Thor, dès que quelque chose ne va pas, la première idée qui me vient toujours à l’esprit est d’y voir la faute de Loki. Ça fait gagner un temps considérable. »
La Mythologie viking, Neil Gaiman.

***

« Alexandre, dégageait une telle confiance qu’il parvenait à me mettre à l’aise.
Souvent.
Le reste du temps, j’avais envie de le gifler. »

« Comment réveille-t-on les princesses, d’habitude?
Je la gifle. »
Le Noir est ma couleur, tome 2, La Menace, Olivier Gay.

***

– Pourrais-tu regarder le moteur ?
A le voir, on aurait dit qu’il n’était capable de rien, à part se rendormir. Luka avait vu des plantes mortes possédant davantage d’aplomb.
Je suis Adele Wolfe, tome 2, Ryan Graudin.

***

« Vous pensez qu’ils l’ont tué ? demanda-t-elle d’un ton incertain.
– S’ils l’ont tué, je les tuerai, affirma Bluebell, qui avait envie d’occire quelqu’un. »

« Elle commençait à apprécier Lang, comme elle finissait par apprécier tout le monde. Rowan avait ce charme particulier qui faisait que les gens avaient envie de faire des choses pour elle. Depuis quelques semaines qu’il était arrivé, Lang lui avait déjà sculpté des poupées, l’avait aidée à remettre un oisillon dans son nid et s’était mis à quatre pattes pour qu’elle le chevauche comme un poney. »

« Après votre dernière visite, je l’ai trouvé triste. C’était à cause de vous ?
– J’ignore ce que Snowy a dans le coeur, marmonna Bluebell.
Cela arrivait parfois lorsqu’elle baisait un type : il tombait amoureux d’elle. Et pourtant, elle était moche comme une meule avec son nez cassé et recassé. Elle ne s’attendait pas à pareille réaction de la part de Snowy. Merde, il avait été son favori. »
Le Sang et l’Or, tome 2, Les Soeurs du feu, Kim Wilkins.

[2017] Petit bilan de juin.

Juin n’a pas été bien riche en lectures, finalement – la faute à Riverdale, qui m’a dangereusement envoûtée !

Carnet de lectures.

Le Peuple du chemin, Marion Achard.
J’ai pris, au départ, ce roman pour un roman historique mais, en fait, les événements qu’il narre se sont déroulés en… 2013. Et c’est bien ce qui est terrifiant.
On y suit l’histoire de Daboka, qui vit au fin fond de la  forêt amazonienne, au sein d’une tribu indigène qui, selon les saisons, change de lieu de vie. Un jour, alors qu’ils suivent le chemin traditionnel, leur route croise celle de bulldozers, en pleine campagne de déforestation : la forêt est coupée en deux par un ruban lisse d’asphalte. Malheureusement, les hommes de la compagnie forestière croisent la tribu… et la massacrent. Seules deux fillettes, Daboka et Loca, échappent à la tuerie. Elles sont recueillies par les habitants d’un village voisin : si Loca, très jeune, s’adapte assez vite à sa nouvelle vie, Daboka, elle, ne pense qu’à retrouver une tribu voisine (ses cousins), rejoindre sa chère forêt et retrouver sa liberté.
C’est un roman jeunesse, donc, mais d’une profondeur assez incroyable. Le récit est à la fois court et dense : il y a peu de pages, l’histoire est racontée vraiment simplement par Daboka, mais elle n’édulcore rien du tout – donc la scène de massacre est un poil trash. Au fil des pages, on découvre le sort réservé aux tribus amazoniennes, décimées au nom du capitalisme, du progrès et de la civilisation, par des personnes sans scrupules. Je ne vous cache pas que c’est donc assez triste. Par la suite, lorsque les deux fillettes sont recueillies, on voit leurs trajectoires différentes : Loca essaie vraiment de s’adapter, de grandir dans sa nouvelle famille, tandis que Daboka s’y refuse de toutes les fibres de son être. Évidemment, au bout d’un moment, il devient difficile pour elles de continuer à s’entendre, à être en harmonie… et c’est tout aussi triste que le reste. Malgré tout, le roman est très prenant et ne laisse pas une chape de plomb lorsqu’on l’a terminé ! C’est un récit qui m’a beaucoup plu, car il évoque des sujets trop peu médiatisés et des faits qui se déroulent de nos jours, dans la plus grande indifférence.
Mon seul bémol vient des dialogues en partie en espagnol, qui auraient mérité une petite traduction en note de bas de page.

Côté ciné.

Pas de sortie ciné marquante mais j’ai enfin découvert la série Riverdale dont on m’avait beaucoup parlé. Et je l’ai littéralement engloutie ! Mais avant tout, de quoi ça parle ?
Sous ses airs de petite ville tranquille, Riverdale cache en réalité de sombres secrets. Alors qu’une nouvelle année scolaire débute, le jeune Archie et ses amis Betty, Jughead et Kevin voient leur quotidien bouleversé par la disparition mystérieuse de Jason Blossom, un de leurs camarades de lycée. Alors que les secrets des uns et des autres menacent de remonter à la surface, et que la belle Veronica, fraîchement débarquée de New York fait une arrivée remarquée en ville, plus rien ne sera jamais comme avant à Riverdale… Je ne m’étale pas plus sur le résumé, car ce serait dommage de spoiler certaines révélations des premiers épisodes.
La première chose à savoir, c’est que la série est une adaptation libre des Archie comics – à ce jour non traduits en français. Si les comics exploraient plusieurs genres, la série se cantonne (pour l’instant ?) au réalisme et au polar. De fait, l’histoire mêle avec succès chroniques lycéennes et enquêtes corsées. Et, du coup, j’ai adhéré instantanément à l’histoire ! Celle-ci est narrée par Jughead, un des adolescents qui va être pris dans la tourmente : le procédé de la voix-off est assez léger, mais sait remettre de la tension pile quand il faut.
Ce qui m’a fait accrocher presque instantanément, ce sont les personnages : je pensais les avoir cernés assez vite (disons dès le 1er épisode), mais la série sait se jouer des clichés et des archétypes, ce qui est franchement prenant. Par ailleurs, si les personnages ont l’air un peu manichéens au départ, on s’aperçoit finalement que tout est bien plus compliqué qu’il n’y paraît. Au passage, ils sont merveilleusement campés par les jeunes acteurs, ce qui ne gâche rien.
Côté intrigue, pas le temps de souffler : si l’histoire est centrée sur l’enquête autour de la disparition de Jason Blossom, celle-ci va mettre au jour des tonnes de secrets (parfois inavouables) bien cachés : le suspense est présent de bout en bout. Et vu le cliffhanger final, j’ai grandement hâte de voir la saison 2, qui débarquerait en France aux alentours d’octobre !

Tops & Flops.

Dragon Blood, Anthony Ryan.
J’avais noté Blood Song dans un coin de mon carnet de lectures, mais je ne me suis jamais vraiment penchée sur la question. Du coup, je me suis rattrapée avec Dragon Blood et quelle riche idée j’ai eue ! Dès les premières pages, Anthony Ryan m’a happée avec un univers extrêmement riche, dans lequel se croisent des personnages qui semblaient tout droit sortis de mon enfance : ils ont un petit côté Indiana Jones, Miss Marple et James Bond réunis et c’est franchement réussi. Évidemment, il y a des dragons et, point bonus, le tout a un délicieux petit air steampunk qui n’a pas été pour me déplaire. J’attends la suite !

Shades of magic, V. E. Schwab.
Celui-ci, dès qu’il en a été question, j’ai eu envie de le lire, d’autant que Victoria Schwab était citée par Elbakin dans les plumes à suivre. Et là encore, pas de déception au rendez-vous : j’ai adoré l’univers (qui superpose quatre mondes dont le seul point commun est une ville appelée Londres), certains avec plus de magie que d’autres. Déjà, j’ai adoré ce concept et, surtout, j’ai d’emblée adhéré aux personnages, riches en nuances et sachant se détacher un peu des clichés qu’ils semblaient représenter. Bonne pioche, donc, et j’attends, là aussi, la suite ! (Notez que la trilogie étant déjà complète en V.O., cela ne devrait pas trop tarder).

La Mémoire de Babel, Christelle Dabos.   
Après l’avoir attendu de pied ferme, La Mémoire de Babel est enfin paru. Et ça a été (évidemment ?) un coup de cœur ultime et absolu. Pour ne rien vous cacher, j’ai même eu peur pour ma santé mentale tant le roman m’a fait passer par des phases violentes d’émotion et tant la dépression post-lecture a été puissante. Si le deuxième tome m’avait laissée quelque peu sur ma faim, celui-ci m’a immédiatement ré-attirée dans ses rets. J’ai volé de chapitre en chapitre, j’ai frémi, je me suis enthousiasmée, j’ai eu la gorge nouée et, pour finir, j’ai découvert un retournement de situation qui m’a laissée sans voix. Inutile de préciser que j’attends plus que jamais la suite – pas avant quelques années, malheureusement… et heureusement, Christelle Dabos souhaitant soigner la fin !

Citations.

« Pas à pas, nous avançons, nous approchant de l’odeur qui grandit et s’accroche à nous, chaude et écœurante.
Et quand la puanteur est totale, tellement forte qu’elle presse nos poumons et pique les yeux, l’impensable est devant nous.
Juste là.
Le chemin s’arrête.
Coupé en deux.
Par un ruban noir bleuté si large que personne ne pourrait par-dessus.
Si long qu’on n’en voit pas la fin.
Et quand je penche la tête pour mieux regarder, je constate que cette bande étrange se déroule et disparaît tout au bout de l’horizon.
La forêt se divise de part et d’autre du ruban.
Éventrée. »
Le Peuple du chemin, Marion Achard.

***

« Cette flotte comporte dix brûle-sangs, commença Trumane, l’Opportunité s’imposant de loin comme le plus rapide d’entre tous. Si nous plaçons la défense du Détroit au premier rang de nos objectifs, alors je suggère de les réunir en flotille d’assaut et de les dépêcher en avant-garde du corps de bataille.
– Une tactique audacieuse, assurément. […] Vous, là, tonna-t-il enfin. (Hilemore réprima un sursaut en voyant les yeux de l’amiral converger sur lui.) Hilemore, n’est-ce pas ? Je vous ai épinglé une médaille après cette pagaille dalcienne, l’année dernière.
– Oui, amiral, répondit Hilemore en se mettant au garde-à-vous.
– J’ai servi sous les ordres de votre grand-père, vous savez, reprit l’amiral tout en vrillant à nouveau son regard sur Trumane. Jack Racksmith, dit la Terreur des mers… Le plus grand navarque de l’histoire du Protectorat. A votre avis, qu’aurait-il pensé de l’intrépide stratagème de votre supérieur ?
Hilemore fut tenté de s’en tenir à une réponse aussi courte qu’évasive, mais comme toujours, l’appel du devoir lui imposa la franchise :
– Mon grand-père n’évoquait que rarement ses exploits, amiral. Un jour, néanmoins, je lui ai demandé quelle tactique il avait employée à la bataille de la baie d’Espar, que beaucoup considèrent comme sa plus grande victoire. Il s’est contenté de me répondre : « Aux chiottes la tactique, mon petit. Personne ne peut se payer le luxe de réfléchir quand les canons se mettent à chanter. » (Il regarda l’amiral droit dans les yeux.) En résumé, amiral, je pense qu’il aurait applaudi la suggestion du capitaine. »

« Elle s’empara alors de l’Araignée dans son sac à main, l’enfila sur son bras et tira le Murmure de l’étui passé à sa cuisse. Il lui arrivait, dans ses rares moments de désœuvrement, de se demander comment les femmes ordinaires pouvaient bien vaquer à leurs occupations malgré ces dessous ridicules que leur imposait cette époque prétendument moderne. »

« J’ai survécu à la révolution, à la guerre et à plus d’une décennie sur ce continent, déclara le burgrave d’une voix songeuse. Mais par tous les spectres des cent empereurs, je crois que la paternité aura ma peau. »
Dragon Blood #1, Le Sang du Dragon, Anthony Ryan.

***

« Je vous prie de m’excuser pour mes actes de ce soir-là. Je n’étais pas moi-même.
– Quant à moi, je vous prie de m’excuser de vous avoir tiré dans la jambe. J’étais moi-même.
– Elle me plaît bien, dit-il à Kell, son sourire charmeur aux lèvres. je peux te l’emprunter ? »
Shades of magic #1, Victoria E. Schwab.

***

« Excusez-moi, je ne suis pas comme mon père, qui connaît les us et coutumes des autres arches. Nous ne faisons pas de différence entre les sexes ici. J’en déduis que chez vous les hommes ne portent pas de tenues comme la vôtre ?
Ophélie se fit violence pour ne pas imaginer Thorn en petite robe grise. »

« Il m’a fallu plus de deux ans pour mettre en place des groupes de lecture qualifiés afin de passer au crible toutes les collections. Le premier ouvrage que vous prenez par inadvertance est le bon. Votre propension à malmener les statistiques est effrayante. »

« Ophélie avait vécu des situations peu banales au cours de sa vie. Écouter la radio dans la même pièce qu’un tigre à dents de sabre y figurerait désormais en bonne place. »

« POSEZ-MOI UNE QUESTION, déclara la statue.
– Le terminus du tramway du marché?
– LA CHANCE SOURIT AUX AUDACIEUX.
– Les objets perdus ?
– UNE BONNE JOURNÉE COMMENCE PAR UNE BONNE NUIT.
– La XXIIe Exposition interfamiliale ?
– UN TIENS VAUT MIEUX QUE DEUX TU L’AURAS.
– Merci quand même. »

« Le trajet jusqu’au Mémorial lui parut atrocement long et abominablement court. Ses pires craintes furent confirmées quand elle vit une patrouille de vigiles la guetter sur le débarcadère. Ils n’étaient pas armés – ce seul mot constituait un délit -, mais ils n’avaient pas besoin de l’être. C’étaient tous des Nécromanciens, les maîtres de la température, capables de pétrifier de froid d’un seul regard. Ils étaient aussi d’excellents fabricants de congélateurs. »

« Alors ?
– Alors, rien, ricana Parrain avec un haussement d’épaules. Fut une époque où j’aurais convaincu la première venue de m’accompagner jusqu’au bout du monde. J’aurais pu utiliser mon vieux truc, dit-il en tapotant la larme noire entre ses sourcils, mais je me suis promis de ne plus jamais le faire sur Berenilde. Elle doit avoir raison, je commence peut-être à grandir. Quelle horreur… »
La Mémoire de Babel, Christelle Dabos.

 

[2017] Petit bilan de mai.

Au mois de mai, il y a eu les Imaginales et, encore une fois, c’était un excellent week-end, l’occasion de rencontrer auteurs, copinautes et lecteurs dans les allées du parc spinalien du cours. En plus, le soleil était de la partie, du moins pour les deux jours que j’y ai passés, donc c’était vraiment chouette.
Pas de carnet de lectures ce mois-ci car, comme en avril, je chroniquerai toutes mes lectures – un de ces quatre.

Côté ciné. 

Sword Art Online : Ordinal Scale.
Ce mois-ci, je suis allée voir l’adaptation pour le cinéma de Sword Art Onlineun light novel que je n’avais pas spécialement adoré, mais dont l’univers fait un tabac – il y a un manga, un anime, etc. Donc, direction le cinéma, pour une histoire inédite, portée à l’écran sous la forme d’un film d’animation. De ce point de vue-là, c’est hyper réussi : les images sont belles, les animations aussi – mais la scène finale part un peu trop tous azimuts pour être parfaitement compréhensible.
Hormis cela, j’ai retrouvé le sexisme assez exaspérant que j’avais déjà noté dans le light novel : Kirito ne branle rien de tout le film, c’est Asuna qui gère mais c’est quand même à lui que revient l’honneur et le privilège de sauver tout le monde à la fin – et Asuna parce que, évidemment !!, il y a une damoiselle en détresse. Je savais à quoi m’attendre, mais ça ne m’a pas aidée à être plus encline à laisser passer ce genre de choses.
Quoi qu’il en soit, si l’univers de SAO vous botte, le film devrait vous plaire car l’intrigue est très inventive et assez prenante, malgré tout – donc même si certains points m’ont bien bien bien gonflée, j’ai passé un bon moment.

Tops & flops. 

Du côté des seconds, je suis restée un tantinet sur ma faim avec Les Écailles d’orle deuxième volet de la série de bande-dessinée Yin et le dragon, signée par le duo Richard Marazano et Xu Yao. L’histoire est toujours aussi prenante, car elle mêle à merveille Histoire et trame fantastique mais j’ai trouvé que ce tome était mené sur un rythme un peu indolent et qu’il n’était guère plus qu’une transition. Intéressante, certes, mais pas aussi palpitante qu’escompté.

Alléchée par l’excellente lecture qu’avait été la trilogie Legend, j’ai lu la nouvelle série de Marie LuYoung Elites mais, là aussi, j’ai été un peu déçue : je n’ai adhéré ni au personnage principal, ni aux frontières de l’intrigue. J’ai trouvé que les personnages n’étaient pas toujours en adéquation avec leurs actes et motivations, ce qui était un peu dommage.

Heureusement, il y a eu un tas de belles découvertes parallèles à ces petites déceptions.

J’ai adoré lire Water Knife, de Paolo Bacigalupi, qui a une fois de plus réussi à m’embarquer très efficacement dans son univers ô combien désertique et aride, dans lequel se débattent des personnages en proie à un destin qui se joue d’eux comme de marionnettes. Un grand roman d’anticipation, qu’un certain président américain ferait bien de lire avant de s’aviser de continuer à nous polluer.

Ensuite, j’ai enfin découvert La Fille aux cheveux rougesle premier tome du Projet Starpoint, écrit par Marie-Lorna Vaconsin et j’ai adoré ma plongée dans cet univers d’une grande originalité et aux reflets steampunk bien agréables. L’histoire est un peu folle, complètement fantastique (voire un peu science-fictive) et d’une incroyable efficacité. J’ai hâte de lire la suite !

Enfin, j’ai eu un gros coup de cœur, ce mois-ci, pour Les Seigneurs de Bohenle dernier roman en date d’Estelle Faye – dont j’avais adoré la trilogie La Voie des oracles. Cette fois, elle nous embarque dans un roman de fantasy épique, une plongée incroyablement prenante dans la décadence d’un Empire rongé par la base. Génial !

 

Citations. 

« Tu crois que j’ai envie de bosser pour un autre bureau juridique de défense de l’eau ? Je vais pas rester un gratte-papier toute ma vie.
– Tu n’as pas vraiment le choix. Il n’y a pas grande monde pour t’offrir un billet de sortie pour l’Arizona.
– Tu sais, Lucy, parfois je pense que tu es la personne la plus intelligente que je connaisse et, soudain, tu dis quelque chose comme ça et je me rends compte à quel point tu es conne. Tu penses petit.
– T’ai-je déjà complimenté sur tes qualités sociales ? demanda Lucy.
– Non.
– Bien. ça aurait été un mensonge. »
Water KnifePaolo Bacigalupi.

***

« Elle parla des familles, des enfants qui mouraient sur les berges, dans les taudis inondés près du fleuve. Des miséreux que les gardes refoulaient, sans fin, des places et des jardins de la haute ville où ils tentaient de trouver un abri. Elle évoqua la crue qui approchait, plus terrible encore que les précédentes. Alors, cette fois, les pauvres n’iraient pas mendier pour un coin de terre spongieuse dans le préau des puissants. Cette fois, ils allaient prendre la place les armes à la main. Ils allaient marcher sur le Palais d’Ambre Vert. Après tout, depuis que les margraves avaient fui la ville, il y avait des logements vacants là-bas. Sigalit parlait et le fleuve semblait gonfler dans sa voix, les cailloux du fond de l’eau roulaient dans ses paroles, sous la bruine qui frappait la cour de La Sirène. »

« Assise sur son trône barbare dans le castel près de la boucle du fleuve, dans le demi-jour obscurci par l’averse, la princesse Yule, abbesse de Serna Chernik, contemplait le pendentif qu’elle portait depuis plus de vingt ans, l’étoile en lirium de l’Eglise, comme si elle le voyait pour la première fois. L’éclat du métal précieux était à peine terni par la pénombre, par l’atmosphère cafardeuse entre les vieux murs. Des hommes mouraient pour ce métal, par milliers, par millions sans doute au fil des âges. Tant de morts que c’en était vertigineux, même pour un cœur bien trempé que celui de Yule. On tuait pour lui, aussi. Ce métal coulait jusque dans les fondations de l’Empire. La princesse inclina le bijou, et un instant celui-ci accrocha le faible soleil qui filtrait par la fenêtre. Un rai de lumière semblable à un sanglot céleste glissa à sa surface. Un spectacle splendide, certes, mais l’on pouvait percevoir autant de grâce sans doute dans un bourgeon de fleur fraîche, un crépuscule sur la lande, un reflet turquoise dans l’océan… »

« Heureusement que c’est toi qui es coincé dans mon crâne, soupira Sainte-Étoile, et pas l’inverse. Tu ferais une moins bonne façade sociale que moi. »
Les Seigneurs de Bohen, Estelle Faye. 

*** 

« C’est curieux, comme ce sont les petits gestes qui tracent les plus grands sillons dans nos cœurs. »
À durée déterminée, Samantha Bailly. 

 

[2017] Petit bilan d’avril.

Je n’ai pas énormément lu au mois d’avril (mais tout était très cool !), du coup, il n’y aura rien dans le carnet de lectures (tout sera chroniqué ou l’a déjà été) !

Côté cinéma.

13 reasons why.

C’était (j’ai l’impression) LA grosse sortie de Netflix de ce début d’année et j’étais assez curieuse de la regarder, ayant lu le livre il y a quelques années. Celui-ci m’avait laissé une très désagréable impression et je m’aperçois que ma chronique d’alors ne reflète qu’à peine le sentiment que j’en garde aujourd’hui – je ne sais pas si j’ai édulcoré à l’époque ou si mon sentiment n’a fait qu’empirer au fil du temps.
Bref. Quoi qu’il en soit, je suis ressortie de la série avec la même impression qu’en refermant le bouquin : que l’on banalisait complètement le suicide et les traumatismes subis par les adolescents (harcèlement scolaire, violences sexuelles, etc). J’ai trouvé le message assez violent et une sorte de détachement assez désagréable (je suis ressortie de là avec le même sentiment qu’à la fin du livre, avec l’idée que le message était : « Ta vie est naze ? Suicide-toi, il n’y a rien d’autre à faire ! »).
Ceci étant, dans cet enchevêtrement de messages contradictoires, il faut noter l’excellent jeu des acteurs et, pour le coup, l’adaptation vraiment excellente. Peut-être que je regarderai à nouveau cette série, plus tard, lorsque j’aurai un peu décoléré.
D’ailleurs, Netflix annonce d’ores et déjà une saison 2 : je suis assez curieuse de savoir ce qu’ils vont faire, surtout que l’histoire est terminée !

Lion.

C’est l’histoire de Saroo, un enfant de 5 ans vivant dans le (tout petit) village de Ganesh Talai (région du Madhya Pradesh), en Inde. Un jour, alors qu’il accompagne son frère aîné, Guddu, dans un petit boulot, il monte dans un train à quai pour dormir blotti sur un siège. Malheureusement, le train démarre durant son sommeil et Saroo se réveille un peu tard. Il voyagera près de deux jours dans le train fermé, jusqu’à la gare de Calcutta. Là, il va errer dans les rues jusqu’à finir dans un orphelinat, où il sera adopté par un couple d’Australiens, les Brierley, chez qui il coulera une enfance heureuse. À l’âge adulte, poussé par l’envie de savoir, il se lance dans la colossale tâche de retrouver sa famille biologique, seulement armé de ses quelques souvenirs visuels, de sa prononciation hasardeuse du nom de son village … et de Google Earth.
Le film est porté par Dev Patel (Saroo adulte) et Sunny Pawar (Saroo enfant) ; c’est assez difficile de ne pas être charmé par la petite bouille et les quenottes de Sunny Pawar et par son histoire tragique. Le film est (sans surprise) incroyablement émouvant car il retrace la douloureuse quête d’identité de Saroo : les petites réussites, les échecs et la façon dont sa recherche va, peu à peu, l’obnubiler et le couper de tout son entourage. ça l’est d’autant plus lorsqu’on se rappelle que tout cela est tiré d’une histoire vraie. D’ailleurs, ça sanglotait sec dans la salle. Un film que je ne regrette pas d’être allée voir !

Citations.

« Je savais que vous nous espionniez.
– Je m’en doutais, répondit la jeune fille, trop excitée pour se sentir coupable. Et, pour ta gouverne, je pense que tu as fait le bon choix. Vous êtes si…
– Je vous rappelle que tout commentaire de votre part sur ma vie sentimentale me donne la permission de discuter garçons avec vous, l’interrompit Sandor. Je compte sur votre discrétion. Ce n’est vraiment pas le moment de révéler ce genre de secret. »
Projet Polaris, Shannon Messenger.

***

« Sa connaissance des livres et de l’histoire de la littérature est extraordinaire, mais j’ai tendance à oublier que tous les amoureux des livres ne sont pas forcément des gens bien. »

« Les énigmes ainsi que les casse-tête étaient amusants, et elle dévorait les livres, mais c’était le côté chasse au trésor qui l’avait rendue accro à ce jeu. Elle aurait pu emprunter des livres à la bibliothèque et acheter des magazines de casse-tête dans les kiosques à journaux. Mais la combinaison des deux avec la chasse en prime était comme de jouer à un jeu de société grandeur nature, avec un livre en récompense. »
Chasseurs de livres #1, Jennifer Chambliss Bertman.  

***

« Nous sommes ceux que personne n’attendait.
Miracle, anomalie, fruit du hasard… Bien des mots ont été prononcés, utilisés pour qualifier notre venue en ce monde – du moins quand vous vous êtes enfin rendu compte de notre présence.
Longtemps nous nous sommes cachés dans le brouillard persistant qui embrumait ce siècle de fer et d’acier. Des silhouettes floues entraperçues l’espace d’un instant avant de disparaître. Le temps de fixer votre regard, de tourner la tête en notre direction, il était trop tard. »
Ferenusia, Cindy van Wilder. 

***

« Et tu trouves ça normal ! La liberté aussi, tu trouves ça normal. Et la mort, pour toi, pour tout le monde ici, c’est injuste. Mais ailleurs dans le monde, c’est la mort qui est normale. Et la vie, c’est un accident ! »

« Il lui paraît déjà inaccessible. Elle n’ose même pas signaler qu’elle est réveillée. Elle se contente de l’observer en secret, pour retarder le plus possible ce moment où il n’y aura plus rien à se dire.
Une pensée étrange lui vient : ce qui sépare le plus deux êtres humains, ce n’est pas l’âge, la langue, la fortune ou la culture.
Ce qui les sépare le plus, c’est la souffrance qu’ils n’ont pas partagée. »
Rage, Orianne Charpentier.

 

[2017] Petit bilan de mars.

Et voilà le mois d’avril ! Le mois de mars a été riche en bonnes découvertes, un peu moins en brèves, en raison du Salon du Livre de Paris ; il a également été l’occasion de revenir sur 10 héroïnes très inspirantes, le 8, pour la journée de lutte pour les droits des femmes. 

Carnet de lectures. 

Rayon romans.

Cœur piment, Les Filles au chocolat #6.5, Cathy Cassidy.
Cette fois, c’est bon, c’est le dernier tome de la saga (et il est tout petit, littéralement : il est physiquement plus petit qu’un poche !). Comme c’est un « spin-off », il n’est pas question d’une des frangines de la fratrie, mais d’Ash, le petit ami d’Honey, qu’elle a rencontré lors de ses vacances chez son père, en Australie. Je me souviens que j’avais beaucoup aimé les aventures d’Honey, car elle se posait des tas de questions et l’ensemble était bien plus mature que les premiers titres. Ash, lui aussi, se pose pas mal de questions car il n’est évidemment pas facile d’être un jeune Australien en couple avec une jeune Britannique. Voyez plutôt :
près avoir passé deux merveilleuses semaines à Tanglewood, avec Honey, Ash a repris son tour du monde. Le voilà maintenant en Europe, direction Paris ! Mais le cœur n’y est plus. Il ne retrouve pas l’excitation de ses premiers mois de voyage : Honey lui manque trop, et sans elle rien n’a plus d’intérêt. Il n’y a que lorsqu’il lui raconte ses visites et ses impressions par mail qu’il se sent heureux. C’est pourquoi la perspective de rentrer bientôt en Australie alors que Honey reste en Angleterre, inquiète Ash… Et si elle finissait par l’oublier ?
Bon, vu que la nouvelle est hyper courte, pas de chichi, on commence direct avec les questionnements intenses du jeune homme, sans aucun détail sur le voyage qu’il a entrepris ou ses aspirations – outre le fait que le-dit voyage a perdu de son intérêt, car il ne fait que penser à sa dulcinée et à la façon dont il lui racontera ses aventures. On retrouve, de fait, ce qu’on avait dans les premiers tomes : une petite histoire légère et mignonne mais certainement pas inoubliable (et sans doute assez dispensable).
Comme toujours, le volume se termine avec un échantillon de recettes en lien avec le titre, ce qui est toujours assez sympa pour les amateurs de pâtisseries !

Nicolas Eymerich, inquisiteur, Valerio Evangelisti (Intégrale, Le Livre de Poche, 2016).
Mars a aussi été synonyme de la lecture d’un énooorme pavé, le premier omnibus des aventures de Nicolas Eymerich, inquisiteur de la Sainte-Inquisition espagnole. Fantasy historique, donc, d’autant que Nicolas Eymerich a réellement existé (et commis un manuel inquisitorial très utilisé par ses pairs). Fantasy historique, mais pas que, car Valerio Evangelisti multiplie les bonds dans le temps et nous emmène à notre époque, dans les années 50, 60 ou 70, où l’on suit des personnages embarqués dans un projet scientifique qui sent le soufre. Et c’est là que l’auteur m’a un peu perdue. Autant je trouvais les allers-retours intéressants, autant ça ne m’a pas particulièrement emballée, tant je trouvais le tout éloigné des préoccupations de notre inquisiteur. Heureusement, les parties plus historiques m’ont totalement embarquée, ce qui fait que la lecture a été un peu en dents de scies. J’ai apprécié le projet, mais je suis restée un peu hermétique à la façon dont l’auteur a mené sa barque. Peut-être que je relirai cette série plus tard, à un autre moment, pour voir si je parviens à m’y plonger un peu mieux.

Rayon albums.

La Soupe au caillou, Clémentine Robach (La Chouette du Cinéma).

La soupe au caillou, vous connaissez ? C’est un grand classique des textes pour enfants. Ici, ce que j’ai trouvé intéressant, c’est d’avoir un double support, papier et numérique (si vous achetez le papier, vous avez forcément le numérique, mais vous pouvez n’acheter que le second). Clémentine Robach a quelque peu revisité le texte initial du conte : outre l’histoire autour de la solidarité et de l’entraide, elle a glissé une légère, mais néanmoins solide, critique de notre société contemporaine (égocentrée et culturellement peu curieuse). La version papier reprend les illustrations du numérique ; quant à la version numérique, interactive, elle propose plusieurs parcours de lecture (lambda, dyslexique, audio), ainsi que des petits jeux (qui ne fonctionnent pas sur toutes les plateformes, donc gare au choix du module de lecture). Je découvrais la collection, mais je garderai un œil sur leurs productions 🙂

Moi j’ai le droit, mais je dois, Elisabeth Brami & Clémence Pénicaud (Seuil Jeunesse). 
Cet album est à mi-chemin entre l’album à lire le soir (ou le matin, ou le midi…) et le petit documentaire. Elisabeth Brami et Clémence Pécaud traitent, tour à tour, des sujets d’importance (droit à l’instruction et à l’éducation, droit de rêver, d’aimer qui on veut, droit de dire non, droit de désobéir, droit à l’intimité, droit à la protection, droit d’expression et d’opinion ou de connaître ses origines…), toujours présentés de la même façon : il y a le droit, le devoir pendant et un scoop révélé. Voici un petit exemple :

« Moi, j’ai le droit de poser toutes les questions, même les plus embarrassantes ou bizarres, aux adultes.
Mais je dois trouver le bon moment pour le faire et accepter que les adultes ne soient pas toujours capables d’y répondre.
SCOOP : les parents ont l’air d’être sourds quand on parle fabrication des bébés, divorce, mort, mais ils ont toujours l’oreille fine pour les gros mots ! ».

Avec ça, les dessins sont hyper aérés, pleins de fraîcheur et apportent souvent un enrichissement (ou un petit contrepoint) au texte. J’ai beaucoup aimé cet album (à mettre entre toutes les petites mains, dès 6 ans), qui présente un très bon manuel de savoir-vivre pour devenir, dans l’ordre, un enfant bien élevé, un élève aimable, un adulte éclairé et un citoyen responsable.

Rayon bulles. 

Geronimo, Matz & Jef (Rue de Sèvres). 
Du même duo, j’avais lu l’année dernière Corps et âme, sur un scénario de Walter Hill. Cette fois, le duo auteur-illustrateur s’attaque à la figure mythique de Geronimo, ce chef indien qu’on a qualifié de « dernier Apache libre ». La BD revient longuement (en 120 pages) sur la vie et le parcours de l’homme, sur ses aspirations, ses réussites, ses échecs. Pour ce que j’en connaissais, la bande-dessinée m’a semblé historiquement assez fidèle à l’histoire de Geronimo et elle traduit bien l’ampleur de la duperie dont ont été victimes les tribus indiennes (chassées de leurs territoires ancestraux, trahies, déportées, etc).
Le scénario est vif et, une fois la B.D. entamée, j’ai eu du mal à m’arrêter. En revanche, côté dessins, j’ai été un peu moins emballée : les traits sont très anguleux et parfois j’ai eu du mal à situer qui était qui ou à comprendre l’action mise en scène. Dans le même rayon biographie historique, et toujours sur un scénario de Matz, j’avais préféré Julio Popper, dessinée par Chemineau (note à moi-même pour de nouvelles lectures).
Ceci étant dit, la B.D. est une belle porte d’entrée sur le sujet des guerres indiennes et sur celui de la colonisation des États-Unis.

Flying witch, tome 1, Chihiro Ishizuka (Nobi nobi).
Après Geronimo, changement total de style avec ce manga jeunesse publié chez Nobi nobi.
À son entrée au lycée, la jeune Makoto quitte la région de Tokyo pour le nord-est du Japon. Hébergée chez ses cousins Kei et Chinatsu, elle découvre les petits plaisirs d’une vie plus proche de la nature, où le temps semble s’écouler plus doucement. Mais le quotidien à la campagne ne s’annonce pas de tout repos pour autant, car Makoto est aussi une apprentie sorcière un peu étourdie !
J’ai été assez emballée par cette lecture, malgré quelques réserves, encore une fois liées au dessin. Celui-ci m’a semblé un peu lisse (façon anime et pas tellement publication papier) et parfois manquant un peu de richesse (au niveau des décors, notamment), ce qui fait que sur certaines pages, je suis un peu restée sur ma faim. Heureusement, l’ambiance est là pour rattraper le coup. Il y a un décalage assez drôle entre l’identité de Makoto et sa vie. Ainsi, on a l’impression que, pour certains, l’existence des sorcières est actée (Makoto essaie un balai en pleine rue) alors que, pour d’autres, c’est la découverte totale. De plus, on s’attache assez vite à la jeune fille car, outre ses pouvoirs magiques, elle est totalement dépourvue de sens de l’orientation, mais dotée d’une étourderie hallucinante. Donc elle vit un tas de mésaventures assez drôles. Finalement, le manga parle presque plus de vie quotidienne que de magie, quoique celle-ci ait droit à deux-trois scènes assez fortes (avec le livreur de printemps ou l’arrivée de la sœur aînée) et, bizarrement, cela fonctionne super bien. Du coup, je suis assez curieuse pour lire la suite.

Tops & Flops. 

Cœur piment, Cathy Cassidy. 
J’ai parlé de celui-ci un peu plus haut, donc je ne vais pas trop détailler. J’ai été un peu déçue que ce ne soit qu’une nouvelle, à peine plus fournie qu’un court chapitre de roman et qu’on en sache aussi peu sur Ash. Du coup, c’était mignon, mais pas franchement inoubliable – c’est d’autant plus dommage, car le volume précédent était vraiment chouette.

Bon, heureusement, les autres découvertes étaient vraiment chouettes.

Fangirl, Rainbow Rowell. 
J’ai sorti ce roman de ma PAL un peu par hasard et mazette ! Mais quelle riche idée ! Car j’ai carrément eu un coup de cœur pour l’histoire de Cath, une étudiante assez timide, auteure de fanfiction et qui a, il faut le reconnaître, une vie un peu mouvementée (même si tout donne l’impression que non). J’ai beaucoup aimé l’alternance entre la vie de Cath et les passages de sa fanfic : c’était surprenant, mais vraiment bien fait. Et ça m’a donné super envie de lire Carry on, qui est sorti depuis, et que j’ai découvert avec un immense plaisir aussi. Doublé gagnant !

Mercy Thompson, tome 8, La Faille de la nuit, Patricia Briggs. 
Mercy Thompson est une de mes séries favorites et ce tome 8 n’a pas dérogé à la règle. L’histoire est prenante dès le premier chapitre et permet, comme souvent, d’en savoir plus sur la mythologie de l’univers créé par Patricia Briggs – et cette fois encore, elle a mis le paquet. On refait, de plus, le lien avec ce qui s’est produit dans le tome 3 d’Alpha et Oméga donc, d’un point de vue politique, c’est tout aussi passionnant. Vivement la suite, donc !

L’Empire des tempêtes, tome 1, Hope & Red, Jon Skovron.
Et encore un bouquin passé à un cheveu du coup de cœur ! J’ai un petit faible pour la fantasy épique et le premier tome de la série de Jon Skovron a su m’emballer. Il y a des pirates (plein), des batailles navales, des courses-poursuites, de la magie ultra glauque à la limite de la technologie, une ville tentaculaire et des personnages hauts en couleur, dont j’ai suivi les aventures avec autant d’intérêt que de passion. J’ai hâte de lire la suite !

Citations.

« J’ai toujours eu un faible pour les femmes méchantes et sournoises. (Adam)
Je fronçai le nez.
– Je savais que tu les aimais sournoises, mais méchantes, je l’ignorais. D’accord. Puisque c’est ça, plus de cookies pour toi. Je les donnerai au reste de la meute.
[…]
– Je ne les aime qu’un petit peu méchantes, confia Adam d’une voix rauque qui accéléra les battements de mon cœur. La rétention de cookies est d’une méchanceté diabolique. »
La Faille de la nuit, Patricia Briggs. 

***

« Le temps qu’elles arrivent à la porte, l’estomac de Cath avait pris pleinement conscience de ce qui se passait et commençait à lui consumer les entrailles. Sa respiration, elle, frôlait de peu l’hyperventilation.
Cath n’arrivait pas pas à croire ce qu’elle était en train de faire : un garçon, une fête, des inconnus, de la bière, des inconnus, une fête, un garçon, d’innombrables contacts visuels. »

« Cath jeta un coup d’oeil en direction de Wren : elle présentait leur père à Jandro. Wren avait l’air d’une poubelle humanoïde, mais Jandro la contemplait comme s’il regardait la Dame du Lac. »

« J’aimerais pourvoir revenir à ce matin où je me suis réveillé ici, pour pouvoir avoir une vraie conversation avec moi-même. On aurait peut-être évité toute cette merde…
– D’ailleurs, si des gens avaient des machines à voyager dans le temps, dit-elle à brûle-pourpoint, tu penses qu’ils les utiliseraient pour voyager dans le futur ou qu’ils se contenteraient de vouloir modifier le passé ? »

« Elle bomba la poitrine. Tout allait bien de ce côté-là ; ça, elle le savait. En tout cas, elle en avait suffisamment pour que personne ne l’ait un jour traitée de planche à pain. Pour autant, elle aurait aimé en avoir un peu plus, histoire d’établir un semblant de cohérence avec ses hanches larges. Qui plus est, cela lui éviterait de devoir consulter la section « Poire » dans les manuels de mode qui vous prodiguaient des conseils en fonction de votre morphotype. Ces manuels essaient toujours de vous faire croire que la mode s’adapte à tout type de physique mais, lorsque votre morphologie se rapproche de celle d’un bonhomme de neige dessiné par un enfant de trois ans, l’argument perd rapidement en crédibilité. »

« Cath dévisagea Reagan. Même sans son maquillage et sa coiffure au point, cette fille était intimidante : rien ne l’effrayait. Rien ne pouvait la faire hésiter. Lui parler, c’était comme se tenir en face d’un train lancé à pleine vitesse. »
Fangirl, Rainbow Rowell.

***

« Un pouvoir incroyable m’a envahi. J’ai l’impression d’être capable de voir sans ouvrir les yeux, de me transformer en nova si j’en ai envie et de posséder ma propre galaxie. Ça fait le même effet, d’être Simon Snow ? Comme si j’avais l’infini dans ma poche ? »

« Partager la chambre de la personne dont tu as le plus envie, c’est comme cohabiter avec le feu. Il t’attire sans cesse. Et tu t’approches trop. Tu sais pourtant qu’il ne faut pas, qu’il n’y a rien de bon à attendre de ça. Mais tu le fais.
Et alors…
Et alors, tu brûles. »

« Et comment je suis censé être au courant de tout ? Il n’y a pas de livre sur la magie, si ? Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la magie : les histoires vraies et toutes les conneries que vous avez toujours crues. »

« Sa baguette magique peine même à sortir les sorts les plus courants et quand, parfois, il tente une métaphore, de façon vicieuse, la formule s’applique au pied de la lettre. Comme quand il a lancé Poils du chien ! à Agatha, en sixième année, pour l’aider à se remettre d’une gueule de bois, et qu’elle s’est retrouvée couverte de poils. Je crois que c’est la dernière fois que Simon a pointé sa baguette vers quelqu’un. Et qu’Agatha a bu. »

« Ça marcherait, sur toi ? ai-je demandé.
– Quoi ?
– Un pieu.
– Je crois qu’un pieu planté dans le cœur tuerait n’importe qui, Snow. »
Carry on, Rainbow Rowell.