La Nuit des cannibales, Gabriel Katz.

« Le réveil, déjà… Il est sept heures. Bizarre, j’aurais juré l’avoir réglé sur huit. Sous ma main, la table de nuit est plus basse que d’habitude. La radio gueule un truc qui ressemble à Madonna, ou Lady Gaga bref, ce n’est pas France Info. Je me lève dans le noir et me demande d’où vient cette infâme odeur de pieds. Je n’ai jamais senti des pieds de ma vie, et même si j’ai assez bu pour me réveiller dans un lit qui n’est pas le mien, ça n’a jamais fait puer personne. L’interrupteur, enfin, me tombe sous les doigts. J’allume.
Je regarde mon bras… qui n’est pas mon bras. Mon nez me paraît pointu, mes pommettes aussi. Putain, je ne suis pas moi. »
Lorsque Maxime de Retz, homme d’affaires de 43 ans, se réveille dans le corps d’un ado, la situation est pour le moins embarrassante. Mais, quand on essaie de l’assassiner, là, tout part carrément en vrille.

Si vous êtes familiers de ce blog, vous savez que Gabriel Katz fait partie des auteurs habitués. Évidemment, lorsque j’ai vu qu’il publiait un nouveau titre – quoique hors de son univers fantasy – j’ai eu envie de le découvrir, d’autant que son incursion dans le polar m’avait bien plu. D’ailleurs, j’ai retrouvé dans La Nuit des cannibales un ton et une efficacité similaires ! C’est exactement le genre de roman que j’aurais aimé lire cet été, non pas parce que c’est de la littérature de gare, mais parce qu’il était à la fois léger et particulièrement prenant : une bonne combinaison !

Dès le premier paragraphe, on est happé par le personnage de Max, qui nous raconte l’histoire d’un ton mi-désabusé, mi-sarcastique. Et on ne peut pas dire que ça commence bien pour lui : non seulement la soirée à laquelle il a assisté était nulle mais, en plus, c’était la dernière puisque dès le lendemain il est passé dans le corps d’un adolescent boutonneux répondant au doux prénom d’Aubert. Bref, si vous avez suivi, c’est la cata car non seulement Maxime n’est pas lui-même, mais il renoue avec les joies de l’adolescence, crises avec les parents et préparations du bac incluses.

Partant de là, on peut comprendre que Maxime fasse tout, absolument tout, pour se sortir de sa situation et ce avec d’autant plus de vigueur qu’il manque assez régulièrement de se faire canarder. Le roman prend assez vite des accents de thriller. Et, pour ce qui est du fantastique, le titre pouvait laisser deviner des vrais cannibales ou, à défaut, des zombies : finalement, on ne croisera ni l’un ni l’autre, du moins pas au sens premier du terme. Derrière ce vocable de cannibales, Gabriel Katz dissimule en fait un groupe actif de personnes aux talents… rares ! C’est donc là que le roman se pare d’atours hautement fantastiques car tout cela ne sera guère explicité, au profit d’une intrigue truffée d’action.

De fait, on n’a ni le temps de s’ennuyer, ni celui de souffler. On passe de guet-apens en stratégies de haute volée, de grandes réussites en trahisons douloureuses : les péripéties s’enchaînent à bon train et malmènent joyeusement les personnages.
C’est d’ailleurs sans doute la limite que j’ai trouvée à ce roman : j’ai eu l’impression que tout allait trop vite, que j’avais à peine le temps d’effleurer les choses avant de passer à autre chose. C’est sans doute dû à la forme du roman – qui ne relate rien moins qu’une gigantesque course-poursuite, finalement. Mais, voilà. J’en aurais voulu plus, ou plus calmement. Heureusement, la maîtrise du retournement de situation qu’a l’auteur fait rapidement oublier ces petites récriminations.

Et il faut également compter sur les personnages ! On suit essentiellement Maxime, bien sûr. Mais, rapidement, celui-ci va rencontrer d’autres personnages en butte aux mêmes problèmes que lui : s’ils ne vont pas immédiatement se serrer les coudes, il aura au moins un léger soutien. Car il est difficile de savoir sur qui on peut compter… et il est également difficile de savoir à quel jeu joue notre protagoniste : sur la corde raide quasiment de bout en bout, on se posera de nombreuses questions sur ses motivations, ses idéaux ou sur le bord auquel va sa loyauté !
Et cet entre-deux est là, lui aussi, pour maintenir le suspens, d’autant qu’on peut se demander, à plusieurs reprises, comment on aurait agi à la place de l’infortuné – et il n’est pas dit que l’on aurait mieux fait.

En somme, si je suis restée un tantinet sur ma faim avec ce nouveau titre de Gabriel Katz, et que je ne suis pas certaine de m’en souvenir dans 10 ans, je dois reconnaître que je n’ai pas boudé mon plaisir et que j’ai passé un très bon moment avec ce roman. Sur les traces de Maxime de Retz, on enquête sur les cannibales et leurs redoutables capacités, dans une intrigue menée à un rythme implacable et au féroce retournement final.

La Nuit des cannibales, Gabriel Katz. Pygmalion, mars 2017, 375 p.
Publicités

Les Écailles d’or, Yin et le Dragon #2, Richard Marazano et Xu Yao.

Yin et son grand-père se sont habitués à la présence du Dragon d’or, qui les aide dans leur pêche quotidienne. Mais la guerre fait rage à Shanghai : derrière les assauts de l’armée japonaise, qui donnent lieu au terrible massacre de Nankin, c’est le Dieu Xi Qong, maître des Dragons, qui s’exprime pour dominer le monde des hommes. Tandis que Yin et ses amis survivent tant bien que mal à l’invasion japonaise, le dragon d’or, qui s’est affranchi de Xi Qong, va tenter d’affronter son ancien maître. Mais sera-t-il assez puissant face à ces forces de l’ombre ?

Le premier tome dégageait une certaine douceur mais, cette fois, on est passés aux choses sérieuses et, dès le début de ce tome 2, on sent que l’ambiance s’est considérablement noircie.
Shanghai vit toujours sous occupation japonaise et on sent que les soldats ne sont pas là pour faire dans la dentelle. D’ailleurs, les auteurs évoquent sans détour le massacre de Nankin perpétré par les troupes japonaises à la même époque. La précision historique fait partie des bons points de cette bande-dessinée ; ceci étant, l’histoire est majoritairement narrée du point de vue de Yin, aussi reste-t-elle tout adaptée à un public jeunesse.

La partie fantastique, quant à elle, fait la part belle aux mythes chinois, notamment liés aux dragons. L’amour de la littérature du capitaine japonais nous apporte de précieux éléments sur ces fameux mythes — lesquels sont mis en scène sous forme de flashbacks. On découvre alors une sombre histoire de rivalités, qui alimente un violent désir de vengeance. Et c’est justement le pire qui guette la population : les Japonais sont certes un réel danger, mais la vengeance amoureusement préparée par Xi Qong va frapper vite et fort, et on se demande si Guang Xinshi saura enrayer la menace.

L’ambiance nettement plus sombre de l’intrigue se lit également dans le graphisme : on retrouve, comme dans le premier tome, les cases opposant des tons gris-bleutés aux ors lumineux du Dragon d’Or mais, maintenant, on trouve aussi des couleurs nettement plus sombres, liées à Xi Qong, le dragon maléfique : noirs, rouges et anthracites dominent les cases. Les contrastes sont clairement lisibles et le tout très réussi !

Malheureusement, je n’ai pu m’empêcher de me sentir un tantinet déçue ; alors que le premier tome installait une ambiance assez douce (mais néanmoins tendue), ici j’ai eu l’impression que tout était nettement survolé. Les événements s’enchaînent, c’est assez peu approfondi et, au final, on n’a pas vraiment l’impression d’avoir tout à fait suivi les événements.

Si Les Écailles d’or est clairement un tome de transition, il sert à installer une ambiance prenante, empreinte d’un réel suspense. Il annonce, au passage, un tome 3 qui mettra en scène la confrontation entre les deux dragons et qui s’annonce terrible ! Voilà une série de bande-dessinée mêlant Histoire et intrigue fantastique, qui plaira aux jeunes lecteurs, et dont j’ai hâte de lire la suite et fin. 

◊ Dans la même série : Créatures célestes (1) ;

Yin et le Dragon #2, Les Écailles d’or, Richard Marazano et Xu Yao.
Rue de Sèvres, avril 2017, 60 p.

Flow, Mikaël Thévenot.

flow-1-mikael-thevenot

Josh, 16 ans, souffre d’épouvantables crises de migraine depuis son enfance. Son entrée au lycée le trouble bien plus qu’il s’y serait attendu : ses migraines, qui l’avaient épargné, reviennent de plus belle et lui provoquent de drôles d’effets.
Depuis toujours, Josh confie ses doutes et émois à son blog. Or, voilà qu’un inconnu le contacte pour lui demander de le mettre hors ligne. Si Josh a de si intenses migraines, c’est parce qu’il est capable de se connecter au flot de pensées de ses congénères. Et il vaut mieux pour lui le cacher… car ses capacités pourraient en intéresser plus d’un. Au premier chef, ceux qui sont responsables de la disparition de sa mère, alors qu’il n’était encore qu’un tout petit garçon.
Josh se lance alors à la poursuite de ces mystérieuses personnes prêtes à tout ; aidé d’Axel, son meilleur ami (et le seul doué en informatique du duo, les compétences de Josh étant, au mieux, inexistantes), Josh va tout faire pour découvrir les secrets de son don, de sa famille et l’identité de son mentor. Une quête qui le mènera aux États-Unis où, douze ans plus tôt, sa mère disparaissait…

Le roman  est court, mais quel suspens ! En effet, l’aventure de Josh est menée tambour battant : Mikaël Thévenot entre assez vite dans le vif du sujet, ce qui fait que l’on n’a pas à patienter trop longtemps avant de savoir de quoi il retourne. Mais, une fois qu’il est établi que Josh est doté d’un super-pouvoir lui permettant de lire dans les pensées, c’est l’avalanche de questions : qui est la personne qui communique avec Josh ? Comment apprivoiser son don sans faire fuir ses proches et sans finir à l’asile ? Qu’est-il arrivé à sa mère ?

Histoire de bien alimenter le suspens, l’auteur alterne en plus entre passé et présent. On suit donc parallèlement l’histoire de Josh et celle de sa mère, Jenny, douze ans plus tôt, confrontée à des problématiques similaires. Et ce qui est vraiment chouette, c’est qu’outre ses aventures purement fantastiques, Josh vit aussi une vie d’ado normale (la rentrée, les copains, la gent féminine…). Du coup, il est assez facile de se sentir proche du jeune garçon car si l’on est loin de savoir ce que ça fait de lire dans les pensées des autres, on est tout à fait armés pour comprendre ses autres déboires.
Et j’ai apprécié que l’on ne s’intéresse pas qu’à Josh : les personnages secondaires sont loin d’être en reste ! D’ailleurs, au fil du texte, Mikaël Thévenot nous fait découvrir ces personnages de façon plus précises, en comparant notamment deux situations familiales assez différentes. Si Josh et Julia sont assez proches de Cosimo, leur père (mais pas au point, pour Josh, de tout lui révéler), ce n’est pas le cas d’Alex, qui a du mal à supporter l’ivrognerie et l’absence d’implication de son géniteur… Leurs histoires ne sont pas toujours rigolotes, mais l’auteur a su les rendre vraiment touchantes.
Et il faut parler du Marcheur, bien sûr ! Le Marcheur, c’est cet homme que Josh et Alex suivent depuis toujours, qui a alimenté leurs fantasmes d’espions et d’aventuriers en herbe et qui, aujourd’hui, semble croiser un peu trop souvent la route de l’enquête de Josh… Cet homme est un mystère à lui tout seul et apporte une part non négligeable de questions, tout en contribuant à l’ambiance un peu fantastico-flippante qui se dégage des pages où on le croise – imaginez un grand type au regard totalement halluciné qui erre sans fin et semble à peine avoir conscience de son entourage, le tout sur fond de bourrasques de vent et de cabane dans les bois. Ambiance garantie !

Du côté de l’enquête, comme je l’ai dit au début, pas moyen de s’ennuyer : que l’on soit en train de suivre les interrogations et progrès de Josh ou l’enquête qui piétine de l’agent Kyle du FBI, il y a du suspens à se mettre sous la dent. Et, plus l’on avance, plus l’on se dit que Josh est en train de se frotter à plus gros poisson que lui – sans hurler au complot, on perçoit assez vite les possibles manipulations malhonnêtes cachées derrière l’accident de la mère de Josh. Et plus l’on avance vers la fin du premier tome, plus les révélations se précipitent, jusqu’à l’ultime rebondissement, qui m’a clairement fait regretter de n’avoir pas la suite sous la main !

Un premier tome hyper efficace, donc, que j’ai lu d’une traite, tellement j’étais pressée de connaître la suite et fin des aventures de Josh. J’ai aimé que l’auteur nous livre une intrigue à la fois fantastique, policière et familiale, avec des thèmes maîtrisés qui se mêlent avec bonheur. De plus, le suspens ne se dément jamais et la fin nous offre un retournement de situation magistral !

Flow #1, Mikaël Thévenot. Didier jeunesse, juillet 2016, 187 p.

flow-2-mikael-thevenot

De retour en France, Josh est encore sous le choc de la découverte qu’il a faite aux États-Unis. Avec l’aide de son ami Alex et celle de Kyle, un ancien agent du FBI, il va poursuivre son enquête à New-York. Mettant au service de sa mission ses pouvoirs de télépathe, il ne reculera pas devant les dangers qui l’attendent !

On ne change pas une recette qui gagne ! Comme le premier tome, celui-ci se déroule à toute vitesse et ne laisse aucun répit au lecteur.
L’alternance passé/présent reprend et, plus l’on avance dans le récit, plus les pièces du puzzle commencent à s’agencer. Mais avant qu’on ait toutes les réponses, il y a pas mal de suspens, et ce jusqu’aux dernières pages, ce qui pousse à lire le roman d’une traite.
Ceci dit, il y a quand même une question qui reste, jusqu’au bout, sans réponses : d’où vient le pouvoir de Josh et Jenny ? D’autres personnes le possèdent-elles ? Là-dessus, mystère !

Avec cette seconde partie de sa quête, Josh parvient à faire se rejoindre les trames du passé et du présent ; du coup, et c’est intéressant, on découvre des personnages qui, jusque-là, étaient confinés au passé – et aux États-Unis, soit dit en passant. Après les avoir vus agir avec 12 ans de décalage, on se retrouve enfin avec Leonard Cooper et l’agent Kyle du FBI, dans le présent. Cela apporte du sang-neuf et de nouvelles compétences ! À ce titre, Alex gagne l’appui non négligeable d’Héléna, brillante hackeuse de son état.
Tout cela contribue à rendre l’histoire et les personnages crédibles : Josh est une quiche en informatique et a besoin d’Alex ; lui-même n’est pas omnipotent et a besoin de l’assistance d’Héléna. Et, si les deux garçons partent bille en tête pour enquêter aux States, une fois arrivés sur place, il faut être réalistes : ils n’ont que 16 ans et ont besoin d’aide – celle de Kyle, donc, qui apporte un soutien logistique et stratégique non négligeable.

Dans cette succession très prenante de péripéties survoltées, une chose m’a quand même un peu gênée : les dialogues. Dès l’instant où l’on se trouve aux États-Unis, les deux-trois premières répliques de chaque dialogue sont tout en anglais, et non traduites, bien sûr. Alors, certes, cela permet de se mettre dans l’ambiance, au moins jusqu’à ce que l’on repasse au français. Au final, c’est plus agaçant qu’autre chose et, pour tout lecteur non armé en anglais, cela peut s’avérer un tantinet ardu à lire.
Heureusement, le dynamisme de l’histoire fait que l’on passe rapidement outre ces difficultés.

En somme, Mikaël Thévenot propose un diptyque diablement efficace et prenant qui flirte avec le thriller et le fantastique – les pouvoirs de Josh n’étant pas explicités. Tout au long de l’histoire, l’auteur évoque, en filigrane, les relations parents-enfants et montre que, définitivement, la fin ne justifie pas toujours les moyens. Entre passé et présent, Poitiers et les États-Unis, on suit une quête haletante et souvent émouvante, qui tient en deux tomes courts et prenants. 

Flow #2, Mikaël Thévenot. Didier Jeunesse, septembre 2016, 219 p.

abc-2017

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

le-dernier-songe-de-lord-scriven-eric-senabre

Le vent te prendra, Camille Brissot.

le-vent-te-prendra-camille-brissot

Écrivain en quête d’inspiration, Locke Wood a loué un appartement au mystérieux Heathcliff dans une haute tour enveloppée de brume. Bientôt le fantôme d’une jeune femme aux cheveux noirs vient hanter ses nuits.
Lorsqu’il se confie à Heathcliff, ce dernier réagit si violemment que Locke, intrigué, se lance sur les traces de son passé…

Prise d’une envie subite de lecture légère, j’ai sorti cette courte romance de ma pile-à-lire. N’ayant qu’une connaissance assez parcellaire des Hauts de Hurlevent, je me fourvoyais totalement sur le compte de cette excellente réécriture !
Car, en effet, Le vent te prendra est une libre réécriture des Hauts de Hurlevent. Et, comme l’œuvre originale, c’est bien plus une œuvre romantique qu’une romance – ce qui, entre nous soit dit, est tout à fait pour me plaire – donc pas franchement « légère » – mais on y reviendra.

Dès le départ, Camille Brissot instaure une ambiance très sombre, due notamment à la ville : le paysage très vertical de Crosswind, barré de tours gigantesques (dont certaines sont délabrées), balayées par de puissantes rafales de vent glacial, marqué par l’exploitation de mines d’uranium, mérite à lui seul le statut de personnage.
Ceux-ci, de leur côté, n’allègent en rien l’ambiance générale. Locke ressemble, dès le départ, à un auteur tourmenté ; quant à Heathcliff, à qui il loue l’appartement dans la tour, « tourmenté » ne suffit pas à décrire l’état d’esprit de ce très curieux personnage. Mais là où les deux hommes s’opposent, c’est que Locke semble d’une grande naïveté et d’une grande fraîcheur, alors qu’Heatcliff semble, chapitre après chapitre, s’enfoncer plus bas dans la méchanceté gratuite. De plus, le premier est très ouvert, pose des questions, s’interroge et déterre le passé ; le second, en revanche, est tout en fermeture et en refus de communication. Du coup, c’est par toutes petites touches – et surtout par l’intermédiaire de Sarah – que l’histoire de Crosswind se dévoile.

En effet, l’auteur use d’un procédé original. Locke, celui par qui nous arrive l’histoire, n’en est pas réellement le protagoniste. Il en est, tout au plus, le rapporteur. L’histoire, elle, se joue entre Anna, Heathcliff, Sarah, Ellis… des années auparavant, au temps de leur prime jeunesse ; une époque qui resurgit, un peu par accident, et qui hante les personnages. Et comme il faut extirper la vérité des mots de chacun, c’est avec une certaine lenteur que l’on découvre les détails, une lenteur qui sied parfaitement à l’ambiance générale.

Celle-ci est donc fortement marquée par la présence de Crosswind : les hautes tours qui barrent le paysage, le spectre de la maladie qui court, les sifflements incessants des rafales de vent et les tombereaux de neige qui déferlent sur la cité embarquent le lecteur avec une grande efficacité. Cet isolement drastique est propice à la naissance de fantômes et des plus fantastiques histoires – et celle-ci l’est indéniablement. C’est d’autant plus étrange lorsque l’on s’aperçoit que nos personnages utilisent également des téléphones portables, des ordinateurs ou internet. De temps en temps, on se rappelle donc que l’on n’est pas réellement au XIXe siècle (comme pourrait le faire croire l’atmosphère) et cela joue considérablement sur l’ambiance à la fois oppressante et onirique qui baigne le récit.

S’inspirant des Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë, Camille Brissot signe un très bon pastiche, qui narre bien plus une histoire de douleur et de vengeance que d’amour. Elle s’est remarquablement approprié l’essence du roman initial pour en proposer une transposition totalement originale, qui fascine le lecteur autant qu’elle le laisse muet de stupéfaction devant les profonds tourments dans lesquels se placent les personnages. À découvrir !

Le Vent te prendra, Camille Brissot. Rageot (In Love), mars 2015, 176 p.

En proie au rêve, Saving paradise #1, Lise Syven.

saving-paradise-1-en-proie-au-reve-lise-syven

Faustine Mésanger ne croit pas à grand-chose, sinon au travail. Déterminée à réussir sa vie, la jeune étudiante a déjà presque tout prévu : l’amour, on verra plus tard, priorité à sa carrière qu’elle se charge de construire. Build the future !, c’est justement le slogan fondateur de la Fondation du Griffon, pour laquelle son chercheur de père officie. Cette ONG a pour objectif de rendre le monde meilleur. Charles Mésanger travaille donc d’arrache-pied sur le Tumorex, un vaccin contre le cancer, dont les essais cliniques vont bientôt débuter. Or, il semblerait que la Fondation dérange quelqu’un. En effet, le laboratoire du professeur Mésanger est la cible d’un attentat.
Dès lors, la vie de Faustine bascule : alors qu’elle est emmenée de l’université, elle frôle la mort. La voilà, dès lors, privée de partiels, emmenée à l’abri avec son père au Château de la Griffe Bleue, en Gironde, et mise sous la protection directe et rapprochée de Nato Braye, dont l’exotique charme ne la laisse pas franchement indifférente. Autre problème : Faustine croit entendre sans cesse la voix magnétique de l’homme qui les traque et qui se fait appeler Imago. Stress post-traumatique ? Hallucinations ? … Folie ? L’étrangeté de Chevalier, coordinatrice de la Fondation et propriétaire de la Griffe Bleue, n’arrange rien au problème. Tout le monde est sur les dents, Faustine la première. Et d’autant plus lorsqu’elle comprend que le brillant avenir qu’elle a projeté  est plus que menacé.

Il ne faut pas plus de quelques pages à Lise Syven pour nous installer dans un climat de tension extrême : après avoir appris que son père a survécu à un attentat contre son laboratoire, Faustine est extraite de l’université, mise à l’abri et manque elle-même de se faire tuer. Le récit nous place au même niveau que la jeune femme : on ne sait pas de quoi il retourne, ni comment elle s’inscrit dans la situation. Et ça ne s’arrange pas ! Car non seulement Faustine nage en plein brouillard mais, en plus, l’auteur parvient à nous faire douter de sa santé mentale. Le récit étant opéré à la troisième personne, on en vient à se demander très sérieusement quelle est la part d’hallucinations dans ce que Faustine voit et ressent…. De fait, le suspens est constamment présent.

D’autant que la situation s’y prête vraiment bien : il y a le problème lié à l’attentat, mais aussi les petites bisbilles entre chercheurs (le père de Faustine chapeautant la jeune Marianne, scientifique de génie et quelque peu accaparante), les interrogations de Faustine, le sentiment d’urgence qu’elle place autour de ses partiels et ses sentiments troubles envers son garde du corps – dont la fonction pourrait être à prendre au sens le plus littéral du terme.
Ce mélange de préoccupations est vraiment très réussi et entretient le suspens de bout en bout. En effet, le mystère est maintenu jusqu’à la fin, tant les motivations des uns et des autres restent obscures. Et, au-delà des motivations, on s’interroge aussi sur la nature des protagonistes en présence : à vrai dire, sont-ils bien tous… humains ?

Peu à peu, l’auteur instaure doucement un climat doucement fantastique parfaitement maîtrisé : on doute, on subodore, on revient sur nos hypothèses pour en échafauder de nouvelles et la solution n’est pas clairement annoncée jusqu’à la fin, qui nous laisse avec un demi-milliard de questions en tête et la tenace envie d’en savoir plus !

Côté personnages, Lise Syven a choisi une galerie vraiment intéressante. Faustine, personnage central, n’a aucun pouvoir, ni même quoi que ce soit de particulier. Sa seule raison d’être impliquée est qu’elle est la fille d’un chercheur visé par les opposants. Elle n’a donc aucun pouvoir, ni aucun talent mobilisable dans l’enquête en cours – car elle a d’autres talents ! Cela change des romans habituels où le personnage central est aussi celui qui concentre le talent indispensable. Nato, quant à lui, offre un contrepoint intéressant, notamment en raison de ses ascendances haïtiennes, qui instillent non seulement un peu d’exotisme dans l’histoire, mais aussi un terrain propice à l’installation d’un climat fantastique.

En somme, voilà un premier tome que l’on lit avec toujours plus de questions en tête. Et, si la fin apporte quelques réponses non négligeables, il reste encore plus de points sans réponses, ce qui fait que l’on attend beaucoup de la suite – que j’ai, il va sans dire, hâte de lire !

Saving paradise #1, En proie au rêve, Lise Syven. Castelmore, octobre 2016, 319 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

le-livre-de-saskia-le-réveil-marie-pavlenko

Bastards, Ayerdhal.

bastards-ayerdhal

Depuis qu’il a été récompensé par le prix Pulitzer, Alexander Byrd est à court d’inspiration. En désespoir de cause, il envisage de s’inscrire au cours d’écriture créative de Colum McCann, qui attire son attention sur un curieux fait divers, une très vieille dame qui se serait débarrassée de trois agresseurs avec un outil de jardin et la seule aide d’un chat, Cat-Oldie. Entre l’écrivain et la vieille dame naît une relation étrange. Des femmes aussi félines que fatales, sensuelles, protectrices et violentes, font leur apparition dans sa vie, se révélant impliquées dans une étrange guerre dont les racines plongent profondément dans l’histoire… La quête d’Alexander se transforme en une dangereuse investigation qui ravive une guerre entre services spéciaux impliquant cette mystérieuse matriarche, et le conduit à requérir l’assistance de ses amis Norman Spinrad et Jerome Charyn…

Aaaaaah, voilà une lecture qui m’aura hautement enthousiasmée ! À tel point que je regrette de n’avoir pas lu de roman d’Ayerdhal plus tôt !

Déjà, cela commence fort bien, avec un personnage principal auteur, accablé par le syndrome de la page blanche depuis son prix Pulitzer. En recherche d’inspiration, il croise donc un tas d’autres auteurs, parmi lesquels Colum McCann, Jérôme Charyn, Paul Auster ou Norman Spinrad, dont certains tiennent même des rôles absolument capitaux !
Voilà pour les hommes. Non parce qu’en fait, ce sont plutôt les femmes qui tiennent la dragée haute dans ce roman ! Et quelles femmes ! Alex, en effet, a le don de faire tourner les têtes : s’il pense toujours à son épouse (décédée dans les attentats du 11 septembre) et passe volontiers du bon temps avec Maria, sa meilleure amie, il ne tarde pas à rencontrer quelques perles rares parmi les recrues de Cat-Oldie.
Celle-ci semble régner sur une véritable organisation matriarcale, qui regroupe des femmes aussi rusées que puissantes ! Bien vite, on se retrouve à revisiter les mythes liés au chat, à l’Égypte ancienne et, bien sûr, à la féminité. Et je vais m’arrêter là afin de ne pas divulgâcher bêtement l’intrigue, car au vu de la qualité, ce serait franchement dommage.

Ayerdhal tisse les intrigues, entrecroise les destinées des personnages et les niveaux. Résultat, l’histoire flirte avec le thriller, le roman d’espionnage et le récit à tendance mythologique. L’auteur joue des codes des trois genres en virtuose, à un rythme qui ne laisse au lecteur aucune répit. Le roman, d’ailleurs, est découpé en grands actes, à la façon d’une pièce de théâtre, avec prologues annonciateurs et pleins de mystères, entractes et épilogues réussis. Difficile de s’arrêter entre les scènes et les actes tant l’histoire est prenante !
Avec ça, l’auteur joue sur mythes de l’Egypte antique et sur ceux liés aux guerres inter-services spéciaux. Le mélange entre antiquités et hyper-modernité est parfaitement réussi ! Hormis une ou deux résolutions un peu faciles, l’intrigue est excellente de bout en bout.
Et la plume ! Volontiers poétique, riche, travaillée, elle souligne à merveille l’histoire.

Excellente découverte donc, que ce roman d’espionnage signé Ayerdhal ! C’est vif, prenant, complexe, parfois un peu baroque et génial de bout-en-bout. Au passage, l’auteur en profite pour évoquer avec une grande justesse la façon dont certains milieux très fermés organisent le contrôle du monde. Et c’est un volume unique ! Vous n’avez donc plus aucune raison de passer à côté !

Bastards, Ayerdhal. Le Livre de Poche, février 2016, 648 p. 

Créatures célestes, Yin et le dragon #1, Richard Marazano & Xu Yao.

yin-et-le-dragon-1-créatures-célestes-marazano-xu-yao

Shanghai 1937. L’armée impériale japonaise a fait main basse sur une large partie de la côte chinoise. En ces temps de tristesse, la menace de l’antique prophétie plane, celle de l’invincible dragon noir Gongong qui doit venir anéantir les hommes quand le désespoir et la haine régneront. Yin, petite fille d’une dizaine d’année, est élevée par son grand-père pêcheur, Liu. Un soir, alors que Liu sort en mer, Yin se faufile sur le bateau. Soudain une bête puissante se débat dans ses filets : un dragon d’or, blessé, que Yin convint son grand-père de cacher et de soigner… Une décision qui les emmènera bien plus loin qu’ils ne le pensaient. Heureusement, Yin a plus d’un tour dans son sac.

Voilà un premier tome de série réussi ! Déjà car il est difficile de ne pas craquer pour la bouille irrésistible de Yin !
Richard Marazano met en scène des personnages très attachants : Yin, on l’a vu, est une délicieuse petite fille. Débrouillarde, fine, elle a aussi bon cœur et sait faire preuve de ruse quand il le faut. Son grand-père, quelque peu dépassé par les facéties de sa petite-fille doit à la fois subvenir aux besoins de sa famille et faire avec l’occupation japonaise, qui n’est rien moins que tendre. De ce côté-là, on suit d’ailleurs un capitaine dont les motivations semblent troubles : n’est-il qu’un occupant brutal ou a-t-il des sympathies pour les occupés ? Ses actes laissent, pour l’instant, pencher pour la deuxième option, et viennent nettement nuancer les actes de ses compatriotes.

Ce premier volume sert à mettre en scène personnages, décor et ambiance. De ce côté-là, l’intrigue mêle avec une grande habileté Histoire chinoise et intrigue proprement fantastique liée au dragon et à la prophétie, les deux pans occupant des parts égales. Et difficile de savoir lequel passionne le plus. Au premier rang, on observe la façon dont les Japonais s’approprient le territoire et la façon dont les habitants tentent de cohabiter malgré la peur et les sévices. De l’autre, Marazano met en scène la – très – difficile cohabitation entre Yin, son grand-père et le dragon. Y parviendront-ils ? Question que l’on peut, de fait, appliquer aux Chinois et Japonais.
Autre inquiétude : que manigancent, au juste, ces derniers ?

Si l’histoire est assez posée et suit un rythme plutôt calme, ces questions en suspens induisent un suspens qui se maintient tout du long. Et ce n’est pas la révélation finale qui le fait retomber !

Xu Yao, au dessin, magnifie l’histoire de son trait plein et rond, souligné par des couleurs sombres, relevées par les ocres du dragon. En un mot : sublime !

Créatures célestes débute en douceur la trilogie. En mêlant aussi habilement mythologie chinoise et guerre sino-japonaise, Richard Marazano et Xu Yao signent un album soigné, dynamique, très prenant et dont on attend – évidemment – impatiemment la suite. 

Yin et le dragon #1, Créatures célestes, Richard Marazano et Xu Yao. Rue de Sèvres, janvier 2016, 54 p.