Derniers jours d’un monde oublié, Chris Vuklisevic.

Plus de 3 siècles après la Grande Nuit, Sheltel, l’île du centre du monde, se croit seule rescapée de la catastrophe. Mais un jour, la Main, sorcière chargée de donner la vie et de la reprendre, aperçoit un navire à l’horizon. Il est commandé par une pirate impitoyable, bien surprise de trouver une île au beau milieu du Désert Mouillé.
Si la Main voit en ces étrangers une menace pour ses secrets, Arthur Pozar, commerçant sans scrupules, considère les intrus comme des clients potentiels, susceptibles d’augmenter encore, si possible, son immense fortune.
C’est une nouvelle ère qui s’ouvre. Qu’elle les mène à la gloire ou à la ruine, la sorcière, la pirate et le vieux marchand en seront les instigateurs, bien malgré eux.

Mais quelle claque, ce roman ! Si vous cherchez de la fantasy originale, bien écrite et bien menée, n’allez pas plus loin. 
Mais commençons plutôt par le commencement.

Ce one-shot nous emmène donc sur l’île de Sheltel, îlot perdu au milieu du Désert Mouillé, une immense étendue océanique, dépourvue de ressources en eau potable – et dont je trouve le nom absolument parfait. Or, voilà qu’un navire pirate, justement à court d’eau potable, tombe sur île qui n’est pas supposée exister, et dont les habitants pensent, de leur côté, être seuls au monde. L’arrivée des pirates va tout chambouler et, comme l’annonce le titre, on va assister aux douze derniers jours de ce monde en déliquescence.
Car le moins que l’on puisse dire, c’est que cette île est vraiment, vraiment spéciale. Je m’attendais évidemment à une société corsetée (puisqu’isolée depuis plus de trois siècles) mais je n’étais pas prête pour la société sans aucune concession que nous livre l’autrice ! Au détour d’un chapitre, on tombe sur des scènes de violence (et il n’est pas seulement question de meurtres ici) ou de situations glauques, le tout de préférence assez intenses. Bref : Sheltel, c’est étrange, et on y vit des choses assez sales (l’ambiance est même assez malsaine).
Et en même temps, c’est bien ce qui rend le récit si prenant car il ne fait que décrire des personnages… très humains.

Celui-ci s’appuie sur une narration triangulaire, menée tour à tour par les trois personnages clefs : la sorcière, la pirate et le vieux marchand.
La sorcière, la Main, est chargée du contrôle des naissances et de la pureté génétique des îliens. Figure puissante donc… mais qui cache deux secrets (dont l’un dans sa cave), qui peuvent lui coûter son poste et, accessoirement, sa vie.
Erika, de son côté, a été adoptée contre son gré par la Capitaine des pirates et ne rêve que de fuir le bateau, quel qu’en soit le prix. Quelque part, elle est celle par qui le malheur arrive, puisque son arrivée bouleverse la petite vie peinarde de l’île.
Quant au vieux marchand, Arthur Pozar, enfant des quartiers pauvres qui s’est élevé au rang de conseiller préféré de la Bénie, une prêtresse très proche du pouvoir, il n’a qu’une idée en tête : accroître son profit, tout en gardant sa place, ce que l’arrivée des étrangers va lui permettre de faire.
Évidemment, les objectifs des uns et des autres ne cadrent pas forcément, chacun tentant de tirer son épingle du jeu sans s’occuper des autres. Au fil des chapitres, on découvre toute l’ambiguïté de ces trois personnages, leurs motivations profondes et leurs aspects monstrueux. On pense les apprécier et saisir leur essence alors qu’au chapitre suivant, ils se montrent dans toute leur cruauté. On pense alors les détester, mais voilà qu’ils nous étonnent par des revirements pleins d’humanité. Ils sont vraiment très, très bien écrits – surtout les deux personnages féminins !

Outre ces objectifs personnels qui entrent en conflit et détériorent l’ambiance sur Sheltel, il faut préciser que l’île connaît une sécheresse terrible. Les pirates ont soif, les Sheltes meurent – littéralement – de soif, et tout cela exacerbe les tensions déjà présentes. Cette préoccupation, très actuelle, tout comme les caractères des personnages, donnent au roman une curieuse note de réalisme.

Les chapitres alternent avec des extraits choisis qui viennent éclairer l’histoire de l’île, l’univers en général ou, plus simplement, les machinations des personnages. Ces interludes sont variés et originaux : il peut s’agir de lettres, de circulaires du gouvernement (qui ressemblent à celles que l’on connaît dans le monde réel !), de rapports de jugements, d’extraits de journaux, de télégrammes, ou d’écrits intimes.  Ils n’ont l’air de rien, mais ils font tout. Car ils donnent des indices sur l’univers dans lequel on évolue et construit habilement le lore, sans plomber le lecteur d’informations. Vu la brièveté du roman, j’ai trouvé la technique vraiment fine !
En plus de donner des informations non négligeables, cette façon de procéder augmente d’un cran le suspense. Celui-ci, déjà présent grâce au titre et au décompte des jours, se trouve régulièrement décuplé par les informations que l’on glane dans les interludes – qu’il s’agisse de menaces sur les personnages, de développements soudains et désagréables du climat politique, ou de la situation de l’île. Tout cela explique sans doute pourquoi j’ai dévoré le roman en moins de deux jours !

Avec tout ça, le roman est écrit d’une plume vive et précise, qui sait aller droit au but, sans surcharger le texte, mais sans créer de manque non plus. Pas de longueurs au programme de ce récit particulièrement efficace !

Avec Derniers jours d’un monde oublié, Chris Vuklisevic a fait une entrée fracassante en fantasy – en remportant le concours du premier roman d’imaginaire orchestré par FolioSF, excusez du peu. Bien que le roman ne soit pas si long, elle y tisse une intrigue très complète, menée sans longueurs, ni précipitation. Il se passe énormément de choses dans l’histoire, mais le récit se concentre sur ses éléments phares, tout en suggérant le reste. Résultat : c’est palpitant. L’univers se tient à la perfection, tout en nous donnant la sensation qu’il y a encore plein de choses à découvrir, mais sans laisser sur un sentiment de frustration intense. En un mot : c’est excellent !

Derniers jours d’un monde oublié, Chris Vuklisevic. FolioSF, 1er avril 2021, 351 p.

 

Une pincée de magie #1, Michelle Harrison.

Chez les Widdershins, on compte trois sœurs : Fliss, l’aînée, sage et pondérée. Charlie, la petite dernière, espiègle et à la frimousse adorable. Et au milieu, il y a Betty, qui ne rêve que d’aventures et de voyages. Pourtant, elle n’a jamais quitté la petite île brumeuse de Crowstone où les trois sœurs vivent avec leur grand-mère, Bunny. Donc, en cette soirée d’Halloween, c’est décidé : Betty part à l’aventure. Oh, pas loin, dans un premier temps, juste sur le continent, séparé de Crowstone par un petit bras de mer.
Elle est loin de se douter qu’une terrible malédiction pèse sur les femmes de sa famille… condamnées à rester à Crowstone à tout jamais, sous peine de mourir dans les 24 heures. Heureusement, avec une pincée de magie et deux sœurs aussi fantastiques qu’agaçantes, rien n’est impossible !

Une bonne pioche dans ma PAL de boulot ! Cela faisait un moment que je n’avais pas lu de fantasy pour préadolescents et j’étais assez contente de cette lecture, suffisamment pour être curieuse de lire la suite de la trilogie !

Première chose à savoir : bien qu’il s’agisse d’un premier tome, le récit propose une intrigue complète, avec une conclusion très satisfaisante.
Michelle Harrison installe son récit avec une ambiance à mi-chemin entre morose et carrément sombre. D’une part, le récit débute avec Halloween, sur un île entourée d’une brume opaque. Or, quel est LE point phare de cette île ? Sa prison. Tout à fait. On est donc assez loin de l’endroit où il fait bon vivre et où la population est hyper joyeuse. D’autant que les sœurs Widdershins sont non seulement assignées à résidence mais, en plus de cela, elles souffrent de l’absence de leur père, enfermé à la prison.

La première fois que Betty Widdershins entendit parler de la malédiction qui pesait sur sa famille, elle fêtait son treizième anniversaire. Treize est un nombre que certains considèrent comme maudit, mais pas Betty. Elle était bien trop rationnelle pour croire à cette superstition et, d’une manière générale, à la plupart des superstitions absurdes dont sa grand-mère raffolait.

Sur ces débuts ô combien riants, débarque donc l’histoire de malédiction – qui, je dois dire, m’a agréablement changée de la traditionnelle prophétie avec l’élue, même s’il y a tout de même un peu de ça ici. Et c’est en même temps que surgit la magie dont les fillettes ignoraient, jusque-là, l’existence et qui va, sans surprise, lancer l’intrigue.

Celle-ci est construite sur deux récits enchâssés. D’une part, l’histoire actuelle des sœurs Widdershins qui tentent de briser la malédiction et, d’autre part, l’histoire de Sorsha, la sorcière à l’origine de la malédiction et dont le destin semble inextricablement lié à celui des trois jeunes filles. Les deux récits sont menés à la première personne mais on sait toujours très vite dans quelle temporalité on se trouve, ce qui évite de se sentir perdu entre les deux narrations. Sans grande surprise, les chapitres alternent entre les deux récits, qui s’alimentent l’un l’autre et font grimper la tension. Les rebondissements sont dans l’ensemble bien amenés même s’ils ne sont pas toujours surprenants.

Si l’intrigue s’avère assez classique, ce sont vraiment le système de magie et les personnages qui m’ont le plus emballée dans ce roman.
La magie, donc. Elle est très peu fréquente et semble même cantonnée à la famille Widdershins. Mieux : elle est liée à trois objets (un sac à main qui permet de se téléporter, des poupées russes qui rendent invisibles, un miroir pour converser à distance), dont les pouvoirs répondent à une et une seule femme de la famille. Et je dois dire que j’ai trouvé ça plutôt original et bien trouvé !
Deuxième bon point, donc : les personnages, qui font preuve d’une belle complicité – malgré quelques chipotages, qui font partie des petits plaisirs entre frères et sœurs. J’ai aimé qu’elles n’hésitent pas à se mettre en quatre les unes pour les autres, en dépit des petits agacements qu’elles peuvent ressentir. C’est plein de tendresse ! La grand-mère, de son côté, n’est pas en reste : après une entrée en matière terrifiante (elle se téléporte sur le bateau sur lequel Betty essaie de fuir, alors qu’ils sont perdus dans la brume), et un côté très directif (très « grand-mère », quoi), elle laisse entrevoir un bon caractère, et vient compléter une chouette galerie de personnages.

J’ai donc passé un très bon moment avec Une pincée de magie, qui met en scène une sororité très attachante, luttant contre une malédiction ancestrale frappant leur famille. Si l’intrigue, qui fait intervenir deux récits enchâssés, est assez classique, l’univers, le système de magie et les personnages m’ont vraiment convaincue. Au point d’être curieuse de lire la suite, déjà parue en VO, bien que ce premier tome n’appelle pas vraiment à une suite !

Une pincée de magie #1, Michelle Harrison. Traduit de l’anglais par Elsa Whyte.
Seuil jeunesse, janvier 2021, 384 p.

D’Or et d’Oreillers, Flore Vesco.

C’est un lit vertigineux, sur lequel on a empilé une dizaine de matelas. Il trône au centre de la chambre qui accueille les prétendantes de lord Handerson. Le riche héritier a conçu un test pour choisir au mieux sa future épouse. Chaque candidate est invitée à passer une nuit à Blenkinsop Castle, seule, sans parent, ni chaperon, dans ce lit d’une hauteur invraisemblable. Pour l’heure, les prétendantes, toutes filles de bonne famille, ont été renvoyées chez elles au petit matin, sans aucune explication.
Mais voici que lord Handerson propose à Sadima de passer l’épreuve. Robuste et vaillante, simple femme de chambre, Sadima n’a pourtant rien d’une princesse au petit pois ! Et c’est tant mieux, car nous ne sommes pas dans un conte de fées mais dans une histoire d’amour et de sorcellerie où l’on apprend ce que les jeunes filles font en secret, la nuit, dans leur lit…

Un nouveau roman de Flore Vesco ! Ai-je vraiment hésité avec de me jeter dessus comme la misère sur le monde ? Absolument pas !
Vous le sentez venir, l’objectivité ne sera peut-être pas au rendez-vous de cette chronique, car j’ai adoré chaque instant de ma lecture, qui m’a plongée dans un délicieux mélange entre roman austenien (avec l’obsession de bien marier ses enfants, de préférence avec quelqu’un de fortuné), réécriture de contes (La Princesse au Petit Pois, mais pas que) et de fantasy un brin dark aux entournures.

« Mrs Watkins tira sur sa jupe, tapota son chignon, sonna pour le thé, s’assit, prit une longue inspiration. Quand le majordome annonça Mrs Barrett, elle affichait le détachement le plus distingué.
–Linda! Quel plaisir! dit-elle, et dans ces trois mots elle parvint à insuffler à la fois la surprise et l’enthousiasme.
–Ma chère! dit Mrs Barrett, qui de son côté n’insuffla rien, étant très essoufflée.
Mrs Watkins versa le thé, offrit un biscuit et toutes les petites phrases d’usage. Elle s’en débarrassa aussi vite qu’il était acceptable : platitudes sur les confitures préparées par sa cuisinière, les camélias qui égayaient les parterres en hiver, le dernier bal qui datait de si loin.
Enfin, Mrs Barrett reposa sa tasse, poussa un soupir et sembla prête à lâcher le morceau. Mrs Watkins se pencha en avant. Elle était presque tendue, ce qui était une véritable gageure dans ce corps tout en mollesse : chignon tremblotant, lèvres affaissées, cou plissé, épaules tombantes, ventre coulant. Les chairs flasques de Mrs Watkins ne tenaient ensemble que par une volonté de fer. Cette énergie brûlait dans un unique but : bien marier ses trois filles.
Les boucles de Mrs Barrett s’agitaient sous son bonnet, tant elle brûlait de parler.
–Ce biscuit est délicieux, dit-elle. Vous féliciterez la cuisinière pour moi.
Mrs Watkins, sur les charbons ardents, la remercia.
–Mais j’oubliais! Bien sûr, vous avez appris la nouvelle? ajouta Mrs Barrett.
Mrs Watkins secoua impatiemment la tête. Même le majordome, debout dans un coin du salon, inclina une oreille.
–Vraiment? Vous ne savez donc pas?
Mrs Watkins était sur le point d’imploser. Heureusement, Mrs Barrett ne pouvait contenir plus longtemps sa révélation.
–On raconte que le fils de lord Handerson se cherche une épouse! s’écria-t-elle.
–Comment?
Mrs Watkins faillit en lâcher sa tasse. Comme la nouvelle était proprement révolutionnaire, elle répéta: «Comment?» encore une ou deux fois, sous le regard satisfait de Mrs Barrett.
–Mais je croyais Blenkinsop Castle déserté! dit-elle enfin. Le domaine est à l’abandon! Son fils? Mais oui, il avait pourtant un fils! Il y a si longtemps… Je le pensais, peut-être, parti à Londres, chez un grand-oncle… ou dans les colonies… qui donc se souvient de lui? Tout cela est si loin!
Mrs Watkins en perdait sa syntaxe. Mrs Barrett, étant passée par la même commotion quelques minutes plus tôt, opinait vigoureusement. »

Le début de l’histoire semble se profiler comme une réécriture de La Princesse au Petit pois, puisqu’il est dès le départ question de faire dormir les prétendantes sur un lit incroyablement haut, doté de multiples matelas empilés. Mais rapidement, on quitte la pure réécriture : cela commence par de discrètes allusions à d’autres contes, ou à des motifs récurrents du genre (qui sont très amusants à débusquer), et cela continue par un récit qui bifurque très nettement vers une intrigue tout à fait originale, qui m’a surprise à de nombreuses reprises, notamment par le mélange de thèmes très forts et que je n’aurais pas forcément imaginés ensemble.

Au premier chef desquels la sensualité. Eh oui, rappelez-vous, dans La Princesse au Petit pois, l’épreuve du lit servait à déterminer si oui ou non la princesse était bonne à marier. Ici, c’est un peu le même principe (même s’il n’y a pas de princesse à marier) : l’épreuve, première d’une série de trois, toutes plus exigeantes et inquiétantes les unes que les autres, consiste à connaître les impressions (et les actions) de la candidate dans le fameux lit. Évidemment, le questionnement titille, mais on n’entre pas frontalement dans le sujet. De fait, les épreuves ne s’enchaînent pas en deux jours, ce qui laisse tout loisir à Sadima et lord Handerson de vivre ensemble dans le manoir, puis de se découvrir, se connaître de mieux en mieux… et de découvrir leurs propres sensualités.
Un livre à ne pas mettre entre toutes les mains, alors ? Eh bien si ! Car comme dans les précédents romans de Flore Vesco, l’histoire est portée par un style riche et poétique, qui donne particulièrement envie de tout lire à voix haute afin d’en mieux profiter. L’autrice joue sur un style hautement métaphorique, parfaitement transparent pour les plus âgés des lecteurs, mais sans doute un peu opaque pour les plus jeunes. Les métaphores, les images, les jeux stylistiques créent une vraie distance par rapport au sujet. À titre d’exemple, je décerne une mention spéciale à la scène qui décrit le plaisir féminin via une métaphore filée impliquant la stylistique et tous les signes de ponctuation imaginales. En trois mots : c’est génial !

L’autre thème très fort qui surgit, c’est l’horreur. Plus l’on avance dans l’histoire, et dans les couloirs du manoir, plus l’on passe d’une ambiance fascinante à quelque chose de nettement plus inquiétant. À tel point que j’ai trouvé que certaines scènes étaient carrément horrifiques, même si cette ambiance s’installe très subtilement. Régulièrement, l’humour dont font preuve les personnages vient alléger quelque peu l’atmosphère, ce qui permet aux lecteurs de souffler un peu.
Encore une fois, c’est vraiment le style qui fait tout : le récit se fait tour à tour caressant, fascinant, poétique, angoissant, au détour d’une tournure de phrase ou deux et d’un choix extrêmement judicieux de vocabulaire. Outre ces jeux stylistiques, les anagrammes, palindromes et anacycliques ont une immense importance dans le récit, ce qui le rend encore plus brillant. Bref : c’est un immense plaisir de lecture !

Avec D’or et d’oreillers, Flore Vesco signe un conte que j’ai lu avec un immense plaisir. Elle reprend les motifs traditionnels du genre pour les transformer en une intrigue particulièrement riche et original, qui joue sur la sensualité et la fantasy légèrement horrifique. Le récit est porté par une plume riche, souvent poétique, parfois piquante et pleine d’humour, que j’ai parfois lue à voix haute pour en profiter pleinement. Bref : une immense réussite !

D’or et d’oreillers, Flore Vesco. L’École des Loisirs, 3 mars 2021, 240 p.

Anergique, Célia Flaux.

Angleterre XIXe siècle. Lady Liliana Mayfair est une garde royale, mais aussi une lyne capable de manipuler la magie. Elle et son compagnon Clement partent en Inde sur les traces d’une violeuse d’énergie. Leur unique piste : Amiya, la seule victime à avoir survécu à la tueuse.
De Surat à Londres, la traque commence. Mais qui sont véritablement les proies ?

L’intrigue d’Anergique nous plonge au cœur de l’époque victorienne. Mais un XIXe siècle légèrement différent de celui que l’on a connu ! En effet, si la société se découpe selon les classes sociales que l’on connaît, s’y ajoutent deux strates transversales : les lynes et les denas.
Les premiers sont capables de manipuler la magie, qu’il s’agisse de maintenir leur chaleur corporelle, courir un peu plus vite, ou balancer des boules d’énergie sur un éventuel agresseur. Or, cette énergie, ils ne la produisent pas. Ils sont obligés de la ponctionner auprès des denas, lesquels la produisent avec leur corps, sans toutefois pouvoir l’utiliser. Pour se nourrir, les lynes ont le choix entre plusieurs chakras, dont la position définit aussi le degré d’intimité entre les deux partenaires. Tout un chacun peut être lyne, ou dena, riche ou pauvre, et sans forcément reproduire la nature parentale. Mais une chose est sûre : les lynes sont la caste dominante, les denas les dominés et ce, quel que soit le statut social de l’un ou de l’autre. Une disposition qui, évidemment, pousse les lecteurs à s’interroger sur les inégalités sociales de l’époque – et pourquoi pas, sur celles de la nôtre, car certaines se rejoignent vraiment.

Magie et époque victorienne, je ne sais pas pour vous, mais moi ça me fait penser directement au steampunk – d’autant que sur la couv’, on voit quand même pas mal de rouages. En fait de steampunk, on est plutôt dans la gaslamp fantasy ici (un genre très proche puisqu’il a inspiré le précédent, mais dans lequel on voit un peu moins de machines à vapeur). D’ailleurs, l’autrice s’éloigne encore des clichés du genre en choisissant de quitter Londres et de localiser son intrigue en Inde. A nous donc un univers exotique et chatoyant et coloré, qui mêle le meilleur de la gaslamp fantasy… et du polar, avec quelques scènes pleines de noirceur.
En effet, il est avant tout question d’enquêtes, puisque Lady Mayfair est venue traquer la violeuse d’énergie.

De ce fait, l’intrigue suit une progression pleine de suspense, marquée par les tourments des protagonistes (qui s’avèrent aussi torturés l’un que l’autre). L’intrigue est vraiment menée tambour battant, sans s’embarrasser de descriptions superflues ou de détails trop éloignées du fil rouge. Il en sort une intrigue épurée, qui va droit au but, ce qui colle parfaitement non seulement au récit et à l’univers. J’ai parfois trouvé que le rythme s’en ressentait malgré tout un peu, peut-être parce qu’il s’agit aussi d’un roman choral. Or, si j’aime passer d’un personnage à l’autre (l’histoire est racontée tour à tour par Clement, Lyliana et Amiya), il est vrai que cela induit quelques coupures dans le récit (mais rien de franchement dramatique, pas de panique).

Autre point que j’ai beaucoup aimé : la réécriture du mythe des vampires (garantie sans paillettes). Alors on est très loin de la créature assoiffée de sang aux crocs pointus, c’est clair. En revanche, la majorité des lynes sont, malgré tout… des créatures assoiffées d’énergie, qu’elles ponctionnent auprès des denas qui n’ont guère le choix. Cela faisait très longtemps que je n’avais rien lu avec ce type de créatures, et cette originalité m’a grandement plu !

J’ai donc passé un très bon moment avec Anergique, un one-shot (bon point à signaler !). L’autrice nous offre une enquête rondement menée, dans un cadre original, qui revisite en outre agréablement le mythe du vampire, comme les codes de la société victorienne.

Anergique, Célia Flaux. ActuSF (Naos), janvier 2021, 260 p.

Akata Witch #1, Nnedi Okorafor.

Mon nom est Sunny Nwazue et je perturbe les gens. Je suis Nigériane de sang, Américaine de naissance et albinos de peau. Être albinos fait du soleil mon ennemi. C’est pour ça que je n’ai jamais pu jouer au foot, alors que je suis douée. Je ne pouvais le faire que la nuit. Bien sûr, tout ça, c’était avant cette fameuse après-midi avec Chichi et Orlu, quand tout a changé. Maintenant que je regarde en arrière, je vois bien qu’il y avait eu des signes avant-coureurs. Rien n’aurait pourtant pu me préparer à ma véritable nature de Léopard. Être un Léopard, c’est posséder d’immenses pouvoirs. Si j’avais su en les acceptant qu’il me faudrait sauver le monde, j’y aurais peut-être réfléchi à deux fois. Mais, ce que j’ignorais alors, c’est que je ne pouvais pas empêcher mon destin de s’accomplir.

Cela fait un moment que j’ai noté les romans de Nnedi Okorafor sur ma liste-à-lire. J’avoue que je pensais plutôt à Qui a peur de la mort ? pour attaquer son œuvre, mais c’est finalement par le rayon jeunesse que je l’ai découverte. Et avec beaucoup de plaisir, je dois dire !

L’autrice déploie ici un univers fourmillant d’idées que j’ai trouvé proprement fascinant ! Je n’ai pas eu l’impression d’être assommée de descriptions et pourtant, le roman m’a laissé de fortes impressions visuelles.
Il faut dire qu’elle met le paquet : entre le funky train, les sortilèges aux effets bœufs et les mille et une petites choses de la vie – magique ou civile – qui font partie de l’intrigue (comme les matchs de foot ou les découvertes des lieux réservés aux sorciers), il est extrêmement facile de s’immerger.
Le système de magie est vraiment intéressant, surtout la façon dont les Léopards (le peuple des sorciers) gagnent des chittims, la monnaie locale : pour cela, il leur suffit d’apprendre. Plus la leçon est importante, plus la somme gagnée l’est ! En plus de cela, la valeur des chittims est inversement proportionnelle à la matière dont ils sont faits. En gros, les chittims d’or, c’est la menue monnaie, les chittims de bronze, ce sont les grosses pièces. C’est peut-être un peu classique, mais j’ai trouvé ça vraiment sympa comme trouvaille.

– T’aimerais bien l’être, toi, affirma Chichi avec un petit sourire satisfait. Bref, Kehinde et Taiwo, les jumeaux, ont passé le dernier niveau et sont devenus « les érudits des liens ». Une vieille femme nommée Sugar Cream est la quatrième, c’est « l’érudite du dedans ». Elle vit la majorité du temps dans la bibliothèque Obi. C’est la plus âgée et la plus respectée de tous. C’est elle la bibliothécaire en chef.
– La bibliothécaire ? répéta Sunny en fronçant les sourcils. En quoi est-ce si import…
– Laisse-moi t’expliquer un truc que Chichi et Sasha ont du mal à intégrer, intervient Orlu en reposant sa fourchette. Les Léopards – partout dans le monde – ne sont pas comme les Agneaux. Les Agneaux pensent que l’argent et tout ce qui est matériel sont les choses les plus importantes dans la vie. Tu peux tricher, mentir, voler, tuer, être bête à bouffer du foin, mais si tu peux te targuer d’avoir du fric et de posséder des tas d’objets, et que tu te vantes à raison, tu peux tout faire. L’argent et les possessions matérielles font de toi un roi ou une reine au royaume des Agneaux. Rien de ce que tu fais alors n’est mal, tout t’est permis. Les hommes et femmes Léopards sont différents. La seule manière de gagner des chittims, c’est en apprenant. Plus tu apprends, plus tu en obtiens. La connaissance est au centre de tout. Le bibliothécaire en chef de la bibliothèque Obi est le gardien du plus grand gisement de connaissances de toute l’Afrique de l’Ouest.

Au début du roman, j’ai eu (je dois dire) l’impression que l’autrice nous enfilait quelques clichés. La société est discrètement séparée entre Léopards et Agneaux – les Moldus locaux -, il y a une école de magie cachée, on mange des plats exotiques assez étranges et les adultes ont une fâcheuse tendance à déléguer des tâches d’une importance capitale à des petits nouveaux pas formés. Cela vous rappelle quelque chose ? Eh bien pas de panique, car c’est surtout pour les côtés roman d’apprentissage magique, école cachée et univers follement original que l’on s’y retrouve ! En effet, Nnedi Okorafor avance ses pions avant de détourner complètement les tropes et de prendre des directions un peu moins attendues. Bref, c’est drôle et bien mené !

Le récit évoque aussi à merveille les sujets de la différence et de la difficulté à s’intégrer. Sunny a en effet bien du mal. Déjà parce qu’elle est albinos et qu’aux yeux de ses compatriotes, elle n’a ni la bonne couleur, ni la bonne nationalité (puisqu’elle a grandi aux États-Unis). La vie à l’école est hyper difficile, la vie à la maison l’est tout autant, elle a du mal à se faire des amis et vit la découverte de son identité de sorcière comme une libération. Et si la part du roman d’apprentissage est importante, elle s’efface presque devant l’originalité de l’intrigue et de l’univers, ce qui forme un ensemble bien équilibré.
Outre les inventions propres aux Léopards, l’univers s’appuie fortement sur la mythologie et les coutumes nigérianes, qui s’entremêlent fortement aux pratiques magiques. Franchement ? Cela change agréablement dans le paysage de l’imaginaire ! Le texte est d’ailleurs parsemé de caractères nsibidi, une langue idéogrammatique utilisée par les Léopards. J’ai hautement apprécié le glossaire très riche en fin de volume, qui éclaire les lecteurs non seulement sur les mots utilisés en nsibidi, mais aussi dans les autres langues pratiquées au Nigeria. Tout cela permet une excellente immersion dans l’univers !

Cerise sur le gâteau ? Eh bien Akata Witch propose une véritable conclusion. Bien sûr, l’intrigue appelle à une exploration plus poussée de l’univers (et ça tombe bien, car il existe un tome 2 !), mais en proposant une fin très satisfaisante. Donc c’était parfait !

En bref, j’ai adoré commencer l’œuvre de Nnedi Okorafor par ce roman jeunesse qui propose une fantasy vraiment originale. Le récit est hyper fluide, sait se tirer des clichés que l’on sent se profiler tout en proposant une aventure complète. Excellente pioche pour ma part, donc, et je compte bien lire le tome 2 cette année !

Akata Witch #1, Nnedi Okorafor. Traduit de l’anglais (Nigeria) par Anne Cohen-Beucher.
L’École des Loisirs, 15 janvier 2020, 362 p.

La Reine courtisane, Anna Triss.

Après des siècles de paix, les quatre Éléments-Clans de l’île Symbiose se livrent une guerre sans merci. Sylvan, le jeune roi Falune, guerrier cruel et impitoyable capable de contrôler la magie de Feu, asservit les trois autres royaumes de Symbiose en semant la mort et la terreur sur son passage.
Je suis la reine Alena du Clan Gelane affilié à la magie de l’Eau.
J’ai été capturée par mon pire ennemi lors du siège de ma cité. Je connais déjà le sort funeste qui m’attend ce soir. Comme les princesses des deux autres Éléments-Clans qui m’ont précédée, je suis destinée à devenir la nouvelle épouse du tyran Sylvan.
Et demain à l’aube… Je serai exécutée.
Mais reine ou esclave, je reste avant tout une Gelane. Je ferai honneur à notre devise ancestrale.
« Face à son ennemi, un Gelane ne verse aucune larme, et jamais il ne renonce à brandir ses armes. »

Après avoir tellement peiné sur Le Dernier Drae, autre titre de la sélection Fantasy du Prix Livraddict, je pensais être tirée d’affaire. Il ne pouvait pas y avoir deux titres qui me déplaisent profondément dans la même sélection, non ? Eh bah raté. Il y en avait un deuxième et j’ai nommé La Reine courtisane.

Avant d’attaquer les choses qui fâchent, parlons des bons points de ce roman – car oui, il y en avait !
L’intrigue se déroule intégralement sur l’île de Symbiose, elle-même sise dans l’univers déjà détaillé dans la série La Guilde des ombres. Si le statut de spin-off explique l’impression d’univers très complexe que l’on a en attaquant le roman, il n’est pas nécessaire d’avoir lu l’autre série pour tout comprendre.
L’île de Symbiose est répartie entre quatre Clans, dont les magies sont liées aux quatre éléments. A cela s’ajoute un cinquième clan, celui des Renégats, c’est-à-dire les habitants dépourvus de magie et envoyés en exil. Charmant, non ? Or, pour ne rien arranger, c’est la guerre sur l’île, menée par le clan du Feu, qui a déjà rétamé ceux de la Terre et de l’Air, et s’attaque désormais à celui de l’Eau. Le système de magie n’est pas particulièrement détaillé, mais chaque clan a la main-mise sur un des éléments, qu’il peut déchaîner à loisir. J’aurais bien aimé que ce soit un peu plus détaillé, d’ailleurs, de même que l’univers en général, car j’ai eu l’impression que l’on effleurait simplement du doigt les lieux arpentés (que ce soit en termes d’explications ou de descriptions).

Le résumé l’annonçait, le récit reprend quelque peu la trame des Mille et une Nuits, puisque la reine Gelane a bien vite l’idée de raconter des histoires pour obtenir un sursis. Or, les histoires qu’elle raconte semblent très liées à la situation qu’elle traverse… D’ailleurs, on s’aperçoit bien vite que l’on a affaire (du moins au tout début), à un narrateur non fiable. Ce qui est un peu dommage, c’est que c’est cousu de fil blanc… et donc qu’on s’en doute très fortement. De même, si j’ai aimé le procédé des histoires incluses dans l’histoire, j’ai trouvé qu’elles arrivaient un peu comme un cheveu sur la soupe, cassant parfois la narration et le suspense qui pouvait être en cours.
La narration, tiens, parlons-en ! La première moitié (grosso modo) du roman est intégralement narrée, à la première personne par Alena. Ce n’est vraiment pas le type de récit que je préfère (d’autant qu’elle est censée être illettrée et parle vraiment très très bien !), mais cela fonctionne très bien. J’ai donc été très gênée par le changement brutal de narration, dans la seconde partie, qui passe à une alternance entre Sylvan et Alena, toujours en première personne. Mais pourquoi, grands dieux ?! Sans surprise, on se retrouve donc avec des bouts de scènes racontés d’un côté, puis de l’autre, ce qui s’avère (souvent) répétitif (et très agaçant). D’autant qu’on se farcit encore plus de récits de pensée de part et d’autre, qui s’avèrent d’une affligeante niaiserie.
Du coup, j’ai trouvé le temps extrêmement long.

Il faut aussi dire que côté fantasy, ce n’est pas hyper original : les péripéties sont globalement assez convenues (on n’échappe ni à la prophétie, ni à la découverte de l’élu insoupçonné) et si c’est dans l’ensemble narré avec un minimum de rythme, on n’étouffe pas non plus sous le suspense. Heureusement que la plume de l’autrice est fluide, ce qui fait que ça se lit quand même !

Mais parlons plutôt du point qui fâche. La romance. Alors oui, c’est de la romantic fantasy, donc c’est un peu le principe du roman. Mais est-ce qu’on est vraiment obligés de subir plus de 400 pages de « je t’aime/moi non plus » dans une relation ô combien toxique ? Sylvan est un affreux connard qui mérite la prison à vie ou, mieux, le gibet – j’étais donc affreusement déçue qu’il ne finisse pas décapité. Mais on peut suivre des histoires avec des personnages que l’on n’apprécie guère, ce n’est pas gênant. Le vrai problème, là, c’est plutôt la façon dont est scénarisée la romance, dont le point culminant est rien moins qu’une scène de viol érotisée. En toute tranquillité. J’ai relu intégralement deux fois le chapitre pour être sûre que rien ne m’avait échappé, mais non. Et ça, très clairement, ça ne passe pas. D’autant que la narratrice voit ça comme le climax de sa relation avec son mari. Mari qui la viole pendant son sommeil, parce qu’apparemment, il n’a pas reçu le mémo de « partenaire endormi = pas de consentement ». De son côté, elle décrit un rapport non consenti avec des termes comme « douleur », « meurtrissure », mais qui lui procure beaucoup de joie car, quand même, il faut prendre en compte que son pauvre petit mari a beaucoup souffert quand son papa est mort, donc ça va. Euh, pardon ?! 

Bref, je me suis fait un point d’honneur d’aller au terme de ce roman malgré une intrigue passablement pénible et des personnages particulièrement tête à claques. Tout cela aurait pu se terminer sans plus de désagrément, s’il n’y avait eu cette scène de viol érotisé, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de mon exaspération. Il va sans dire que je ne voterai pas pour ce titre !

La Reine courtisane, Anna Triss. Black Ink, octobre 2019, 442 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Et ce titre me permet de valider la catégorie Danse de la fée dragée du Cold Winter Challenge !

Stand still, stay silent #1, Minna Sundberg.

90 ans se sont écoulés depuis l’époque de la grande maladie. Le vieux monde a été oublié et laissé à la merci des trolls, des bêtes et des géants. Une petite équipe d’explorateurs scandinaves est recrutée pour se lancer dans la première mission de recherche officielle.

Je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais en débutant cette grosse bande-dessinée et j’avoue avoir été un peu surprise, au début, lorsqu’il a rapidement été question d’épidémie (la rouille en l’occurrence)… puis de pandémie et de pays fermant leurs frontières. Un petit goût de déjà-vu…
Mais rapidement, le récit bascule 90 ans plus tard : la population mondiale a drastiquement chuté et il est temps de lancer une première mission de recherche officielle. C’est l’histoire que l’on va suivre !

Celle-ci démarre et s’installe à petits pas : il m’a fallu quelques chapitres avant de m’immerger totalement dans le récit, car l’univers dans lequel il s’installe est assez trapu. Mais ce qui était vraiment bien, c’est que cette lente introduction n’est pas synonyme de longueurs : je ne me suis pas ennuyée une seconde (ni au début, ni par la suite) ! Il faut dire aussi qu’outre l’univers – qui mélange avec brio post-apocalyptique et mythologie nordique – vraiment prenant, on en prend plein les yeux.
Les graphismes sont absolument fabuleux !! Mais je dois avouer que ma seule récrimination touchera également ce point : j’ai trouvé que les protagonistes se ressemblaient parfois un peu trop, ce qui m’a posé quelques soucis de suivi du qui-fait-quoi sur certaines cases. Heureusement, ces confusions ne sont intervenues qu’à la marge. En dehors de ce point, j’avoue que j’ai bavé à chaque page. Les décors sont splendides (même lorsqu’il s’agit de cités en ruines) et les rêves de Lalli, le mage de l’équipe, offrent des scènes à se damner, dans des tons bleu-verts qui collent à merveille à l’ambiance très poétique de ces songes. J’ai également beaucoup aimé la représentation des créatures mythologiques (un brin de magie et pas mal de gore !), issus du folklore scandinave. Et l’intrigue est rythmée par des double-pages explicatives aussi superbes que le reste, avec lesquelles on se rince les yeux.

Au fil du récit, la petite équipe progresse en exploration, donc, et en découvertes. D’autant qu’ils ont tous l’air ou borderline, ou pas tout à fait au point sur leurs missions, ce qui enlève un peu de crédibilité à leur expédition, mais assure aussi le côté humoristique de l’ensemble. (Soyons honnêtes : ce sont de vrais boulets !)
Le récit laisse aussi beaucoup de place à des petites tranches de vie et autres aperçus du quotidien des personnages. J’avoue que cela apporte beaucoup à l’histoire, permettant d’alléger quelques moments de tension, tout en octroyant une intéressante épaisseur aux personnages et à leurs échanges.
Il y a aussi tout un jeu sur les dialogues : les personnages ne pratiquent pas tous les mêmes langues, donc les bulles sont marquées du drapeau de la langue en question lorsqu’il y a des différences (ce qui met d’autant mieux en avant les quiproquos et autres incompréhensions entre les personnages).

Si l’univers est résolument post-apocalyptique, l’intrigue mêle des accents de fantasy. La mythologie est bien présente en raison des trolls et autres créatures, mais la magie ne semble pas bien loin – Lalli, après tout, est désigné comme mage de l’équipe. Le mélange des genres est parfaitement équilibré, et cela fait partie des éléments qui m’ont rendue totalement accro à la BD. J’ai hâte de lire la suite !

Énorme coup de cœur pour le premier tome de cette série, donc. L’intrigue, mêlant univers post-apocalyptique, fantasy, mythologies scandinaves et ambiance complètement foutraque se révèle particulièrement prenante. Les illustrations sont absolument sublimes, y compris dans les doubles-pages explicatives qui rythment le récit. Bref, j’ai adoré cette lecture, et j’ai hâte de découvrir les tomes suivants !

Stand still, stay silent #1, Minna Sundberg. Traduit de l’anglais par Diane Ranville.
Akileos, septembre 2018, 320 p.

Et voilà validée la catégorie Yule du Cold Winter Challenge !



Pacte de sang, Le Dernier Drae #1, Kelly St-Clare & Raye Wagner.

Plus que tout, c’est d’aventure dont j’ai besoin. Mais à Verald, un pays dévasté par la maladie, la vie est déjà toute tracée, comme les cercles hiérarchiques immuables de notre royaume.
Au cœur même de ces cercles règne notre cruel roi, avec un invincible dompteur de dragons, Lord Irrik, à ses côtés. Leur pouvoir empoisonne le pays et le peuple, et attise la rage d’ennemis toujours plus nombreux.
Mais tout va changer.
Quand la rébellion s’embrase, le roi riposte durement. Capturée par Lord Irrik, je suis soudain entraînée dans un jeu fatal. Un jeu dont je voudrais désespérément comprendre les règles.
Car je ne me bats pas seulement pour rester en vie… mais pour protéger un amour qui pourrait bien être la clef de ma liberté.

Deuxième lecture dans la liste Fantasy du Prix Livraddict !
Et bon.. on va faire comme avec les pansements, on va pas lambiner avant d’arracher !

Je ne peux pas franchement dire que j’ai apprécié cette lecture, même s’il y avait des idées intéressantes à l’intérieur.
L’histoire se déroule dans un royaume circulaire, dont les quartiers sont organisés en cercles concentriques : les quartiers riches au centre, les quartiers pauvres en périphérie. Dans ma tête, j’étais donc à mi-chemin entre Chromatopia et Hunger Games !
On découvre l’héroïne, Ryn, une jeune fille qui officie comme serveuse, puisqu’elle a la désagréable manie de faire mourir les plantes et ne peut donc plus travailler avec sa mère dont la main verte est réputée. Or, ce royaume connaît un vrai problème d’approvisionnement puisque le roi en place a fait tuer tous les druides, les phaetyns, tout simplement car leur sang pouvait lui assurer l’immortalité. Or, sans phaetyns, les récoltes sont difficiles, la famine menace (surtout dans les quartiers pauvres) et la rébellion gronde. Ryn se fourre bêtement dans les ennuis, se fait arrêter et torturer dans les cachots du roi.

Première chose qui m’a ennuyée dans ce roman : les nombreuses incohérences dans la narration ! Qu’il s’agisse de paniers de livraison qui se multiplient, de faux raccords, ou d’un chemin qui, parcouru à la même allure, prend soit une heure, soit dix minutes, on est servis.
De plus, le début est truffé de longueurs : Ryn s’ennuie, et il faut dire qu’on le ressent bien. Heureusement, la situation évolue quelque peu lorsqu’elle est capturée.

A partir de là, la jeune fille subit séances de tortures (dont une à base d’insectes foutrement bien décrite) sur séances d’interrogatoires. Mais hormis cette première scène pleine de détails, les autres sont rapidement résumées. D’une part, cela permet de lire sans rendre son petit déjeuner, et c’est parfait, mais tout va aussi un peu vite, ce qui rend le tout pas follement passionnant. D’autant que ces scènes sont amenées à se répéter longuement… ce qui nous ramène assez vite aux longueurs initiales.
Mais Ryn est dotée d’un solide sens de l’humour et même si ses vannes sont très potaches (et pas toujours hilarantes), elles viennent quelque peu alléger l’atmosphère et casser le rythme.

Mais … je dois reconnaître que Ryn fait aussi partie de ce qui m’a agacée. Pour une raison qui m’échappe, je pensais avoir affaire à une adulte au début du roman. De fait, non : elle a dix-sept ans. Âge parfait pour faire des bêtises ou se montrer immature. Ce qu’elle fait à profusion. Mais elle se présente aussi comme une personne très mature (les autres personnages font comme si également) alors que non, clairement, elle ne l’est pas. Attention, je spoile dans le paragraphe suivant.

Ainsi, elle est surprise par une révélation à propos de deux personnages qui se révèlent être la même personne. Ty, son compagnon de cellule, et Tyr, le type qui surgit miraculeusement et en silence après chaque séance de torture et la soigne. Vraiment ? Tu es surprise ? Je veux dire, les deux types ont le même nom à une lettre près et l’un des deux ne parle jamais. Je ne sais pas, ça ne te met pas la puce à l’oreille ? Bah non !

On peut toutefois porter au crédit du roman le fait que la romance n’est pas omniprésente – même s’il y en a. Toutefois, la romance naissante entre deux personnages les conduit à avoir de nombreux échanges particulièrement ridicules, ce qui fait que j’ai passé plus de temps à pouffer qu’à lire sérieusement.

Le Dernier Drae n’est donc clairement pas ma lecture de l’année. L’idée de départ, comme l’univers, sont vraiment intéressants, mais l’évolution hyper classique de l’intrigue, le style pas transcendant et les nombreuses incohérences dans le récit ont eu raison de ma patience !

Le Dernier Drae #1 : Pacte de sang, Kelly St Clare et Raye Wagner. Traduit de l’anglais par Julie Demoulin.
MxM Bookmark ( Infinity ; Onirique), juillet 2019, 363 p.


La Tour du Freux, Ann Leckie

Depuis des siècles, l’Iradène est protégé par son dieu tutélaire, le Freux. Mais alors qu’un usurpateur s’est emparé du trône, que des envahisseurs soutenus par un dieu hostile se massent aux frontières, le Freux reste désespérément muet. C’est en ces temps troublés qu’Éolo, l’aide de camp de l’héritier légitime du trône, découvre un sombre secret dans les fondations même de la tour du Freux… Un secret qui pourrait bien rayer l’Iradène des cartes pour toujours.

J’étais très curieuse de découvrir cette autrice, qui a reçu une flopée de prix pour sa saga de SF Les Chroniques du Radch. Et… peut-être aurais-je mieux fait de commencer par cette saga plutôt que par cette incursion en fantasy, qui m’a laissé un sentiment assez mitigé.

Pourtant, cela démarrait vraiment bien ! On découvre une société très tournée vers ses divinités. Justement, le pays qui nous intéresse, l’Iradène, est entièrement dévoué à son dieu tutélaire, le Freux, représenté sur terre par un humain qu’on appelle le Bail, et dont le destin est de mourir lorsque le dieu change d’incarnation (aka l’Instrument). Son Héritier monte alors sur le trône et perpétue la tradition. Le début du roman nous plonge donc dans une situation tendue : le Bail en place a disparu et le trône a été usurpé par un membre de sa famille, qui n’avait pas l’heur d’être son héritier. Si on ajoute à cela une petite guerre aux frontières qui menace, l’ambiance de départ, un peu tendue, est très prenante.

De plus, le système narratif est vraiment original. La scène d’ouverture est introduite par un narrateur dont on ignore tout, et qui s’adresse à Éolo, l’aide de camp du véritable Héritier du Bail. Tout est donc rédigé à la deuxième personne du singulier, avec de très nombreuses adresses à ce personnage – qui semble tout ignorer du narrateur, comme le lecteur, du reste. Cela donne au récit un ton incantatoire pas désagréable du tout.
Le récit change de temps en temps de point de vue, pour s’intéresser au développement d’une divinité… qui se trouve être une pierre, plantée sur une colline, et qui nous raconte comment l’humanité a commencé à se développer autour d’elle. On oscille donc en permanence entre le récit adressé à Éolo, et l’histoire du dieu posé sur la colline, qui reprend le récit des origines. Or, si tout cela est très surprenant, et apporte une véritable originalité au récit, il faut aussi reconnaître que cela occasionne d’incroyables longueurs. La genèse de l’univers est certes intéressante, mais a un petit côté encyclopédique qui s’avère parfois assommant.
De l’autre côté, le récit adressé à Éolo, s’il s’avère au départ suffisamment mystérieux pour être intrigant… se révèle rapidement un poil trop mystérieux. Car il faut attendre une grosse moitié du récit avant qu’il ne se passe enfin quelque chose d’intéressant !

C’est arrivé à cette moitié de récit que tout s’enchaîne subitement – enfin !
L’intrigue prend un tour géopolitique vraiment intéressant, puisque tous les petites fils semés jusque-là s’assemblent en un véritable écheveau. Les troubles aux frontières, la situation compliquée à Vastaï, mais aussi le récit des origines de la divinité de la colline s’imbriquent.
Malheureusement, les longueurs du début ont vraiment bien préparé le terrain. Ce qui fait qu’il n’est guère difficile d’additionner les indices récoltés et de deviner ce vers quoi l’on va. Le suspense n’est donc clairement pas le point fort de ce récit. Malgré cela, l’enchaînement des péripéties, révélations et retournements de situation est vraiment bon dans cette seconde partie, ce qui la rend malgré tout plus palpitante que la première.

Un autre point qui m’a gênée se situe dans les dialogues. L’un des protagonistes, un Xuhlanais, parle excessivement mal la langue locale. Ses phrases sont truffées d’approximations lexicales, d’accumulations de verbes à l’infinitif et autres inventions langagières. Si cela aide à l’immersion, cela complique aussi grandement la lecture, les propos du personnage étant quelque peu ardus à déchiffrer. Or, il se trouve qu’il a une palanquée de dialogues et qu’il s’avère central pour le récit ! On n’est donc pas au bout de ses peines…

Première incursion mitigée dans l’œuvre d’Ann Leckie, donc. En cause surtout une première partie qui accumule les longueurs, en raison du système narratif choisi qui fait alterner les récits de deux époques différentes. Pourtant, c’est ce même système narratif qui fait tout le sel du roman. En choisissant la deuxième personne du singulier, l’autrice propose un récit qui se démarque vraiment, tout en restant parfaitement lisible. Son style fluide, sa façon d’amener les péripéties, rendent en plus la seconde partie nettement plus prenante que la première, malgré la globale absence de suspense.

 

La Tour du Freux, Ann Leckie. Traduit de l’anglais par Patrick Marcel.
J’ai Lu (Nouveaux Millénaires), septembre 2020, 406 p.

 

L’Attrape-malheur #1 : Entre la meule et les couteaux, Fabrice Hadjadj

Jakob Traum est un garçon comme les autres, et pourtant…
Il est doté d’un étrange pouvoir qui peut le rendre invincible comme extrêmement vulnérable. Forcé de quitter son village natal, il part sur les routes avec un groupe de forains. Alors qu’une guerre éclate entre l’empereur Altemore et Ragar le rebelle, le don du jeune homme éveille l’intérêt des deux clans et, avec eux, celui d’un inquiétant individu au visage dissimulé par une sombre capuche.

Un nouveau roman de ma pile-à-lire boulot (dont vous aurez sans doute compris que je ne choisis pas toujours le contenu !) qui s’est révélé une très très bonne surprise.
Entre la meule et les couteaux est le premier tome d’une trilogie de fantasy qui démarre donc très bien.

L’histoire s’installe très tranquillement et il faut attendre quelques chapitres avant de voir débarquer l’élément perturbateur, à savoir la découverte du pouvoir de Jakob. Alors que dans les canons du genre, c’est le moment qui révèle le héros, ici c’est ce qui va venir irrémédiablement gâcher la vie de Jakob et lui faire prendre un virage radical. De fait, on bascule d’une introduction douce et bienveillante à un développement nettement plus sombre.

L’auteur joue à merveille avec les sentiments tout au long de la lecture. L’intrigue parvient à être à la fois légère, parfois porteuse d’humour, et excessivement sombre deux pages plus loin (sont notamment impliquées des scènes de torture physique ou psychologique, voire une décapitation. En toute simplicité). Le récit nous plonge donc dans une ambiance de conte hyper sombre, ce qui le rend très prenant.

L’intrigue est linéaire et suit le schéma assez classique du roman d’initiation. Jakob découvre l’univers familial du moulin, vit dans un petit patelin de paysans et artisans, puis part sur les routes avec le cirque Barnoves, avec lequel il découvre les autres contrées alentour. Il n’y a pas de carte au début du livre et si cela a frustré l’adoratrice de cartes en moi, je n’ai pas trouvé que cela manquait. Au contraire, cela renforce la sensation que l’on est en train de lire un conte à l’ancienne.
L’univers est un mélange entre notre Moyen-âge avec villes fortifiées, seigneurs locaux, et une certaine industrialisation, puisque l’on croise aussi des cités d’artisans, de paysans-soldats, d’artistes, etc. Bref : un univers qui colle parfaitement à l’ambiance contes.

Mais revenons au récit initiatique de Jakob. Celui-ci est riche en péripéties, qu’elles soient physiques ou morales. Jakob passe par un tas de moments extrêmement marquants (pour lui, comme pour le lecteur), qui viennent rythmer le récit. Il y a donc dans celui-ci une vraie tension qui tient en haleine – et qui tient aussi, il faut l’avouer, aux montagnes russes que nous fait faire l’auteur, entre sommets de douceur et abysses de noirceur.
Au fil des péripéties, on en vient à réfléchir à un tas de thèmes comme l’amour filial, la différence, le malheur (évidemment), la dialectique bonté/méchanceté et, en filigrane, la guerre.
Car si cet aspect est encore assez lointain, le titre annoncé du tome 3 contient le mot « batailles », ce qui me laisse supposer que la guerre qui semble se profiler entre Altemore et Ragar le rebelle va bien finir par dégénérer.

Mais ce qui m’a vraiment vraiment complètement ferrée dans ce roman, c’est le style de Fabrice Hadjadj. Celui-ci joue sur les sonorités, la polysémie, multiplie les jeux de mots, ce qui m’a donné follement envie de lire le texte à voix haute pour pleinement profiter de sa beauté et de sa musicalité. Les jeux de mots sont eux aussi très évocateurs, et ouvrent la réflexion sur les thèmes cités plus haut. Cela donne un roman un aspect à la fois poétique et philosophique, tout ça sans en faire des caisses, ce qui est hyper agréable.

Les illustrations de Tom Tirabosco, tout en noir et blanc, collent parfaitement à l’ambiance avec leur aspect très envoûtant et viennent rythmer le récit pile comme il faut. Sur la fin, une certaine illustration m’a même donné des ailes tant j’ai été inquiète de ce que je découvrais en image !

A ce stade, vous aurez sans doute compris que j’ai adoré ma lecture, de la première à la dernière page. Fabrice Hadjadj propose une introduction extraordinaire à sa trilogie de fantasy, qui renoue avec les aspects les plus sombres des contes. Après cet excellente entrée en matière, j’attends avec impatience les tomes suivants !

L’Attrape-malheur #1 : Entre la meule et les couteaux, Fabrice Hadjadj.
La Joie de Lire, 30 septembre 2020, 280 p.