Les Libérés, Les Fragmentés #4, Neal Shusterman.

Les Citoyens Proactifs, l’entreprise tentaculaire à l’origine de la création du premier formaté, s’est alliée avec l’armée américaine. Leur but : créer un bataillon de formatés, l’équipe mosaïque. Pire encore, ils ont pris soin de dissimuler une découverte scientifique capitale qui rendrait la fragmentation inutile.
Alors que Connor, Risa et Lev tentent de les arrêter, des adolescents marchent sur Washington pour demander la fin de la fragmentation. Tout pourrait bientôt changer, mais chacun doit conquérir sa propre liberté.

Si vous êtes familiers de ce blog, vous savez à quel point j’apprécie les romans de Shusterman et plus particulièrement sa série Les Fragmentés, qui restera sans aucun doute au sommet du podium des dystopies que j’ai pu lire. Raison pour laquelle j’ai autant attendu avant de lire ce quatrième et dernier tome : j’étais à la fois hyper pressée de savoir la suite et, en même temps, hyper craintive à l’idée de le terminer. Mais ces craintes étaient infondées : Neal Shusterman clôt la série en beauté !

Le début de l’histoire nous fait retrouver Connor et Risa, cachés dans une cave avec d’autres fragmentés et surtout… l’imprimante d’organes. Lev, quant à lui, est dans la Réserve du Peuple d’Argent et tente de leur faire accepter de devenir terre d’asile pour tous les déserteurs: plus facile à dire qu’à faire.
Dehors, c’est toujours la foire : l’armée crée des formatés dans le même genre que Cam (mais moins soignés, uniquement pour créer de la chair à canon), les Frags sont de sortie, les trafiquants de chair aussi, et même au sein des déserteurs, ce n’est pas le nirvana. En effet, Rufus Starkey, qui dirige la Brigade des Refusés, à force de tueries de masse (certes en libérant des camps de fragmentation !) est en train de retourner encore un peu plus, et si c’était possible, la population contre les adolescents. L’occasion de montrer, si c’était nécessaire, que la violence aveugle et le terrorisme sont rarement des réponses adéquates aux problèmes que l’on rencontre.

Comme on est dans le dernier tome, tous les fils d’intrigue se nouent ou se dénouent et nous amènent inexorablement vers une fin qu’on a du mal à discerner en amont. Le suspense est donc à son comble d’un bout à l’autre du roman et ce d’autant que Neal Shusterman n’est pas avare en péripéties échevelées ou autres rebondissements de dernière minute.
J’ai bien cru, à plusieurs reprises, que j’allais défaillir à la lecture du roman, tant j’ai été mise à rude épreuve. Je peux vous avouer tout net que les derniers chapitres m’ont vraiment mise dans tous mes états. (À ce titre, si vous êtes une âme sensible, attendez-vous à quelques scènes hardcores qui ne laissent pas indifférents).

Ici, Neal Shusterman a repris la formule fort efficace du tome précédent : le récit est entrecoupé de publicités diverses et variées, venant des différents partis politiques en lice pour les élections (qui sont de plus en plus proches). De même, entre les chapitres, on retrouve des extraits d’articles de presse évoquant des progrès médicaux en termes de greffe, des faits divers sordides ayant trait avec le trafic d’organes, ou des lois nouvellement promulguées. C’est passionnant. Mais aussi terrifiant. Car tous ces articles ne sont pas du fait de journalistes fictifs, mais ont bel et bien été publiés dans des périodiques qui existent pour de bon (et vous pouvez d’ailleurs les lire directement sur internet, sur les sites des journaux respectifs). Ainsi, l’intrigue n’est plus si science-fictive, et tout juste se pare-t-elle des atours de l’anticipation. Ce qui ne la rend que d’autant plus efficace.

C’est presque à regrets que j’ai tourné la dernière page de cette série qui, comme je le disais, entre au Panthéon de mes séries favorites – et restera ma dystopie de référence. C’est en beauté que Shusterman clôt une tétralogie d’une efficacité redoutable qui interroge les limites de la science, du progrès scientifique et de l’éthique. Le tout est, de plus, extrêmement bien écrit et prenant, ce qui ne gâche rien. Voilà donc une dystopie absolument passionnante que je recommanderai encore et encore !

◊ Dans la même série : Les Fragmentés (1); Les Déconnectés (2) ; Les Éclairés (3).

Les Fragmentés #4, Les Libérés, Neal Shusterman. Traduit de l’anglais par Sébastiens Guillot.
MsK, octobre 2015, 498 p.
Publicités

La loi du Phajaan, Jean-François Chabas.

Dans la famille de Kiet, on est dresseur d’éléphants de père en fils. Le jour de ses dix ans, Kiet part avec son père et des chasseurs pour capturer son premier éléphanteau. Pendant plusieurs jours, l’enfant participe au « Phajaan », une méthode de dressage traditionnelle particulièrement cruelle qui marquera à jamais le jeune garçon…

On change de registre aujourd’hui et on parle roman jeunesse, témoignage et droits des animaux. Jean-François Chabas est un grand nom de la littérature jeunesse (du moins dans mes tablettes), donc je partais assez confiante sur ce roman – et à raison.
Le récit nous est entièrement narré par Kiet, qui est assez âgé, tout comme Sura, son éléphant, au début de l’histoire. On sait donc dès le départ qu’ils ont survécu… On ignore encore à quel prix et c’est ce que va s’attacher à nous expliquer Kiet, qui va revenir sur la façon dont la relation qu’il a avec son éléphant s’est nouée. Spoiler : dans la douleur.

Car ce qui occupe la majeure partie du récit de Kiet est le terrible Phajaan qu’on subi l’enfant et l’éléphanteau. Cette méthode de dressage traditionnelle consiste à briser l’esprit de l’éléphant, dans les quelques jours suivant sa capture (et l’assassinat de sa meute). Kiet, alors âgé de 10 ans, résiste autant qu’il peut à son père, chef de l’expédition. On assiste donc en même temps à sa lutte pour sauver Sura et à sa lutte contre cette figure paternelle terrifiante, en laquelle il ne se reconnaît pas le moins du monde.
Alors, autant le dire tout de suite : âmes sensibles, s’abstenir. Ce n’est pas parce que le roman est tout petit et que c’est adressé aux adolescents qu’il est pour autant facile à lire. Loin de là. Les scènes du Phajaan (et certaines autres de la vie de Kiet et Sura) sont d’une cruauté difficilement soutenable car les tortures que l’on fait subir aux éléphants y sont dépeintes avec forces détails. C’est gore, il n’y a pas d’autre mot. Et c’est d’autant plus terrible que les choses se font toujours, de nos jours, de cette façon. C’est proprement inhumain !

Le récit de Kiet, d’ailleurs, s’attache à montrer comment ces traditions perdurent discrètement et comment l’industrie du tourisme de masse, malheureusement, ne fait que les perpétrer. Car en utilisant ces éléphants soi-disant domestiqués pour des promenades, les touristes mettent (pas nécessairement volontairement) la main à la pâte pour faire perdurer le système. Et c’est bien ce qui est dramatique.

Heureusement, le roman est aussi plein d’espoir. Car au fil des pages, Kiet raconte la relation étroite et pleine de tendresse qu’il a nouée avec Sura, qui semble bien le lui rendre. Et, rien que pour ça, on a envie de croire qu’un meilleur avenir est possible pour ces grands bêtes (même si de sauvages, il en reste de moins en moins).

Jean-François Chabas signe un texte très émouvant, qui dresse le portrait d’une belle relation entre un homme et son éléphant. C’est aussi un texte très dur, avec de nombreuses scènes de torture dont la cruauté est parfois difficile à supporter. Le texte est néanmoins très accessible, Jean-François Chabas étant resté très factuel dans sa narration, qui invite à une vie tenant plus compte de son environnement. Un texte à lire et à faire lire sans modération !

La Loi du Phajaan, Jean-François Chabas. Didier jeunesse, septembre 2017, 128 p.

◊ En bonus : si la question de la relation entre un éléphant et son cornac vous intéresse, Daniel Fiéver y a consacré un épisode de son émission Le Temps d’un bivouac, que vous pouvez réécouter sur le site de France Inter – mais il n’y est presque pas fait mention du Phajaan.

Bergères guerrières #1, Jonathan Garnier & Amélie Fléchais.

Voilà maintenant dix ans que les hommes du village sont partis, mobilisés de force pour la Grande Guerre. Dix ans qu’ils ont laissé femmes, enfants et anciens pour un conflit loin de chez eux… La jeune Molly est heureuse car elle peut enfin commencer l’entrainement pour tenter d’entrer dans l’ordre prestigieux des Bergères guerrières : un groupe de femmes choisies parmi les plus braves, pour protéger les troupeaux mais aussi le village ! Pour faire face aux nombreuses épreuves qui l’attendent, Molly pourra compter, en plus de son courage, sur Barbe Noire, son bouc de combat, mais également sur l’amitié de Liam, le petit paysan qui rêve aussi de devenir Bergère guerrière même si ce n’est réservé qu’aux filles…Entre Dragons et Rebelle, Bergères guerrières raconte l’odyssée d’une jeune héroïne qui va vivre de grandes aventures dans un univers médiéval-fantastique inspiré des légendes celtiques. Une histoire attachante, tout public, qui fait la part belle aux liens familiaux et communautaires, portée par un graphisme chaleureux et un scénario riche en humour et en rebondissements.

Voilà une bande-dessinée jeunesse qui m’a été recommandée par ma collègue en charge des acquisitions. Et quelle découverte !

On plonge dès le départ dans un univers de fantasy assez classique, avec un village ressemblant à s’y méprendre à un petit village Celte (résistant encore et toujours à l’envahisseur). Bon, de fait, des envahisseurs, là, il n’y en a pas des masses, les hommes étant partis dix ans auparavant pour les repousser. Ce qui a motivé la création de l’Ordre des Bergères Guerrières, dans lequel Molly s’apprête à entrer.
Liam, son meilleur ami, en rêve aussi : malheureusement, les (rares) jeunes garçons ne sont pas autorisés dans l’Ordre et relégués à des tâches subalternes. Bref, dès le départ, on a une inversion des castes de notre société actuelle… et donc des clichés. Molly, d’ailleurs, regroupe tous les traits que l’on attribue habituellement aux jeunes héros : elle est hardie, bagarreuse, enthousiaste et tout sauf modeste ! Ce qui est intéressant, c’est que le duo ne déprécie pas Liam : lui aussi regorge de qualités et on voit toute l’absurdité de la situation. Il est le parfait pendant de Molly mais, pour une obscure raison de génétique, il n’aurait pas le droit d’être lui aussi un Berger Guerrier ? C’est un peu ridicule, comme argument… et c’est bien ce que s’attache à montrer la BD, avec d’autant plus de succès que le trait n’est pas forcé.

L’intrigue, outre cet aspect purement sociétal, est bien menée : on suit l’entraînement des jeunes apprenties bergères guerrières et l’histoire installe en même temps la toile de fond. On découvre tour à tour quelques figures de l’ordre (la grand-mère et la tante de Molly, la cheffe du village, etc.) ainsi que les jeunes apprenties (les meilleures amies, les neutres, celles qui se détestent profondément). Il est donc autant question de la vie du village et des personnages que de l’intrigue purement fantasy. Entre les scènes d’action, l’histoire se montre même touchante : car si les adultes se souviennent bien des hommes disparus, ce n’est pas le cas des enfants, comme Molly et ses amis, qui ne les ont pour ainsi dire jamais vus… et sont en quête de réponses.
Ça peut paraître anecdotique, mais l’histoire fait également la part belle aux animaux : puisque les Bergères Guerrières utilisent, en effet, des ovins en guise de monture. À ce titre, mention spéciale à Barbe Noire, un bouc ô combien attachant, qui m’a vraiment rappelé Krokmou du film d’animation Dragons !

Excellente découverte, donc, que ce premier volume de la série Bergères Guerrières. J’avoue, j’étais au départ un peu dubitative mais j’ai vraiment bien fait de me plonger dedans tant la BD m’a plu. L’univers tient vraiment la route et offre son lot de bandits, sorciers et, bien sûr, guerriers valeureux ! En même temps, il possède ce petit côté original (surtout lié aux moutons et autres boucs que l’on découvre) qui fait le sel d’une bonne histoire de fantasy. Mais je dois avouer que ce qui m’a le plus emballée sont sans doute les propos égalitaires véhiculés par l’intrigue, qui font vraiment du bien à lire dans le genre. La fin, en plus, m’a laissée sur des charbons ardents et la tête pleine de questions ! Je suis très curieuse de lire la suite de cette série, qui m’a laissé l’impression de découvrir les aventures conjointes de Rebelle et Krokmou !

Bergères guerrières #1, Amélie Fléchais et Jonathan Garnier. Éditions Glénat, juin 2017, 72 p.

Les Plieurs de temps #1-2, Manon Fargetton.

Anthony est un Plieur de temps. Grâce à son horloge magique, il peut revenir 5 minutes en arrière. Mais un super-pouvoir peut-il rendre super-heureux ?

Manon Fargetton s’est lancée dans une nouvelle série autour d’un thème aussi sympathique que mystérieux : les voyages dans le temps. Les deux premiers tomes, Anthony : à cinq minutes près et Robin : à la dernière seconde, pouvaient se lire dans l’ordre que l’on souhaitait (j’imagine que les suivants nécessiteront tout de même d’avoir lu ou les aventures de Robin, ou celles d’Anthony – ou les deux). J’ai donc commencé par celles d’Anthony, puisque ce sont les premières qui me sont tombées sous la main.

Le roman est court, aussi ne se perd-on pas en détails inutiles. Malgré tout, Manon Fargetton dresse le portrait de personnages attachants et bien pensés. Mais revenons sur la question du personnage attachant car, dans le cas d’Anthony, ce n’était pas vraiment gagné : en effet, Anthony est le gros dur de la classe, celui qui a tendance ) asticoter ses petits camarades, pour le simple plaisir semble-t-il. Ce qui est intéressant, c’est que Manon Fargetton apporte des explications sensées à son comportement. Peu à peu, on en vient à comprendre ce gamin mal dans sa peau et qui se sent délaissé par ses parents, notamment son père, et cherche donc à asseoir son autorité. Toutefois, si elle trouve des explications à son comportement, elle ne l’excuse en aucun cas : ce n’est pas parce qu’il est sympa qu’il est en droit de terroriser ses petits camarades. Mieux : Anthony progresse au fil de l’intrigue, comprend en quoi son comportement n’est pas acceptable et se met à s’amender.

Au travers du personnage d’Anthony, Manon Fargetton évoque donc les thèmes du harcèlement scolaire, mais aussi (et surtout) des relations familiales et de l’amour filial : c’est très touchant !
Et tout cela s’inscrit dans une problématique un tantinet plus fantastique : celle du voyage dans le temps.
Dans le cas d’Anthony, le temps qu’il passe dans l’horloge magique de la cave lui permet de remonter en arrière de 5 minutes autant de fois que nécessaire (et dans la limite du temps engrangé). Un pouvoir bien pratique lorsqu’il s’agit de briller (momentanément) en classe, éviter une sanction, ou se décharger de ses mots noirs sans qu’il y ait de conséquence.
L’ennui, c’est qu’avoir un super-pouvoir ne fait pas forcément de vous quelqu’un de super-heureux et de bien dans ses bottes et Anthony va avoir quelques petites leçons du même acabit à apprendre. De fait, cela participe de son évolution, et c’est ce qui rend le roman si prenant.

S’il est si prenant, c’est aussi parce que l’action y est bien calibrée et que le style est très fluide. Résultat : on se retrouve à enchaîner les chapitres et à arriver à la fin quasiment sans s’en rendre compte. Le texte étant très accessible, c’est un roman qui devrait, en outre, plaire aux jeunes lecteurs (dès 9-10 ans).

Bonne première pioche, donc, que cette aventure d’Anthony. Je suis d’ailleurs ravie d’avoir attaqué par son aventure car, si je l’avais d’abord entraperçu par les yeux de Robin, je l’aurais sans doute moins apprécié (sans compter que la vue par les yeux de Robin aurait un tantinet gâché l’évolution du personnage). Ici, j’ai vraiment apprécié la façon dont Manon Fargetton nous dresse le portrait d’un jeune garçon très antipathique (il est même au-delà de l’anti-héros) qui, peu à peu, va s’amender, réfléchir et évoluer. Un très beau parcours ! Et ce d’autant qu’il est servi dans l’écrin d’une intrigue fantastique qui tient bien la route, tout en évoquant des sujets qui parleront sans aucun doute aux jeunes lecteurs. Voilà une série jeunesse que je suivrai sans aucun doute !

Les Plieurs de temps #1, Anthony : à cinq minutes près, Manon Fargetton. Illustrations de Noémie Chevalier. Rageot, mai 2017, 224 p.

Robin est un Plieur de temps. Grâce à son horloge magique, il peut arrêter le temps. Mais suffit-il d’avoir un super-pouvoir pour devenir un super-héros ?

Hop ! L’envers du décor, cette fois ! Je confirme que les deux romans peuvent se lire indépendamment ; toutefois, dans Anthony : à cinq minutes près, on assiste à une scène réunissant tous les protagonistes et Robin : à la dernière seconde s’arrête juste avant cette scène. Donc si vous les lisez dans le même ordre que moi, attendez-vous à un léger spoiler quant aux relations des enfants et quant à leurs histoires respectives (rien de dramatique, cependant, mais c’est bon à savoir).

Ici on a donc un personnage qui, au premier abord, est moins torturé que ne l’était Anthony. Pourtant, sous des dehors de bon élève, Robin a lui aussi quelques complexes. Si son histoire est moins torturée que celle de son camarade de classe, elle balaie elle aussi quelques questionnements qui peuvent traverser la tête d’enfants de son âge : placement dans la fratrie, définition du courage, volonté d’être juste et d’être un bon ami…

L’histoire est, à nouveau, bien menée et mêle vraiment bien la partie fantastique à la partie vie quotidienne.
Le texte est fluide, les péripéties s’enchaînent à bon train, entre quelques pauses plus réflexives : on ne voit pas la lecture passer ! Et, point bonus, le langage est assez soutenu (tout en restant accessible). Les illustrations de Noémie Chevalier, de leur côté, viennent souligner et aérer la lecture !

Avec ces deux titres, Manon Fargetton initie une série fantastique à la fois divertissante et évoquant avec justesse la vie quotidienne des jeunes enfants, ce qui fait qu’elle devrait plaire aux plus jeunes lecteurs, dès 9 ans. Tout le mystère n’a pas encore été levé autour des deux horloges, ce qui fait qu’à l’issue des deux premiers volumes, je suis très curieuse de découvrir la suite !

Les Plieurs de Temps #2 : Robin : à la dernière seconde, Manon Fargetton. Illustrations de Noémie Chevalier.
Rageot, mai 2017, 224 p.

A Good girl, Amanda K. Morgan.

Ses amis la pensent parfaite, et pourtant…
Ce qu’il faut savoir sur Riley Stone :

1. Riley Stone est la perfection incarnée (Demandez autour de vous.)
2. Elle a un faible pour son prof de franc¸ais, Alex Belrose. (Qu’elle soupc¸onne ne pas être indifférent à son charme.)
3. La vie entière de Riley est déjà planifiée. (Ce n’est pas négociable.)
4. Elle a toujours su préserver ses petits secrets. (Toujours.)
5. Riley est persuadée que sa vie est sur la bonne voie. (Et rien ne pourra y changer quoi que ce soit.)
6. Elle n’a rien d’une adolescente ordinaire. (Et ne s’en cache d’ailleurs absolument pas.)
7. Les petits jeux, ce n’est pas vraiment son truc. (Mais s’il faut s’y prêter, elle gagne toujours.)
L’un de ces jeux est sur le point de commencer, elle le sent… Sauf que Riley a un plan. Et elle compte bien l’emporter. Car elle ne perd jamais.

En toute honnêteté, le premier sentiment que m’a laissé ce roman, une fois que je l’ai eu terminé, ressemblait fortement à de la déstabilisation. A Good girl mériterait même une deuxième lecture, pour ne rater aucun détail !

Car le roman s’appuie sur un procédé narratif auquel je ne suis guère habituée : celui du narrateur non fiable.
Celui-ci raconte l’histoire, mais elle est à prendre avec des pincettes (à peu près autant que le récit que vous ferait un inconnu, dans la rue, d’un événement auquel vous n’avez pas assisté). Dans le cas d’une narration à la première personne (comme c’est le cas ici), cela remet complètement en cause le pacte de lecture qui se noue tacitement entre le lecteur et le narrateur, ici Riley : comme elle raconte son histoire, on va d’emblée lui faire confiance.
À tort.

De fait, on sait dès le départ que Riley cache un secret qui, s’il venait à être connu, viendrait ruiner sa réputation de fille sage et parfaite. Dans un premier temps, j’ai tout de même trouvé que le titre était un tantinet usurpé, car le secret n’est pas si énorme, ni franchement surprenant. J’ai donc passé un long moment dans l’expectative : à quel point Riley allait-elle se montrer si imparfaite ? L’histoire suit son cours assez tranquillement, mais les péripéties viennent ajouter de petites touches de malaise à l’ambiance déjà pas si légère. C’est vraiment à petits coups de trois fois rien qu’Amanda K. Morgan ajuste cette ambiance quand même un brin malsaine. Malsaine mais, en même temps, assez étrange, car il n’est pas si facile de mettre le doigt sur ce qui cloche. Est-ce dû au sentiment assez prégnant que Riley est sans doute sous la coupe d’un pervers narcissique, plus âgé et en position de supériorité par rapport à elle ? Est-ce dû à l’impression qu’elle est totalement transparente aux yeux de ses parents, ce qui la rend d’autant plus assidue au travail ? Cela vient-il du décalage que l’on sent entre Riley et ses deux meilleures amies ? Celles-ci sont plus extraverties et insouciantes que Riley, qui tente de s’accorder aux comportements lycéens de ses amies, mais parfois avec une certaine maladresse – dont on ne sait s’il faut l’imputer à une supposée timidité ou à une méconnaissance des codes sociaux.

Car ce qui occupe le roman est essentiellement une chronique adolescente : Riley et ses amies se demandent dans quelle université elles vont aller, ce qu’elles vont faire plus tard ou à quel jeune éphèbe du lycée elles vont succomber. On suit de loin en loin leur vie familiale (surtout celle de Riley, à vrai dire), ce qui vient compléter l’impression de roman tranche de vie. À ceci près que l’ambiance, comme je le disais, est loin d’être chaleureuse, sans qu’ils soit aisé de trouver d’où vient cette sensation.

Alors, évidemment, une fois que l’on a compris que Riley n’était pas un narrateur fiable, le faisceau de preuves s’assemble et donne au titre toute sa légitimité. Les indices, car il y en a, ne sont finalement pas à chercher dans la narration – celle-ci étant très soigneusement biaisée par Riley. Il faut plutôt s’intéresser aux listes à puces présentes en fins de chapitres, manifestement établies par un narrateur omniscient et extradiégétique, sobrement intitulées « Ce qu’il faut savoir sur Riley Stone ».
Là encore, ce sont souvent de petits détails semblant anodins mais qui, mis bout à bout, viennent nuancer (quand ce n’est pas contredire carrément) ce que donne à voir Riley. Et c’est bien là tout le sel du roman.

A Good girl, c’est donc l’histoire d’une adolescente bien sous tous rapports, mais qui cache une noirceur et un cynisme proprement glaçants. Amanda K. Morgan signe là un thriller psychologique bien tourné, qui mériterait une seconde lecture, à la lumière de ce que l’on découvre au cours de la première.

A Good girl, Amanda K. Morgan. Traduit de l’anglais par Mathilde Montier. Lumen, octobre 2017, 372 p.

The Crime, The Curse #2, Marie Rutkoski.


Tout a changé. Kestrel a été contrainte de lutter pour sa survie, a vu ses amis tomber autour d’elle, a dû supporter la douleur de cette terrible trahison, son éducation entière qui lui souffle de tout faire pour se venger du jeune homme. Et quand il a fallu choisir, elle a choisi, à son tour, l’impensable : sacrifier son bonheur pour celui des herrani, céder à un terrible chantage qui la force à tourner le dos à Arin une bonne fois pour toutes. Elle est désormais la fiancée du fils du monarque. S’ouvre, à la cour, un terrible jeu d’échec où Kestrel doit mentir à tout le monde, depuis l’Empereur – un homme sans pitié qui se délecte de la souffrance d’autrui – jusqu’à Arin lui-même, en passant par la masse des courtisans qui n’espèrent que sa chute.

Où l’on retrouve Kestrel, donc, peut de temps après le coup de poker qui lui a permis de sauver les fesses herranies d’Arin et de faire de la péninsule un protectorat de l’Empire – en échange de son mariage avec Verex, l’insipide fils de l’Empereur. On l’imagine aisément, Kestrel n’est pas ravie de sa nouvelle situation, car elle soupire toujours après Arin.
À ce titre, j’ai eu un peu peur, car le début de l’histoire est particulièrement niaiseux. Chacun campe sur ses sentiments, suranalyse ses rares conversations avec l’autre, imagine de chaudes retrouvailles, soupire encore, dépérit d’amour… C’est long.

Heureusement, Marie Rutkoski revient assez vite à la stratégie, point qui m’avait tout particulièrement plu dans le premier volume. Et là… il s’en passe, des choses ! Car Kestrel, comme Arin, se sont embarqués dans un jeu de dupes un tantinet dangereux, qui les amène à mentir à tour de bras, et ce à un nombre incalculable de personnes – y compris à eux-mêmes, et c’est peut-être le point le plus triste. Assez vite, la tension remonte donc, alimentée par les petits jeux de pouvoir qui ont lieu à la cour. Évidemment, Kestrel n’est pas la seule à manipuler l’art du mensonge et elle a bientôt fort à faire pour naviguer entre les réseaux d’espions des uns et des autres (les Herranis, l’empereur, Verex, ou d’autres partis pas toujours identifiés). Malgré cela, les péripéties ne sont pas survoltées : on est plus dans un roman centré sur la politique, les jeux de pouvoir et l’espionnage, bien sûr, ce qui lui donne un petit côté « polar d’ambiance » pas du tout désagréable.

Du côté de la narration, j’ai eu la sensation qu’Arin avait plus d’espace d’expression que précédemment. On passe donc d’un personnage à l’autre, ce qui nous permet de mieux percevoir les évolutions de chacun… et de mieux comprendre (et d’anticiper) leurs quiproquos. C’était intéressant également de voir à quel point leurs identités et nationalités vont venir, peu à peu, gangrener leur relation. Kestrel est Valorienne de naissance donc, par définition, elle sert l’Empereur et abonde (du moins officiellement), dans ce sens. Mais elle a grandi à Herran, qui reste son foyer de cœur, donc elle se sent concernée par le devenir du protectorat (et pas seulement parce qu’elle se consume d’amour pour Arin. Même si ça entre évidemment en ligne de compte). Arin, lui, est Herrani jusqu’au bout des ongles et se bat pour l’indépendance de son pays, quitte à nouer des relations diplomatiques pas toujours bienvenues. Or, on en arrive au point où, l’un comme l’autre, ils ont commis des actes condamnables qu’ils n’analysent pas nécessairement de la même manière. Se pose alors la question des limites de l’acceptable : est-il plus acceptable de tuer pour une noble cause que pour sauver sa place ? Posée ainsi, la question semble purement rhétorique, mais ils en arrivent effectivement à ce genre de réflexion, à se demander si la raison d’État prévaut sur l’éthique et s’il l’un a de meilleures raisons d’agir que l’autre – et tout n’est évidemment pas résolu, ce qui laisse à chacun la possibilité de réfléchir.
J’évoquais, un peu plus haut, de nouveaux liens diplomatiques : on quitte enfin les frontières de la Valorie pour aller visiter les voisins, ce qui nous amène à rencontrer de nouveaux personnages – et à obtenir de nouveaux éclairages sur quelques personnages connus. Ainsi, on retrouve Jess et Ronan, les meilleurs amis (Valoriens, évidemment) de Kestrel et Marie Rutkoski a, là aussi, choisi une orientation très intéressante (que je ne dévoilerai pas), qui apporte son lot de piquant au récit (et son lot d’ennuis à Kestrel). Entre eux et Arin, on ne peut pas dire que ses débuts à la cour soient des plus fastes. De même, alors qu’il semblait jusque-là pas mal absent, son père est cette fois un peu plus présent et on en arrive à mieux cerner cet énigmatique personnage, plus occupé à conquérir des territoires et des peuples à droite à gauche qu’à s’occuper de sa fille.

Comme dans le premier tome, l’esclavage est également au cœur de la question. Cette fois, on rencontre et on suit plus de personnages herranis, ce qui nous donne une vision bien plus globale de la situation. Alors que Kestrel était assez progressiste, maintenant qu’elle est à la cour, elle est entourée de personnes très conservatrices, qui respectent à peine l’indépendance toute neuve du territoire – sans parler du statut d’hommes ou de femmes libres des herranis. Cela occasionne des conversations un poil glauques, où certains considèrent leurs concitoyens comme guère moins que du bétail.

Si j’ai eu quelques frayeurs en attaquant le roman, Marie Rutkoski est vite revenue à ce qui m’avait tant plu dans le tome 1 : la stratégie et les petites magouilles politiques, sur fond de lutte contre un état esclavagiste. Kestrel est de plus en plus compromise et ses choix entraînent des péripéties passionnantes, bien que plus centrées sur la lutte politique sur l’action pure et dure. La stratégie et la lutte politique prennent de plus en plus le pas sur l’intrigue ; la romance n’est pas en reste, mais force est de constater que l’on tend de plus en plus vers le drame que vers la comédie romantique (ce qui n’est pas pour me déplaire !). Après un tome aussi intense, j’ai terriblement hâte de lire le troisième et dernier volume de la série !

◊ Dans la même série : The Curse (1) ;

The Curse #2, The Crime, Marie Rutkoski. Traduit de l’anglais par Mathilde Montier.
Lumen, septembre 2017, 535 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Étrangère, Souvenirs perdus #1, Samantha Bailly.

Il existe une île nommée Enfenia.
Depuis des siècles, nul ne peut y entrer. Nul ne peut en sortir. Un Léviathan tourne autour, il est autant le gardien des habitants que leur geôlier. La légende veut qu’un jour, quand les Enfenians seront prêts, la créature se retirera et les laissera découvrir le monde.
Alors que l’île célèbre une fois de plus le rituel visant à accomplir la prophétie, une femme est retrouvée inconsciente sur la plage. Une femme au visage inconnu. Une étrangère.

Il traînait dans ma bibliothèque depuis mes premières Imaginales (en 2014…), il commençait vraiment être temps de lui faire un sort…

C’est un roman que j’ai lu quasiment d’une traite, tant j’étais prise dans l’intrigue : dès le départ, Samantha Bailly met en place un univers intrigant, dont on aimerait découvrir les rouages. Et comme elle a choisi trois personnages avec des points de vue très différents, cela va assez vite.
Au lot des protagonistes, on a donc Nel, la fille du chef d’Enfenia, appelée à prendre sa succession en tant que dirigeante. Nel est plutôt conservatrice, eu égard à son éducation et va donc s’opposer très violemment à Syon, un jeune Enfenian de son âge. Syon, lui, a perdu son père, qui a quitté l’île – sacrilège ! – et a sans doute été croqué par le Léviathan qui rôde autour des lieux. Le déshonneur est donc retombé sur les siens… Sans trop de surprise, Syon est partisan de révolution, de nouveautés, et souffre de l’immobilisme des Enfenians (et de leurs préjugés). Enfin, on a Isil, l’étrangère amnésique, qui va donc découvrir cet univers avec des yeux aussi neufs que ceux des lecteurs. Parfait pour découvrir de quoi il retourne, donc !

Assez vite, tous trois se retrouvent embarqués dans une aventure qu’ils n’attendaient pas : les péripéties s’enchaînent et je me suis surprise à tourner les pages à une vitesse folle.
Toutefois, une fois la dernière page tournée, je me suis aperçue que j’étais un peu sur ma faim : l’histoire est très courte et ça s’arrête un peu en plein milieu – c’est du moins la sensation que cela m’a laissé. Ceci étant dit, cela donne indéniablement envie de lire la suite. Au fil de la traque, nos trois jeunes protagonistes vont découvrir un autre mode de fonctionnement que celui d’Enfenia, ce qui va les amener à questionner ce qu’ils connaissent – notamment Syon et Nel, Isil se contentant d’engranger ce qu’elle découvre. D’ailleurs, si l’identité de celle-ci commence à se révéler, c’est pour sembler de plus en plus mystérieuse, détail qui a sans doute contribué à l’effet de suspens laissé par la fin.

Un peu comme dans Oraisons (et bien que le texte s’adresse à un public nettement plus jeune !), on retrouve un système politique très tourné vers la religion, même si le thème n’apparaît pas immédiatement. Il rôde plutôt entre les pages, à l’instar du Léviathan qui garde les Enfenians. Mais au vu du développement de l’intrigue, je parierais qu’il va devenir de plus en plus important. Autre thème qui n’est pas sans rappeler son autre série : celui du choix, notamment sur l’avenir (un peu bouché pour chacun des trois protagonistes). Le thème est d’autant mieux exploré que Samantha Bailly a choisi un récit à focalisation interne, mais pas en première personne, ce qui permet de vraiment explorer les sentiments et pensées de chaque personnage et son évolution.

Étrangère était donc une chouette introduction à la trilogie Souvenirs perdus, même si j’ai regretté la brièveté de ce premier tome (et la coupe un peu brutale en fin de volume). Malgré cela, l’intrigue est riche en péripéties, tout en nous donnant un aperçu assez complet de l’univers, des thèmes, des personnages et des forces en présence. Autant de points qui m’ont donné envie de lire la suite !

Souvenirs perdus #1, Étrangère, Samantha Bailly. Syros, mai 2014, 329 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :