Cendrillon 2.0, Ashley Poston.

Ellie Wittimer, geek de son état, ne vit que pour Starfield, le grand classique de science-fiction dont son père était, lui aussi, un grand fan avant sa mort. Alors, quand le reboot de la mythique saga est annoncé au cinéma, elle croit devenir folle de joie. Sauf que c’est Darien Freeman, acteur de séries légères pour adolescents, qui décroche le rôle principal. Et ça, aux yeux d’Ellie et de milliers de fans historiques du chef-d’œuvre, c’est intolérable. Martyrisée par sa belle-mère et ses deux demi-sœurs qui mènent la grande vie et la prennent pour leur domestique, elle a hâte de voler enfin de ses propres ailes après sa dernière année de lycée. En attendant, elle assassine le pauvre Darien à longueur de posts sur son blog – s’assurant, à sa grande surprise, une audience de plus en plus large sur les réseaux sociaux. Alors, quand le tournage du film commence pour le jeune comédien, les difficultés aussi ! D’autant qu’il doit apparaître à la plus grosse convention du pays, autrefois fondée par le père d’Ellie en personne…

Une réécriture de Cendrillon version geek ? Voilà qui a eu le mérite de titiller ma curiosité ! Et quitte à divulgâcher le contenu de ma chronique, je préfère prévenir de suite : j’ai adoré !

Ellie Wittimer ne vit que pour une chose : la série Starfield (qui ressemble follement à Star Trek), dont son père était également un fan assidu. Malheureusement, Ellie a perdu ses deux parents, et se retrouve forcée de vivre dans sa maison d’enfance, coincée entre sa belle-mère et les deux horribles filles de celle-ci, qui la prennent toutes pour la bonniche de service. Heureusement, Ellie peut compter sur sa passion, son blog, Rebelgunner et les Stargunners (les autres fans de Starfield) pour s’évader quelque peu – et ce même si elle est horriblement déçue d’apprendre que le reboot de la série a mis Darien Freeman, un acteur pour midinettes, dans le costume du prince Carmindor.
Darien Freeman, de son côté, n’en peut plus de joie : même s’il le cache à ses collègues et aux tabloïds, il est fan depuis toujours de Starfield et extrêmement heureux d’interpréter le rôle du personnage principal, le prince Carmindor. Même si tout le monde pense qu’il n’a eu le rôle que par copinage, et que la communauté de fans est plus que mitigée – comme le montrent les articles plus que désobligeants que publie le blog Rebelgunner.

Assez classiquement, le roman alterne donc les chapitres, se concentrant tour à tour sur l’un ou l’autre des deux protagonistes avec, pour point commun, le tournage du film Starfield en cours, ce qui nous donne un assez bon aperçu de l’univers de la fameuse série. Par un hasard totalement rocambolesque, mais plutôt bien trouvé et bien mis en scène, Darien et Ellie se retrouvent à communiquer par sms… et à évoquer leur passion commune pour Starfield. Et d’un côté comme de l’autre… on ne peut pas dire que la situation fasse rêver. Darien est sous la coupe de son père et manager qui organise sa carrière, mais aussi sa vie privée, d’une main de fer. Du côté d’Ellie, pas de mystère… sa trajectoire suit parfaitement celle du conte de Cendrillon, mais sauce XXIe siècle. J’avoue m’être régulièrement demandé ce que pouvaient bien faire les services sociaux !!

Ce qui m’amène au point majeur du roman : la réécriture de Cendrillon. Que j’ai trouvée excellente ! Ashley Poston a intégré à son roman tous les épisodes du conte classique, réinterprétés dans une ambiance très moderne, et avec les préoccupation d’Ellie concernant Starfield et le concours de cosplay qu’elle a en ligne de mire. Et tout ce qui pouvait difficilement s’intégrer ? Eh bien cela a été délicieusement adapté. Ellie, ainsi, travaille dans un food-truck customisé en citrouille – dans lequel elle vend des beignets de citrouille, donc, avec sa collègue Sage. Et ce que j’ai trouvé vraiment génial, c’est que cette trame est bien présente, tout en sachant se faire oublier. Si bien que j’ai été surprise par l’arrivée de certains épisodes (alors qu’il est quand même assez aisé de suivre les péripéties du conte initial !). C’est dire si le mélange des genres a été réussi. Point bonus : on peut même lire le scénario du dernier épisode de Starfield (central dans le récit) à la fin du roman.

Sans trop de surprise, les échanges entre Darien et Ellie débouchent sur une relation un peu plus prononcée (c’est Cendrillon, quand même !), mais qui démarre doucement et s’installe subtilement – ce que j’ai trouvé hautement agréable.

Très bonne pioche avec ce titre, donc ! Ashley Poston propose un mélange détonnant mais parfaitement réussi entre les thèmes de Cendrillon et un univers de science-fiction. Les pratiques « de geek » (conventions, fanfictions, cosplay, etc) sont vraiment mises à l’honneur avec beaucoup de bienveillance (et ça donne même envie de s’y remettre). L’alternance des chapitres, si elle est assez classique, permet d’entretenir le suspense et de laisser l’intrigue progresser de façon équilibrée. De plus, l’autrice développe quelques arcs narratifs secondaires bien menés et que j’ai suivis avec plaisir.
J’ai donc passé un très bon moment avec ce roman (que j’ai lu en à peine deux jours !), et suis curieuse de lire le tome suivant – même s’il s’intéressera à d’autres personnages, le récit autour d’Ellie et Darien étant totalement fini.

Il était une fangirl #1, Cendrillon 2.0, Ashley Poston.
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sarah Dali et Ombeline Marchon.
Lumen, février 2021, 556 p.

Akata Witch #1, Nnedi Okorafor.

Mon nom est Sunny Nwazue et je perturbe les gens. Je suis Nigériane de sang, Américaine de naissance et albinos de peau. Être albinos fait du soleil mon ennemi. C’est pour ça que je n’ai jamais pu jouer au foot, alors que je suis douée. Je ne pouvais le faire que la nuit. Bien sûr, tout ça, c’était avant cette fameuse après-midi avec Chichi et Orlu, quand tout a changé. Maintenant que je regarde en arrière, je vois bien qu’il y avait eu des signes avant-coureurs. Rien n’aurait pourtant pu me préparer à ma véritable nature de Léopard. Être un Léopard, c’est posséder d’immenses pouvoirs. Si j’avais su en les acceptant qu’il me faudrait sauver le monde, j’y aurais peut-être réfléchi à deux fois. Mais, ce que j’ignorais alors, c’est que je ne pouvais pas empêcher mon destin de s’accomplir.

Cela fait un moment que j’ai noté les romans de Nnedi Okorafor sur ma liste-à-lire. J’avoue que je pensais plutôt à Qui a peur de la mort ? pour attaquer son œuvre, mais c’est finalement par le rayon jeunesse que je l’ai découverte. Et avec beaucoup de plaisir, je dois dire !

L’autrice déploie ici un univers fourmillant d’idées que j’ai trouvé proprement fascinant ! Je n’ai pas eu l’impression d’être assommée de descriptions et pourtant, le roman m’a laissé de fortes impressions visuelles.
Il faut dire qu’elle met le paquet : entre le funky train, les sortilèges aux effets bœufs et les mille et une petites choses de la vie – magique ou civile – qui font partie de l’intrigue (comme les matchs de foot ou les découvertes des lieux réservés aux sorciers), il est extrêmement facile de s’immerger.
Le système de magie est vraiment intéressant, surtout la façon dont les Léopards (le peuple des sorciers) gagnent des chittims, la monnaie locale : pour cela, il leur suffit d’apprendre. Plus la leçon est importante, plus la somme gagnée l’est ! En plus de cela, la valeur des chittims est inversement proportionnelle à la matière dont ils sont faits. En gros, les chittims d’or, c’est la menue monnaie, les chittims de bronze, ce sont les grosses pièces. C’est peut-être un peu classique, mais j’ai trouvé ça vraiment sympa comme trouvaille.

– T’aimerais bien l’être, toi, affirma Chichi avec un petit sourire satisfait. Bref, Kehinde et Taiwo, les jumeaux, ont passé le dernier niveau et sont devenus « les érudits des liens ». Une vieille femme nommée Sugar Cream est la quatrième, c’est « l’érudite du dedans ». Elle vit la majorité du temps dans la bibliothèque Obi. C’est la plus âgée et la plus respectée de tous. C’est elle la bibliothécaire en chef.
– La bibliothécaire ? répéta Sunny en fronçant les sourcils. En quoi est-ce si import…
– Laisse-moi t’expliquer un truc que Chichi et Sasha ont du mal à intégrer, intervient Orlu en reposant sa fourchette. Les Léopards – partout dans le monde – ne sont pas comme les Agneaux. Les Agneaux pensent que l’argent et tout ce qui est matériel sont les choses les plus importantes dans la vie. Tu peux tricher, mentir, voler, tuer, être bête à bouffer du foin, mais si tu peux te targuer d’avoir du fric et de posséder des tas d’objets, et que tu te vantes à raison, tu peux tout faire. L’argent et les possessions matérielles font de toi un roi ou une reine au royaume des Agneaux. Rien de ce que tu fais alors n’est mal, tout t’est permis. Les hommes et femmes Léopards sont différents. La seule manière de gagner des chittims, c’est en apprenant. Plus tu apprends, plus tu en obtiens. La connaissance est au centre de tout. Le bibliothécaire en chef de la bibliothèque Obi est le gardien du plus grand gisement de connaissances de toute l’Afrique de l’Ouest.

Au début du roman, j’ai eu (je dois dire) l’impression que l’autrice nous enfilait quelques clichés. La société est discrètement séparée entre Léopards et Agneaux – les Moldus locaux -, il y a une école de magie cachée, on mange des plats exotiques assez étranges et les adultes ont une fâcheuse tendance à déléguer des tâches d’une importance capitale à des petits nouveaux pas formés. Cela vous rappelle quelque chose ? Eh bien pas de panique, car c’est surtout pour les côtés roman d’apprentissage magique, école cachée et univers follement original que l’on s’y retrouve ! En effet, Nnedi Okorafor avance ses pions avant de détourner complètement les tropes et de prendre des directions un peu moins attendues. Bref, c’est drôle et bien mené !

Le récit évoque aussi à merveille les sujets de la différence et de la difficulté à s’intégrer. Sunny a en effet bien du mal. Déjà parce qu’elle est albinos et qu’aux yeux de ses compatriotes, elle n’a ni la bonne couleur, ni la bonne nationalité (puisqu’elle a grandi aux États-Unis). La vie à l’école est hyper difficile, la vie à la maison l’est tout autant, elle a du mal à se faire des amis et vit la découverte de son identité de sorcière comme une libération. Et si la part du roman d’apprentissage est importante, elle s’efface presque devant l’originalité de l’intrigue et de l’univers, ce qui forme un ensemble bien équilibré.
Outre les inventions propres aux Léopards, l’univers s’appuie fortement sur la mythologie et les coutumes nigérianes, qui s’entremêlent fortement aux pratiques magiques. Franchement ? Cela change agréablement dans le paysage de l’imaginaire ! Le texte est d’ailleurs parsemé de caractères nsibidi, une langue idéogrammatique utilisée par les Léopards. J’ai hautement apprécié le glossaire très riche en fin de volume, qui éclaire les lecteurs non seulement sur les mots utilisés en nsibidi, mais aussi dans les autres langues pratiquées au Nigeria. Tout cela permet une excellente immersion dans l’univers !

Cerise sur le gâteau ? Eh bien Akata Witch propose une véritable conclusion. Bien sûr, l’intrigue appelle à une exploration plus poussée de l’univers (et ça tombe bien, car il existe un tome 2 !), mais en proposant une fin très satisfaisante. Donc c’était parfait !

En bref, j’ai adoré commencer l’œuvre de Nnedi Okorafor par ce roman jeunesse qui propose une fantasy vraiment originale. Le récit est hyper fluide, sait se tirer des clichés que l’on sent se profiler tout en proposant une aventure complète. Excellente pioche pour ma part, donc, et je compte bien lire le tome 2 cette année !

Akata Witch #1, Nnedi Okorafor. Traduit de l’anglais (Nigeria) par Anne Cohen-Beucher.
L’École des Loisirs, 15 janvier 2020, 362 p.

Plein gris, Marion Brunet.

Qui a tué le leader de la bande ? Sur le voilier pris dans la tempête, chacun suspecte l’autre…
Lorsqu’Élise et Victor découvrent le corps de Clarence, noyé près de la coque de leur voilier, Emma comprend que leur croisière a définitivement viré au cauchemar. Avec la disparition de son leader charismatique, ce sont tous les secrets de la bande qui remontent à la surface, les rancœurs et les lâchetés qui régissent toujours un groupe. Et quand une tempête terrifiante s’annonce, les émotions et les angoisses se cristallisent dans une atmosphère implacable…

L’an dernier, j’avais plus qu’adoré Sans foi ni loi de Marion Brunet (que je n’ai pas chroniqué, mais que je vous recommande très chaudement). Donc j’étais très curieuse de lire son petit dernier en littérature jeunesse (je ne l’ai pas encore lue en adulte) avec Plein gris ! Et… et bah j’ai a-do-ré !

Une petite mise en garde si vous vous renseignez sur ce titre : bien que je l’ai catégorisé en « polar » sur mon blog (par défaut), ceci est un pur roman noir ! Pas d’enquête, pas de recherche du coupable ici, mais un portrait psychologique très fin des personnages.

Le récit est intégralement mené par Emma, une des jeunes navigatrices, et commence très fort puisque dès la première ligne, on assiste à la découverte du corps de Clarence flottant près du voilier. Or, ce n’est pas le problème le plus important auquel sont confrontés les personnages, si l’on peut dire, puisqu’il y a aussi cette  tempête qui va bientôt s’abattre sur eux et qui s’annonce dévastatrice. Cette terrible échéance amène un suspense incroyable au roman : on est tellement pris par l’ambiance cataclysmique du récit qu’on s’interroge à peine sur le pourquoi du comment on en est arrivés là.

Il faut dire que le récit fait alterner des scènes sur le bateau (avec nos quatre matelots pris dans la tourmente) et des flashbacks de leur rencontre, de leur amour (ou désamour) pour la voile, de leurs relations pas toujours apaisées avec Clarence, le disparu, charismatique leader s’il en était.
Au fil des pages, Marion Brunet tisse un très beau portrait de l’adolescence et des ado en pleine construction d’eux-mêmes (par eux-mêmes, par rapport à leurs amis, au sein d’un groupe…). Très vite dans leur jeunesse, les protagonistes se sont trouvés et ont formé un petit groupe très fermé, évoluant indépendamment de leurs congénères lycéens. Toujours sous la houlette de Clarence, qui fait la pluie et le beau temps sur leurs relations ! En creux, on découvre aussi un portrait de l’amitié toxique, hyper bien mené. Si les premiers chapitres restent en surface du sujet, l’autrice nous plonge de plus en plus loin dans les sombres abysses des relations du petit groupe. C’est aussi ce qui fait que l’on est happé par le récit, et plus tellement centrés sur le décès : ce qui s’est tramé dans le passé est aussi palpitant (si ce n’est plus !) que ce qui se déroule dans le présent.

Tout cela est mené d’une plume maîtrisée, qui ne laisse rien au hasard. L’effet cinématographique très fort des scènes sur le bateau vient aussi d’un champ lexical maritime très riche. Alors évidemment, si vous ne connaissez pas tous les termes techniques, certains vous laisseront peut-être un peu de côté. Est-ce gênant ? Pas du tout. Parce que même si certains termes semblent obscurs, le rythme, la précision de la plume, la poésie de certains extraits balaient tout sur leur passage.

En bref, Marion Brunet signe un roman noir à l’ambiance aussi prenante qu’angoissante. Le récit rythmé, porté par de courts chapitres alternant présent et flashbacks, laisse monter doucement la tension de ce huis-clos assez particulier. En même temps, l’autrice brosse un très beau portrait de l’adolescence et de l’amitié toxique. Excellente découverte pour ma part !

Plein gris, Marion Brunet. Pocket jeunesse (PKJ), 14 janvier 2020, 208 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Bpocalypse, Ariel Holzl. #PLIB2021

Pour se rendre au lycée, Samsara n’oublie jamais sa batte de baseball, ses talismans et son couteau de chasse. Tout ce dont elle a besoin pour affronter les animaux mutants, fantômes et autres créatures qui ont envahi les rues de Concordia après l’Apocalypse. Aujourd’hui, la ville vient de lever la quarantaine de l’ancien parc public et s’apprête à accueillir ses habitants, réputés avoir muté. Les deux jumeaux que Sam voit débarquer dans sa classe sont loin d’avoir un physique standard. Très vite, ceux qui se moquent d’eux ou les prennent à partie sont les victimes d’incidents inexpliqués. Tout semble accuser les nouveaux venus. Mais dans une ville comme Concordia, peut-on se fier aux apparences ?

Un nouveau titre d’Ariel Holzl ? Comment résister ?! Comme avec l’excellent Lames Vives, l’auteur change de nouveau de registre par rapport à son titre précédent et s’attaque cette fois à la dystopie post-apocalyptique – un genre dont on pensait avoir déjà tout tiré. Eh bien il se trouve que non.

Le roman nous propulse donc à Concordia, petite ville américaine pas franchement riante du Kansas. Huit ans plus tôt, on y a donc survécu à l’Apocalypse et la population s’est habituée… à peu près à tout. Les zombies ne sont guère plus que de la faune locale, les bestioles mutantes aussi et les petits caïds du lycée n’ont pas beaucoup évolué.
L’auteur nous plonge dans un univers à la fois très classique (le lycée ressemble à s’y méprendre aux nôtres, si l’on excepte la milice et les tests ADN à l’entrée), et à la fois dépaysant, puisque la ville est départagée en quartiers, suivant la menace qui y règne. Et à l’intérieur du quartier, il faut être attentif aux tracés de peinture et respecter les couleurs qui signalent dangers et menaces – mortelles, évidemment.
L’univers fourmille ainsi de trouvailles toutes plus chouettes les uns que les autres. La monnaie ? Oubliez l’argent, bienvenue aux CD et DVD. La banque est donc… un vidéoclub. La nourriture ? Eh bien il faut aimer les boîtes de conserve et ne pas être trop regardants sur le contenu du ragoût… Quant aux habitants… mieux vaux ne pas compter le nombre exact de dents du voisin, sous peine d’être terrifié. Concordia recèle un bestiaire riche et varié : j’ai parlé plus haut des zombies et bestioles mutantes mais il faut bien se dire que de nombreux mutants sont aussi et surtout… humanoïdes ! C’est d’ailleurs ce qui lance l’histoire, puisque l’on demande aux Concordiens d’accueillir de nouveaux mutants, ce qui n’est pas du goût de tout le monde. De ce fait, l’intrigue a un côté assez classique : lutte des anciens (tenants du « tout-humain ») et des modernes (plus ouverts d’esprit quant à la disposition génétique de chacun), le tout sur fond de lutte des classes bien ancrée, et d’un brin de racisme. Alors oui, les communautés vivent ensemble à peu près sereinement (et c’est pas mal), mais des mutants, franchement !

Alors, qu’est-ce qui rend le récit si prenant ?
Eh bien déjà, l’univers si riche dont je parlais ci-dessus. Même si on a l’impression de zoner dans un film de série B, chaque trouvaille m’émerveillait un peu plus ! Car Ariel Holzl ne nous balance pas d’un coup tout son cheptel. On découvre plutôt au fil des errances des personnages dans la cité ce dont elle se compose, quartier par quartier. Sans avoir l’impression de lire un catalogue, ce qui est parfait ! Même si chaque créature semble assez attendue au vu de l’univers, j’ai plutôt été surprise d’en découvrir certaines (les zombies, ou les vers des neiges, par exemple), car la cohabitation est vraiment riche.

Ensuite, les personnages. Le récit est centré sur Sam, notre lycéenne vedette. Sam est un personnage vraiment intéressant : pas forcément sympathique (je lui ai parfois trouvé un petit côté Katniss pour la froideur dont elle peut faire preuve, et sa façon assez déplorable de traiter ses amis ! Je ne vous parle même pas de son béguin pour l’abruti canon du coin), mais traversé par d’intéressants questionnements. Ainsi, Sam a un projet dans la vie (devenir milicienne et dézinguer du mutant, deux souhaits qu’elle a d’excellentes raisons d’avoir) et elle ne va pas forcément se poser les bonnes questions en temps et en heure. On pourrait même dire qu’elle est un peu bornée mais c’est aussi pour cela qu’on l’apprécie. On la regarde donc s’embourber dans ses obsessions, en se demandant bien quand elle va redresser la barre. Et c’est, je trouve, ce qui nous pousse à nous interroger sur nous-mêmes : qu’aurions-nous fait dans des circonstances similaires ? (Car oui, vraiment, Sam a des œillères, mais aussi d’excellentes raisons d’en avoir).
Mais Sam a également des amis proches qui portent eux aussi le récit. Si Danny s’éclipse assez vite (avec ses amis mutants), on se rattrape sur Yvette. Ha, Yvette !! Clairement et définitivement mon personnage préféré de ce roman ! Avec son franc-parler et son amour pour les amulettes en tout genre (on pratique le vaudou dans sa famille), elle oppose un parfait contrepoint à l’entêtement de Sam. Et puis, vu combien Sam est chiante (soyons honnêtes), on se rattrape forcément avec Yvette ! Le duo fonctionne à merveille – et pas seulement en raison des échanges de punchlines entre les deux adolescentes. Le panel comporte aussi, évidemment, quelques opposants que l’on adore détester et d’autres dont on se dit qu’il y a peut-être encore un bon fond à sauver (ou peut-être pas).

Le maquillage artisanal ne la rendait pas franchement sereine. Le maquillage artisanal chimique ? Encore moins. Surtout si c’était Yvette qui maniait les éprouvettes. Sans parler de ses conseils de séduction :
-Montre-toi vulnérable. Prends-le par les sentiments. ça va le faire craquer, en mode chevalier servant !
– Et si c’est juste un psychopathe qui veut me voir souffrir ?
– Encore mieux. T’auras l’air de la parfaite victime !
– Yvette, tu es la honte de la cause féministe postapocalyptique.

L’intrigue, enfin. Le récit sait laisser planer des parts de mystère exactement où et quand il faut. Le début peut paraître assez simple mais on se rend bien vite compte que l’intrigue recèle quelques surprises et développements qui la complexifient. Si, dans l’ensemble, le cheminement n’est pas révolutionnaire, la façon dont elle est menée la rend à la fois passionnante et palpitante. Car l’auteur mêle à la post-apocalypse des sous-intrigues plus réalistes, comme la petite guerre des clans qui règnent dans la cité (chaque quartier ayant ses revendications et ses spécificités… un peu comme dans la vraie vie !), ou les petites bisbilles qui opposent les lycéens les uns aux autres. Ce qui fait que, de sous-intrigue en arc secondaire, on progresse rapidement et avec entrain.

En bref, Bpocalypse est une dystopie entraînante. Si l’intrigue passe par une évolution assez classique, le récit est vraiment porté par ses personnages, et son univers riche et parfaitement construit, et qui fait quelques clins d’œil aux classiques du genre (qu’il s’agisse de films ou de séries). Le style est fluide, le récit bien rythmé et souvent relevé par des échanges de répliques particulièrement percutantes entre les personnages. A la fin, j’en aurais quand même voulu plus, tant j’ai apprécié l’univers. Donc je serais assez partante pour une autre aventure dans les parages !

Bpocalypse, Ariel Holzl. L’École des Loisirs (Medium+), octobre 2020, 413 p.
#PLIB2021 #9782211310161

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

L’Attrape-malheur #1 : Entre la meule et les couteaux, Fabrice Hadjadj

Jakob Traum est un garçon comme les autres, et pourtant…
Il est doté d’un étrange pouvoir qui peut le rendre invincible comme extrêmement vulnérable. Forcé de quitter son village natal, il part sur les routes avec un groupe de forains. Alors qu’une guerre éclate entre l’empereur Altemore et Ragar le rebelle, le don du jeune homme éveille l’intérêt des deux clans et, avec eux, celui d’un inquiétant individu au visage dissimulé par une sombre capuche.

Un nouveau roman de ma pile-à-lire boulot (dont vous aurez sans doute compris que je ne choisis pas toujours le contenu !) qui s’est révélé une très très bonne surprise.
Entre la meule et les couteaux est le premier tome d’une trilogie de fantasy qui démarre donc très bien.

L’histoire s’installe très tranquillement et il faut attendre quelques chapitres avant de voir débarquer l’élément perturbateur, à savoir la découverte du pouvoir de Jakob. Alors que dans les canons du genre, c’est le moment qui révèle le héros, ici c’est ce qui va venir irrémédiablement gâcher la vie de Jakob et lui faire prendre un virage radical. De fait, on bascule d’une introduction douce et bienveillante à un développement nettement plus sombre.

L’auteur joue à merveille avec les sentiments tout au long de la lecture. L’intrigue parvient à être à la fois légère, parfois porteuse d’humour, et excessivement sombre deux pages plus loin (sont notamment impliquées des scènes de torture physique ou psychologique, voire une décapitation. En toute simplicité). Le récit nous plonge donc dans une ambiance de conte hyper sombre, ce qui le rend très prenant.

L’intrigue est linéaire et suit le schéma assez classique du roman d’initiation. Jakob découvre l’univers familial du moulin, vit dans un petit patelin de paysans et artisans, puis part sur les routes avec le cirque Barnoves, avec lequel il découvre les autres contrées alentour. Il n’y a pas de carte au début du livre et si cela a frustré l’adoratrice de cartes en moi, je n’ai pas trouvé que cela manquait. Au contraire, cela renforce la sensation que l’on est en train de lire un conte à l’ancienne.
L’univers est un mélange entre notre Moyen-âge avec villes fortifiées, seigneurs locaux, et une certaine industrialisation, puisque l’on croise aussi des cités d’artisans, de paysans-soldats, d’artistes, etc. Bref : un univers qui colle parfaitement à l’ambiance contes.

Mais revenons au récit initiatique de Jakob. Celui-ci est riche en péripéties, qu’elles soient physiques ou morales. Jakob passe par un tas de moments extrêmement marquants (pour lui, comme pour le lecteur), qui viennent rythmer le récit. Il y a donc dans celui-ci une vraie tension qui tient en haleine – et qui tient aussi, il faut l’avouer, aux montagnes russes que nous fait faire l’auteur, entre sommets de douceur et abysses de noirceur.
Au fil des péripéties, on en vient à réfléchir à un tas de thèmes comme l’amour filial, la différence, le malheur (évidemment), la dialectique bonté/méchanceté et, en filigrane, la guerre.
Car si cet aspect est encore assez lointain, le titre annoncé du tome 3 contient le mot « batailles », ce qui me laisse supposer que la guerre qui semble se profiler entre Altemore et Ragar le rebelle va bien finir par dégénérer.

Mais ce qui m’a vraiment vraiment complètement ferrée dans ce roman, c’est le style de Fabrice Hadjadj. Celui-ci joue sur les sonorités, la polysémie, multiplie les jeux de mots, ce qui m’a donné follement envie de lire le texte à voix haute pour pleinement profiter de sa beauté et de sa musicalité. Les jeux de mots sont eux aussi très évocateurs, et ouvrent la réflexion sur les thèmes cités plus haut. Cela donne un roman un aspect à la fois poétique et philosophique, tout ça sans en faire des caisses, ce qui est hyper agréable.

Les illustrations de Tom Tirabosco, tout en noir et blanc, collent parfaitement à l’ambiance avec leur aspect très envoûtant et viennent rythmer le récit pile comme il faut. Sur la fin, une certaine illustration m’a même donné des ailes tant j’ai été inquiète de ce que je découvrais en image !

A ce stade, vous aurez sans doute compris que j’ai adoré ma lecture, de la première à la dernière page. Fabrice Hadjadj propose une introduction extraordinaire à sa trilogie de fantasy, qui renoue avec les aspects les plus sombres des contes. Après cet excellente entrée en matière, j’attends avec impatience les tomes suivants !

L’Attrape-malheur #1 : Entre la meule et les couteaux, Fabrice Hadjadj.
La Joie de Lire, 30 septembre 2020, 280 p.

Héritages, Gardiens des Cités perdues #8, Shannon Messenger.

Sophie n’en peut plus de vivre dans le mensonge et l’illusion : cette fois, il lui faut des réponses. Mais la vérité n’est pas toujours bonne à entendre, surtout quand elle apporte son lot de nouvelles responsabilités… Et que la jeune fille n’est pas la seule concernée. Car le passé trouble de certains de ses amis n’a rien d’un hasard. Beaucoup sont porteurs d’un destin qui les dépasse, qui se joue d’eux et de leurs principes.Commence alors un jeu de pistes dangereux, où la fidélité de chacun se voit remise en cause. Et si les indices s’accumulent, le doute, lui, s’insinue dans le petit groupe à mesure que la frontière entre le bien et le mal se trouble. Une question occupe désormais tous les esprits : qui est véritablement digne de confiance ?À force de creuser pour découvrir ce que cachent les mystères qui l’entourent, Sophie Foster se retrouve dans ce huitième tome de Gardiens des Cités perdues face à elle-même et à ses illusions perdues. L’heure de vérité a sonné. Il ne reste plus qu’à savoir si notre héroïne et ses amis sont prêts à l’affronter…

Gardiens des Cités perdues est une série que j’apprécie, et ce depuis le début, malgré le caractère impossible de Sophie (disons que si vous n’aimez pas les premières de la classe parfaites, passez votre chemin).

Mais là… cette fois, la magie n’a pas du tout pris. J’ai peiné sur chacune des pages de cet interminable pavé (qui pèse plus de 760 pages, quand même !).

Déjà, dès le départ, quelque chose a coincé : le fait que l’on investisse Sophie de nouvelles responsabilités. Je trouvais déjà dans les tomes précédents qu’il y en avait un peu trop, mais là, on dépasse vraiment les bornes. Que font donc les adultes dans cet univers ?! Même Dumbledore n’a pas autant osé charger la mule, et pourtant on sait qu’il n’a pas lésiné quand il s’agissait de confier de lourdes responsabilités à des gamins à peine pubères.
Bref. Sophie se retrouve assortie d’une nouvelle mission, d’un nouveau titre (Régente, donc elle intègre la Noblesse sans passer par la case « Niveaux d’élite de Foxfire ») et d’un tas de nouvelles choses à faire. J’ai donc eu énormément de mal à adhérer à cette partie de l’intrigue, d’autant qu’il y avait déjà fort à faire avec TOUT ce qui est en suspens depuis le début (et il y en a !).

Sans surprise, tout cela vient alourdir une intrigue déjà bien embourbée. J’ai trouvé le roman terriblement long et mou. Les rares révélations ne surprennent que les personnages tant tout m’a semblé téléphoné, qu’il s’agisse de la situation avec les nains, ou la recherche de Sophie sur ses parents biologiques. Tout cela me semblait tellement évident ! En plus, cela prend complètement le pas sur la recherche de l’héritage de Keefe, qui était supposé être au centre de l’intrigue.
Dès lors, difficile de se passionner pour les péripéties (nombreuses) qui accablent (il n’y a pas d’autre mot) nos personnages.

Pour ne rien arranger, j’ai trouvé que tout traînait en longueur. Les dialogues sont excessivement longs, soit qu’on nous ressasse des informations que l’on connaît déjà / qui ne méritent pas autant d’explications, soit que le suspense est manifestement poussé au maximum sur des révélations qui, malheureusement, ne sont pas surprenantes tant elles ont été bien amenées. Du coup, on peut noter ce point positif : tout se tient, tout a été (peut-être trop) bien préparé en amont. J’avoue tout net que j’ai parcouru en diagonale certains de ces dialogues justement conçus pour « faire monter le suspense », tant j’étais à deux doigts de m’endormir dessus.
L’autre point qui m’a fortement agacée, c’est la façon dont sont résolues les péripéties. C’est quoi cette insolente facilité ? On nous répète depuis le départ combien c’est difficile, combien la situation est tendue (limite désespérée) et les personnages s’en sortent haut la main sans déplacer une mèche de leur brushing ? Mais ce n’est pas crédible !

Parlons maintenant des personnages. Dans le tome précédent, je regrettais que l’on intègre encore de nouveaux personnages à la cohorte déjà en présence. Cette fois, heureusement, pas de nouvelle tête : Stina Heks (la meilleure ennemie) est certes intégrée à la Brigade Prodigieuse souhaitée par le Conseil, mais il s’agit d’une tête déjà connue. Malgré cela, j’ai encore trouvé qu’on avait du mal à naviguer entre les très (trop !) nombreux protagonistes. Tous sont importants, et c’est assez difficile de s’intéresser tour à tour à chacun. Ils se retrouvent donc généralement réduits à leur capacité principale, ce qui les rend tous légèrement monolithiques (et c’est bien dommage).
Est-ce qu’on parle de l’arc narratif dévolu à la romance ? Allez, le triangle amoureux nous tient tout de même en haleine depuis le premier volume ! Ici, rien de neuf, hormis que Fitz glisse de plus en plus sur la (dangereuse) pente du pervers narcissique. Pourquoi personne ne lui met deux claques ? Il les mérite amplement ! Je sais qu’au départ de la saga, ma préférence allait à Fitz dans le triangle reliant Sophie, Fitz et Keefe, mais ma préférence va désormais à ce dernier (ou à aucun des deux, tiens, ce serait très bien aussi).

On peut donc dire que ce tome a été une intense déception. Je suis même déçue d’avoir été déçue, car j’apprécie vraiment la série (du moins, jusque-là). Malgré le côté entraînant de l’intrigue, en raison des multiples péripéties, difficile d’être complètement passionnée par le récit, qui était paradoxalement mou et lent. Au vu de la densité de retournement de situation aux cent pages, c’en est même étonnant !
J’espère donc vivement que ce tome était une petite baisse de rythme dans l’économie générale de la saga, et que celle-ci repartira d’un meilleur pied dans le prochain opus.

◊ Dans la même série : Gardiens des cités perdues (1) ; Exil (2) ; Le Grand Brasier (3) ; Les Invisibles (4) ; Projet Polaris (5) ; Nocturna (6) ; Réminiscences (7) ;

Gardiens des Cités perdues #8, Héritages, Shannon Messenger.
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Mathilde Tamae-Bouhon et Laureline Chaplain.
Lumen, novembre 2019, 763 p.

Vow of thieves, Dance of thieves #2, Mary E. Pearson.

La première fois que Kazi s’est rendue au Guet de Tor, c’était sur ordre de la reine de Venda. Mais sa mission l’a poussée dans les bras de Jase, héritier des Ballenger, un clan dissident, et ses sentiments pour lui ont failli lui coûter très cher.
Désormais, c’est avec la bénédiction de la reine que Kazi et Jase retournent au Guet de Tor. Et le fief des Ballenger sera un royaume à part entière.
Mais à leur arrivée, la forteresse a visiblement été attaquée… Jaze est blessé par un groupe d’hommes armés et Kazi est enlevée.
Qui sont ces hommes et que veulent-ils ? Et surtout : Jase a-t-il survécu ?
Kazi est à nouveau prête au combat. Rien ni personne ne lui arrachera son amour.

Pendant le confinement (version 1), j’ai découvert le premier tome de la série Dance of thieves, que j’ai attaqué avec pas mal de réticences… Et qui s’est avéré une très bonne surprise ! J’étais donc assez curieuse de lire la suite de ce diptyque.

Première chose à savoir : je l’ai littéralement engloutie. Déjà, j’étais hyper curieuse de savoir ce qu’il advenait de Kazi, Jase, et de la foule de personnages qui gravitaient autour – d’autant que la fin du premier tome ne laissait pas présager du meilleur. Heureusement, d’ailleurs, parce que le début de ce tome n’est pas particulièrement entraînant : ils sont ensemble, ils s’aiment, ils rentrent à la maison. Mais… pour mon plus grand plaisir, cela a vite changé !
Et si ce deuxième tome s’est révélé globalement très prenant, j’aurais (peu ou prou) les mêmes reproches à lui faire que pour le premier opus.

Encore une fois, j’ai regretté l’absence de carte. Car cette fois, la géopolitique est nettement plus prégnante que dans le premier tome et les pays voisins ont de forts intérêts à tourner leurs regards vers le Guet de Tor. J’avoue que j’ai parfois été quelque peu perdue sur la réalité des distances entre chaque territoire, le positionnement géographique et la taille des uns et des autres, ce qui ne m’a pas toujours aidée dans la compréhension de l’intrigue. J’ai donc plus que jamais envie de lire la série originelle, en croisant les doigts pour que la présentation de l’univers soit un peu plus claire que dans le spin-off !

Dans le premier tome, j’avais apprécié que la romance passe assez vite au second plan. Cette fois, elle nettement plus présente dans le récit, ce qui a souvent introduit des longueurs assez pesantes dans l’intrigue.
En effet, l’autrice a gardé le choix de l’alternance narrative entre Kazi et Jase. Donc, il y a forcément des redondances entre les deux narrateurs, que ce soit dans les événements qu’ils nous racontent, ou dans leurs réflexions personnelles. Heureusement, ils ne tardent pas à être séparés, ce qui rend la lecture un peu plus vivante (d’autant qu’on ne sait pas immédiatement dans quel état se trouve le second narrateur). Néanmoins, on doit encore passer de très (très !) nombreux récits de pensée qui tournent en rond (« je l’aime, il/elle me manque, comment défaire l’ennemi à nos portes »). Sincèrement, je pense que l’histoire aurait pu être amputée d’une grosse centaine de pages sans dommages !

Alors, que reste-t-il ? Eh bien il reste malgré tout une intrigue entraînante, pleine de suspenses et bien menée. L’autrice sait ménager ses effets et doser ses révélations. Certaines sont attendues (mais néanmoins bien amenées !), d’autres beaucoup moins. Le récit s’enchaîne à bon train : il n’y a pas de temps morts, mais pas non plus l’impression qu’il y a trop de rebondissements. Ce rythme maîtrisé a vraiment contribué à me scotcher au texte !
De plus, la situation géopolitique s’est nettement corsée, il y a donc beaucoup plus de retournements de situation à base de traîtrises insoupçonnées, découvertes d’alliés improbables, ou scènes particulièrement prenantes. Il y avait quelques indices dans le premier tome mais… j’étais passée à côté, je dois dire !
Par ailleurs, Kazi adore les énigmes : celles-ci émaillent le récit… et demandent parfois de bien se creuser la tête pour trouver les réponses !

Bien que le récit alterne sans arrêt (ou presque) entre la narration par Kazi et celle par Jase, le fait de multiplier les personnages (sans qu’on s’y perde, c’est bon à noter), enrichit grandement l’intrigue, car tous sont vraiment bien campés, avec parfois même des arcs narratifs secondaires. C’est vraiment ce qui fait que j’ai tellement apprécié ma lecture !

Très bonne surprise que ce diptyque, en fin de compte, alors qu’il ne partait pas gagnant. Évidemment, j’ai trouvé la romance et les doutes des personnages principaux un peu trop présents (mais c’est juste une affaire de goût). Le vrai reproche que l’on peut faire au roman est son flou artistique total sur l’univers… et il n’y est pour rien ! Pour cela, il aurait fallu lire d’abord la trilogie initiale. Bonne surprise, donc, que ce spin-off qui mêle espionnage, complots, trahison, un soupçon d’humour et des personnages parfaitement campés !

◊ Dans la même série : Dance of thieves (1).

Dance of thieves #2, Vow of thieves, Mary E. Pearson. Traduit de l’anglais par Isabelle Troin.
De La Martinière jeunesse, septembre 2020, 528 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Chromatopia, Betty Piccioli. #PLIB2021

Au royaume des couleurs, c’est en noir et blanc qu’on voit le mieux.

Chromatopia.
Un royaume où chaque couleur représente une caste sociale. Où il est impossible de se dérober à son destin. Aequo, teinturier de la Nuance Jaune, s’apprête à reprendre la prestigieuse entreprise familiale. Mais après un accident, il perd la vision des couleurs…
Hyacintha, orpheline de la Nuance Bleue, tente de survivre comme elle peut en bas de la cité, où règnent la misère et la pauvreté.
Jusqu’au jour où on lui propose un marché pour retrouver ses parents… Améthyste, princesse du royaume, doit choisir le futur roi parmi ses prétendants.
De ce choix dépend l’avenir de Chromatopia… Ils ne le savent pas encore, mais tout peut changer grâce à eux.

Est-ce qu’on parle de cette couverture ? J’essaie, autant que faire se peut, de ne pas succomber à la couverture d’un roman mais je dois dire que celle-ci m’a bien tapé dans l’œil. Et ce qui est chouette, c’est que la découverte était plutôt très bonne !

Et pourtant, tout n’a pas démarré sous les meilleurs auspices. Car dès les premières pages, je me suis retrouvée certes dans un univers basé sur les couleurs… mais qui ressemblait à s’y méprendre à n’importe quelle dystopie un peu primaire. Car si l’on résume ce que l’on sait de l’univers et de la politique de Chromatopia, on peut en dire que plus on monte dans la cité et vers le violet, plus l’on tape dans les classes sociales hautes, plus l’on descend vers le bleu, plus la population est pauvre. Or, la répartition par castes (même colorimétriques !) et catégories socio-professionnelles n’est pas follement originale. D’autant que l’on apprend assez vite qu’une septième faction, non officielle, celle-là, entend justement… renverser le gouvernement (dont le fonctionnement est très très rapidement caractérisé) et les inégalités sociales. Bref : rien de neuf sous le soleil de la dystopie.

Alors, qu’est-ce qui a tout fait basculer ? Eh bien pour commencer, c’est le premier protagoniste que l’on croise, Aequo, un jeune apprenti teinturier de la Nuance jaune (4e Nuance en partant du haut, qui regroupe les artisans) et fils d’une famille très respectée de sa Nuance.
Que vois-je ? Un teinturier ? Eh bien je dois dire que c’est bien la première fois que je croise ce métier en littératures de l’imaginaire, et qu’un jeune homme exerce un métier en rapport avec la mode ! Voilà un premier bon point fort appréciable. D’autant que le métier en question n’est pas juste là pour faire joli, et que de nombreuses scènes ont lieu dans l’atelier, donnant un bon aperçu de ce qu’il s’y fait. L’atelier prend de toute façon un intérêt crucial dès qu’Aequo devient achromatope : comment un teinturier ne voyant pas les couleurs peut-il exercer ? Or, si le jeune homme ne prend pas la relève de ses parents, il risque d’être relégué dans la Nuance Bleue, sans ressources et sans possibilités de s’en sortir, ce qui inquiète profondément ses géniteurs.

Vous l’aurez compris, les inégalités sociales sont au cœur du roman. Et c’est plutôt bien fait, notamment parce que l’on suit à la fois un personnage de la Nuance Bleue, une jeune voleuse, Hyacintha, la princesse Améthyste de la Nuance Pourpre et Aequo, donc, comme représentant de la Nuance Jaune.
Le récit alterne successivement les points de vue des trois personnages, en collant à leurs niveaux de langage respectifs – ce qui est surtout perceptible chez Hyacintha, qui n’est pas une professionnelle de la syntaxe. J »ai aimé que les personnages aient parfaitement intégré les caractéristiques de leurs castes respectives, sans vraiment les remettre en cause – aucun n’étant un fervent défenseur de la cause. J’ai trouvé que ça changeait un peu de ce qu’on voit habituellement. Oui, ils ont conscience que tout n’est pas rose dans leur univers, mais peut-être pas au point de tout cramer dès le départ. C’est donc surtout la mise en perspective des trois points de vue qui permet d’embrasser la réalité des inégalités qui règnent à Chromatopia.

Et c’est là qu’intervient l’originalité du roman. Pas dans la description d’une société dystopique fondée sur des inégalités. Mais plutôt dans la façon dont ces inégalités vont être bousculées. Car oui, il y a bien un complot, fomenté par la Nuance Noire, les rebelles locaux. Nos personnages en sont-ils ? Eh bien non. C’est de façon complètement involontaire qu’ils se retrouvent mêlés à toute cette histoire. Et ce que j’ai trouvé vraiment bon, c’est que certes, ils participent, mais c’est plutôt par obligation (morale ou par chantage) et pas forcément de leur plein gré. Cela change un peu ! D’autant que l’intrigue réserve de nombreux rebondissements qui nous éloignent du déroulé classique de ce genre d’intrigue. A ce titre, j’ai adoré la réaction finale d’un des protagonistes qui, plutôt que de rester dans la cité à célébrer la victoire… préfère s’en aller, tournant le dos à la réussite, comme à la romance qui se profilait pour lui.

Et parlons de la romance, tiens. Oui, il y en a. Non, ce n’est absolument pas un des objectifs premiers de l’intrigue. Cela vient plutôt en fond pour étoffer certains personnages. Et, énorme point appréciable, les histoires sont à la fois diverses et présentées en douceur, avec une grande bienveillance des personnages entre eux. Ce qui était parfait.

Côté style, Betty Piccioli a une plume très fluide, qui rend le roman très accessible (je le conseillerai même à des préados !). Les changements de niveaux de langue permettent de différencier le personnage dont on suit le point de vue (sa Nuance est de toute façon rappelée en tête de chapitre). Toutefois, les chapitres alternant les situations, la chronologie est parfois un peu perturbée. Soit que l’on reprend quelques minutes ou instants avant des situations dont on déjà eu un aperçu (en changeant de perspective), soit que ce que l’on découvre vient compléter ce que l’on a déjà lu. Dans tous les cas, cela induit une tension vraiment prenante dans le récit.
Celui-ci est mené tambour battant, avec un enchaînement des péripéties plus que confortables. Les retournements de situation sont bien amenés, même si je mentirais en disant qu’ils sont tous hyper inattendus. Le rythme s’accélère grandement vers la conclusion et, si je l’ai appréciée, j’ai trouvé qu’elle était un peu plus molle que le reste. Comme si les résolutions étaient un peu trop rapides par rapport à la mise en tension qui a précédé. En réalité, ce n’est pas gênant, mais j’avais tellement apprécié le début de la lecture que cette différence de rythme m’a un peu désappointée.

J’avais placé beaucoup d’attentes sur ce titre (superficialité, quand tu nous tiens) et ressors ravie de ma lecture. J’avoue avoir eu un peu peur au départ de me retrouver avec une dystopie hyper classique, mais le traitement de l’intrigue et des personnages apporte une dose certaine d’originalité au roman. Le suspense étant au rendez-vous, je l’ai lu en moins de deux. Voilà un titre que j’ai hâte de conseiller à la médiathèque !

Chromatopia, Betty Picciolo. Scrineo, août 2020, 400 p.
#ISBN9782367409030

Edit 22/11 : ce titre est en lice dans la présélection du #PLIB2021 !

Sorcery of Thorns, Margaret Rogerson

Élisabeth, élevée au milieu des dangereux grimoires magiques d’une des Grandes Bibliothèques d’Austermeer, le sait depuis son plus jeune âge. D’ailleurs, peu de temps après le passage à la bibliothèque du sorcier Nathaniel Thorn, un des ouvrages se transforme en monstre de cuir et d’encre, semant mort et destruction. Et c’est Élisabeth qui se retrouve accusée de l’avoir libéré. Forcée de comparaître devant la justice à la capitale, elle se retrouve prise au cœur d’une conspiration vieille de plusieurs siècles.
Bien malgré elle, elle n’a d’autre choix que de se tourner vers son ennemi Nathaniel, et son mystérieux serviteur, Silas.
Car ce ne sont pas seulement les Grandes Bibliothèques qui sont en danger, mais le monde entier… et face à ce terrible complot, Élisabeth va devoir remettre en question tout ce qu’elle croyait jusqu’ici, y compris sur elle-même.

Voilà un roman jeunesse avec lequel j’ai passé un bon moment… malgré quelques défauts.

L’intrigue nous embarque dans un univers haut en couleurs, dans lequel on trouve deux instances de même importance : le collège des Magiciens, face aux Grandes Bibliothèques. Si les premiers pactisent avec des démons pour se retrouver doués de magie, les secondes, garantes de la sécurité du royaume, veillent en permanence sur les grimoires magiques et les tiennent à l’œil, les empêchant de se transformer en Maléficts (monstrueuses créatures de cuir et d’encre qui répandent mort et terreur sur leur passage). Il est donc tout naturel, dans cet univers, de croiser des bibliothécaires lourdement armés d’épées et cartouchières de fer et de sel, tant pour repousser les grimoires puissants que les démons. La classe, non ?

Élisabeth, l’héroïne, est donc une apprentie bibliothécaire, dont la vie s’arrête alors qu’elle est jugée coupable d’avoir libéré un Maléfict. L’intrigue débute donc comme un roman d’apprentissage classique (avec les aventures, si l’on peut dire, d’Élisabeth à la bibliothèque), mais prend rapidement des accents de polar, puisque la jeune fille va tenter de déterminer qui l’a ainsi mise dans la panade et ce qu’il se trame réellement.

Je dirais que le premier point d’achoppement se situe dans ces eaux-là. En effet, en quittant sa pampa natale, Élisabeth, désormais à la capitale, finit par comprendre assez tardivement – et le lecteur avec – que les sorciers ne sont peut-être pas si maléfiques qu’on le lui a fait croire – la faute à des professeurs un peu datés. Ce flou artistique donne aux premiers chapitres un côté un peu brouillon, comme si l’univers n’était pas encore bien défini.
Rapidement, un intérêt amoureux se profile et il faut reconnaître que cette partie-là de l’intrigue n’est pas franchement surprenante. Pourtant, une fois n’est pas coutume, je n’ai pas tellement plissé le nez devant les multiples étapes de cette romance, puisque j’ai trouvé qu’elle s’intégrait assez bien à l’aventure en général.

Celle-ci est rondement menée : les péripéties s’enchaînent sans qu’on ait le temps de souffler, les révélations aussi, le tout avec une bonne dose d’actions et de suspense. Mais là encore, tout n’est pas rose ! En effet, Élisabeth et Nathaniel ont (je trouve) la désagréable manie de se sortir du guêpier où ils sont fourrés en un tour de main ! C’est même à la limite du crédible. Exemple typique : après avoir été discréditée, Élisabeth aurait grand besoin de s’introduire frauduleusement à la Bibliothèque royale pour voler des documents. Par chance, une domestique vient de démissionner ! Elle obtient tout naturellement le poste et peut gambader à loisir dans la Bibliothèque – et commettre son larcin. C’est un peu trop facile !

Malgré cela, je me suis laissée emporter par le récit car l’univers mis en place m’a beaucoup plu. Évidemment, gros coup de cœur pour les bibliothèques infestées de pou de livres, abritant de dangereux grimoires prêts à vous arracher la tête quand vous passez devant. C’est sans doute une déformation professionnelle, mais j’ai adoré !

Décrocher un emploi à la Bibliothèque royale se révélé moins compliqué qu’Élisabeth l’avait cru. Par chance, une domestique avait donné son congé le matin même parce qu’un énorme pou de livres lui avait grimpé sur la jambe, et l’établissement avait besoin de trouver rapidement une remplaçante. Élisabeth démontra à l’intendant qu’elle était une parfaite candidate en soulevant le coin d’une commode de son bureau pour débusquer un pou de livres qui se cachait dessous. Elle l’écrasa même d’un coup de talon, au grand plaisir d’un jeune apprenti qui passait par là. Elle s’assit ensuite face à lui pour répondre à une série de questions telles que : à quelle vitesse pouvez-vous courir ? ou, accordez-vous une importance cruciale au fait de conserver l’ensemble de vos dix doigts ? L’intendant parut impressionné qu’Élisabeth trouve son interrogatoire tout à fait raisonnable. C’était d’ordinaire le moment, lui expliqua-t-il, où les postulants s’enfuyaient à toutes jambes.

– Mais il s’agit d’une bibliothèque, s’exclama Élisabeth avec surprise. A quoi s’attendent-ils ? A ce que les livres n’essaient pas de leur mordre les doigts ?


J’ai également aimé le système de magie, qui donne l’impression… que la magie n’existe pas, en fait. En effet, les sorciers sont obligés de connaître le nom véritable d’un démon et de passer un pacte avec lui pour être doués de magie (sans cela, ils ne peuvent rien faire). J’ai trouvé que cela changeait un peu. Et surtout, cela amène sans doute le meilleur personnage de l’histoire, en la personne de Silas, démon-domestique-attitré de Nathaniel, qui amène du piquant à l’intrigue (si on comptait sur les deux autres qui sont clairement monolithiques et quelque peu stéréotypés, c’était en effet mal barré).

Malgré quelques bémols (qui peuvent sembler rédhibitoire, et je comprends tout à fait !), j’ai passé un bon moment avec ce roman de fantasy jeunesse. L’univers inventif, l’action rondement menée et quelques petites trouvailles sympa ont suffi à me faire oublier l’intrigue parfois trop faciles et des personnages avec quelques stéréotypes. Une bonne découverte dans l’ensemble !

Sorcery of Thorns, Margaret Rogerson. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Vincent Basset.
Bragelonne (Big Bang), septembre 2020, 570 p.

À quoi rêvent les étoiles, Manon Fargetton.


Titouan ne sort plus de sa chambre.
Alix rêve de théâtre.
Luce reste inconsolable depuis la mort de son mari.
Gabrielle tient trop à sa liberté pour s’attacher.
Armand à construit sa vie entière autour de sa fille.
Cinq personnages, cinq solitudes que tout sépare. Il suffira pourtant d’un numéro inconnu s’affichant sur un téléphone pour que leurs existences s’entrelacent…
« Hasard, destin, alignement de planètes…
Appelez ça comme vous voulez, moi j’appelle ça magie ».

« Qui a décidé
un jour
en regardant le cosmos
que certaines étoiles allaient ensemble ?
Qu’assemblées,
elles dessinaient des géants,
des centaures,
des demi-dieux ?
C’est un miroir
que ces personnes ont vu dans le ciel nocturne.
C’est nous que les constellations relient.
Nous qui, connectés les uns aux autres,
devenons des géants,
des centaures,
des demi-dieux. »

Alors, à quoi rêvent les étoiles dans les constellations ? Vaste question, s’il en est ! Mais point d’astronomie, ici, puisque les étoiles sont plutôt les cinq protagonistes qui, comme les constellations, ont des liens (insoupçonnés !) qui les unissent. Ce qui aussi intéressant que paradoxal puisque le point de départ du roman, c’est la solitude de chacun d’entre eux.
Chacun d’entre eux s’est isolé, à sa manière, et a plus ou moins coupé les ponts avec son entourage. Jusqu’au point déclencheur : le SMS que Luce, à bout, envoie au numéro de son défunt mari… lequel a été réattribué à Titouan. Or, celui-ci comprend bien que s’il ne répond pas, l’affaire risque de mal finir. Et le voilà engagé dans une relation épistolaire avec la vieille dame – premier domino qui va déclencher tous les autres.

Premièrement, j’ai trouvé que le prétexte pour que les personnages s’entrechoque était à la fois bien trouvé, bien amené et extrêmement bien filé. Oui, il y a de bonnes raisons que tous s’entrecroisent, et à aucun moment cela ne m’a semblé artificiel.
Outre la solitude que chacun ressent et vit à sa manière, les trajectoires des personnages permettent d’évoquer une foule d’autres sujets, tous aussi bien traités les uns que les autres. Parmi ceux-ci, en vrac, le deuil, l’amour, l’amitié, les relations familiales (peut-être un des plus importants). On passe de l’un à l’autre, même si, au fond, eux aussi sont tous un peu liés les uns aux autres. Et vu les sujets traités… il faut s’attendre à quelques scènes fortes en émotion !

Autre thème vital dans ce roman : le théâtre. Il infuse littéralement le texte. D’une part parce que celui-ci est monté exactement comme une pièce de théâtre. Cela commence avec la mention des lumières, et finit avec celle du noir. Il y a des actes, des scènes (réparties par personnages) et des entractes, narrés par un personnage légèrement extérieur mais partie prenante de l’intrigue (dont l’identité est révélée à la fin, mais que l’on peut deviner avec un brin d’attention !), qui vient faire des commentaires et des résumés à la façon d’un coryphée. D’autre part, c’est un sujet qui tient à coeur d’au moins deux des personnages, Alix et Gabrielle. La première ne rêve que de devenir comédienne, la seconde est celle qui lui fait découvrir la discipline – ainsi qu’aux autres élèves du conservatoire. D’ailleurs, les scènes de Gabrielle sont écrites à la façon de scènes théâtrales, avec répliques (en vers libres !) et didascalies, parfois mêlées à de la narration. Le mieux ? On passe de façon extrêmement fluide de l’un à l’autre et j’ai trouvé que cette construction, comme l’attention portée au thème, était un des énormes points forts du roman.

Deuxièmement, ce qui m’a énormément plu, c’est que A quoi rêvent les étoiles est un excellent roman pour les ados… mais pas que. De fait, si l’on fait le compte, trois des cinq protagonistes sont des adultes. Et dans l’entourage des deux ados, Titouan et Alix, il y a d’autres adultes qui gravitent. Or, on l’a vu dans le résumé, il n’y a pas que les ados qui se posent des questions existentielles sur la vie, l’univers et le reste. Et ici, les trajectoires de leurs parents est aussi travaillée (si ce n’est plus) que les leurs. Tout en restant hyper accessible à des ados car, soyons honnêtes, les comportements des uns et des autres sont assez similaires. Dans une interview, Manon Fargetton a dit que les adultes étaient des « ados comme les autres ; des enfants qui jouent à être des adultes toute leur vie » et on voit ici combien c’est vrai. Les préoccupations autour de l’amour, de l’amitié, des relations familiales sont quasiment les mêmes. Avec des degrés divers, évidemment, mais tout cela reste parfaitement similaire. J’ai vraiment aimé que le roman joue sur les deux publics et donne à la fois des clefs de lecture des comportement ados aux parents… et des clefs de lecture des comportements parentaux aux ados, car le tout est fait sans la moindre once de moralisation ou de discours didactique.

Je crois que c’est le premier roman réaliste de Manon Fargetton que je lis et je suis ravie de ma découverte (je l’ai lu en moins d’une journée !). Elle nous propose un roman à la construction originale, qui embrasse un certain nombre de sujets. On sent une vraie tendresse pour les personnages, qui rend le récit très prenant. Surtout, le texte s’adresse à la fois à deux lectorats (les ados et les adultes), sans laisser aucun des deux de côté. Dans l’interview citée plus haut, Manon Fargetton a dit « J’espère que les adultes s’y retrouveront au moins autant que les adolescents ». Qu’elle se rassure, c’est bien le cas.

À quoi rêvent les étoiles, Manon Fargetton. Gallimard jeunesse, 17 septembre 2020, 400 p.