La Peur du sage, deuxième partie, Patrick Rothfuss.

la-peur-du-sage-2-chronique-du-tueur-de-roi-2-patrick-rothfuss

Seconde journée de narration pour Kvothe. Ses frasques universitaires lui ont valu d’être exilé au fin fond du Vintas, aux ordres du Maer, dont il aimerait faire son protecteur. Celui-ci l’expédie à la poursuite de brigands un peu trop encombrants en compagnie d’une petite troupe de mercenaires. L’occasion de composer quelques chansons, rencontrer des Faes, ou en apprendre un peu plus sur les Chandrians. Tout en continuant de construire une légende personnelle déjà consistante.

Aaah Kvothe ! Retrouver ses aventures revient à se glisser dans des chaussons confortables après une dure journée. C’est avec une légère appréhension que j’ai entamé cette seconde partie : allais-je me souvenir de tous les petits détails ? Car il s’en passe, des choses, dans une journée de Kvothe, et mieux vaut être attentif. Heureusement, tout revient assez vite.

Cette deuxième partie, donc, a le mérite de nous faire radicalement changer de paysage : exit l’Université, bonjour le Vintas. Mais pas que. Car sur les traces de Kvothe, on va également visiter l’Ademre. Si les aventures estudiantines de notre arcaniste préféré commençaient à vous peser, ce tome devrait vous réconcilier avec la série : de frasques universitaires, il ne sera question que dans la fin. Comme dans les tomes précédents, on retrouve l’intéressant décalage entre mythe et réalité : la légende de Kvothe est flamboyante, la réalité se montre… plus terre-à-terre. Et cela tient aussi à la façon de conter : Kvothe dévide ses aventures fantastiques de la manière la plus simple qui soit, faisant passer certains de ses actes les plus glorieux pour de simples accidents de parcours. C’est à la fois drôle et extrêmement bien mené.

Le style de Rothfuss, de plus, se prête bien à ce récit à la fois épique, amusant, grandiose : sa plume est éminemment fluide, légère, et on la lit avec un immense plaisir. Il maîtrise à la perfection les codes de la narration, et livre un récit plein de suspens, de surprises et de rebondissements, même lorsqu’on a l’impression qu’il ne se passe rien. Les descriptions sont minutieuses, même dans la concision. Et l’auteur maîtrise les instants d’émotions comme les scènes d’actions trépidantes. Une merveille ! Et une merveille fort bien traduite, qui plus est !

On découvre de nouvelles facettes du personnage de Kvothe – en même temps que lui, d’ailleurs – à mesure qu’il traverse diverses épreuves. Le roman est riche en découvertes humaines.

Parallèlement au récit de Kvothe, il se déroule quelques interludes, des épisodes ayant lieu dans le présent. On voit donc en parallèle le Kvothe adulte du Kvothe adolescent et ce n’est pas désagréable. De plus, il continue de se passer des choses – assez étranges – dont on pressent qu’elles peuvent avoir un rapport avec le passé de Kvothe. Mais lequel ? On découvre également un peu mieux Chroniqueur et Bast, et cela fait d’agréables échos au récit de Kvothe.

En bref, cela valait le coup d’attendre pour lire cette suite. D’autant qu’il n’y a pas encore de date pour la suite. Mais si l’auteur continue de livrer des tomes de cette qualité, ma foi, on peut bien patienter encore un peu. Dans cet opus, j’ai retrouvé tout ce que j’aime dans Chronique du tueur de roi : une aventure épique divinement menée, un rythme maintenu de bout en bout (pas nécessairement trépidant, mais captivant), un personnage extrêmement attachant, un style riche et fluide… que des qualités, en somme. En outre, ce volume change de l’Université, et permet de faire découvrir l’univers de Patrick Rothfuss, ses légendes, sa géographie, ses petites particularités. Cette série a été un coup de cœur depuis le premier tome, et cela continue sur cette excellente lancée !

◊ Dans la même série : Le Nom du vent (1), La Peur du sage, première partie (2).

 

Chronique du tueur de roi #2 : La Peur du sage, deuxième partie, Patrick Rothfuss. Traduction de Colette Carrière. Bragelonne, 2012, 624 p.
9/10

challenge-abc-imaginaire-2014-lectures-trollesques

challenge-52-semaines

Publicités

5 commentaires sur “La Peur du sage, deuxième partie, Patrick Rothfuss.

  1. Frankie dit :

    Contente que cette suite t’ait plu ! J’ai énormément aimé cette deuxième moitié du livre (je l’ai lu en un seul livre en VO) qui nous fait sortir un peu de l’université. Et je suis très intriguée par ce qu’il se passe dans le présent de Kvothe, notamment avec Bast… Vivement la suite !

    J'aime

  2. Acr0 dit :

    Moi aussi je me pose des questions concernant Bast 🙂 oui, l’ensemble de tome 2 diffère pas mal du premier : c’est vrai qu’on s’éloigne bien de l’université. J’ai adoré ! Je ne sais pas quand sera publiée la suite, mais j’attends avec impatience la nouvelle avec Auri qui devrait paraître en octobre.

    J'aime

    • Sia dit :

      J’ai adoré aussi ! Autant dans la 1ère partie j’étais un peu déçue de retrouver les mêmes préoccupations autour de l’université, autant cette seconde partie m’a totalement enthousiasmée (finalement, les lire à la suite ne devait pas être mal). Je suis très curieuse de lire l’histoire d’Auri (un de mes personnages favoris !). Mais quand même, vivement le tome 3 =)

      J'aime

  3. […] : La Peur du sage, deuxième partie, Patrick Rothfuss. Martyrs, Olivier Péru. Le Déchronologue, Stéphane […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s