Le Nom du vent, Patrick Rothfuss.

coupdecoeur
le-nom-du-vent-chronique-du-tueur-de-roi-1-patrick-rothfuss

 J’ai libéré des princesses. J’ai incendié la ville de Trebon. J’ai suivi des pistes au c lair  de lune que personne n’oserait même évoquer. J’ai conversé avec des dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
J’ai été exclu de l’Université à un âge où l’on est encore trop jeune pour y entrer. J’y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent.
Mon nom est Kvothe.

Vous avez dû entendre parler de moi.

 

Voilà. Je l’ai terminé. C’est un de ces livres après la lecture desquels on se met à tourner en rond, persuadés de ne jamais retrouver quoi que ce soit d’aussi bien à lire.

Le Nom du Vent, c’est l’histoire de Kvothe, modeste aubergiste au passé auréolé de gloire. Le postulat du livre est le suivant: les histoire sont ce qu’on souhaite qu’elles deviennent, et n’effleurent qu’à peine la vérité.
C’est pourquoi Chroniqueur, scribe de son état, entreprend de recueillir les mémoires de Kvothe, un héros au passé aussi trouble que glorieux.
Dire que ce roman est l’histoire de Kvothe narrée par lui-même serait dangereusement réducteur. L’auteur jongle avec les temps: celui du présent qui s’écoule dans l’auberge de Kvothe, où il raconte son histoire, tandis que Chroniqueur prend des notes et que Bast -son commis – l’écoute religieusement. Et puis le temps passé, celui de la vie de Kvothe qu’il retrace pour les biens du récit. On assiste pas à pas à ce qui a mené à la construction de la légende du personnage. Un amoureux des mots, tout comme l’auteur, qui joue avec et les manipule pour exacerber ou adoucir les émotions.
L’action s’enchaîne, à peine tempérée par de brefs passages de répits. Il n’y a quasiment pas de temps mort et, surtout, l’auteur parvient à éviter les répétitions lassantes. Kvothe étant très occupé, son séjour à l’université ne se résume pas à l’occupation d’un banc en haut d’un amphi, et heureusement pour le lecteur!

La présentation pourrait laisser songeur et effrayer le futur lecteur : le tome 1, intitulé Première journée s’étale en effet sur une seule journée, celle que nécessite le récit de Kvothe. Journée durant laquelle on retrace sa vie de l’enfance à l’âge adulte quasiment. Des chariots de la troupe de ses parents aux bancs de l’université, en passant par ses première expériences magiques, ses émois, ses joies et ses peines. Kvothe est un personnage diablement attachant, quelle que soit la casquette qu’il revêt: troubadour, comédien, magicien orgueilleux, amoureux transi et chevaleresque ami. Ses trois premiers rôles sont probablement les plus importants.

Troubadour, son rôle est retranscrit dans la structure même du roman. Des chapitres dont les titres évoquent la musique, comme « Doigts et cordes » ou « Cuivres, cordonniers et cohue » aux interchapitres d' »Interlude », tout est fait pour rappeler une symphonie.
Comédien, c’est le rôle de Kvothe au quotidien; faux aubergiste, c’est également un faux étudiant aisé (il est constamment sur la paille) et un bonimenteur hors pair. L’attachement au théâtre est présent partout; dans les scènes avec ses parents, dans la pantomime d’Abenthy, dans les coups de bluff que réalise Kvothe. Et encore une fois, on le retrouve dans la structure du roman, découpé en journées de narration: trois jours, trois actes.
Magicien, enfin:  c’est pour cela qu’il gagne l’université et tente, tant bien que mal, de s’en sortir.

Les personnages, en dehors de Kvothe, sont tous plus attachants les uns que les autres. Même si le récit est très centré autour du jeune apprenti, ses camarades passent de loin en loin. Qu’il s’agisse de l’étrange Denna dont les apparitions sont aussi soudaines qu’inattendues, ou de l’insaisissable Auri, on les retrouve avec plaisir. Les femmes, rares, sont en général des figures douces. Attirées par Kvothe ou après lesquelles il soupire inlassablement et discrètement.
Les hommes, plus nombreux se partagent la vedette. On pourrait presque en venir à apprécier Ambrose, qui n’est pourtant qu’un petit prétentieux malfaisant (mais tellement bien campé que l’auteur parvient à tourner cela à l’avantage de son personnage).

Je n’ose m’étendre plus de peur de révéler des détails capitaux; vous l’aurez certainement compris, ce livre a été un véritable coup de cœur, de ceux que l’on garde indéfiniment sur sa table de chevet. Une magnifique trouvaille et une splendide réussite!

 

ABC Imaginaire 2012 et ABC Critiques Babelio 2011-2012 : lettre R.

 ABC 2012 Litt imaginaire challenge-abc2012

Chronique du Tueur de Roi #1, Le Nom du vent, Patrick Rothfuss. Bragelonne, 2009, 781 pages.
10/10

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être:

la-voie-des-ombres-l-ange-de-la-nuit-brent-weeks

Un autre héros quasiment légendaire, lui aussi extrait des bas-fonds !

Publicités

16 commentaires sur “Le Nom du vent, Patrick Rothfuss.

  1. BlackWolf dit :

    J’ai moi aussi passé un excellent moment avec ce livre qui annonce une excellente trilogie. En tout cas j’attends la suite avec impatience.

    J'aime

  2. Crunches dit :

    C’est un de mes coups de coeur de l’année dernière !!! J’ai été littéralement transportée par l’histoire et j’attends la suite avec impatience !!!! En tout cas, j’adore !!

    J'aime

  3. Crunches dit :

    J’ai adoré ce livre !! En ce moment, je résiste à l’envie de lire la suite qui viens tout juste d’aterrir dans ma bibliothèque !!!! =)

    J'aime

    • Sia dit :

      Ha j’ai adoré aussi! Mais c’est mon frangin qui a la suite et il est parti à Paris (snif). J’ai tellement hâte de lire la suite que je m’interdis de lire les chroniques pour pas me spoiler!

      J'aime

  4. nanet dit :

    Et bien pour moi, non, ce n’est pas un coup de coeur, et cette première journée m’a épuisée ! J’ai trouvé trop de longueurs, trop de choses inutiles, trop de… bref, j’ai posé le livre un nombre incoryable de fois en comptant Tout ce qu’il me restait Encore à lire…  Par contre, il y a du bon, et du très bon même dans ce bouquin. Juste que ce n’est vraiment aps un coup de coeur…  Biz, nanet  

    J'aime

    • Sia dit :

      Ah, ça arrive aussi, c’est une grande question de feeling je crois. J’ai cordialement détesté tout un tas de bouquins encensés par tous sans savoir pourquoi. Mais avec Rothfuss, ça a plutôt bien fonctionné! Du coup, tu ne liras pas la suite, j’imagine?

      J'aime

    • Sia dit :

      Oui, je l’avais lu! Je suis entièrement d’accord avec toi sur le personnage de Kvothe: il est imbu, arrogant et, honnêtement, une partie de ce qui lui arrive n’est pas volé. Même si, en un sens, je ne suis pas fondamentalement en désaccord avec ce que tu dis, je ne sais pas, j’ai été emballée par ce roman!

      J'aime

  5. La narration a l’air vraiment originale ! Et si les personnages sont bien construits (ce que je préfère), j’espère qu’il me plaira autant que toi. D’autant plus que j’aime les personnages principaux quand ils sont « imparfaits » comme Kvothe semble l’être, et les épisodes qu’il vit ont l’air prometteurs ! Enfin, comme je l’avais dit dans un autre commentaire, j’ai acheté ce tome en anglais donc j’attendrai cet été pour pouvoir le lire sans être débordée ou quoi. Merci pour cette chronique et à bientôt~

    J'aime

    • Sia dit :

      Merci à toi ! Oui, ce tome 1 a été un vrai coup de coeur, notamment pour Kvothe! La première partie du tome 2 m’a un peu laissée sur ma faim, mais il paraît que ça s’arrange après!

      J'aime

  6. Frankie dit :

    Ce ne fut pas un coup de coeur (et ne me demande pas pourquoi ! :)) mais ce fut une excellente lecture ! J’ai beaucoup aimé Kvothe malgré ses côtés agaçants, certains personnages m’intriguent (Denna, Bast ou encore Auri) et la plume de l’auteur a su m’emporter. Il me faudra trouver du temps maintenant pour lire la suite (1000 pages en VO).

    J'aime

  7. […] le panneau des statistiques, je vous aurai volontiers dit que c’était toujours la trilogie Chronique du tueur de roi de Patrick Rothfuss qui remportait les suffrages, et l’article sur la rencontre avec Laure […]

    J'aime

  8. […] un troisième tome à la hauteur des deux précédents – et si vous n’avez pas lu Chronique du tueur de roi, il est temps de s’y […]

    J'aime

  9. […] 2. Chronique du tueur de roi, de Patrick Rothfuss, […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s