Sovok, Cédric Ferrand.

sovok-cédric-ferrand

 

Moscou, dans un futur en retard sur le nôtre. Manya et Vinkenti sont deux urgentistes de nuit qui circulent à bord de leur ambulance volante de classe Jigouli. La Russie a subi un brusque infarctus politique, entraînant le pays tout entier dans une lente agonie économique et une mort clinique quasi certaine. Le duo d’ambulanciers est donc le témoin privilégié de la dégradation des conditions de vie des Russes. Surtout que leurs propres emplois sont menacés par une compagnie européenne qui s’implante à Moscou sans vergogne.
Et puis un soir, on leur attribue un stagiaire, Méhoudar, qui n’est même pas vraiment russe, selon leurs standards. Ils vont quand même devoir lui apprendre les ficelles du métier.

Bienvenue en Russie ! La neige, les pots-de-vin, la police militaire, les ambulances volantes. Dans cette Russie post-moderne, la technologie a bien progressé. Enfin… devrait avoir bien progressé. Car quand on y regarde de plus près, la peinture des Jigouli laisse à désirer, les moteurs cliquettent plus qu’ils ne ronronnent et les pièces détachées se font rares. On comprendra donc que les interventions des urgentistes puissent se monnayer sous le manteau et que les ambulanciers fassent monter les mises avant de déposer leurs blessés à l’hôpital.

Dans Sovok, il n’y a pas vraiment d’intrigue façon « grande quête » ou « objectif supérieur » à atteindre mais ça n’en rend pas le roman moins prenant, bien au contraire !
Moscou, ici, fait quasiment office de personnage à elle toute seule : au gré des rondes de la Jigouli, on arpente les rues, les quartiers plongés dans le noir (black-out oblige), on découvre une organisation pas toujours très orthodoxe, mais qui fourmille de tellement d’idées qu’on a du mal à quitter la fine équipe. Les nuits d’intervention se suivent, mais ne se ressemblent pas, guidées par le fil rouge des conversations entre Manya et Vinkenti et les tentatives d’intégration de Méhoudar, le juif Birobidjanais – autant dire, pas vraiment russe.

Les personnages sont vraiment soignés, et bien plus profonds qu’ils ne le laissent penser de prime abord. Au gré de leurs conversations, c’est tout un panorama de cette Russie rétro-futuriste qui s’étale sous nos yeux, dont certains points ne peuvent manquer de rappeler quelques aspects de notre société : la marchandisation de la médecine, les lourdeurs administratives, les montagnes de paperasses inutiles et pourtant réglementaires, les petites magouilles pour survivre… En fait, cette Russie est affreusement réaliste. Et ce portrait qui se dévoile, nuit après nuit, est absolument passionnant ! Et si la chute semble quelque peu abrupte, elle est excellente.
De plus, le tout est servi par un plume soignée, vive et qui ne dédaigne pas un peu d’humour cynique : que demander de plus ? De mon point de vue, rien !

Ces tranches de vie moscovites se lisent toutes seules, car tout y est : les personnages sont creusés et attachants, le portrait de la cité extrêmement réussi, et l’ensemble n’est pas dépourvu d’humour, ce qui ne gâche rien ! En fait, on est quasiment déçus d’arriver à la fin car, honnêtement, on en reprendrait bien une part !

Sovok, Cédric Ferrand. Les Moutons électriques, 2015, 224 p.

 

ABC Imaginaire 2015

Publicités

11 commentaires sur “Sovok, Cédric Ferrand.

  1. nymeria dit :

    Deux chroniques positives de ce roman dans mon reader aujourd’hui ! Se liguerait-on contre moi pour que je l’achète ?? 😛 Tu m’as définitivement convaincue en tout cas !

    J'aime

  2. Zina dit :

    J’ai adoré également ! Je te recommande son autre ouvrage, Watsburg, si tu ne l’as pas encore lu, tout aussi bon 🙂

    J'aime

  3. […] Gromovar (Quoi de Neuf sur ma Pile ?), Nicolas Soffray (YoZone), Nicolas Winter (Just a Word), Sia (Encres & Calames), Thomas Riquet (Mythologica) et Xapur (Les lectures de […]

    J'aime

  4. Lupa dit :

    Cette uchronie semble receler pas mal d’atouts ^^ Et puis l’univers moscovite change un peu de ce dont on a l’habitude pour ce genre de roman, alors je le note avec intérêt, merci 😉

    J'aime

  5. […] Gromovar (Quoi de Neuf sur ma Pile ?), Nicolas Soffray (YoZone), Nicolas Winter (Just a Word), Sia (Encres & Calames), Thomas Riquet (Mythologica), Vil Faquin (La Faquinade) et Xapur (Les lectures de […]

    J'aime

  6. […] (Les Moutons Électriques). ♥ Véridienne , Chloé Chevalier (Les Moutons Électriques). – Sovok , de Cédric Ferrand (Les Moutons […]

    J'aime

  7. […] La Passe-Miroir, tomes 1 & 2 de Christelle Dabos (Gallimard Jeunesse). – Prince Gigi pour Sovok de Cédric Ferrand (Les moutons électriques). – Hervé Leblan pour Janua Vera et Récits du […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s