Les Sœurs du feu, Le Sang et l’Or #2, Kim Wilkins.

On dit de Bluebell, princesse guerrière aux multiples cicatrices et héritière du trône de son père, que personne ne peut la tuer. Lorsqu’elle entend parler d’une épée spécialement forgée pour l’assassiner par le redoutable roi Corbeau Hakon, elle décide de partir à sa recherche plutôt que d’attendre que l’arme vienne à elle. L’épée serait en possession d’une de ses quatre sœurs cadettes, mais laquelle ? Celles-ci étant dispersées dans tout le royaume, Bluebell se met en route. 
Depuis les côtes sauvages et escarpées jusqu’aux montagnes de granit du royaume, de ses ports grouillant d’activité à ses cités fantômes, de ses opulents châteaux à ses forêts primitives… cette histoire est celle de cinq sœurs dont les choix causeront l’essor ou la chute d’empires entiers. 

J’avais eu un gros coup de cœur pour le premier tome, Les Filles de l’orage et celui-ci est passé à un cheveu d’être, lui aussi, un coup de cœur ! A l’issue du premier tome, Ælmesse et Ælthric étaient sauvés mais les soeurs dispersées : Ash cherchait, en compagnie d’Unweder, comment échapper à son destin ; Ivy était mariée à un vieux barbon ; Rose était séparée d’Heath et de Rowan ; Willow se consumait de haine dans un coin reculé du royaume ; Bluebell, de son côté, pouvait espérer se reposer sur ses lauriers. Et c’est à peu près ainsi qu’on les retrouve, quatre ans plus tard, alors que Bluebell tente de savoir laquelle des quatre possède l’épée qui va la tuer – et tente d’arrêter la guerre qui couve, au passage.

L’intrigue semble partir d’un tout petit rien : Bluebell enquête et Rose, de son côté, reçoit un message la prévenant que Heath vit ses derniers instants. Dit comme cela, ça n’a l’air de rien, mais c’est ce qui va précipiter les jeunes femmes sur les routes et dans la panade. Mais c’est l’enchaînement des péripéties qui rend l’histoire si palpitante et prenante. Au gré de l’action des cinq jeunes femmes, l’intrigue va se complexifiant – les actes des unes influençant les vies des autres. D’ailleurs, l’intrigue a un petit côté tragique : on sent une sorte de force inéluctable qui s’abat sur les personnages, que l’on sent englués dans la toile du destin. Et rien que cela suffit à donner à l’intrigue cet aspect si prenant, car on ne peut s’empêcher d’espérer que les personnages vont réussir à dépasser cette fatalité.
Dans l’adversité, les caractères des princesses s’affinent, se nuancent : celles qui étaient effacées dans le premier tome prennent ici plus de place, s’imposent dans le récit et tirent enfin les ficelles. Et ce qui est intéressant, c’est qu’elles sont toutes très différentes les unes des autres, ce qui amène une belle variété dans les personnages.

Dans le premier tome, le différend qui oppose les païens aux trimartyrs était déjà assez violent mais là, il s’est cristallisé et entraîne des conséquences dramatiques – certains royaumes allant jusqu’à refuser leur aide à la coalition, au prétexte que tous n’ont pas embrassé la foi trimartyre. Il en est de la fantasy comme du monde réel : la religion est un merveilleux levier de guerre et, ici, les personnages l’ont bien compris (et ne vont pas hésiter à s’en servir pour se pourrir consciencieusement la vie). On pourrait penser que deux camps se tapant dessus pour d’obscurs motifs religieux suffisent. Mais non ! Car Kim Wilkins explore dans cet opus l’histoire des Ærfolcs, qui n’ont été que brièvement cités dans le précédent roman (pour nous parler des lointains ascendants de Heath et de sa fameuse chevelure rousse). Toutefois, les Ærfolcs sont le point commun des païens et des trimartyrs : tous les rejettent. Avec les Ærfolcs, il y a un petit air d’Irlande, de druides et de rites magiques qui se glisse dans le roman : proches de la nature,ils utilisent les dolmens, cromlechs et autres sentiers cachés des forêts séculaires pour voyager vers les lieux secrets qu’elle recèle… et ils ont eux aussi des ambitions sur le Thyrsland. Tout cela pour dire que l’intrigue se densifie à souhait et laisse assez peu de répit au lecteur. Car si la plupart des protagonistes sont empêtrés dans ce conflit religieux à l’issue plus qu’incertaine, il en est une qui, elle, est sur la trace du dragon de son apocalyptique vision.
Le récit saute d’une jeune femme à l’autre, ce qui nous offre une vision assez générale du conflit en cours et des personnes impliquées, tout en entretenant merveilleusement le suspense.

En somme, je n’ai pas été déçue par ce deuxième tome, loin de là ! Kim Wilkins parvient à rendre son intrigue plus dense, plus palpitante, en introduisant de nouvelles factions, de nouvelles alliances et en affinant les caractères de ses personnages. Si l’intrigue semble partir de rien, c’est bien l’enchaînement implacable des péripéties qui la rend si prenante et si riche en questions. J’attends donc de pied ferme le troisième tome, qui me paraît d’ores et déjà plein de promesses, d’autant plus après la conclusion hautement inattendue qui clôt cet opus !

Le Sang et l’Or #2, Les Sœurs du feu, Kim Wilkins. Traduit de l’anglais par Nenad Savic. Bragelonne, juin 2017, 449 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

 
Publicités

4 commentaires sur “Les Sœurs du feu, Le Sang et l’Or #2, Kim Wilkins.

  1. J’avais apprécié le premier tome, il faudrait que je me mette à celui-ci !

    J'aime

  2. Tesrathilde dit :

    Tiens, je ne connaissais pas du tout cette série mais ça semble sympa.

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s