Le Sang du Dragon, Dragon Blood #1, Anthony Ryan.

À travers les vastes territoires contrôlés par le Syndicat du Négoce d’Archefer, rien n’est plus prisé que le sang des dracs. Ponctionné à même leurs veines, il est distillé en élixirs capables d’accorder d’incommensurables pouvoirs aux rares hommes et femmes connus sous le nom de Sang-bénis. Mais une menace croissante pèse sur le Syndicat : les lignées de dracs s’affaiblissent peu à peu. S’ils viennent à s’éteindre, la guerre qui couve avec l’Empire corvantin voisin ne manquera pas d’éclater. Le dernier espoir du Syndicat réside dans la découverte d’une rare variété de drac, bien plus puissante que toutes les autres. Claydon Torcreek, voleur de bas étage et Sang-béni clandestin, est enrôlé de force par le Protectorat et envoyé dans les entrailles du continent primitif d’Arradsie, sur la piste de cette créature légendaire. Lizanne Lethridge, vénéneuse espionne, doit quant à elle braver tous les dangers afin de mener à bien sa mission en territoire ennemi. Enfin, Corrick Hilemore, sous-lieutenant à bord d’un croiseur d’Archefer, se lance à la poursuite de dangereux pirates, sans se douter du péril qui le guette aux confins du monde. Emportés par la valse des destins et des empires, du connu et de l’inconnu, tous trois devront lutter de toutes leurs forces pour inverser le cours de la guerre qui se profile… ou bien périr dans son sillage.

J’avais très envie de lire les romans d’Anthony Ryan, car Blood Song m’a été plusieurs fois recommandé par des lecteurs de confiance. Du coup, lorsque j’ai vu l’annonce de parution de celui-ci et que j’ai su qu’en plus il y aurait des dragons… je n’ai pas su résister.

Et bien m’en a pris ! Je ne sais pas si j’ai accroché dès le premier chapitre mais, une chose est sûre, au bout de quatre ou cinq, j’étais complètement ferrée par l’univers richissime qui s’y déploie.
La carte au départ n’est pas bien détaillée mais, au fil des chapitres, on va arpenter des villes, des océans avec leur lot de criques et autres baies pirates, mais aussi la jungle la plus profonde et la plus dangereuse. Et ça ne fait pas du tout fourre-tout ! On passe d’un endroit à l’autre avec la plus grande simplicité.
C’est peut-être dû à ce qui se dégage des trois récits enchâssés. Les aventures de Braddon et Clay, dans la jungle, ont un indéniable petit côté Indiana Jones (remplacez l’Arche Perdue par le Dragon perdu, et on est pas mal) ; avec Hilemore, on retrouve l’ambiance des histoires de corsaires et de pirates qui se poursuivent sans fin sur des océans pas toujours d’huile ; enfin, Lizanne, elle, convoque à la fois James Bond et Miss Marple, dans un mélange aussi détonnant que réussi. Alors tout ça peut sembler un peu disparate mais, bizarrement, cela s’articule extrêmement bien. Peut-être parce que l’ensemble est cimenté par une ambiance steampunk extraordinaire. Imaginez qu’Archefer a son propre Mr Q. qui lui concocte des gadgets à grands renforts de rouages, et autres boulons de cuivre. Si le sang de drac reste la munition privilégiée, on utilise aussi moult canons, fusils et autres pétoires améliorées. On ne peut pas dire que ce soit fondamentalement steampunk, mais l’esthétique particulière du genre est bien présente ; dans l’oreillette, on me souffle que ce genre de romans participe de la gaslamp fantasy, une variante du steampunk, qui permet de faire cohabiter magie (ici celle des Sang-Bénis) et technologie.

À propos de magie, il faut parler des Sang-Bénis, dont les capacités ont un indéniable petit côté super-héros et X-Men, notamment lorsqu’ils se mettent des peignées. Ce qui rend les combats d’autant plus palpitants et esthétiques (rien que pour ça, je verrais bien un film ou une série). Au départ, j’ai eu un peu de mal à comprendre ces histoires de sang de drac mais comme l’auteur les égrène au compte-goutte, c’est plutôt simple à suivre (et puis les bénéfices de chaque sorte de sang sont rappelés assez régulièrement). Ce qu’il faut savoir, c’est que le sang confère des capacités incroyables aux Sang-Bénis mais qu’il brûle à mort les autres. Mais ça n’est pas une arme infaillible : déjà parce que la façon de le récolter est assez peu ragoûtante, mais surtout parce qu’Archefer a récolté à tort et à travers, sans jamais respecter l’écosystème. Le thème vous rappelle quelque chose ? Eh bien c’est tout à fait normal, car le roman est truffé de thèmes qui sont d’actualités.

Ainsi, il est question d’écologie, comme je viens de le dire, notamment avec la question de la gestion raisonnée des ressources qu’offre la terre. Mais il est également question de respecter son environnement et de ne pas tenter de le sucer jusqu’à la moelle – des idées que nos concitoyens feraient bien de se fourrer une bonne fois pour toute dans le crâne. Au vu de la façon dont se comportent les colons, il est aussi (évidemment ?) question de colonialisme.
D’ailleurs, fait intéressant, les natifs et les Îliens sont plutôt blonds à la peau pâle, les colons plutôt mats de peau : dans une production plutôt occidentalocentrée, ça fait du bien à lire. Bon, de fait, le racisme occupe aussi une place importante dans l’oeuvre, avec quelques remarques désobligeantes des uns envers les origines des autres. Avec le colonialisme, l’impérialisme et le capitalisme, notamment les dérives de ce dernier, entrent dans le récit. Car si Archefer et les Corvantins se font des misères, aucun des deux n’a franchement de vision positive ou bienveillante pour sa société, ou que ce soit dans la façon de le gérer. Ce qui va les amener assez vite à payer la facture écologique de leurs actes – et ça va leur coûter plutôt cher.
Autre sujet qui est au centre de l’histoire : la place des femmes dans la société. Les personnages féminins ont la part belle, et avec des rôles où elles ne sont pas cantonnées à faire la cuisine et le ménage. Et ça aussi, c’est bien agréable.
Alors, évidemment, tous les sujets ne sont pas traités avec la même profondeur et certains ne sont qu’effleurés – car ce n’est pas le sujet central du récit. Mais ce qui est absolument fantastique, c’est que chacun d’eux correspond bien aux problématiques de l’intrigue : on n’a donc pas l’impression que l’auteur a voulu à toutes forces faire passer des idées, celles-ci étant vraiment au service de l’histoire narrée.

Tout cela, ainsi que le fait que le récit alterne entre les points de vue des trois personnages centraux, fait que l’histoire est particulièrement prenante. Le suspens est présent quasiment à toutes les pages et, même si j’ai mis des lustres à lire ce roman, j’ai passé un excellent moment de lecture – celle-ci étant souvent difficile à arrêter, d’ailleurs. Et point bonus : le roman propose une vraie fin, certes ouverte, mais qui apporte une vraie conclusion à une partie de l’intrigue : donc j’avais super envie de lire la suite, sans toutefois éprouver de frustration extrême, ce qui était plutôt agréable.

Excellente découverte, donc, avec ce premier tome de la trilogie Dragon Blood. L’ambiance steampunk qui couronne ce roman d’aventures est particulièrement efficace. Le suspens est présent de bout en bout mais, ce qui m’a le plus emballé, ce sont les sujets qui surgissent au détour de l’intrigue. ça et les personnages, évidemment : tous ne m’ont pas touchés de la même manière, mais j’ai accroché à cette brochette d’aventuriers-explorateurs d’un autre temps. Sans surprise, j’ai donc hâte de poursuivre la lecture de cette trilogie, surtout au vu de la conclusion qu’y apporte Anthony Ryan.

Dragon Blood #1, Le Sang du Dragon, Anthony Ryan. Traduit de l’anglais par Maxime Le Dain. Bragelonne, mai 2017, 624 p.

Publicités

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s