Les étoiles s’en balancent, Laurent Whale.

les-étoiles-s-en-balancent-laurent-whale

 

Seine-et-Marne, dans un futur pas tellement lointain.
Tom Costa est un troqueur. A bord de son ULM, croisant entre Pontault où réside sa famille d’adoption et Melun où vit la douce San, il est comme le roi du monde. Pourtant, depuis quelque temps, rien ne va plus. Dans cette ère post-pétrole où les communes sont devenues de redoutables cités-états, il y a pire que la famine, les hordes de chiens sauvages, ou les attaques des hors-murs, ces rebelles vivant à l’extérieure des remparts.
Venue du Nord, une invasion rafle, une après l’autre, les villes françaises, qui tombent les unes après les autres. Pour contrer cette menace, et s’il veut espérer avoir de l’essence pour retourner voir sa belle, Tom Costa va devoir former une escadrille de choc, capable d’évaluer l’avancée des forces armées et, pourquoi pas, de les arrêter.

 

Les étoiles s’en balancent initie le cycle des aventures de la famille Costa – à défaut d’un titre officiel – et se déroule 15 ans avant Les Damnés de l’asphalte, que j’avais bien apprécié. Et je dois dire que j’ai encore plus apprécié ce premier volume !

La France, l’Europe, le monde, sont en proie à la misère mais le chaos n’est pas encore généralisé. Là-dedans, Tom Costa roule sa bille, et vit sa vie – presque – tranquillement, du haut de son avion. Le pétrole est une denrée rare, on ne mange pas tous les jours à sa faim et il vaut mieux ne pas traîner hors des remparts à la nuit tombée, mais on fait avec.
Les étoiles s’en balancent, c’est donc un réjouissant mélange de roman d’aventure et d’univers post-apocalyptique, le tout mâtiné de thriller.

L’intrigue est plutôt dense : d’une part, on suit les pérégrinations de Tom et de sa future escadrille ; d’autre part, on s’angoisse pour l’armée qui ne va plus tarder à déferler. Voilà pour le fil principal. Parallèlement à tout ça s’entrecroisent de multiples péripéties : prises d’otages, tentatives d’infiltrations (et d’exfiltrations), nouveaux compagnons, un traître à débusquer, un complot à déjouer… c’est vraiment riche, et l’ensemble est bien mené. Là-dedans, l’aventure aérienne prend une place très importante : on arpente les cieux, on fait de la mécanique, on angoisse, on vole, encore et encore… C’est technique et détaillé côté aviation mais jamais on ne s’y perd et, mieux, ça donne furieusement envie de faire un tour dans les airs !
Le suspens est au rendez-vous la majeure partie du temps – jusqu’à ce qu’on ait éliminé assez de suspects pour avoir une bonne idée de la fin ! – donc on ne s’ennuie pas une minute. Bien sûr, là-dedans, il y a des points un peu plus convenus – la découverte du Khan, par exemple – mais comparé à la qualité de l’ensemble, on oublie rapidement ces passages moins alambiqués.
Le rythme est tout simplement génial : l’intrigue est bourrée d’adrénaline, de petites victoires, de grandes désillusions, et d’efforts colossaux. L’action est omniprésente et surtout variée, ce qui contribue à rendre le roman encore plus prenant. Mais il y a aussi de la réflexion : on n’est pas dans un roman « juste » bourrin… et ça fait du bien. De plus, le style est vif et l’affaire rondement menée sans toutefois sacrifier les péripéties : ça coule tout seul !

Côté personnages, on n’a pas non plus à se plaindre : Tom Costa a la gouaille pleine de verve qui faisait le charme de Miki (qui n’est, ici, qu’un ado très débrouillard alors qu’il est le personnage central dans Les Damnés de l’asphalte). Et si l’on peut regretter qu’il soit un peu trop souvent au centre de l’action et le seul (ou presque) à savoir comment démêler la situation, on n’en apprécie pas moins la galerie de personnages très travaillée – mention spéciale à Cheyenne, que j’avais déjà trouvé fabuleusement effrayant et brut de décoffrage dans la suite !
Nos personnages, dans l’ensemble, sont des baroudeurs confirmés à qui on ne la fait pas, comme autant de figures des meilleurs romans d’aventures qui soient : difficile, donc, de ne pas s’attacher à eux.

Les Damnés de l’asphalte m’avait éminemment plu, mais Les étoiles s’en balancent m’a littéralement embarquée !
J’ai adoré la gouaille des personnages, l’odeur de poudre, de cambouis et de stress qui se dégage de l’Aventure (avec un grand A, parfaitement) et le rythme de fou maintenu du début jusqu’à la fin ! Ce livre m’a plongé dans cet entre-deux du lecteur tiraillé entre, d’une part, la folle envie de connaître la suite et, d’autre part, le désir tenace de faire durer le plaisir de lecture en savourant peu à peu les pages. Délicieux !

◊ Dans la même série : Les Damnés de l’asphalte (2) ;

Les étoiles s’en balancent, Laurent Whale. Folio SF, 2015, 467 p. 

18 commentaires sur “Les étoiles s’en balancent, Laurent Whale.

  1. Tu m’as donné très envie de lire ce livre. Ça fait un petit moment que je n’ai pas lu de SF (depuis janvier en fait), et celui a l’air parfait pour m’y remettre ! Merci pour la découverte. 🙂

    J'aime

  2. Mypianocanta dit :

    Ah merci ! je ne savais plus dans quel ordre les lire (suis nulle parfois).
    Je le prendrai ce week-end avec un petit mot du sieur Whale 😀

    J'aime

  3. Je viens tout juste de le terminer et j’ai été franchement emballée aussi. De la SF, de l’aventure et de l’humour comme j’aime.

    J'aime

  4. BlackWolf dit :

    J’ai bien aimé ce diptyque qui se révélait sympathique, très divertissant et rythmé et tout comme toi j’ai une petite préférence pour Les Étoiles S’en Balancent.

    J'aime

  5. tu m’as beaucoup donné envie de le lire celui la, tout les ingrédients que j’aime et en plus dans une France futuriste 😮 franchement tes chroniques sont excellentes: elles évoquent le contenu du livre, le style de l’auteur, sans spoiler l’histoire 🙂 tres bonne chroniques 🙂
    voyageurgalactique95
    p.s je ne voyais plus mon commentaire affiché en cours de modération, donc peut être que je risque d’envoyer un doublon

    J'aime

  6. zeb dit :

    J’en entends dire que du bien depuis un moment… Je vais craquer !

    J'aime

  7. Lupa dit :

    Ce genre de billet me met en joie quand je sais que le titre en question est déjà dans ma PAL 😉 Merci de m’offrir des bonnes nouvelles comme celle-ci !

    J'aime

  8. Licorne dit :

    Je te remercie de ton com’ sur les pilleurs d’âmes, et en passant par là, je tombe sur cette chronique, je l’ai un peu lu en diagonale, et inutile de te dire que tu m’as encore convaincu, je vais lire ce lui-ci que me tentait bien , avant ou après Billy … mais très prochainement !

    J'aime

  9. […] SFFF, j’ai littéralement adoré Les étoiles s’en balancent, du sieur Laurent Whale, qui livre un post-apo rondement mené, très efficace et avec lequel on ne […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s