L’Anti-magicien #1, Sébastien De Castell


Kelen, 16 ans, est l’héritier d’une des grandes familles qui se disputent le trône de la cité. Il prépare son premier duel pour devenir mage. Mais ses pouvoirs ont disparu. Il doit ruser… ou tricher, quitte à risquer l’exil, voire pire. Car les sans-magie, les Sha’Tep, ne sont destinés qu’à devenir esclaves des mages, les Jan’Tep. Et c’est inenvisageable, surtout lorsque l’on est le fils de l’un des plus grands mages de la cité. Malheureusement, les sans-magie ont rarement du soutien… Kelen ne pourra compter que sur deux alliés aux caractères aussi explosifs qu’imprévisibles : Furia, la vagabonde maîtresse des cartes et Rakis, un chacureuil féroce et acerbe.

De Sébastien de Castell, j’avais lu Les Manteaux de gloire, un roman de fantasy adulte que j’avais trouvé plaisant, sans toutefois qu’il me laisse un souvenir impérissable. J’étais donc assez curieuse de découvrir un autre de ses romans, ce qui a sans doute présidé à mon choix de lecture avec ce premier tome de sa série (prévue en six) L’Anti-magicien — destinée, cette fois, aux adolescents.

L’histoire s’ouvre avec le duel que Kelen a provoqué, dans l’espoir de réussir haut la main sa première épreuve de mage. Or, le jeune homme n’a plus de magie, ce qui fera de lui, quelques semaines plus tard, un esclave de son peuple. Un déroulé de carrière qui ne l’attire pas du tout et va le pousser à faire croire aux siens qu’il est toujours très compétent — ce qui, dans un premier temps, fonctionne à merveille. Kelen est un personnage plein de ressources et à l’incroyable bagout, qui ne manque (en plus) pas d’humour. Ce qui n’est pas plus mal car vu qu’il est notre narrateur, on suit toute l’aventure par ses yeux. Les personnages qui gravitent autour de lui ne sont pas en reste et l’on rencontre tour à tour quelques fortes têtes qui nous aident à mieux comprendre l’univers dans lequel nous circulons.

Celui-ci est essentiellement désertique : la cité dans laquelle vivent Kelen et les autres est pleine de sable, contient quelques oasis (sources du pouvoir magique des personnages) et autres menus détails qui donnent l’impression que l’on se situe dans un environnement très aride, mais aussi très isolé car, manifestement, ni Kelen ni ses compagnons (ni le lecteur, donc) ne savent ce qu’il y a au-delà des murailles de leur cité (hormis d’autres peuples qui les terrifient). Ceci étant posé, on comprend que la seule intrigue politique soit circonscrite à l’intérieur de la cité : les patriarches se battent tous pour monter sur le trône du prince de clan, ignorant totalement les contrées voisines.
Les patriarches, mais pas les matriarches, comme vous pouvez le noter. Car chez les Jan’Tep, les femmes sont, je cite : « destinées à jeter de gentils petits sorts et à être agréables à regarder ». (Pour une parfaite honnêteté intellectuelle, je me sens obligée de préciser que le personnage qui lâche cette petite bombe ajoute immédiatement « Comme les hommes, en somme. »).
Malgré les immenses pouvoirs dont elles peuvent faire preuve, les femmes sont essentiellement guérisseuses et maîtresses de maisons. Ce sexisme intervient à plusieurs reprises dans l’histoire, car Kelen rencontre Furia Perfax, une femme libre qui crée et manipule des cartes à jouer (dont certaines qu’elle lance à merveille tels des couteaux) un peu spéciales : or, Furia n’est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds et, au prétexte qu’elle est une femme, se laisser cantonner à des rôles préétablis. Sans être manichéenne, elle ouvre les yeux de Kelen et lui montre un des nombreux problèmes de la société dans laquelle il vit et grandit – et qui va rapidement affecter sa meilleure amie, Nephenia.

Ceci nous amène à la galerie de personnage, dont j’ai regretté que certains ne soient quasiment pas développés, notamment les camarades de classe de Kelen et sa famille. En fait, et ce n’est pas anodin, les personnages les plus développés sont ceux qui ne sont pas issus du peuple de Kelen… l’ennemi, en gros ! Ce qui inclut Furia Perfax et ses étranges manières, mais aussi une drôle de créature qui répond au doux nom de chacureuil et fait montre d’un langage d’une incroyable grossièreté, mais néanmoins très libérateur !

Au fil des pages, on s’aperçoit que l’on a peut-être mal perçu les tenants et aboutissants de la situation, qui repose sur quelques secrets bien dissimulés et dont une partie est découverte par Kelen. Ce qui relance d’autant l’intérêt pour cette histoire !

Je ne m’attendais pas à grand-chose, j’avoue, en ouvrant ce roman, mais quelle bonne surprise, finalement ! L’univers est original à souhait et repose sur un système de magie bien pensé et intéressant, qui n’a pas encore tout révélé, au vu des développements des derniers chapitres. Heureusement pour les lecteurs, le tome 2 sort tout bientôt !

L’Anti-magicien, tome 1, Sébastien de Castell. Traduit de l’anglais par Laetitia Devaux. Gallimard jeunesse, avril 2018, 464 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Publicités

4 commentaires sur “L’Anti-magicien #1, Sébastien De Castell

  1. J’ai toujours un peu peur que ça soit trop jeunesse pour moi mais celui ci me tente pas mal malgré tout 🙂

    J'aime

  2. Zina dit :

    Je l’avais repéré en vo et il est sorti en vf avant que j’ai eu le temps de le lire !

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s