Or et Nuit, Mathieu Rivero.

« Des mille et une histoires que j’ai pu conter, aucune n’est aussi fabuleuse que celle que je m’apprête à te narrer.
On y voyage de cités mortes en jardins luxuriants, de royaumes en déserts et de geôles en palais. On y croise djinns et ghûls, sultans et dragons, reines et démons, et les lignées maudites s’y affrontent autant que les passions se déchaînent. Vois-tu, elle recèle en son cœur une bien plus unique distinction. Cette histoire d’amour et de mort est vraie : je l’ai vécue. Parole de Shéhérazade. »

Quelques années après avoir calmé la folie meurtrière du Sultan d’Ulud, Shéhérazade en a eu assez de sa nouvelle vie de captivité et la voici donc sur les routes, à la recherche de matière pour ses histoires. Matière qu’elle va rencontrer un tantinet plus vite que prévu : en effet, l’histoire débute au moment où Shéhérazade, après plusieurs mois de voyage, est capturée par Tariq, un bandit de grand chemin, enchaînée au fond d’une grotte et… condamnée à raconter une histoire (choisie par le bandit) pour espérer sauver sa peau.

Le récit entremêle donc deux arcs narratifs : d’une part, Shéhérazade conte son histoire à Tariq tout en négociant sa libération et, d’autre part, il y a ce qu’elle lui raconte – et là où ça se complique, c’est qu’elle fait aussi partie de l’histoire. Les deux récits se répondent, s’enrichissent l’un l’autre et, peu à peu, forment un tout assez complexe (mais avec lequel on a tout le temps de se familiariser). Et si, au départ, l’histoire est centrée sur Tariq et sa captive, on ne tarde pas à rencontrer d’autres protagonistes. À ce titre, l’auteur a parfaitement réinvesti la figure de la célèbre conteuse, qui est fidèle à l’esprit du conte original (ou du moins à l’image que je m’en étais faite).

L’univers est – sans surprise ! – fortement imprégné des contes des Mille et une nuits. On retrouve donc tous les motifs des contes orientaux : il y a de la magie, des sultans, des princesses, des alliances parfois difficiles à nouer, des trahisons, des luttes sans merci, des djinns et des traditions ancestrales. C’est très réussi et il ne faut guère plus d’un ou deux chapitres pour avoir l’impression d’y être !
C’est sans doute aussi dû au rythme soigné du roman : il y a des batailles épiques, des rebondissements parfois à peine croyables (mais qui cadrent parfaitement avec l’histoire), des descriptions précises et bien dosées et du suspens. De plus, si le début m’a semblé un peu simple, la suite s’avère assez vite plus sombre et l’intrigue est nettement plus nouée que ce qu’on aurait pu penser au premier abord. Du coup, je ne me suis pas ennuyée un instant !

Chouette découverte donc, que cette réinterprétation de l’univers des Mille et une nuits : Mathieu Rivero propose un roman très prenant, associant à une intrigue palpitante un univers riche. Son style, très fluide, sait se faire tantôt sombre, tantôt poétique et colle tout à fait au propos. J’étais tellement dedans que je n’aurais pas été contre un ou deux chapitres de plus à la fin !

Or et Nuit, Mathieu Rivero. Les Moutons électriques, avril 2015, 250 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Publicités

Les Douze rois de Sharakhaï, Sharakhaï #1, Bradley P. Beaulieu.

les-douze-rois-de-sharakhai-bradley-p-beaulieu

Dans les arènes de Sharakhaï, la perle ambrée du désert, Çeda combat tous les jours pour survivre. Comme de nombreux autres, elle espère la chute des douze Rois immortels qui dirigent la cité depuis des siècles. Des souverains cruels et tout-puissants qui ont peu à peu écrasé tout espoir de liberté, protégés par leur unité d’élite de guerrières et les terrifiants asirim, spectres enchaînés à eux par un sinistre pacte. Tout change lorsque Çeda ose braver leur autorité en sortant la sainte nuit de Beht Zha’ir, alors que les asirim hantent la ville. L’un d’eux, coiffé d’une couronne en or, murmure à la jeune fille des mots issus d’un passé oublié. Pourtant, elle les connaît. Elle les a lus dans un livre que lui a légué sa mère. Et le lien que Çeda découvre entre les secrets des tyrans et sa propre histoire pourrait bien changer le destin même de Sharakhaï…

L’histoire de Bradley P. Beaulieu se déroule au beau milieu du désert ce qui, avouons-le, n’est pas si courant que cela en fantasy (où le modèle médiéval occidental semble prédominer). Du coup, dès les premières pages, le dépaysement fonctionne à plein ! Et pourtant, l’essentiel de l’intrigue se déroule entre les murs de Sharakhaï, la perle du désert, qui atteint presque le statut de personnage tant elle est importante dans l’histoire. Dès les premières pages, l’auteur installe un décor urbain où pullulent ruelles, passages débouchant sur divers souks et autres espaces publics peuplés. La ville, de plus, connaît un rythme bien particulier, puisqu’elle se vide de ses habitants pour la sainte nuit de Beht Zha’ir, durant laquelle les asirim – sortes de djinns au service des Douze Rois – terrifient la population. La mythologie de l’univers est bien détaillée et développée, assurant un dépaysement certain, lequel est souligné par un vocabulaire soigneusement choisi.

Là-dessus se greffe une quête de vengeance somme toute assez classique : Çeda a perdu sa mère dans des circonstances assez étranges, mais elle sait que ce sont les rois qui l’ont assassinée, aussi cherche-t-elle à leur rendre la monnaie de leur pièce. Pour ce faire, elle est devenue – malgré son jeune âge – gladiatrice et elle lutte plus souvent qu’à son tour dans l’arène, tout en fomentant divers plans. Mais elle a un peu trop souvent tendance à foncer dans le tas sans nécessairement peser le pour et le contre : cela permet certes de faire évoluer l’histoire assez vite, mais occasionne malheureusement quelques répétitions dans le schéma narratif. D’autant que l’autre figure du roman, Emre, l’ami de Çeda, manque un peu de charisme. Pourtant, au fil des chapitres, l’équilibre fragile entre la gladiatrice un peu rebelle et le petit voleur aux plans de rébellion bien cachés atteint une bonne efficacité.

Efficacité, c’est le maître-mot de ce récit : les péripéties s’enchaînent à bon train, alors que le mystère, lui, plane toujours : le suspens est donc au rendez-vous. Si l’on regarde les éléments du récit, on s’aperçoit que le roman aligne peu ou prou les lieux communs habituels : une injustice, une quête de vengeance, un clivage riches-pauvres, une prophétie, de la magie… Mais force est de constater que l’auteur s’en sort haut la main, évitant les écueils des clichés.

Les Douze rois de Sharakhaï est donc une bonne introduction à la série de Bradley P. Beaulieu qui, malgré une intrigue alignant les lieux communs habituels de la fantasy, propose une histoire efficace, soutenue par un univers très riche, travaillé et original. 

Sharakhaï, Les Douze rois de Sharakhaï #1, Bradley P. Beaulieu. Traduit de l’anglais par Olivier Debernard. Bragelonne, août 2016, 672 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

percheron-1-odalisque-fiona-mcintosh

Odalisque, Percheron #1, Fiona McIntosh.

percheron-1-odalisque-fiona-mcintosh

Le Zar de Percheron vient de mourir. Le jeune Boaz, fils de sa favorite, lui succède sur le trône. Ambitieuse et calculatrice, sa mère fait éliminer tous ses rivaux et entreprend de constituer un nouveau harem. Ana, l’odalisque, découvre un monde où elle ne manquera de rien, sauf de liberté. Elle tente de fuir avec ses seuls amis, Lazar, l’Éperon de Percheron, un homme aussi secret que séduisant, et Pez, un nain apparemment fou. Cette évasion entraîne des conséquences dramatiques…

Avant toute chose, je tiens à remercier Livraddict et Bragelonne pour la découverte en partenariat du premier tome de Percheron, la dernière saga traduite en français de Fiona McIntosh et qui, soyons clairs, tient ses promesses! J’ai du bol, en ce moment, j’ai la chance de ne participer qu’à des partenariats qui m’enthousiasment.

Une fois n’est pas coutume, je vais m’étendre sur la couverture et saluer le remarquable travail de Marc Simonetti, qui sait comment s’y prendre pour nous en mettre plein les mirettes et nous donner, si c’était possible, encore plus envie de découvrir le roman.
Vous ne le savez pas encore, mais j’avais découvert Fiona McIntosh avec sa trilogie du Dernier Souffle, qui m’avait éminemment plu et que je relis de temps en temps avec grand plaisir ; Odalisque ne m’a absolument pas déçue : non seulement j’ai retrouvé ce qui me plaisait dans l’écriture de Fiona McIntosh, mais l’univers est, en plus, bien différent. Je ne pouvais rêver mieux.

Lorsqu’Ana rencontre Lazar et Jumo, elle est loin de se douter qu’elle va sceller le sort de plusieurs destins, dont le sien. Vendue sans aucun scrupule par sa mère adoptive, elle est achetée pour les besoins du sérail du nouveau Zar de Percheron, le jeune Boaz.
Fiona McIntosh nous place donc dans un univers résolument exotique et assez peu usité en fantasy : l’Orient. Percheron, blanche cité face à la mer, est environnée de déserts ; gouvernée par un Zar, sorte de sultan, entouré d’un vizir et d’eunuques, et heureux propriétaire d’un harem bien rempli -source de tous les troubles. On plonge au sein de l’organisation d’un palais et, au-delà, d’une cité et d’un État. Fiona McIntosh livre un univers fouillé, complexe, très construit, pensé dans ses moindres détails. On en apprend autant sur la politique que sur l’histoire et les mythes de Percheron, qui se livrent peu à peu. Les personnages, bien sûr, ne sont pas en reste. Les personnalités s’affrontent : un des grands talents de Fiona McIntosh est de faire cohabiter des personnalités très différentes, sans verser dans le cliché ou le manichéisme de bas étage, tout en rendant ses personnages attachants et très réels. Oh bien sûr, il y en a certains qu’on ne peut pas voir en peinture (Salméo, par exemple, pour n’en citer qu’un) tandis que d’autres, même s’ils ne sont pas tous blancs, s’avèrent tout de même touchants. Il est assez drôle de constater qu’ils fonctionnent plus ou moins par groupes. D’un côté, Lazar, Pez et Boaz (et, dans une moindre mesure, Ana), opposés au trio infernal formé par Tariq, Salméo et Herezah. Dans tous les cas, on a l’impression de les avoir tous réellement côtoyés une fois le roman refermé.

L’histoire pourrait en rester là, et se contenter d’exposer les manigances des différents clans, l’un face à l’autre, se déchirant discrètement pour mettre la main sur le pouvoir, s’il n’y avait pas eu cette sombre histoire de culte éradiqué en faveur d’un autre, dont on sent qu’il a peut-être bénéficié de l’aide de forces obscures. Peu à peu, la magie s’immisce donc dans le récit. Le procédé est assez subtil, si bien que lorsqu’elle fait son apparition, on la voit comme une donnée nouvelle dans l’univers, sans être totalement surpris non plus. Oui, la magie liée aux divinités s’installe comme naturellement dans ce récit, et lui confère une grande force. Elle reste néanmoins discrète : ce sont les hommes et leurs choix qui importent réellement.
Les esprits chagrins pourraient reprocher au récit de traîner un peu en longueur avant d’exposer réellement le fond du problème ; pour ma part, j’ai été transportée par l’ambiance, qui m’a fait tourner les pages avec avidité. Le suspense est subtilement dosé. Ténu, il est continu, ce qui confère au roman une ambiance à l’épaisseur toute particulière. On frémit au gré des découvertes et on tremble à l’idée de ce qui se profile à l’horizon. Fiona McIntosh a l’art et la manière d’amener peu à peu tous les éléments nécessaires à la bonne installation de l’intrigue. Même si tous les morceaux du remarquable puzzle qu’elle a élaboré finissent par s’imbriquer les uns aux autres, on finit avec le regret de n’avoir pas le second tome immédiatement sous la main (l’attente promet d’être longue, argh).

Au fil des pages, on croise donc des complots, des alliances étranges, quantité de trahisons, des actes d’une incroyable cruauté, des amitiés et des amours qui se nouent et se dénouent, sur fond d’intrigues palatines. Tous les ingrédients sont là pour faire de Percheron une bonne saga de fantasy. Porté par un style d’une grande force, et des rebondissements soigneusement orchestrés, Odalisque est un roman passionnant qu’il est difficile de lâcher. 

 

Odalisque ; Percheron #1, Fiona McIntosh. Bragelonne, 2012, 473 pages.
8/10.

 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être…

l-enfant-de-la-prophétie-j-v-jones

Dans Le Livre des mots, on croise également un intendant manipulateur et particulièrement retors !