Rue Farfadet, Raphaël Albert

rue-farfadet-sylvo-sylvain-1-raphaël-albert

 

Panam, 1880 : il y a belle lurette que les humains ont repris la main sur les Peuples Anciens.
Sylvo Sylvain a posé son havresac dans la rue Farfadet, gouailleuse à souhait. Il exerce la profession exaltante de détective privé et les affaires sont nombreuses ! Des adultères, des maris jaloux, des épouses trompées, etc. Ni très rémunérateur, ni très glorieux… Alors, Sylvo fréquente assidûment les bars et les lieux de plaisir en tout genre où son charme envoûte ces dames… Jusqu’au jour où lors d’un banale enquête de routine il se trouve mêlé à une machination dépassant l’entendement. Le voilà, bien malgré lui, chargé de l’affaire par les autorités panaméennes. Saura-t-il tirer son épingle de ce jeu compliqué et dangereux ?

Paris, ou plutôt Panam, en 1880. Inutile d’essayer de restituer les images de vos livres d’histoires, car nous sommes ici dans un Panam… alternatif. Là, au milieu des humains, se promènent elfes, farfadets, lutins, gobelins et autres trolls, sans que personne (ou presque) n’y trouve rien (ou presque !) à redire.
Et Raphaël Albert ne s’est pas contenté de peupler son univers de créatures fantastiques pour en faire un Paris alternatif : les noms de rues, de quartiers, ou de monuments célèbres ont été adaptés, modifiés pour correspondre à cet univers semi-féérique, mais juste assez pour que l’on situe parfaitement l’endroit. Sylvo déambule ainsi dans le quartier Mygale, à la Butte-Momie, à Barbe, ou aux abords du fleuve Veine. C’est riche, c’est merveilleusement reconstruit, et le tout est juste assez décalé pour offrir au lecteur un univers à la fois proche de ce qu’on connaît, et parfaitement original.

Là-dedans va donc se déployer une intrigue qui mêle accents steampunk, fantasy, polar et urbains, le tout avec un rien de gouaille canaille. L’ambiance steampunk est plutôt légère, et se note essentiellement dans les véhicules utilisés : c’est plutôt une vague toile de fond qu’un véritable style !
En revanche, on est servis côté fantasy urbaine et polar : avec un personnage principal elfe et détective privé par-dessus le marché, c’était à prévoir ! Mais ce n’est pas donné à tout le monde de rendre le tout crédible. Certes, Sylvo a un petit côté Sherlock Holmes mâtiné de Nestor Burma, nourri au ouisk et aux cigarettes, qui fait un peu « déjà-vu » ; mais quel déjà-vu ! Dans le genre détective blasé, Sylvo est tout simplement parfait. Si on ajoute à cela que c’est un elfe-plante-verte-humanoïde, qui traîne avec lui quelques secrets bien enfouis dans son passé (qu’on a évidemment hâte de percer ; apparemment ce serait pour le tome 3), on tient là un personnage désabusé, cynique et gouailleur qui fait son petit effet, et qui tient parfaitement le rôle qui lui est assigné. On suit ses pérégrinations avec plaisir, on s’enthousiasme ou on s’angoisse au fil des péripéties. Bref : c’est un protagoniste complexe, à la personnalité travaillée ! À ses côtés, Pixel, un pillywiggin

L’intrigue démarre d’un point assez banal : Sylvo enquête sur une bête histoire d’adultère. Un attentat à la bombe dans un café et un troll plus tard, c’est devenu une affaire de sécurité nationale. La révolte gronde dans les bas-fonds panaméens, les républicains sont à deux doigts du coup d’État, le petit Peuple est pointé du doigt… On a l’impression de lire un condensé de roman historique, fantasy et policier. Mais le mieux, c’est que ça marche ! L’intrigue est rondement menée et les différents aspects s’entremêlent parfaitement. Et bien que l’histoire soit assez linéaire et manque un peu de surprises sur certains points (quelques révélations s’avèrent courues d’avance), on se prend volontiers au jeu.
En effet, le style de Raphaël Albert est incisif : les dialogues sont percutants et bien tournés, les descriptions soignées, et les scènes d’action léchées. Et malgré un léger manque de surprises, c’est tellement palpitant et bien mené qu’on apprécie la lecture. Mieux, on en redemande !

Rue Farfadet peut se lire comme une aventure propre (bien que l’univers et les personnages appellent clairement à une suite). Concentrée de roman noir, d’urban fantasy, et d’histoire, l’intrigue se déroule dans un univers original et décalé qui fourmille de références et clins d’œil. Malgré quelques péripéties sans surprises, l’affaire est très prenante et se lit avec plaisir. En bref, c’est drôle, c’est bien écrit, le suspens est au rendez-vous, c’est original… Rien à redire ! 

Lecture menée avec Acr0 !

Les Extraordinaires et Fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain, détective privé #1, Rue Farfadet,
Raphaël Albert.
Mnémos, 2013, 281 p.

challenge-vapeur-et-feuilles-de-thé-small

 

ABC Imaginaire 2015

challenge-52-semaines

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

les-rivières-de-londres-l-apprenti-sorcier-ben-aaronovitch

Publicités

29 commentaires sur “Rue Farfadet, Raphaël Albert

  1. stelphique dit :

    Celui je pense que je vais craquer dans pas longtemps!!!!!Je pense que je pourrais adorer……Super chronique qui continue de me faire trop envie!!!!!!;)

    J'aime

  2. Acr0 dit :

    Oui c’est vrai que cette aventure peut se suffire à elle-même, mais je pense que tout lecteur aimerait bien connaitre la réponse aux grandes énigmes. Tiens, j’ai vu que tu avais lu le diptyque « Les enchantements d’Ambremer » de Pierre Pevel, le Paris alternatif qu’il y décrit est vraiment chouette, aussi.

    J'aime

  3. Gloewen dit :

    Il me fait bien envie celui-là! 😉

    J'aime

  4. mlleniall dit :

    Oh, ça me tente vraiment bien! Et hop, +1 dans la Wish-List!

    J'aime

  5. Mypianocanta dit :

    Tu es beaucoup plus enthousiaste que moi : je l’ai trouvé tellement blasé, désabusé et cynique que je n’ai pas accroché à Sylvo. Quand à l’enquête, elle ne m’a pas convaincue non plus.
    Reste l’originalité et le style mais tout cela m’a semblé froid, un peu trop léché pour réellement m’emporter.
    Certes j’ai passé un bon moment mais je n’ai pas spécialement envie de lire la suite.

    J'aime

    • Sia dit :

      J’ai immédiatement accroché au personnage, à vrai dire. Tu as lu Dresden ? Sylvo m’a rappelé cet autre enquêteur un peu blasé et cynique à souhait. J’avais vu que tu n’avais pas accroché, donc je me demandais si j’allais apprécier ou non !

      J'aime

    • Je conseille grandement la lecture de la suite « Avant le déluge » : beaucoup plus intéressant, beaucoup mieux maitrisé : après avoir posé le décors, on a un vrai roman sans tous les défauts qu’on trouvait dans le premier opus.

      Donc, s’arrêter sur Rue Farfadet, c’est comme lire uniquement le premier chapitre du Seigneur des anneaux : c’est passer à côté du meilleur.

      Pour les conseils lecture en steampunk, n’hesitez pas à aller faire un tour du côté de chez French Steampunk

      J'aime

      • Sia dit :

        J’ai la ferme intention de lire la suite car le premier a titillé ma curiosité ! Je sais que certains participants au challenge piochent leurs idées lecture sur French Steampunk (c’est d’ailleurs là que j’ai vu que la série de Raphaël Albert en était !).

        J'aime

  6. […] et feuilles de thé » et je l’ai lu en même temps que l’organisatrice, Sia. Il s’agit aussi de ma lecture sélectionnée par Valériane, pour ce […]

    J'aime

  7. […] Autres critiques : Arakasi (Scrogneugneu de Scrogneugneu) et Sia (Encres et Calames) […]

    J'aime

  8. Flora dit :

    Il a l’air chouette ! A chaque fois, je le vois en libraire, je me tâte… Tu vas peut-être faire pencher la balance ! Vilaine, va. :p

    J'aime

  9. Licorne dit :

    Bien, je passe par ici et comme My, je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire, je me souviens de beaucoup de confusions et je n’en garde pas un bon souvenir dans l’ensemble, et pourtant tous les ingrédients étaient là pour me plaire … J’ai lu Dresden que j’aime beaucoup, mais je trouve ce dernier plus intéressant que Sylvio, il a aussi plus d’humour et le personnage est plus charmeur !

    J'aime

  10. Zina dit :

    J’avais adoré le style gouailleur de l’auteur ! Et tu verras, le tome 2 est encore mieux 🙂

    J'aime

  11. J’avais rencontré l’auteur dans un salon et j’avais franchement adhéré à son univers. Malheureusement, je n’ai pas lu le tome 2 mais Zina semble avoir adoré.

    J'aime

  12. Lupa dit :

    Je vais le commencer prochainement, et je manquerai pas d’y revenir après coup, histoire de mettre aussi mon petit grain de sel 😉

    J'aime

  13. Solessor dit :

    Bingo, il part dans ma wish ce petit ! 🙂

    J'aime

  14. […] Les Outrepasseurs (série), Cindy van Wilder. Rue Farfadet, Raphaël Albert. Étiquette et espionnage, Gail […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s