Nightside #1: Vieux démons, S.R. Green.

 

nightside-1-vieux-démons-s-r-green
Je m’appelle Taylor, John Taylor. Ma carte de visite dit que je suis détective privé, mais en fait je suis plutôt un expert pour retrouver les objets perdus. Ça fait partie du don avec lequel je suis né… dans le Nightside. J’en suis parti il y a pas mal de temps pour sauver ma peau et ce qu’il me restait de raison. Aujourd’hui, je gagne ma vie au grand jour. Mais ces derniers temps, les clients se font rares. Aussi, lorsque Joanna Barrett a débarqué dans mon bureau, le fric suintant par tous les pores de sa peau, pour me demander de retrouver sa fugueuse de fille, je n’ai pas pu dire non. C’est là que j’ai découvert où sa fille s’était barrée. Dans le Nightside : deux kilomètres carré d’enfer en plein cœur de Londres, un endroit où il est toujours trois heures du mat’ : où l’on croise des mythes à tous les coins de rue ; où l’on peut boire un pot avec un monstre. Faut pas s’y fier aux apparences et tout y est possible. J’avais juré de ne jamais y remettre les pieds. Mais une jeune fille est en danger, et sa mère compte sur moi. Alors je n’ai pas le choix : il faut que je rentre à la maison…

Nightside. Un lieu sombre, glauque.
Quelques kilomètres carrés en plein Londres, kilomètres où le quotidien bascule dans le cauchemar. Là se trouvent rassemblées les terreurs de toute personne normalement constituée: sorciers, gangsters, abominations, monstres sanguinaires…
Imaginez maintenant un détective privé -spécialisé en divorces et filatures- à qui on demande de retrouver une héritière en cavale… dans le Nightside, dont il connaît pourtant les ruelles et les dangers pour y avoir vécu, et s’en être enfui. Poussé par le sens du devoir (et les beaux yeux de la cliente), il y retourne pourtant, pour le meilleur et pour le pire.
Surtout le pire, en fait.Pour ceux qui auraient lu la série Hawk & Fisher (du même auteur) ne vous attendez pas à une redite : c’est beaucoup moins riant et bucolique; même les plus affreuses péripéties de la rue des Dieux passent pour, au mieux, vaguement effrayantes par rapport à cet opus.
S.R. Green nous mitonne  ici un détective privé conforme aux idées qu’on s’en fait, typique d’un film noir des années 50: il n’a pas froid aux yeux, c’est un amateur de belles femmes, il est gouailleur et a des relations parmi tous les milieux. Mélangeant un peu d’histoire, un peu d’ambiance ultra-dark, une petite touche de romantisme et surtout, surtout, de l’horreur à chaque coin de page, l’intrigue nous laisse scotché au bouquin.
L’enquête, menée tambour battant pour retrouver la jeune héritière fugueuse, piétine, trébuche et s’enlise. Les amis comme les ennemis surgissent des endroits les moins attendus -mais il est vrai que le Nightside ne répond à aucune logique….

Le suspens va crescendo, alimenté par les interactions propres au Nightside, révélées dans toute leur horreur et leur cruauté: un paradoxe temporel, une maison vivante, le châtiment de Prométhée adapté à la nature du lieu, le tout jusqu’au dénouement, aussi horrible qu’il est simple, laissant les personnages (et le lecteur) haletants après un final dantesque.

Nightside #1, Vieux Démons, S.R. Green. Bragelonne, 2007. 253 pages.
7/10.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être…

faerie-hackers-johan-heliot

 

Publicités

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s