[2021] Petit bilan estival.

Carnet de lectures :

La nuit des requins, Jean-Christophe Tixier (Rageot – Flash Fiction).
Je ne sais pas si vous connaissez la collection Flash Fiction, chez Rageot : elle est pensée pour une lecture confortable, pour les lecteurs avec un petit appétit de lecture ou des difficultés. Depuis cette année, des auteurs ados sont entrés au catalogue de cette collection. J’ai lu celui d’Olivier Gay (qui coche toutes les cases du page-turner mais m’a laissée un peu sur ma faim) et La nuit des requins de Jean-Christophe Tixier, donc, qui m’a nettement plus emballée.
Léo et sa famille fêtent l’anniversaire de Camille, la petite sœur, dans leur maison de famille, isolée sur une île. Mais alors qu’ils s’apprêtent à profiter du gâteau, deux braqueurs font irruption et exigent du beau-père de Léo 1 million d’euros. Si celui-ci ne s’exécute pas, ils emmèneront Camille. Léo n’a dès lors qu’une seule idée en tête : il doit s’enfuir, prévenir les secours, et sauver sa petite sœur.
Le récit est très resserré dans le temps, puisque la totalité de l’histoire se déroule entre le vendredi soir et le dimanche matin. Le suspense est donc hyper présent (dès le départ), tout comme le rythme, le personnage principal ne se laissant pas du tout abattre. L’ensemble est super bien mené, et se prêtera volontiers à une lecture à voix haute. J’ai beaucoup aimé la note douce et positive sur laquelle l’auteur conclut le récit !


Mon beau grimoire, Chrysostome Gourio (Casterman – Hanté).
On continue avec les romans pour préados ! Hanté est une petite collection de romans d’horreur/épouvante pour les plus jeunes lecteurs (à conseiller à ceux qui ne décollent pas de la collection Chair de Poule !).
Pénélope est la fille du gardien de cimetières. A cause de cela, elle est harcelée par les trois K, trois garçons de son collège, qui la traitent de sorcière. Un soir, elle rencontre une vieille femme… qui lui propose un grimoire octroyant de sombres pouvoirs. Pénélope accepte… et c’est la descente aux enfers !
Là aussi, le récit est assez court, mais hyper bien mené. L’horreur monte lentement, au fil de l’escalade de violence que connaissent les personnages. Ce que j’ai trouvé intéressant, c’est que le récit joue sur deux peurs bien différentes : la peur issue des pouvoirs que Pénélope pratique d’un côté, la peur de ce que vont faire les harceleurs, qui vont de plus en plus loin. Le récit mêle donc fantastique et thèmes très actuels, parmi lesquels le harcèlement scolaire, les relations familiales ou l’amitié. La fin, douce-amère, clôt à merveille ce roman d’épouvante jeunesse.

Le second souffle, Gilles Marchand et Jennifer Murzeau (Rageot).
Ulysse, 16 ans, vit avec d’autres sous la coupole protectrice du Centre, dont il n’est jamais sorti. Dehors règne la Bête. L’extérieur est hostile, empoisonné. Les enfants gravement asthmatiques, à la santé précaire, sont encadrés par des médecins. Ava, elle, habite Paris. Elle milite pour la planète avec sa meilleure amie Nour. Un jour, elle découvre un terrible secret. Le moment de l’impact est venu. Ava et Ulysse incarnent une histoire commune, celle du changement.
Une lecture en demi-teinte après les deux très bonnes découvertes citées ci-dessus. Le second souffle mêle deux arcs narratifs : l’un très contemporain, l’autre qui semble se situer dans l’anticipation. Le récit alterne de façon assez classiques les voix des deux personnages – dont j’ai d’abord pensé que l’un se situait dans le futur de l’autre. De fait, le suspense est assez présent et c’est vraiment cette interrogation qui m’a fait tenir, car le début du roman était assez lent, voire un peu répétitif. Le rythme s’accélère drastiquement dans la seconde partie, où l’on quitte les pistes de réflexion pour l’action un peu plus pure. L’ensemble est sympa mais pas particulièrement original dans l’ensemble : les dessous de l’affaire sont compris assez vite. Il en reste quelques pistes de réflexion sur l’environnement et l’écologie, mais pas amenées très subtilement, ce qui est un peu dommage vu l’importance du propos.

Coin bulles :

Petit Robot, Ben Hatke (Frimousse).
D’un côté, il y a une petite fille. Elle est bricoleuse et débrouillarde. De l’autre un petit robot tombé d’un camion… La rencontre a lieu et l’aventure commence. Il faut tout d’abord réparer ce petit robot qui visiblement est cassé. Mais heureusement la petite fille a de l’idée. Et les voilà bien vite à marcher tous les deux. Elle lui montre son univers. Mais à l’usine, les machines implacables donnent l’alerte. Il manque un robot…
J’adore Ben Hatke. Il fait partie de mes auteurs de comics chouchou (non pas que j’en ai des tonnes mais voilà). Après le coup de foudre pour Zita, la fille de l’espace, j’étais curieuse de lire ses autres titres, donc je n’ai pas attendu lorsque Petit Robot m’est tombé entre les mains. Comme dans Zita, on est là dans un comics avec très peu de texte, ce qui le rend très accessible aux plus jeunes lecteurs. Ben Hatke maîtrise à la perfection l’art du récit en images et sait garder le lecteur en haleine. L’intrigue mêle action et moments plus doux, dans un très bon équilibre, qui m’a fait tourner les pages à un rythme très confortable. Même avec peu de texte, il évoque tendrement l’amitié, la solidarité, et la quête de liberté. En plus de ça, c’est beau ! Les personnages sont nuancés, la palette de couleur est douce, bref, ce n’est que du bonheur. Voilà un comics à mettre aussi bien dans les mains des enfants que des adultes.

Le voyage d’Esteban, tome 1 : Le Baleinier, Mathieu Bonhomme (Milan).
Esteban a douze ans. Ce jeune Indien rêve d’océan, d’aventure. Il réussit à embarquer sur un baleinier, direction : le cap Horn ! Le cap Horn… Un des endroits les plus dangereux du globe. Mais aussi la route qu’empruntent les baleines pour aller d’un océan à l’autre. Douze ans… C’est peu lorsqu’on se retrouve face à ce monstre des mers…
J’ai lu cette BD totalement par hasard, cet été (parce que j’étais en vacances et que j’ai oublié ma lecture en cours dans l’habitation principale… je me suis rabattue sur une BD trouvée dans la chambre !), et je l’ai découverte avec plaisir ! On plonge dans un récit d’aventure historique vraiment bien troussé qui montre la (dure) vie à bord d’un baleinier, tout en creusant un peu la personnalité et l’histoire d’Esteban, le protagoniste (avec plein de mystères autour de la relation entre sa mère et le capitaine). Le décor est assez sombre, sujet oblige, mais le graphisme très lisible ! Cela m’a donné envie de lire la suite !

Côté ciné :

Évidemment, je n’ai pas échappé à LA sortie de l’été (et j’espère ne pas échapper à celle de l’automne ^^), j’ai nommé Kaamelott. Et ? Et carton plein ! J’ai adoré !
Je ne suis pas une fan hardcore de Kaamelott : je pense que j’ai dû voir les premières saisons à plusieurs reprises, mais j’ai appris par les amis avec qui j’étais au cinéma que la dernière était en fait une préquelle. C’est dire si j’ai raté des trucs. Même avec des bases aussi lacunaires, le film était aisé à suivre !
L’histoire est prenante et se tient bien. On retrouve bien sûr le modèle de la série donc si vous n’accrochez ni à l’univers, ni à l’humour, passez votre chemin. De mon côté, j’ai beaucoup ri, et cela m’a donné envie de tout revoir ! L’intrigue mêle deux temporalités : d’une côté, le présent (dix ans après la fin de la série, au moment où le dictateur Lancelot est sur le trône) et, de l’autre, le passé d’Arthur, lorsqu’il faisait ses classes à Rome. L’alternance maintient le suspense et assure au film un rythme confortable (je n’ai pas vu le temps passer). En somme, il ne me reste qu’à tout revoir avant que la suite ne paraisse !

Tops/Flops :

Je n’ai eu qu’une seule lecture franchement décevante cet été et j’étais d’autant plus déçue d’être déçue que ce roman s’annonçait bien !

L’histoire du Trône des Sept Îles d’Adalyn Grace avait pourtant tout pour me plaire : dans un royaume maritime, la princesse Amora rate la démonstration censée lui assurer le trône, ce qui l’oblige à fuir pour sauver sa vie (et sa couronne), en compagnie d’un pirate. L’univers est intéressant, mais les personnages comme les péripéties terriblement cliché. Je me suis ennuyée sec et ai terminé en diagonale tellement rien ne m’accrochait.

Bon, heureusement, j’ai eu d’autres bonnes lectures !

Mon été a d’abord été marqué par la relecture de L’Enfant de poussière et la lecture de La Peste et la Vigne, de Patrick K. Dewdney (et je suis actuellement dans le tome 3). Le début de ce cycle de dark fantasy (assez violent, soyez prévenus !) est extrêmement bien conçu, dense à souhait et palpitant en tout point. Avec ça, il est porté par une plume ciselée et volontiers envoûtante, qui sied au rythme posé de l’intrigue. C’est prévu en sept tomes et j’en suis ravie !

Comme les deux années précédentes, je me suis également (re)plongée dans l’univers ô combien adoré du Royaume de Pierre d’Angle, de Pascale Quiviger. Je m’étais promis de ne lire que le tome 3, pour me garder le 4e (et dernier) pour l’été prochain. Las, vu la fin du 3… je n’ai pas pu résister ! Si vous ne connaissez pas Pierre d’Angle, déjà, allez fissa chez un libraire vous trouver le tome 1. C’est un ordre ! Cette saga de fantasy mérite vraiment d’être plus connue ! L’autrice déroule une intrigue rudement bien ficelée, qui mêle noirceur et poésie, dans un univers enchanteur (de prime abord). C’est magnifiquement écrit. C’est terriblement prenant. Je me suis sentie orpheline en terminant la saga et dans cet été où l’on pense que ne lira plus JAMAIS un livre qui nous transportera autant. Alors si je ne devais faire qu’une recommandation cette année, ce serait celle-là !

Citations :

« L’âme humaine est comme sa chair à bien des égards, il me semble que dans les bonnes circonstances, on peut se remettre de tout. J’ignore s’il en va pareillement pour la mémoire des peuples, car celle des Arces était encore plus profondément contusionnée que la mienne. Le moindre de leurs enfants portait le poids d’une tragédie qu’il n’avait pourtant pas vécu lui même. »
La Peste et la Vigne, Patrick K. Dewdney.

« Et les ordres sont ? demanda-t-il.
– Pas de massacres, surtout, mais de la poigne. Evitez au maximum que vos gars ne jouent de la gâchette, mais arrêtez ces extraterrestres avant qu’ils ne se fassent connaître du grand public. La présidence désire garder l’info secrète.
– Comment voulez-vous que je les arrête ? En leur jouant une berceuse ?
Le commandant devint écarlate de colère. C’était bien la hiérarchie, ça. Ordre de ramer comme un malade, mais surtout ne pas faire de vagues ! »
Les Abîmes d’Autremer, Danielle Martinigol.

« Vous, la bonne, raisonnez-là!
– La raisonner? On dirait que vous avez pas encore compris à qui vous aviez affaire! Mon Hélène est amoureuse… Rien ne l’arrêtera.
– Tout ceci est ridicule! En vertu des lois naturelles, c’est à l’homme qu’incombe…
– On est sur Vénus… La planète des bonnes femmes… Ici, c’est pas vous qui faites la loi ! »
Les Chimères de Vénus, Alain Ayroles et Étienne Jung.

« Qu’est-ce que la connaissance ? C’est l’inspiration. C’est un appel aux armes. C’est un rappel qu’il n’est rien qui ne puisse être accompli. C’est l’humanité sous toutes ses formes. »
La soudaine apparition de Hope Arden, Claire North.

« Vous êtes horriblement silencieuse, Isobel ! Vous devez être vraiment épuisée. Comment ça fait ?
– Comment ça fait quoi ?
– D’être épuisée, bien sûr.
Même après avoir passé des années à fréquenter les faés, ils continuaient à me surprendre.
– Cela vous donne l’envie de vous asseoir, ou d’aller dormir. Tout ce qui n’exige pas de vous de bouger ou de penser.
– Ah, c’est comme d’avoir bu trop de vin, dit Alouette d’un air entendu.
– Je haussai les sourcils, en songeant que si Mouche avait été humain, quelqu’un aurait dû lui parler de sa nièce. »
Enchantment of ravens, Margaret Rogerson.

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s