Outlaw Players #1, Shonen.

Dans Thera, jeu en ligne révolutionnaire ultra-réaliste et à l’univers quasi-infini, chacun peut devenir ce qu’il désire, et vivre d’incroyables aventures !
Mais pour Sakuu, la première immersion tourne au cauchemar : incapable de se déconnecter, il se retrouve prisonnier d’un monde virtuel peuplé de créatures assoiffées de sang ! Sans accès aux interfaces de jeu ou aux items de soins, qui sait ce qu’il adviendra de lui s’il perd la vie dans Thera… Et il n’est pas le seul : sa route croise celle d’autres joueurs victimes du même problème. Pour ces « Outlaw Players », le game over n’est pas une option. Quelle que soit la cause du bug, Sakuu et ses compagnons n’ont pas le choix : ils doivent s’endurcir, explorer, apprendre, et surtout … survivre !

C’est Nekotenshi qui m’a parlé de cette série, l’année dernière, à la Japan Expo ; série réalisée par un mangaka français ce qui, forcément, m’a hautement intriguée.

Et dès les premières pages, on plonge dans un univers de fantasy épique assez riche. L’auteur s’appuie sur les codes du genre, auxquels il mêle ceux du jeu vidéo. On n’échappe donc pas à l’explication des arbres de talent des personnages, de leurs compétences et de la façon dont ils doivent progresser : l’auteur garde un bon équilibre sur cette partie-là, en mettant juste ce qu’il faut pour qu’un néophyte s’y retrouve, mais pas trop pour qu’un habitué ne se lasse des explications.
Côté intrigue, ce qui est intéressant, c’est que les personnages se doivent de progresser dans le jeu pour éviter le game-over : la quête est donc plutôt palpitante et offre son lot de combats acharnés contre les créatures générées par l’environnement.

Parallèlement, l’histoire est assez angoissante car, comme dans Sword Art Online, les personnages risquent la mort réelle dès qu’ils sont morts dans le jeu. On se demande donc à chaque chapitre s’ils vont s’en sortir et comment, d’autant que Sakuu ne tarde pas à rencontrer d’autres personnes dans le même cas que lui.

Côté dessins, Shonen offre des planches riches en détails de toutes sortes ; le trait est anguleux et l’encrage très foncé renforce le côté un peu sombre de l’histoire.

Bref, la découverte était vraiment chouette ; l’histoire est prenante et offre un cadre fantasy vraiment convaincant. Assez pour me donner envie de lire la suite !

Outlaw players #1, Shonen. Ki-oon, juillet 2016, 192 p.
Publicités

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s