Le Héraut de la tempête, Havrefer #1, Richard Ford.

havrefer-1-le-héraut-de-la-tempête-richard-ford

 

Bienvenue à Havrefer… Sous le règne du roi Cael l’Unificateur, la vaste cité portuaire de la côte sud a été, durant des années, un symbole de puissance, en maintenant une paix fragile sur les Etats Libres.
Mais aujourd’hui, une ombre grandissante plane sur la cité en la personne du redoutable seigneur de guerre des Elharim, Amon Tugha, et de son messager qui est parvenu à s’introduire dans la cité pour exploiter en leur faveur les réseaux criminels souterrains. Lorsqu’en plus une sombre et terrible magie, depuis longtemps oubliée, semble réapparaître, cela pourrait bien être le début de la fin !

Bienvenue à Havrefer, donc, cité tentaculaire s’il en est. Que l’on découvre par le biais de ses – très nombreux – personnages ! Si vous êtes du genre à confondre immédiatement les protagonistes, prenez de quoi noter. Il faut pas moins de 8 chapitres à Richard Ford pour nous présenter les personnages centraux. Alors on s’accroche et on y va !

Donc, au cours de ces 8 chapitres, on découvre des personnages de tous bords : il y a une princesse (qui aimerait faire un mariage d’amour), un envoyé d’un type peu recommandable se faisant passer pour un marchand d’épices, une jeune tire-laine ambitieuse, un forgeron désabusé, un assassin doué, un étudiant extrêmement crasse, une guerrière déchue… (mais j’en passe !). Classique, dites-vous ? Absolument. Les types présentés manquent même un peu d’originalité, surtout si l’on lit beaucoup de fantasy. Mais finalement, la façon dont l’auteur s’attache à chacun et développe les itinéraires personnels fait qu’on accroche assez vite à l’histoire. De plus, sur pas mal de points, l’auteur introduit la petite touche d’originalité nécessaire pour vivifier l’ensemble. Comme l’a si joliment exprimé Joyeux-Drille, Richard Ford s’offre un anti-Harry Potter sur mesure et vraiment bien tourné, avec le duo de Waylian et la Magistra !

L’intrigue est particulièrement dense ou, du moins, se présente comme telle. En effet, Le Héraut de la tempête est un tome extrêmement introductif. On découvre, pas à pas, chacun des personnages centraux et chacun d’entre eux permet de développer une partie d’intrigue. Il faut donc un assez long moment pour que l’on commence à apercevoir quand et comment les différents fils s’entrecroisent et de quelle façon les personnages interagissent. En fait, au départ, leur seul point commun, c’est qu’ils transitent tous par Havrefer. Dont on découvre, du même coup, presque tous les aspects : les bas-fonds, les repères de pirates, le miteux quartier général de la Garde, les égouts, les palais, l’Université, le temple… la ville fait office de ciment !
Comme il y a une pléthore de personnages, l’intrigue est assez variée. Se mêlent donc des velléités de conquête, un sombre trafic d’esclaves, l’angoisse d’un siège à venir, des assassinats prémédités et d’autres à organiser et, surtout, une menace démoniaque qui menace d’engloutir la cité. Et le mieux, c’est que tout cela fonctionne extrêmement bien. L’autre avantage, c’est que la multiplicité des points de vue rend plus aisée la visualisation de la cité et des enjeux en cours – et des enjeux, il y en a pas mal.
Le point négatif, c’est qu’on ferme le volume en se disant «Ok, où est la suite ?».

Le Héraut de la tempête fait donc office de colossale introduction à la série de Richard Ford. L’intrigue est dense et menée par une très vaste galerie de personnages mais, pas de panique : l’auteur détaille suffisamment personnalités et parcours pour que l’on ne se perde pas. Alors, certes, sur certains points, c’est un peu consensuel. Mais l’ensemble fonctionne du tonnerre et la façon dont l’intrigue commence à s’agencer promet de belles perspectives. Affaire à suivre ! 

Havrefer #1, Le Héraut de la tempête, Richard Ford. Bragelonne, 2015, 480 p. 

 

challenge-52-semaines

 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

martyrs-oliver-péru

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Fantasy.

13 commentaires sur “Le Héraut de la tempête, Havrefer #1, Richard Ford.

  1. La couverture et ta chronique me font de l’œil ^^

    J'aime

  2. Camille dit :

    Je ne suis pas très tentée par ce livre. Je suis assez indifférente en fait! A voir si j’en entends encore du bien… Il y a d’autres gourmandises à se mettre sous la dent! 😀

    J'aime

  3. Licorne dit :

    Oui, comme Camille, j’attends encore.. car je n’en ai pas entendu que du bien, et pourtant j’avais tres envie de l’acquérir …mais j’ai bien noté que ce n’est pas l’action qui prédominait ici, mais l’étude des personnages et du contexte !

    J'aime

  4. Lupa dit :

    J’essaie de lutter pour ne pas sentir la tentation poindre mais… c’est trop difficile 😀 Je l’avais déjà repéré, et maintenant il serait illusoire de vouloir l’oublier ^^ Merci !

    J'aime

  5. J’hésite vachement à me lancer …

    J'aime

  6. […] de Loki, Joanne M. Harris. Traduction de Laurent Philibert-Caillat – Panini Books – Havrefer, Richard Ford. Traduction de Olivier Debernard – Bragelonne – Le Fossoyeur, Adam Sternbergh. […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s