ReLIFE #1-3, Yayoiso.

relife-1-yayoiso

Arata a 27 ans et sa vie est loin, très loin d’être celle qu’il imaginait 10 ans plus tôt. Au chômage, célibataire, il n’a même pas le courage d’avouer à ses amis qu’il est sans emploi et se force à jouer la comédie – débarquant à leurs afterworks en costume trois pièces, comme s’il sortait lui aussi du bureau. Et comme il a démissionné de son premier emploi après seulement 3 mois, il n’est pas près de retrouver un poste… D’ailleurs les entretiens d’embauche se suivent et se ressemblent, se soldant tous par des échecs cuisants. Or, il n’a pas encore atteint le fond, ce qui ne tarde pas à arriver : sa mère lui annonce de but en blanc la fin du soutien financier parental … C’est alors que surgit le mystérieux Ryo Yoake, employé de l’institut de recherche ReLIFE, pour lui proposer de participer à une expérience de réinsertion sociale, réservée aux chômeurs, passant par… une année de retour au lycée ! Pour ce faire, Arata est prié d’avaler une simple pilule, lui redonnant l’apparence de ses 17 ans. Il reprend donc le chemin de la terminale… et c’est bien moins facile qu’il n’y paraît.

ReLife est un manga atypique. En effet, il est tout en couleurs, alors que traditionnellement, s’il y a des couleurs, seules les premières pages y ont droit. En effet, le manga a d’abord été publié en tant que web-série en couleurs et le passage au format papier a conservé ce caractère.

L’histoire de Yayoiso mêle donc allègrement science-fiction et tranches de vie adolescentes : car, si Arata retourne au lycée, il y découvre également Ryo, son « contrôleur de mission ». Ce retour en arrière est vraiment drôle : Arata cumule les bourdes et a bien du mal à se remettre dans le bain – franchement, j’ai compati.

L’histoire ne propose pas un suspens haletant, mais je me suis tout de même laissée emporter par ma lecture, parce que je voulais savoir si Arata réussirait à faire coïncider ses deux existences en cours ou pas.

Côté dessins, j’ai pleinement apprécié d’avoir un manga tout en couleurs, ce qui apporte un air nouveau. A ce titre, l’adaptation (du format vertical adapté à la lecture sur smartphones au format papier normal) est très réussie.

Une fois ce premier tome terminé, j’avais hâte de savoir comment Arata allait se débrouiller dans sa nouvelle existences adolescente. J’ai donc passé un bon moment avec les aventures de ce jeune homme, et je suis curieuse de lire la suite de ses aventures lycéennes. 

ReLIFE #1, Yayoiso. Ki-oon, mai 2016, 184 p.

 

relife-2-yayoiso

 

Pour Arata, pas facile de se remettre dans le bain! Les vieilles habitudes ont la vie dure, et le programme de terminale est bien loin…Bref, les premiers contrôles de l’année ne sont pas une réussite, sans compter le savon magistral que lui passe son professeur principal en trouvant des cigarettes dans son sac!
Heureusement, le jeune homme lie rapidement connaissance avec plusieurs élèves de sa classe, dont Kazuomi Oga, Rena Kariu et Chizuru Hishiro. Cette dernière, extrêmement timide, a beaucoup de mal à se faire des amis: notre « redoublant » décide alors de lui donner un coup de pouce, mais la tâche promet d’être ardue…

Eh non, la reprise n’est pas facile pour Arata. Après avoir obtenu des notes déplorables aux examens généraux, Arata se démet une épaule et s’écorche un genou en sport. ReLife est un programme destiné à favoriser la réinsertion des chômeurs mais, s’il donne aux participants l’apparence d’adolescents, il ne leur en donne pas les capacités physiques ! De même, Arata n’oublie pas qu’il a 27 ans et non 17 : tout cela contribue à conserver le décalage constant entre le jeune homme et ses camarades de classe.

Dans ce volume, l’accent est mis sur les relations entre eux, ce qui peut être un peu frustrant, vu que l’aspect ReLIFE est peu exploité. Arata est bien décidé à rendre service à Chizuru, laquelle semble particulièrement peu douée en relations sociales – ce qui est souvent assez comique, notamment lorsqu’elle tente de conquérir Rena à coups de sourires carnassiers, qui tiennent plus de la tête de psychopathe que de la future bonne copine.
L’histoire est vraiment centrée sur les histoires adolescentes, et moins sur le retour dans le passé d’Arata. Ceci-dit, les chapitres sont entrecoupés des rapports envoyés par Yoake à son responsable, qui nous rappellent de temps en temps que tout cela n’est qu’une expérience scientifique appelée à s’arrêter un an plus tard.

Côté dessins, c’est toujours aussi sympa d’avoir un manga tout en couleurs, cela change un peu de ce que l’on lit habituellement. Mais c’est parfois un peu difficile de différencier les garçons entre eux, qui se ressemblent un peu les uns les autres – ce qui est un peu dommage.

Ce deuxième tome est parvenu, lui aussi, à me tenir en haleine, alors même qu’il ne se passe pas grand-chose de trépidant – rien d’autre que les péripéties lycéennes d’une classe lambda. Mais rien qu’avec ça, Yayoiso réussit à nous installer une ambiance prenante, qui donne envie d’en savoir plus à la fin !

ReLIFE #2, Yayoiso. Ki-oon, août 2016,192 p.

 

relife-3-yayoiso

Devant les notes désastreuses d’Arata, Kazuomi lui propose de l’aider à réviser pour les rattrapages… An se joint à eux, et la petite bande commence à se lier d’amitié, même si les résultats scolaires de notre cobaye sont toujours au plus bas !
Mais Chizuru se débrouille beaucoup moins bien : convaincue que Rena l’apprécie, elle ne se rend pas compte qu’elle excite au contraire la jalousie de sa camarade. Lorsque celle-ci vole son sac sur un coup de tête, Arata la prend en flagrant délit et tombe avec elle dans les escaliers ! À son réveil, il décide de tout dire à Chizuru…

Le tome 3 reprend sur les querelles et amitiés lycéennes et, de ce point de vue-là, il y a fort à faire. Et si c’est intéressant, c’est un peu frustrant du point de vue du concept de la ReLIFE.
Heureusement, le ton change vite et Arata se retrouve confronté à une situation aussi inédite qu’embarrassante, tant pour son avenir au lycée que pour la réussite de sa ReLIFE. Suspense et tensions garantis dans la deuxième moitié du tome, avec moult révélations à la clef ! Du coup, le rythme est vraiment bien maintenu et ce jusqu’à la fin !

Côté révélations, on en apprend un peu plus sur le contrôleur de mission, le très très discret Ryo Yoake. Mais aussi sur le passé d’Arata en tant qu’employé ! Toutes les zones d’ombre ne sont pas encore levées mais on commence à entrevoir pour quelles raisons il a bien pu démissionner au bout de seulement trois mois de travail.

D’ailleurs, la série commence à faire montre d’une double lecture assez intéressante. Sous des dehors de comédie scolaire, il est aussi question de l’attirance (parfois involontaire) d’Arata pour ses très jeunes camarades, mais aussi des manipulations un rien sordides auxquelles se livrent les adultes entre eux. Sur ce point, les révélations de la fin du tome ne font qu’épaissir le mystère autour de l’expérience ReLIFE… et pousser le lecteur à relire le début de la série.

Après une petite baisse de rythme, le tome 3 vient relancer tout l’intérêt pour l’histoire. C’est à la fois drôle, plein de suspens et bien plus complexe qu’il n’y paraît ! Du coup, j’attends impatiemment le tome 4 !

ReLIFE #3, Yayoiso. Ki-oon, août 2016,192 p.
Publicités

4 commentaires sur “ReLIFE #1-3, Yayoiso.

  1. Une amis m’a parlé de cette série hier! Je vais vraiment finir par la lire 🙂

    J'aime

  2. Nyxx G dit :

    Merci pour la découverte !

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s