La Promesse de Camille, Les Enfants d’Evernight #3, Mel Andoryss.

coupdecoeur

les-enfants-d-evernight-3-la-promesse-de-camille-mel-andoryss

Rien ne va plus à Evernight : les enfants se sont enfuis de l’orphelinat et l’Autorité retient le Maître du Temps prisonnier dans son palais. Camille pensait emprunter la tour de l’horloge pour rentrer chez elle, mais North et Maximilien ont d’autres projets pour elle et, bientôt, la jeune Anglaise se retrouve au cœur d’un complot dont elle pourrait bien être la clé.
Avec le terrible Mac Claw à leurs trousses, les enfants vont devoir se mesurer à leurs pires cauchemars et tout risquer pour affronter l’Autorité, car c’est à cette condition seulement que la paix pourra revenir de l’Autre côté de la nuit.

Mes aïeux, quelle fin de série ! C’est en véritable apothéose que se concluent les aventures de Camille de l’autre côté de la nuit !
En effet si, jusque-là, Camille se contentait de subir gentiment les événements, elle prend enfin les choses en main et devient actrice de sa propre vie. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle se donne à fond ! Malheureusement, son plan soigneusement ourdi pour enfin quitter Evernight est mis à mal par les intérêts des uns et des autres – en premier chef, par ce que North et Maximilien ont prévu pour elle.

Ce qui est intéressant, c’est que Mel Andoryss détaille, dans ce volume, les parcours des autres personnages. Si le passé de Maximilien nous demeure encore un peu mystérieux, ceux de Mathias et de North se dévoilent dans toute leur horreur – et, dès lors, on comprend bien pourquoi ils refusent de quitter Evernight. Leurs histoires en disent bien long, par ailleurs, sur les caractéristiques d’Evernight, sur la façon dont sont apparus, par exemple, les Egrygors, sur ce qu’est réellement le Tulpa de North ou bien la raison pour laquelle les enfants sont si détestés dans l’univers. Tout cela converge pour, finalement, faire sens et l’on perçoit bien mieux les enjeux qui sous-tendent l’univers.
D’ailleurs, celui-ci se dévoile aussi géographiquement. Si, jusque-là, Camille a surtout arpenté les rues de Riorim et les couloirs de l’orphelinat, elle va découvrir le continent d’Evernight, à la topographie si aléatoire, et ses peuplades aussi originales que mystérieuses. Les rencontres sont riches – notamment celle avec le peuple des grenouilles nomades, qui chevauchent des escargots, et donnent à moudre aux enfants (et aux lecteurs) de très belles perles de sagesse.

Plus le récit avance, plus les révélations tombent. On ne s’ennuie pas une seconde tant la tension est omniprésente. De plus, comme je le disais en introduction de ce billet, Camille prend enfin les choses en main. Si vous aviez trouvé les premiers tomes très calmes, sachez que celui-ci contient son lot de batailles épiques et survoltées, aux issues incertaines, et occasionnant quelques sueurs froides au lecteur captivé.
Peu à peu, tous les indices jusque-là disséminés par Mel Andoryss s’articulent et se dévoilent, amenant le lecteur vers une conclusion magistrale. J’ai craint le pire car, il faut le reconnaître, l’exercice du voyage dans le temps est toujours un brin casse-gueule, mais Mel Andoryss s’en sort de façon impeccable, collant parfois à ce que l’on sentait venir, pour mieux détourner l’horizon d’attente après.

La Promesse de Camille vient donc conclure la série des Enfants d’Evernight, et mettre un point final à un univers aussi envoûtant qu’enchanteur. On pense, évidemment, à Peter Pan (d’ailleurs difficile à rater dans ce volume), à Alice au Pays des Merveilles, à L’Histoire sans fin ou encore à La Quête d’Ewilan, tant la série a la force onirique de celles qui marquent les esprits d’enfants. Il y est question de rêves et de cauchemars, bien sûr, mais aussi du passage (parfois douloureux) à l’âge adule, d’enfances, d’aspirations secrètes et de la force que chacun peut puiser en lui-même (pour peu qu’il y croie un peu). Voilà donc une série que je vous recommande plus que vivement (ce dernier tome a même été un coup de coeur !), tant aux jeunes lecteurs (dès 10 ans), qu’aux lecteurs plus âgés, pour peu qu’ils n’aient pas perdu leurs âmes d’enfants !

◊ Dans la même série : De l’autre côté de la nuit (1) ; L’Orphelinat du Cheval-Pendu (2).

Les Enfants d’Evernight #3, La Promesse de Camille, Mel Andoryss. Castelmore, août 2016, 346 p.
Publicités

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s