Rocaille, Pauline Sidre. #PLIB2021

Gésill ne dort plus depuis qu’il est mort.
Assassiné puis ramené à la vie par les Funestrelles, des brigands sans scrupules qui voudraient le voir reprendre son trône, l’ancien roi Gésill n’a plus goût à rien.
Son sang vert, autrefois seule source de végétation de la Rocaille, s’est tari. Il pourrit. Seul un représentant des Magistres, ces êtres mythiques exterminés par les ancètres de Gésill, pourrait y remédier.
Aussi, lorsque les Funestrelles, accompagnés du défunt, se mettent en quête de trouver un jeune homme qu’on dit leur dernier descendant, ils sont loin d’imaginer que leur découverte ébranlera toutes leurs certitudes. Sur la Rocaille comme sur eux-mêmes.

Rocaille, ça parle de quoi ? D’un roi un peu nul, désormais mort, pourrissant et souffrant d’insomnies, d’un pays au bout du rouleau affligé d’une météo digne d’un été au Pays basque et de malfrats consanguins pas forcément très futés. Bref : tout cela ne peut que bien se passer.

L’autrice nous plonge dans un univers vraiment intéressant : si le pays est globalement aride et désolé, l’enceinte du château, elle, est florissante, grâce au sang vert de la lignée royale. Laquelle est donc chargée d’approvisionner le pays en légumes, fruits et autres denrées végétales. J’ai trouvé ce concept de magie vraiment original ! Bon, on s’en doute, ceux qui touchent les provisions sont surtout les riches et les bien-nés, les autres se débrouillant avec ce qu’ils parviennent à grappiller de-ci de-là, sachant que rien ne pousse en Rocaille et que les jours de la semaine sont rythmés par une météo apocalyptique.

Brume jour de poix
Ventée jour de souffle
Ore jour d’orage
Grésil jour de grêle
Nive jour de neige
Gelée jour de glace
Fonte jour de pluie
et silence de nuit

L’autre point que j’ai trouvé intéressant, c’est que Gésill, de son vivant, ne s’est pas beaucoup intéressé à la politique, semble-t-il (tout roi qu’il était) et n’a jamais quitté son château. Finalement, c’est sa résurrection par les Funestrelles, une bande de malfrats, qui va l’obliger à prendre le taureau par les cornes. En effet, à leurs côtés, il découvre tout ce qu’il n’a jamais su sur son propre pays : la famine, les maltraitances subies, la misère qui règne, l’absence d’espoir. Tout cela va de pair avec une remise en question de ce qu’on lui a inculqué, ce qui donne au roman des airs de satire sociale vraiment bien amenés.

L’intrigue fait intervenir toute une galerie de personnages. Si Gésill est un peu fade sur le début, il reprend du poil de la bête (même un peu brutalement !) dans les derniers chapitres. Côté Funestrelles, l’autrice reste dans un savant mélange de gris : jamais vraiment bons, pas tous définitivement méchants, chacun taille sa route selon ses intérêts privés ou du moment.

Mais l’histoire s’attache aussi à ce qu’il se déroule au palais, où l’on suit notamment Sénielle, la sœur de Gésill et aux Magistres, une caste de magiciens supposément disparus. 
Le récit choral s’intéresse tour à tour à chaque angle de vue, permettant ainsi à l’univers, comme à l’intrigue, de se développer pleinement. Alors certes, la construction éclatée (géographiquement et temporellement) fait que certains épisodes ont l’air d’être rapidement soldés, mais elle a eu le mérite de rendre ma lecture très prenante !

En bref, Rocaille nous plonge au sein d’un univers de dark fantasy original, qui propose un système de magie (et le secret qui va avec) vraiment bien pensés. L’autrice revisite avec brio le mythe du zombie et donne à son roman de petits airs de satire sociale très appréciables. Une bonne lecture !

Rocaille, Pauline Sidre. Sillex, 2020, 480 p.
#PLIB2021 #ISBN9782490700035

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :


[2021] Petit bilan de mars

Carnet de lectures : rayon bulles.

Shirley #1, Kaoru Mori (Ki-oon).

À tout juste 13 ans, Shirley entre au service de Mme Bennett, populaire patronne d’un café londonien. La jeune fille semble avoir un lourd passé, mais la bonté naturelle de sa nouvelle maîtresse lui permet de retrouver le sourire, et parfois même des bribes d’enfance…
J’adore les mangas de Kaoru Mori, et j’ai lu avec beaucoup de plaisir ses séries Emma et Bride Stories (je fais d’ailleurs durer le plaisir et ne suis à jour dans aucune des deux).
Bref, j’ai donc emprunté le premier tome de Shirley à la médiathèque sur la bonne foi du nom de la mangaka ! Et si j’ai globalement apprécié, je dois reconnaître que l’ensemble m’a laissée quelque peu sur ma faim. On suit donc les aventures de Shirley, treize ans, qui devient femme de chambre chez une jeune femme de la bonne société londonienne. Les trois premiers chapitres détaillent leur vie quotidienne, sans vraiment mettre en place de fil rouge. Les deux derniers chapitres, quant à eux, mettent en scène deux autres femmes de chambre, employées ailleurs (et a priori n’ayant aucune connexion les unes avec les autres). L’ensemble est sympathique, mais hyper décousu. Si je mets la main sur le tome 2, je le lirai également pour voir de quoi il retourne, mais ce titre souffre vraiment de la comparaison avec les autres séries de l’autrice.

Les Cerisiers fleurissent malgré tout, Keiko Ichiguchi (Kana).

Keiko Ichiguchi est une mangaka japonaise qui vit en Italie avec son mari. Au début de ce manga, elle apprend par un coup de fil que l’impensable est arrivé au Japon : nous sommes en 2011. Le récit est donc clairement autobiographique : l’autrice y parle de son enfance, durant laquelle on lui a diagnostiqué une maladie, puis, plus tard, de la façon dont la catastrophe a traversé sa vie. Ce qui est intéressant, ici, c’est qu’on n’est pas au Japon, mais en Italie lorsque surviennent les événements. L’autrice raconte donc les heures d’angoisse (lorsqu’il est impossible de savoir qui a été touché, comment, etc.), l’envie de se mobiliser (mais pour faire quoi ? De quelle façon ?), sans négliger la façon dont est impactée sa vie personnelle en Italie. Avec cela, le graphisme épuré, délicat, plein de tendresse porte merveilleusement le récit. Je ne savais pas à quoi m’attendre en ouvrant ce manga, et j’en suis sortie charmée !

Carnet de lectures : rayon romans

Les Infectés, tome 1, Marc-André Pilon (éd. Kennes).

Zachary, Camille et Dilkaram vont au lycée à Cité-les-Jeunes et vivent une existence assez classique de lycéens. Débarque alors une vidéo virale dans laquelle on assiste à un meurtre bestial : réalité, ou montage ? Or, rapidement, la maladie qui semble avoir frappé l’agresseur… prend de l’ampleur et transforme les humains en monstres sanguinaires assoiffés de sang.
Je n’ai pas du tout été emballée par ce roman de zombies extrêmement classique. L’histoire s’attache au début et au développement de l’infection mais nous impose un récit extrêmement répétitif. Entre chaque chapitre consacré au trio de protagonistes, s’intercalent des interludes narrant (systématiquement) l’infection d’un personnage lambda sans aucun rapport avec les personnages (à une ou deux exceptions près). Globalement, c’est toujours la même chose, et c’est un peu lassant. Par ailleurs, le développement du récit n’apporte rien de neuf au genre (les persos sont séparés, tombent sur de l’aide qui finalement n’est pas si aidante, la fille manque de se faire violer, etc.), ce qui ne m’a pas aidée à m’impliquer dans ma lecture. J’ai trouvé que les personnages n’étaient pas suffisamment creusés, et que la fin était vraiment, vraiment trop expédiée. Seul point positif : Dilkaram fait partie de la communauté sikh, et j’ai trouvé que cela changeait un peu ! Bref, je ne lirai pas la suite et dans le même style, je conseillerais plutôt In the after.

Tops/Flops

Au rang des seconds, j’ai parlé ci-dessus des Infectés, sur lequel je ne reviens donc pas.
L’autre lecture en demi-teinte, ce mois-ci, a été Le Grand jeu, de Benjamin Lupu.
Autant j’ai aimé l’aspect steampunk et la débauche d’idées toutes plus originales les unes que les autres, autant la complexité de l’univers m’aura un peu perdue. L’intrigue présente plusieurs ramifications qui dessinent un schéma assez dense et à plusieurs reprises, j’ai manqué d’explications pour tout bien suivre.

A côté de cela, j’ai eu deux excellentes, excellentes découvertes !

Tout d’abord, le premier tome de La Machine, de Katia Lanero Zamora, qui nous plonge dans une fantasy largement inspirée de la guerre civile espagnole – une époque qui me passionne. Ici, pour ne rien gâcher, Katia Lanero Zamora dresse une fresque familiale, dans laquelle se mêlent conflits politiques et intenses questionnements personnels. C’est brillant ! J’ai dévoré le roman, j’ai hâte de lire le second volet !

Enfin, deuxième excellente découverte avec Derniers jours d’un monde oublié, le premier roman de Chris Vuklisevic – qui a remporté le concours du premier roman d’imaginaire de FolioSF, ce qui est quand même la grande classe. Et c’est amplement mérité ! Le roman raconte, via trois personnages, les douze derniers jours d’un monde en train de s’effondrer et c’est hyper prenant. J’attends avec impatience ses prochains titres !

Citations.

« La grêle carillonnait avec une violence redoublée sur son visage, lui bleuissant les pommettes de froid et d’hématomes. Qu’importe ! Contrairement au commun des mortels, elle avait un faible pour le temps abominable de son pays. Elle adorait le grondement de l’orage, la pluie lui dégoulinant dans les yeux, les frimas givrant ses cheveux, elle saisissait la neige à pleines mains pour la goûter du bout de la langue. Elle était une Funestrelle aguerrie, fille du froid et de la glaise, attachée comme jamais à la Rocaille. »
Rocaille, Pauline Sidre.

« Les étoiles des pentagrammes ont combien de branches, déjà ? Quatre ou six ?
– Cinq, voyons ! C’est dans leur nom ! Tu n’es pas censé être bon en maths ?
– Oh. Comme un pentagone à cinq côtés, approuva-t-il. Je n’avais jamais fait le rapprochement !
Polly roula des yeux au ciel. »
Fingus Malister #2, Ariel Holzl.

« On ne doit jamais confier à autrui ses crimes, sauf s’ils sont trop grands pour être dissimulés – et dans ce cas, on les qualifie de politiques ou de mesures d’État. »
Le Chant de l’épée, Bernard Cornwell.

« Le matin où les étrangers arrivèrent sur l’île, la Main de Sheltel fut la première à les voir.
Elle allait revêtir son masque quand, par la fenêtre, elle aperçut un point sombre à l’horizon. Un mirage, crut-elle ; un tremblement de la chaleur sur l’eau. La mer était vide, bien sûr. Rien ne venait jamais de l’océan.
Elle ne lança pas l’alerte. »
Derniers jours d’un monde oublié, Chris Vuklisevic.

« Était-ce elle qui attirait le bruit et la misère, ou le monde entier était-il fait uniquement de cris de détresse ? »
Derniers jours d’un monde oublié, Chris Vuklisevic.

Red Flag, Feed #3, Mira Grant.

2041, Amérique post-zombie. La cabale secrète qui détient le pouvoir dans l’ombre se porte bien. On ne peut pas en dire autant des blogueurs qui ont osé révéler la vérité à la population. À peine sortis des griffes de leurs ennemis, Shaun Mason et son équipe sont de nouveau sur le sentier de la guerre. Le temps leur est compté, et les obstacles s’avèrent nombreux : une meute de savants fous, une administration politique corrompue et même un ours zombie. Une chose est sûre, dans l’Amérique d’après le Jour des Morts : la situation peut toujours empirer.

C’est plutôt rare que j’enchaîne les tomes de séries mais une fois n’est pas coutume, je n’ai pas fait de pause entre les deux derniers volumes de la série.
A l’issue de ce tome 3, avec lequel j’ai passé un bon moment, je dois quand même reconnaître que le premier restera dans ma mémoire comme le meilleur de la trilogie.

Attention, il y a des spoilers dans cette chronique. La conclusion est sûre !

Alors qu’un an s’était écoulé entre les deux premiers tomes, celui-ci reprend immédiatement après la fin du tome 2 (lequel finissait, en plus, sur un cliffhanger pas possible). Dans le tome précédent, je n’avais pas toujours trouvé Shaun hyper convaincant comme narrateur. Cette fois, l’autrice a choisi une narration alternée entre Georgia et Shaun, qui amène un certain suspense et fonctionne plutôt bien. Du moins jusqu’à ce que les personnages soient réunis. Car là, il y a eu à mon goût trop de scènes répétitives. Je vois bien l’intérêt de montrer de part et d’autre comment sont perçus les événements, mais répéter au mot près sans grand ajout (hormis quelques verbes d’incise) la scène lue précédemment n’est pas hyper passionnant. Pire, il y a même une scène où il ne se passe pas la même chose… Alors que l’une dit qu’un personnage tiers lui « tend les mains », l’autre narrateur parle carrément d’une chaleureuse accolade. On n’est pas exactement sur le même registre.
De fait, les répétitions m’ont un peu gênée dans ce volume. Car il y a en a également dans les explications. Or, celles-ci ne sont pas toujours très complètes – ou convaincantes – et ce n’est pas en les répétant mot pour mot que cela les rend meilleures. J’avais l’impression de retrouver ma prof de maths de seconde qui, à une demande de réexplication d’un point, répétait inlassablement les mêmes phrases. Spoiler alert : ça ne fonctionne pas dans la vraie vie, dans les livres non plus.
Par ailleurs, il faut reconnaître que les voix des personnages sont parfaitement indissociables. Ce qui fait qu’à partir de la réunion, le nom du narrateur apparaît subitement en haut des chapitres. C’est certes pratique… mais un peu artificiel – et c’est dommage.

J’ai également regretté que les personnages les plus détaillés soient Shaun et Georgia, car les personnages secondaires valent vraiment le coup. Vraiment, j’aurais adoré qu’Alaric, Maggie, Mahir et Becks (même si elle devient caricaturale sur la fin) prennent un poil plus de place dans la narration car à de nombreux moments, je les ai trouvés nettement plus passionnants que le duo de tête.

Autre point qui m’a quelque peu désappointée, c’est le tour pris par l’intrigue. J’avais adoré le premier tome, dont l’intrigue était très politique. Cet aspect était clairement estompé dans le deuxième et là… il est pour ainsi dire absent. Plus l’on avance dans la trilogie, plus l’on tourne vers une conspiration mondiale orchestrée par de mauvaises personnes, pour de mauvaises raisons, et que nos personnages vont tâcher de faire tomber. Or, ce n’est pas follement réaliste. Certes, le CCPM maîtrise le clonage. Autant je vois l’utilité de dépenser des mille et des cents pour cloner la Première Dame et faire ainsi pression sur le Président, autant cloner une blogueuse, certes renommée, j’ai un peu plus de mal à adhérer. Georgia est-elle si influente que cela ? On lit certes des extraits des blogs de toute l’équipe, mais le fait que la narration se fasse en première personne, par les protagonistes eux-mêmes, nous empêche de savoir ce qu’en pense leurs lecteurs et donc de se faire une idée de la réelle influence du personnage. D’où une certaine circonspection de ma part quant au plan hautement machiavélique du CCPM.

« Vous vous souvenez de ce que j’ai dit à propos des moustiques ?
– Quelle partie ? demanda Maggie. La partie qui fait peur, celle qui fait très peur, la partie proprement terrifiante, ou celle qui donne envie de se suicider en se disant qu’après tout c’est une chouette idée pour passer la soirée ? »

Malgré tout cela, j’ai quand même passé un très bon moment de lecture, car il faut reconnaître à l’autrice une plume entraînante et un bon dosage entre les rebondissements. C’est assez difficile de s’ennuyer, car les péripéties s’enchaînent à bon train. Le style est hyper fluide, ce qui fait que j’ai enchaîné les chapitres sans barguigner. Pour mon plus grand plaisir, il y a un peu plus de combats contre des zombies que dans le volume précédent, ce qui induit des scènes très rythmées. Comme dans les aventures précédentes, il y a de l’humour, un brin de cynisme et des réparties cinglantes qui portent le récit.
Pour l’anecdote, j’ai quand même halluciné devant les quantités industrielles de Coca qu’ils ingurgitent au fil des chapitres (une cannette minimum par chapitre quand même). À leur place, plus que les zombies, je pense que je craindrais plus l’hyperglycémie et les dommages sur les organes internes…

Des trois tomes, ce sera donc celui que j’ai le moins aimé, essentiellement à cause de la transformation de l’intrigue, très politique et réfléchie du départ, à une sorte de récit block-buster qui ne nécessite pas vraiment de s’interroger sur les conséquences de ce qu’il se passe. Néanmoins, le rythme reste très prenant, ce qui rend le récit palpitant et permet d’oublier que l’intrigue est nettement moins bien construite que dans le début de la série. Malgré tout, c’est quand même une série que je recommande, d’une part parce que c’est fun, d’autre part parce que, vraiment, le début est génialissime et vaut le coup d’être lu !

◊ Dans la même série : Feed (1) ; Deadline (2).

Feed #3 : Red Flag, Mira Grant. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Benoît Domis.
Bragelonne, janvier 2014, 501 p.

Deadline, Feed #2, Mira Grant.

Shaun Mason est un homme à la dérive. Même le site d’information qu’il a construit avec sa sœur Georgia n’exerce plus le même attrait. Et jouer avec les morts-vivants ne semble tout simplement plus aussi amusant quand on a tant perdu.
Mais quand une chercheuse du CCPM simule sa propre mort et apparaît sur le pas de sa porte avec une horde de zombies affamés sur les talons, Shaun est soulagé de trouver un nouveau but à sa vie. Parce qu’elle apporte des nouvelles : le monstre qui est responsable de la mort de Georgia a peut-être été détruit, mais le complot est loin d’être enterré.
Shaun est bien décidé à découvrir la vérité, au bout d’un fusil s’il le faut.

Attention, cette chronique contient des spoilers sur le tome 1.

J’avais eu un énorme coup de coeur en lisant le premier volet de cette trilogie, Feed (et qui pouvait se lire indépendamment du reste. L’inverse n’est pas vrai). J’avais bien envie d’une petite histoire de zombies, donc je me suis dit qu’il était temps de lire la suite de cette trilogie. Même si au cours de ma lecture, je me suis plusieurs fois interrogée sur le choix judicieux de lire un roman de zombies… en pleine pandémie, tant les réflexions sur la santé (catastrophique) du milieu hospitalier entraient en résonance avec la réalité.

Le Jour des Morts a anéanti la communauté médicale. Les médecins et infirmières qui se trouvaient en première ligne ont subi l’infection de plein fouet, plongeant les hôpitaux du monde entier dans une grave situation de sous-effectif, même après que les premières batailles contre les zombies ont été livrées et, en théorie, gagnées. Je dis « en théorie », parce que j’ai du mal à considérer comme une victoire un conflit ayant fait autant de victimes.

Je me souvenais particulièrement bien de la fin (insoutenable !) du premier tome, ce qui m’a grandement aidée dans cette reprise. Cette fois, le narrateur est Shaun. Mais pas le Shaun baroudeur et tête brûlée que l’on a rencontrée dans le tome précédent. Shaun est au bout du rouleau, a quitté les irwins pour prendre la direction du site et… parle à sa sœur morte (l’année précédente) à longueur de journée. Heureusement, il ne faut pas longtemps pour qu’un complot mondial lui tombe dessus, ce qui lui redonne un peau de baume au coeur.
D’un strict point de vue narratif, j’avais préféré Georgia ; Shaun est moins convaincant, d’une part parce que ses sautes de génies viennent souvent de son dialogue intérieur avec sa sœur (ce qui n’est pas toujours très crédible), d’autre part parce que…. eh bien parce qu’il me sortait par les trous de nez avec sa violence permanente. Je pense qu’à la place de ses collègues, le holster m’aurait quelque peu démangée !

Le récit est d’ailleurs centré autour de quelques personnages, parmi lesquels beaucoup de rédacteurs et rédactrices du site – dont je ne me souviens pas vraiment s’ils étaient présents au tome 1. L’étaient-ils ? Dans la mesure où c’est toujours Shaun qui parle (et qu’il est handicapé des relations sociales), les portraits de ses collègues sont assez vite brossés, souvent en s’appuyant sur leurs fonctions au sein du site (rédacteurs, irwins ou bardes). C’est au début un peu schématique, mais cela s’améliore au fil des pages – et j’espère recroiser certaines têtes dans le tome 3. L’autrice réintroduit également des personnages secondaires croisés ou évoqués dans le tome 1, comme les Dr Joseph Wynne et Kelly Connolly du CCPM (l’institut qui chapeaute toutes les histoires de zombies), plus adaptés au monde médical et scientifique qui prend ici toute la place.

L’intrigue est donc assez logiquement dans la droite lignée de la précédente – sauf que, cette fois, on sait bien plus vite qu’il se trame des choses très louches. Toutefois, on quitte la sphère politique pour la sphère purement scientifique, puisqu’il est essentiellement question des recherches qui sont menées (ou, justement, ne le sont pas) sur le virus Kellis-Amberlee. Si on retrouve le mélange entre enquête et rebondissements à base de zombies, j’ai trouvé ceux-ci nettement moins présents que dans le premier opus. Les confrontations sont rares et brèves, ce qui induit un peu moins de suspense. Malgré tout, le rythme est présent, car si les rencontres sont moins présentes, elles ne sont pas moins stressantes. Et puis il faut dire que le complot, même quand on commence vaguement à le discerner, est un brin stressant aussi.

– Pourquoi est-ce que les trous du cul dans votre genre se sentent toujours obligés de balancer leurs plans diaboliques aux médias avant de nous éliminer ? demanda Becks. (Elle semblait d’un calme olympien. Je n’avais jamais été aussi fier d’elle.) C’est une exigence de votre syndicat, ou quoi ?

L’autre point qui m’a un peu gênée, c’est que j’ai trouvé l’intrigue parfois un brin confuse. Ainsi, les personnages ont des raisonnements logiques… dont la logique m’a parfois échappé (exemple type : aller directement chez les bad guys, en se présentant poliment à l’entrée, pour enquêter sous leur nez). Dans le même ordre d’idées, ils arrivent parfois à des conclusions alors que j’avais l’impression que le raisonnement n’avait pas encore démarré. Cela reste globalement à la marge, mais cela m’a donné l’impression que le tome était un poil moins efficace que le précédent. Heureusement, l’ensemble est plutôt bien mené et l’idée du complot bien trouvée. De plus, la dernière partie retrouve l’allant qu’il y avait dans le tome 1 en nous offrant rebondissements incroyables, retournements de situations improbables (mais bien amenés) et une tension très appréciable. Le roman met du temps à démarrer, mais quelle fin ! Car l’autrice a de nouveau ménagé un (double !) cliffhanger incroyable – et je suis ravie d’avoir déjà le tome 3 sous la main. Ce n’est pas possible de rester sur une telle conclusion !!

Départ mitigé donc, mais une fin à la hauteur de mes attentes. Si j’ai regretté que l’intrigue quitte la sphère politique pour les sciences et la médecine, l’autrice a su rendre l’ensemble intéressant, malgré un cheminement parfois un peu confus. Heureusement, la dernière partie, qui retrouve le niveau d’efficacité du tome 1, s’avère particulièrement palpitante. D’autant qu’elle conclut de nouveau sur un retournement de situation qui laisse sur des charbons ardents !

◊ Dans la même série : Feed (1) ;

Feed #2 : Deadline, Mira Grant. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Benoît Domis.
Bragelonne, 2013, 498 p.

Ceux des limbes, Camille Brissot.

Du haut du Mont-Survie, Oto admire chaque jour la forêt qui l’encercle à perte de vue. Elle est si belle qu’il en oublierait presque ce qui se tapit sous les arbres. Mais lorsque la montagne s’endort, que les lumières s’éteignent et que les voix s’effacent, le vent résonne d’un chant inhumain, effroyable : le gémissement des limbes, les victimes de l’épidémie. Bientôt, Naha devra passer plusieurs jours et plusieurs nuits dans la forêt. Oto refuse de rester cloîtré en espérant le retour de celle qu’il aime plus que tout. Quitte à être une proie de plus, il va sortir lui aussi.

Après les interrogations sur la vie après la mort dans La Maison des Reflets, un roman à l’atmosphère très prenante, Camille Brissot change d’ambiance avec cette aventure se déroulant dans un univers post-apocalyptique. D’ambiance, mais pas totalement de sujet… car dans Ceux des limbes, il est aussi question de rapport à la mort ! Sauf que cette fois… on est confrontés à des zombies ! Eh oui, messieurs-dames !

Dans cet univers résolument futuriste, une pandémie a donc éradiqué une bonne partie de l’espèce humaine, laissant quelques rares rescapés – dont fait partie la communauté d’Otolan, largement isolée. La société post-épidémie a reproduit le schéma de la société d’avant et se retrouve donc très largement clivée entre nantis et miséreux – rien de neuf sous le soleil, donc, l’humain dans la fiction comme dans la réalité apprenant rarement de ses erreurs. L’intrigue va donc mêler des personnages issus des cercles supérieurs (les riches, en somme) et d’autres issus des cercles inférieurs (les bouseux). Otolan est un cas particulier car, s’il est issu d’un cercle pas super bien noté dans le classement, il a brièvement vécu chez les riches et puissants : ce n’est pas vraiment un transfuge, mais cela a fortement marqué son évolution et certains des choix qu’il fera par la suite.
De fait, le roman est vraiment porté par les personnages, Oto en tête de file. Autour de lui gravitent des enfants issus de tous les cercles et parmi lesquels il y a, sans trop de surprise, une petite amie qui ne se laisse pas faire, un meilleur ami parfois tête de pioche, un antagoniste à baffer (mais qui a aussi ses contradictions), et d’autres. Ça pourrait sembler cliché mais, curieusement, ça ne l’est pas, car les personnages ont des profils et des psychologies assez finement détaillés, qui permettent de nuancer vraiment le propos. Ainsi, Otolan n’est pas toujours très héroïque et fait de nombreuses boulettes ; Naha n’est pas seulement une petite amie boiteuse qu’il faut protéger ; Rostre, malgré tout, n’est pas un monstre sans cœur (s’il n’avait pas de cœur, ça lui simplifierait d’ailleurs grandement la vie : mais il n’y aurait pas eu d’histoire !).

Côté intrigue, le rythme prend doucement : le départ est assez lent mais dès quitte l’on quitte la cité, la tension commence à grimper – n’oublions pas que nous sommes en pleine nature, cernés par les zombies ! À cela, il faut évidemment ajouter les tensions internes au petit groupe et à l’apparition non prévue d’Otolan à l’extérieur. Après quoi, l’intrigue suivra un chemin assez classique, qui a tout d’un récit initiatique. Si toutes les péripéties ne font pas bondir de surprise, Camille Brissot nous en a tout de même réservé quelques-unes, que ce soit dans les retournements de situation ou dans les décisions des personnages.

Ceux des limbes, ce sont donc environ 400 pages d’adrénaline, d’odeur d’humus et d’émotions fortes, dans un univers post-apocalyptique fouillé, dont la forêt ne cache vraiment pas l’arbre de l’inégalité : zombies ou pas, les survivants ont perpétué un schéma bien connu, dont l’iniquité et l’absurdité sautent littéralement aux yeux. Mais le roman n’est pas non plus un plaidoyer pour le vivre-ensemble : c’est, avant tout, un page-turner bourré d’action et de rebondissements savamment menés, qui ne fait que confirmer la présence de Camille Brissot sur ma liste des auteurs-à-suivre-à-l’avenir !

Ceux des limbes, Camille Brissot. Syros, avril 2018, 473 p.

Boneshaker, Le Siècle mécanique #1, Cherie Priest.

boneshaker-1-le-siecle-mecanique-cherie-priest

1880. La Guerre Civile américaine fait rage depuis deux décennies, poussant les avancées technologiques dans d’étranges directions. Dans les Territoires de l’Ouest, les villes baignent dans des gaz mortels, alors que la terre est vidée de ses ressources. Sur la frontière entre le Nord et le Sud, les espions fomentent leurs complots et les trafiquants font plus d’argent que leur gouvernement.
C’est dans ce monde que vivent Briar Wilkes et son fils. Elle est la veuve de l’infâme Dr. Blue, créateur du Boneshaker, la machine qui détruisit Seattle, perçant accidentellement une poche de gaz qui transforma les vivants en non-morts. Mais quand son fils décide de franchir le mur qui cerne Seattle en ruine dans l’espoir de réécrire l’histoire, elle doit le retrouver au plus vite avant qu’il ne lui arrive malheur. Sa quête la conduira dans une ville grouillant de morts-vivants affamés, de pirates de l’air, de seigneurs criminels et de réfugiés armés jusqu’aux dents. Seule Briar peut le ramener vivant.

Il va sans doute être assez difficile de parler avec justesse de cette petite brique fort enthousiasmante qu’est Boneshaker, mais on va tenter de faire au mieux. Boneshaker est la porte d’entrée d’un univers steampunk à la fois complexe, enthousiasmant et au sein duquel on s’ennuie très difficilement tant il y a à voir et à faire dans l’histoire — en fait, il y a d’autres tomes dans la série mais, si j’ai bien suivi, ils ne mettent pas en scène tout à fait les mêmes personnages.

Au départ, l’histoire peut sembler un peu lente mais c’est parce qu’il faut à l’auteur plusieurs chapitres pour présenter son univers dans tous ses détails — et encore de nombreux autres pour que l’on saisisse les tenants et aboutissants de l’histoire. Mais on ne s’ennuie pas une minute, car cette présentation détaillée amène des nuances, des précisions, au fil des pages. Du coup, c’est lent, certes, mais jamais on ne s’ennuie.
Cela permet, de plus, de construire des personnages auxquels on croit et on s’attache. Et c’est nécessaire, car il y a des enjeux remontant à plusieurs années avant le début de l’histoire et il faut bien plusieurs chapitres pour comprendre comment l’ex-mari de Briar lui pourrit définitivement la vie, comment son défunt père (héros pour certains, délinquant pour d’autres), va lui aussi interférer avec son existence et comment Zeke, enfin, ne peut qu’être qu’avide d’informations sur ces deux figures tutélaires qui influent si fortement sur sa propre vie d’adolescent.
L’histoire se construit donc peu à peu autour de ce drôle de quatuor familial (dont deux membres, sans doute les plus importants, sont pourtant décédés !) et d’une galerie de personnages eux aussi hauts en couleurs. Que l’on pense au Capitaine Cly (et à ses camarades pirates et contrebandiers du ciel), à l’angoissant et terrible Dr. Minnericht (apte à vous faire faire des cauchemars !), à Lucy la tenancière du bar, à Swakhammer ou encore à la princesse, il n’y a que des figures passionnantes auxquelles on s’attache — même les pires ordures, c’est dire !

Tout cela ne serait sans doute rien sans l’univers d’une incroyable richesse et résolument steampunk. J’ai déjà un peu vendu la mèche, mais il y a des pirates et contrebandiers de l’air qui volent sur des dirigeables armés jusqu’à la passerelle, des Chinois (venus lors d’une grande vague migratoire et malheureusement en butte aux mêmes préjugés racistes débiles que de nos jours) en charge des soufflets de la ville, des scientifiques proprement géniaux (et souvent monstrueux), des gens qui essaient juste de survivre et, bien sûr, des zombies (qu’on appelle des Pourris dans cet univers) assoiffés de chair humaine. Et il va sans dire que chaque petite groupe — voire chaque personne — a ses idées, ses buts et objectifs cachés, ce qui occasionne son lot de relations tendues, de complots, de bisbilles, le tout sur fond de vapeurs, de fumées délétères et de graisse à fusils. Évidemment, c’est palpitant à souhait !

Il faudrait aussi parler du style fluide et enlevé de Cherie Priest, qui nous fait adhérer instantanément à la quête de Briar. Celle-ci est particulièrement touchante, tout comme celle de Zeke. Mère et fils se cherchent, se perdent, font des rencontres incroyables, enrichissantes ou dangereuses et c’est ce qui fait tout le sel du récit. Autre bon point : alors qu’en général les protagonistes ne rêvent que de changer leur monde, ici ils sont embarqués dans leur quête toute personnelle, ce qui change agréablement des clichés du genre.

En refermant Boneshaker, j’ai eu la nette impression d’avoir mis le nez dans un monument du steampunk. Malgré l’épaisseur, il ne m’a guère fallu plus de quelques jours pour venir à bout de ce roman palpitant, qui donne sacrément envie de se plonger dans le reste du Siècle mécanique !

Le Siècle mécanique #1, Boneshaker, Cherie Priest. Traduit de l’anglais par Agnès Bousteau.
Le Livre de Poche, août 2016, 640 p.

challenge-vapeur-et-feuilles-de-thé-small

Black Sands : unité 731, Tiburce Oger & Mathieu Contis.

black-sands-unité-731-oger-contis

Pacifique, 1943. La guerre fait rage entre le Japon et les États-Unis. Les quelques rescapés d’un affrontement en mer échouent sur une petite île. Leur situation, déjà pas brillante, bascule dans l’horreur quand ils sont attaqués par des créatures, plus zombies que japonais… bientôt, le caporal Joseph Grégovitkz reste le seul survivant. Mais le pire est encore devant lui : l’île abrite un laboratoire militaire japonais où les cobayes ne sont d’autres que… des humains. La course pour la vie commence.

J’ai (seulement !) découvert Tiburce Oger l’an passé avec Buffalo Runner, un western original et très prenant – et dont je n’ai pas parlé ici, shame on me. Cette fois, le scénariste nous emmène sur les traces de la Deuxième Guerre mondiale, avec Mathieu Contis, dont c’est la première bande-dessinée, au dessin.

L’histoire commence doucement mais sûrement, quoiqu’avec un suspens déjà savamment entretenu : on assiste à l’accostage des soldats, au torpillage de leur navire et à la façon dont les Japonais descendent tout survivant. Le ton est donc donné dès les premières pages : l’histoire sera concessions. Et rythmée, avec cela !
Les pérégrinations du caporal Joseph Grégovitkz sont hautes en couleur : il est entouré de ses camarades soldats, se retrouve seul, est recueilli, est attaqué, enlevé, torturé… Vraiment, on ne s’ennuie pas.
D’autant qu’à la toile de fond historique – mettant en scène la guerre sans merci que se livrent Américains et Japonais durant la Guerre du Pacifique – s’ajoute un arc proprement horrifique. En effet, Tiburce Oger investit la réputation – exécrable – de l’unité 731 de l’armée japonaise, pour tisser une histoire de zombies. Cette unité était chargée de développer des virus pouvant servir d’armes bactériologiques et utilisait réellement des cobayes humains, se livrant à d’innommables atrocités, notamment en Mandchourie. Cobayes qui, dans Black Sands sont donc des morts ambulants et anthropophages – des zombies, pour faire simple.

L’ensemble est extrêmement bien mené : l’histoire mêle habilement survie, zombies et Histoire dans une intrigue riche et rythmée qui s’offre, en plus, une très belle chute.
Côté dessins, Mathieu Contis a choisi une palette très sombre qui matérialise parfaitement l’ambiance oppressante de cette jungle malsaine ; on regrettera cependant le peu de différence entre les soldats Américains et Japonais, qui entraînent quelques confusions dans les scènes de combat : pas toujours facile de déterminer qui tire sur qui. Mais on apprécie, en revanche, le soin apporté aux détails (même peu ragoutants) et aux paysages !

Une belle bande-dessinée, somme toute. L’intrigue est bien menée et investit parfaitement l’Histoire pour y glisser une très plausible histoire de zombies – les auteurs ayant intégré un peu de contenu documentaire à l’histoire, sans même plomber celle-ci. Un album à noter pour les amateurs de bandes-dessinées historiques, de zombies et de survival !

Black Sands : unité 731, Tiburce Oger & Mathieu Contis. Rue de Sèvres, mars 2016, 106 p.

zombies challenge

39-45-badge-transpa

Les Décharnés : une lueur au crépuscule, Paul Clément.

les-décharnés-clément

Une journée de juin comme une autre en Provence. Blessé à la cheville, Patrick, un agriculteur de la région, asocial et vieillissant, ne souhaite qu’une chose : se remettre au plus vite pour retrouver la monotonie de sa vie, rythmée par un travail acharné. Mais le monde bascule dans l’horreur lorsque les automobilistes, coincés dans un embouteillage non loin de chez lui, se transforment soudain en fous assoiffés de sang… de sang humain. S’il veut survivre, Patrick doit non seulement faire face à ces démons qui frappent à sa porte mais aussi à ceux, plus sournois, qui l’assaillent intérieurement. Et si cette petite fille, qu’il prend sous son aile, parvenait à le ramener, lui, vieux loup solitaire, dans le monde des vivants ?

Je continue donc mon exploration de l’univers des zombies avec Les Décharnés, autoédité par son auteur, Paul Clément. Et bien que le style du récit se soit avéré aux antipodes de mes goûts (je n’ai pas une franche passion pour les survivals), j’ai passé un bon moment en compagnie de Patrick et Emma.

Parlons donc des personnages. Patrick est un agriculteur veuf, vieillissant et dangereusement asocial. Le genre de type qui trinque et se délecte en observant les hordes de touristes coincés à cuire dans leurs véhicules, pris dans les traditionnels embouteillages estivaux sous l’implacable soleil de Provence. En trois mots : un type bien. Bon, évidemment, le côté asocial ne le pousse guère à se démener pour son prochain : dès que débarquent les zombies, c’est chacun pour sa pomme et l’ami Patrick ne joue que pour la sienne. Le personnage n’est donc pas, au premier abord, des plus sympathiques. De fait, il est le premier surpris lorsqu’il quitte ses barricades pour aller secourir Emma, une gamine terrifiée qui vient d’assister à la mise à mort de sa mère. Bon an mal an, le duo va devoir s’apprivoiser (et ce n’est pas facile) : au fil des chapitres, on constate avec plaisir que Patrick s’ouvre à Emma et passe de vieux con antipathique à vieux con (on ne change pas une équipe qui gagne !) sympathique. Il va tenter de survivre et de protéger Emma d’un univers en déliquescence, dont les zombies ne sont pas le danger le plus menaçant, en fait. Comme dans pas mal d’histoires du même genre, la menace la plus importante vient plutôt des quelques survivants. C’est peut-être la seule limite du roman : alors que Patrick révèle de bons côtés sous des aspects bourrus, son principal opposant, Gérald, manque un peu de nuances dans sa méchanceté.

Hormis cela, le roman présente une bonne intrigue de zombies, certes un peu classique (mais difficile de faire sans les codes du genre), parfois un peu balisée (mais encore une fois, difficile de s’affranchir totalement des codes adéquats) mais efficace et rythmée. Après un premier chapitre en fanfare, on traverse quelques passages plus calmes mais, pas de panique : le rythme est rapidement de nouveau au rendez-vous. Les pages s’enchaînent jusqu’au dernier chapitre, absolument saisissant.

Si l’intrigue suit un cours classique, l’auteur place le roman dans un décor original, celui de la Provence. Et pas dans une grande ville ! On zone donc dans la cambrousse, les petits bleds, sur les routes désertes (hormis les zombies en goguette, évidemment). Cela change agréablement de ce que l’on a l’habitude de lire.

Côté zombies, il y a évidemment quelques scènes chargées en tripes et en hémoglobine mais l’auteur ne verse pas inutilement dans le gore. Malgré quelques écueils de premier roman (mais rien d’insurmontable), l’ensemble est bien mené et l’auteur apporte un grand soin à ses formulations.

En grand connaisseur des zombies, Paul Clément livre une intrigue horrifique rythmée et prenante, qui respecte les codes du genre, dans un univers original. Son duo est touchant et efficace et on en apprécie l’évolution. De plus, malgré une intrigue somme toute classique, l’auteur ne sombre ni dans la facilité, ni dans les bon sentiments ! Amateurs de zombies, notez donc le titre. 

Les Décharnés : une lueur au crépuscule, Paul Clément. Autoédition, décembre 2015, 320 p.

zombies challenge

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

in-the-after-demitria-lunetta

Positif, David Wellington.

positif-david-wellington

New-York, quelques vingt années après une apocalypse zombie. Finnegan, dit Finn, vit confortablement dans la ville fortifiée, entouré de ses deux parents. Malheureusement, sa mère se transforme subitement en zombie et le jeune homme de 19 ans est exposé au virus. Celui-ci peut incuber jusqu’à 20 ans. Finn est désormais un Positif. Le signe « + » tatoué sur la main gauche de Finnegan lui vaut expulsion : une voiture du gouvernement l’amènera dans un camp sanitaire en Ohio. Sauf que… l’agent fédéral a été égorgé. Et Finn est tout seul, dehors, sans même savoir que l’Ohio est un état à des centaines de kilomètres. Et, bien sûr, il y a les zombies. 

Voilà un roman de zombies qui débute pour le mieux. David Wellington propose une intrigue vraiment originale : l’idée de ce virus zombie pouvant incuber jusqu’à vingt ans permet d’intéressants développements. Étant né à l’abri, Finn est très doué pour pêcher dans les tunnels du métro de New-York et subvenir à ses besoins… dans une ville à l’abri des zombies. Dehors, comment dire ? Il est nul. En fait, s’il ne recevait pas d’aide, il devrait mourir en moins de deux. Heureusement (ou pas ?), il est rapidement pris par Adare, un pillard qui circule sur les routes post-apocalyptiques américaines à bord d’un SUV bourré de fournitures et de jeunes filles, qui l’aident dans son travail – et lui servent, accessoirement, d’esclaves sexuels, ce que le naïf Finn ne comprend pas bien vite. De quartiers résidentiels à piller en camps de pillards, en passant par tous les coins où traîner ses bottes qu’offre l’univers post-apocalyptique, Finn découvre une réalité pour le moins sordide.

Finalement, le plus gros danger de son univers, ce ne sont pas les zombies… ce sont plutôt les humains qui peuplent encore le monde : pilleurs, voleurs, esclavagistes, la lie de l’humanité n’a eu guère de mal à survivre. Comme dans Feed, les zombies ne sont qu’une donnée de l’univers avec laquelle il faut composer, ce qui donne un récit riche en aventures, adrénaline et rebondissements.

Malheureusement, la belle mécanique s’enraye sur la seconde partie. Arrivé au camp sanitaire – qui n’est guère mieux qu’un camp de concentration – Finn reprend du poil de la bête et mène la révolte des Positifs. De loser sous-doué, Finn devient subitement un leader talentueux, à la chance un brin trop insolente : il arrive à déjouer les pièges que lui tendent la nature (sauvage et humaine) avec un peu trop de facilités. A la longue, cela devient même un peu lassant. Pourtant, le projet ne manque pas d’intérêt : on suit l’établissement des Positifs en petite communauté, les difficultés liées à l’hiver rigoureux qui arrive, aux zombies, ou à une secte qui semble prendre de plus en plus d’importance. Mais tout l’aspect original qu’avait le début, avec ce personnage se débattant contre un système et une nature auxquels il n’était pas préparé, disparaît dès l’instant où Finn se comporte comme n’importe quel héros de roman – qui rencontre deux-trois difficultés, mais s’en sort tout de même, au final, haut la main et sans jamais perdre sa bonne réputation. Sans être totalement cliché (car l’univers est là pour apporter son lot de surprises), le récit devient de plus en plus convenu, ce qui est bien dommage.

Positif est donc un roman de zombies inégal : la première partie, extrêmement prenante et originale, est quelque peu desservie par la seconde, qui se rapproche un peu trop du cliché de l’anti-héros secrètement talentueux pour être vraiment efficace. Le récit n’en demeure pas moins prenant, rythmé par ses chapitres extrêmement courts et ses multiples rebondissements. 

Positif, David Wellington. Traduit de l’anglais par. Bragelonne, 2015, 552 p.

zombies challenge

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

feed-mira-grant

Métro Z, Fabien Clavel.

métro-z-fabien-clavel

Emma est un poil énervée. Déjà, le métro, ce n’est pas la chose la plus marrante au monde. Mais en plus, elle se coltine son petit frère autiste, qui semble s’échiner à lui pourrir la vie. La journée n’était, manifestement, pas assez mauvaise : voilà que des explosions retentissent et que le métro s’arrête… Or, Emma panique et s’enfuit dans les épaisses vapeurs jaunes qui envahissent la station de Châtelet-les-Halles, avant de se rendre compte qu’elle a abandonné son frère. Les issues de la station semblent, en plus, bloquées par des secours pas bien pressés de venir en aide aux survivants. Terrifiée, dégoûtée par son réflexe de survie, Emma retourner chercher son frère… et comprend qu’elle n’est pas sortie de l’auberge. Les gens semblent, en effet, de plus en plus étranges : indolents, marmonnant, les yeux dans le vague, la bave aux lèvres…

Quoi de mieux pour démarrer la semaine qu’une petite lecture zombies dans le métro parisien ?
Comme souvent dans ses thrillers jeunesse, c’est avec une grande efficacité que Fabien Clavel pose le cadre de son histoire. En quelques phrases, on est dans le métro avec Emma, on s’agace avec elle de la promiscuité, on compatit à sa détresse face à un petit frère autiste qu’elle a du mal à comprendre (mais qu’elle adore, au fond, quand même !).
Et puis, rapidement, le ton change. De l’agacement, on passe à la panique, puis à l’angoisse lorsqu’Emma revient sur ses pas, traverse des monceaux de cadavres à la recherche de son frère et découvre… que les zombies ont envahi les lieux.

Difficile de lire ce roman sans ressentir une légère pointe de malaise, voire une certaine angoisse latente – surtout si vous êtes dans le métro. Qui plus est parisien. Car Fabien Clavel s’y entend pour faire régner une ambiance délicieusement horrifique et pour faire résonner le palpitant du lecteur. Et c’est un roman jeunesse !
Il ne nous laisse pas une minute de répit : qu’Emma soit en train de cavaler dans la salle des échanges, en train d’essayer d’atteindre son frère perdu au milieu d’une horde de zombies, ou en train de vivre une rencontre surréaliste avec une jeune graffeuse dans un tunnel obscur, on tremble à chaque page.
Et le huis-clos n’est pas le seul point terrifiant ! La gestion de la crise, la façon dont gouvernement et secours se refilent le problème a de quoi coller des sueurs froides…

C’est d’ailleurs Lana Blum (héroïne, notamment, de Captive), désormais âgée d’une trentaine d’années et reporter qui couvre l’actualité – puisque quelques scènes nous donnent à voir ce qu’il se passe à la sortie de la station.  Retrouver la jeune femme et la découvrir après ses aventures trépidantes est bien agréable. Côté personnages, le roman est porté par des figures remarquables. On s’attache très vite à Emma, présentée dans ses forces mais aussi ses faiblesses : à travers elle, Fabien Clavel évoque avec beaucoup de justesse l’autisme et les impacts qu’il peut avoir sur une fratrie, une famille. Emma est partagée entre l’amour qu’elle ressent pour son petit frère et l’agacement de se sentir moins importante et moins considérée que lui. C’est un personnage très juste que nous propose Fabien Clavel ! La relation tissée entre le frère et la sœur n’en est que plus émouvante. En contrepoint à la jeune fille, C-Byl, la fameuse graffeuse rencontrée dans les couloirs, dont l’histoire n’est pas toute rose non plus. Les deux ados se soutiennent, s’allient et on se retrouve avec un trio de choc prêt à affronter l’horreur – laquelle ne réside pas seulement dans les zombies, d’ailleurs.

Mais Métro Z dépasse le cadre du roman de zombies. Car les créatures n’apparaissent pas comme ça, un bon matin, parce que ça met l’ambiance. Attentat, terrorisme, conflits politiques et  censure des médias ajoutent une dose d’angoisse parfaitement distillée, ainsi qu’une fine réflexion, bienvenue dans un roman aussi court et dense. Si le déroulement de l’aventure dans le métro suit un schéma relativement classique, ce sont bien les personnages et la densité de la trame politique et sociale qui font tout le sel du roman !

Métro Z est donc un très bon roman de zombies : véritable page-turner, thriller mêlant horreur et questionnements intelligents (tant sur la famille que sur la société), voilà un roman ado court mais diablement efficace et prenant. La fin, énigmatique et très ouverte, vient apporter un point d’interrogation bien agréable en guise de conclusion : tout est-il bien qui finit bien… ou faut-il y voir le début d’une nouvelle menace ? Difficile de trancher !

Métro Z, Fabien Clavel. Rageot (thriller), 2014, 214 p.

 

ABC Imaginaire 2015

challenge-52-semaines

zombies challenge