After®, Auriane Velten.

La Terre d’après…
À l’abri d’un baobab, une société utopique, soudée par des règles strictes et bienveillantes, semble profiter d’une vie paradisiaque, totalement apaisée et égalitaire.
Pourtant, l’un des membres de cette communauté ne peut s’empêcher de se poser mille et une questions, sur tout, y compris sur l’avant. Une particularité qui fait de Cami la personne idéale pour remplir une mission d’exploration – sous surveillance. C’est donc avec Paule que Cami part pour les terres renoncées, une zone inhabitée et hostile, en quête d’une mémoire oubliée. Rapidement, leurs découvertes dépassent l’entendement, et les déroutent au-delà de ce qui peut être imaginé.
Ce voyage risque bien de bouleverser leur vie… et l’humanité.

Voici un roman que j’ai dû lire (sans l’avoir choisi !) dans le cadre de mon travail et, comme cela arrive de temps en temps, cela a été une excellente découverte !

Le roman débute avec une société qui s’est de toute évidence développée dans un univers post-apocalyptique. Et, dans un premier temps, cela ressemble plutôt à une société utopique, dont les maîtres-mots sont bienveillance, politesse, sérénité, censés placer tous les citoyens sur un pied d’égalité. Par ailleurs, le bien de la société est placé au-dessus de celui de l’individu et toutes les actions ne profitant pas à la collectivité sont proprement proscrites. Toutes ces règles sont réunies sous le doux nom de Dogme.
Évidemment, on s’aperçoit assez vite que le Dogme régit puissamment les vies des personnages et les empêche complètement d’exprimer leurs personnalités, l’expression des sentiments étant rigoureusement bannie, et le développement de compétences ou appétences personnelles absent des choix de vie. Le Dogme est tellement présent qu’on est à deux doigts du précepte religieux ! Bref, comme souvent, de l’utopie à la dystopie, il n’y a qu’un pas.
L’autre point intéressant ici, c’est que les personnages principaux n’ont pas du tout envie de révolutionner leurs univers. Cami ne colle certes pas du tout aux attentes de sa société, mais celle-ci a tout de même une emprise suffisante pour éviter toute remise en question. Il y a bien des sujets qui titillent… mais pas suffisamment pour qu’on débarque sur une révolte en pleine maturation, comme c’est souvent le cas dans le genre (en tout cas dans ce que j’ai lu). J’ai donc trouvé l’angle d’attaque très original !

Or, l’enquête sur laquelle sont envoyés Cami et Paule va engendrer de nouvelles interrogations, notamment sur les choix politiques de leur société. Aussi bienveillante soit-elle, la collectivité est gouvernée par un Conseil (très restreint) qui applique ses décisions de façon assez verticale. Au gré de leurs explorations dans les terres renoncées, Cami et Paule déterrent des artefacts leur donnant une vision de plus en plus précise du monde d’avant. Et là… eh bien, c’est la révolution !

Attention, la suite contient des divulgâchis sur l’intrigue. La conclusion est saine !

Car à force de fouiller les ruines de ces « muzés » dont ils ignorent tout (et dont on comprend assez vite qu’ils sont à Paris !), Cami et Paule déterrent des textes (notamment une Bible qui les fait s’interroger), ou des œuvres picturales, qui remettent en question non seulement leur vision de la société, de son organisation ou de sa politique, mais aussi leur vision de l’humanité.

Depuis le début, Auriane Velten use d’un style parfaitement inclusif, qui gomme les distinctions de genre. Les articles et déterminants sont remaniés (« an » pour un.e, « ceulx »), tout comme les pronoms (« ile, illes » pour les troisièmes personnes) ou les terminaisons de mots, afin d’éviter un genre trop marqué (je pense notamment à « ouvrièr », qui m’a initialement fait craindre que ma liseuse n’affiche pas les caractères correctement !). Cela nécessite quelques chapitres pour s’adapter, mais le texte s’avère parfaitement lisible. Évidemment, les personnages portent, autant que faire se peut, des prénoms épicènes, ou tronqués, afin de continuer à gommer les distinctions. Les descriptions, si elles permettent d’imaginer les traits des personnages, ne donnent pas non plus trop d’indices.
Ceci s’explique aux alentours du premier tiers du roman, lorsque l’on découvre, subitement, la véritable nature des personnages : si leur vision de l’humanité est complètement remise en question lorsqu’ils voient un tableau figurant des humains, c’est parce que nos personnages sont en fait des drones recouverts d’un hologramme à figure humanoïde et n’ont pas de corps à proprement parler. J’avoue qu’à ce moment-là du roman, j’étais déjà très intriguée, mais cette découverte m’a encore plus emballée !

La quête engendre une foule de découvertes et questionnements, notamment sur leur rapport à l’art. Le Dogme est si présent qu’ils ne sont pas autorisés, chez eux, à aller consulter à la bibliothèque des ouvrages considérés comme inutiles à la société, et qui seraient du remplissage sans intérêt de mémoire (lorsque l’on découvre que la mémoire en question est un disque dur, on comprend mieux le pourquoi de cette préoccupation). Or, cette règle immuable va fortement impacter les découvertes des personnages. Faut-il garder la Bible même si elle n’explique pas comment améliorer un silo ? Faut-il garder cette sculpture dont le seul avantage est d’être belle ?
Là s’affrontent les deux visions du monde portées par Cami et Paule. Cami, de nature très curieuse, va tenter de défendre et protéger les œuvres, au péril de sa vie, sans respecter le Dogme qu’on lui inculque pourtant depuis sa naissance. Paule, de son côté, choisi pour la mission justement pour son parfait respect du Dogme, aura plutôt tendance à vouloir s’en débarrasser, ne voyant pas bien l’utilité de l’art. Or, dans le secret de la nuit, Paule pratique ce que Cami appelle les « jolisons » (de la musique, donc), une pratique qui lui procure un bonheur indicible, mais aussi une culpabilité incroyable, puisque ce n’est pas intrinsèquement utile – du moins, d’après le Dogme. Pourtant, impossible de s’en passer !
Tous ces éléments arrivant peu à peu dans le récit, ils engendrent une réflexion extrêmement bien menée sur l’utilité de l’art, le rapport qu’on entretient avec les œuvres, et la nature du beau et de l’utile. Et j’ai trouvé la façon de faire bien plus riche que mes cours de philo du lycée ! En effet, Auriane Velten ne nous assène pas ces éléments de façon dogmatique (haha), mais amène vraiment les éléments qui vont nourrir la réflexion de façon subtile et intelligente.

De fil en aiguille, on débouche sur une vraie réflexion sur la nature de l’humanité, sur l’utilité des sentiments, mais aussi sur le pouvoir et les dérives totalitaires. A ce titre, l’intrigue finit de façon un peu brusque, mais sur un dialogue qui invite vraiment à poursuivre la réflexion entamée précédemment.

Dans la mesure où l’intrigue progresse surtout grâce aux introspections des personnages ou leurs dialogues très policés, Dogme oblige, on ne peut pas dire que l’action soit particulièrement trépidante. Néanmoins, entre le style narratif, les rebondissements bien disséminés, et l’originalité de l’ensemble, le récit s’avère très prenant. Par ailleurs, passé un certain point du récit, les scènes alternent entre et passé et présent, ce qui contribue au dynamisme de l’ensemble.

Auriane Velten signe donc un premier roman très original. Si le roman peut sembler de prime abord un peu difficile, en raison d’un choix narratif particulier et d’un rythme très posé, l’intrigue ménage ses effets, ce qui la rend particulièrement prenante. Le récit propose des réflexions passionnantes, que la fin nous invite vraiment à poursuivre. Bref, c’était une excellente pioche, et j’ai hâte de lire ses prochains romans !

After®, Auriane Velten. Mnémos, 16 avril 2021.

Les Effets du hasard, Marie Leymarie.

les-effets-du-hasard-marie-leymarie
Maïa a les yeux noisette, les cheveux châtains, un petit nez légèrement retroussé et un QI de 117. Elle correspond en tout point aux critères choisis par ses parents sur catalogue, quinze ans plus tôt. Un soir, elle est abordée par Anthony, un garçon aux yeux verts. Maïa accepte de prendre un verre avec lui, bien qu’il lui semble beaucoup trop intelligent pour elle. Et dans sa tête tourne en boucle l’avertissement de sa prof de biologie : « Si vous tombez amoureux, ne vous affolez pas… ça fait partie des maladies bénignes de l’adolescence. Quelques comprimés de Deluvio 300, et c’est réglé. »

Pas terrible, la vie dans la société de Maïa : oubliez le libre-arbitre, bonjour le Deluvio 300 qui annihile tous sentiments. Pire : les enfants sont choisis sur catalogue, les blonds aux yeux bleus intelligents coûtant, on s’en doute, excessivement cher.
Or, dans la petite vie bien ordonnée de Maïa se glisse rapidement un grain de sable, nommé Anthony. Celui-ci a, semble-t-il, un recul très critique sur la société de Maïa. Pire : il est un enfant naturel, conçu (par Maïa ne sait quel miracle !) par ses deux parents qui s’aiment sincèrement. Pour Maïa, l’audace de ce choix de vie frise la stupidité la plus crasse. Mais, peu à peu, la voilà qui s’interroge… et remet en cause tout ce qu’on lui a inculqué.

Marie Leymarie nous dépeint une société pas si éloignée que cela de la nôtre, ce qui rend son récit d’anticipation d’autant plus effarant. Pas d’émotions, des carrières et des mariages tous tracés, une société tellement lisse qu’elle en est terrifiante de vacuité. Il ne faudrait pourtant pas croire que l’amour en est banni : si la passion est fermement désapprouvée, l’attachement profond existe, lui. Ainsi, si les parents de Maïa n’ont pas de coup de foudre, ils s’aiment tout de même et aiment leur fille, quoi qu’elle en pense.

Au fil des pages, Maïa va peu à peu mettre des mots sur le mal-être qui la tenaille : elle a beau avoir un QI de 117, elle ne se sent pas du tout à la hauteur – sentiment partagé par son amie Lily, qui est malheureuse de décevoir son père. Maïa évoque parfaitement la pression qu’elle ressent sur ses épaules, augmentée par l’annonce de l’achat d’un petit frère, Tom, au QI nettement supérieur au sien. Cela veut-il dire qu’elle a tellement déçu ses parents qu’ils ont préféré la remplacer ? Ces questionnements, toute personne ayant vu sa famille s’agrandir est susceptible de se les être posées un jour.
Mais elle s’interroge aussi sur les relations entre les êtres. Au contact d’Anthony, Maïa se surprend à éprouver une boulimie d’aventures, d’émotions, d’absolu, qu’elle ne connaît pas dans sa petite vie rangée. Tout cela suscite encore plus d’interrogations : si elle change radicalement de ce que ses parents et autres proches attendaient d’elle, continueront-ils à l’aimer ? Peut-on aimer quelqu’un malgré ses imperfections ? L’amour vaut-il l’inévitable déception ressentie lorsqu’on s’aperçoit que l’autre n’est pas celui que l’on rêvait ? Encore une fois, les questions de Maïa sont universelles et devraient parler à chaque lecteur. Et Marie Leymarie s’en sort haut la main ! Dans des termes simples – mais pas simplistes – elle déroule l’évolution pleine de bon sens de la jeune fille, en la saupoudrant d’une bonne dose d’action et de suspens.

Malgré quelques passages qui auraient mérité approfondissement, Les Effets du hasard est un roman très complet. Marie Leymarie y montre l’évolution pleine de bon sens d’une jeune fille touchante, aux questionnements émouvants. En filigrane et sous couvert d’anticipation, l’auteur s’interroge sur la question fondamentale de la valeur que l’on accorde à la liberté et à la sécurité. La seconde vaut-elle que l’on sacrifie la première ? Voilà un court roman prenant et pertinent, à mettre entre toutes les mains !

Les Effets du hasard, Marie Leymarie. Syros, avril 2016, 204 p. 

 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :