Sang-de-Lune, Charlotte Bousquet.

sang-de-lune-charlotte-bousquet

Alta. Une cité où les femmes sont soumises à l’autorité des fils-du-soleil. Gia, comme toutes les Sang-de-lune, doit docilement se plier aux règles édictées par le conseil des Sept, sous peine de réclusion, ou pire, de mort. Impossible d’échapper au joug de cette société où règne la terreur. Pourtant, le jour où sa petite sœur Arienn découvre la carte d’un monde inconnu, les deux jeunes filles se prennent à rêver à une possible liberté. Mais ce rêve est bientôt menacé par l’annonce du mariage de Gia. Le temps presse, elles doivent fuir. Or, pour atteindre ce monde mystérieux qui cristallise leurs espoirs, toutes deux doivent traverser les Régions Libres, un territoire effrayant où cohabitent hordes barbares et créatures monstrueuses, issues de la matière même de l’obscurité…

À Alta, les Fils-du-Soleil, les hommes, règnent en maître, dominent les Sang-de-Lune, les femmes, et édictent leurs règles misogynes. En effet, selon les légendes et la mythologie de cet univers, les hommes sont issus de l’astre solaire trahi, en des temps immémoriaux, par la Lune (qui se manifeste, chez les femmes, par des pertes de sang chroniques ; comme c’est pratique). En conséquence de quoi, les Sang-de-Lune sont sujettes aux Ténèbres, qui risquent de les engloutir à tout moment, raison pour laquelle il est du « devoir » des hommes de les dominer. Privées de toute liberté, ces dernières sont donc totalement soumises à leurs époux, pères ou frères – évidemment, toute ressemblance avec la réalité est loin d’être fortuite.

Alta est une cité souterraine ; au fil des pages, on s’aperçoit que la société d’Alta se situe dans notre futur. Suite à une catastrophe écologique et humanitaire, l’humanité s’est réfugiée sous terre et a développée les lois ô combien injustes décrites par Charlotte Bousquet. Dès le départ, le roman se place donc sous le double patronage des littératures post-apocalyptiques et dystopiques.

Mais l’auteur se joue des clichés du genre. En effet, Gia, la protagoniste, est plutôt passive et loin d’être l’élément perturbateur. Ce rôle revient en fait à Arienn, la petite sœur, dont les velléités révolutionnaires ne sont pas un secret pour sa sœur aînée. Et c’est uniquement pour la sauver, elle, que Gia va quitter sa zone de confort ! Voilà qui change, car on a plus l’habitude de suivre le personnage qui se rebelle et fait évoluer la situation. Ainsi, le duo permet de montrer toutes les turpitudes de cette société. La rébellion d’Arienn montre à quel point la situation dans laquelle les Sang-de-Lune sont maintenues est révoltante ; la passivité de Gia montre les ravages que peuvent provoquer la propagande et les lavages de cerveau auxquelles elles sont soumises. En effet, à force de leur répéter qu’elles sont mauvaises et vouées aux Ténèbres, les femmes ne peuvent qu’être persuadées qu’il s’agit là de la réalité…
Entendons-nous bien, le roman est, la plupart du temps, absolument révoltant, et ce d’autant plus lorsque l’on sait que ce que décrit Charlotte Bousquet est loin d’être de la science-fiction pour de trop nombreuses femmes encore dans le monde et pend au nez de nombreuses autres, si notre société continue dans le chemin dit civilisé qu’elle semble vouloir emprunter. Le récit de Charlotte Bousquet n’invente rien mais décrit à merveille, sous couvert de science-fiction, ce que l’on impose un peu partout dans le monde : obscurantisme, oppression religieuse, fanatisme, banalisation de la violence, sexisme et misogynie sont de la partie. Quand on dit que le texte est révoltant, c’est qu’il cristallise, en fait, les pires travers de notre société. Difficile, donc, de le lire en restant parfaitement calme !
Ainsi, le récit porte une intelligente réflexion sur les relations entre les deux sexes, qui ne pourra que pousser le lecteur à réfléchir.

Parallèlement à cela, le récit a toutes les qualités d’une dystopie : suite à la rébellion initiale, il y a de l’action (mais pas en excès) et un tas de rebondissements, parfois inattendus. L’histoire présente également son lot de traîtres, de profondes réflexions et d’histoires d’amour – quoi que ces dernières soient loin, très loin d’être au centre de l’histoire, laquelle porte vraiment sur les rouages de cette société.

Difficile de faire du neuf avec la dystopie, pourrait-on penser, mais Charlotte Bousquet s’y entend pour jouer sur les codes du genre et proposer un roman à la fois original et profondément habile. La situation qu’il décrit, pour révoltante qu’elle soit, n’en reste pas moins la dure réalité pour de trop nombreuses femmes dans le monde, un point qu’il ne faudra, semble-t-il, jamais cesser de dénoncer. Ce que ce roman fait à merveille.

Sang-de-Lune, Charlotte Bousquet. Gulf Stream (Électrogène), août 2016, 320 p. 

La Fille aux licornes, Lenia Major

la-fille-aux-licornes-lenia-major

 

Ascane a été choisie pour devenir apprentie licornière du roi d’Ampleterre, au grand dam de Séber, le rude maître licornier, qui ne veut pas d’une fille parmi ses apprentis. Bien décidé à faire échouer la jeune fille le plus vite possible, il commence par lui confier le soin d’une licorne sauvage blessée et entravée, un grand mâle furieux et indomptable. Mais Ascane a hérité de la passion de son grand-père pour les licornes, et de sa détermination. Hors de question de se laisser abattre par un maître licornier misogyne. 

 

La Fille aux licornes d’abord été édité en trois volumes (en 2011 et 2012) avant d’être, cette année, réuni en intégrale. L’avantage, c’est qu’on a donc l’ensemble de l’histoire sous la main ; l’inconvénient, c’est qu’il y a quelques petites redites en début de volumes, l’intrigue du tome précédent étant brièvement résumée – heureusement, ce n’est l’affaire que de quelques paragraphes. L’autre point positif, c’est que l’on apprécie mieux la progression du style et de l’intrigue, qui gagne en maturité au fil des tomes.

Le premier chapitre de La Rencontre nous plonge d’emblée dans le vif du sujet ; c’est un trait que l’on peut étendre à l’ensemble des deux premiers volumes : peu de tergiversations, et l’histoire est, dans l’ensemble, plutôt directe. Dans ce premier opus, on sent un côté indéniablement jeunesse : l’intrigue est assez simple et franche et, s’il y a du suspens, on voit assez vite comment l’affaire va tourner. De plus, il y a une certaine naïveté dans l’histoire, que ce soit dans les réactions des personnages, ou dans la façon dont l’intrigue est agencée, qui confirme l’aspect jeunesse du roman. Ainsi, les inter-chapitres parlant de la vengeance à venir laissent peu de place au doute quant au déroulement futur de l’histoire, et font un peu cliché.
L’univers ressemble à un univers féodal assez classique (misogynie incluse !) et on ne peut que relever le rapport entre les chevaux de guerre et les licornes (destinées à former la cavalerie de l’armée). L’apprentissage est assez original, vu que les licornes se dressent à coup d’incantations dans un langage particulier et gestes séculaires ; mais le meilleur point reste cette question de lien qui se tisse entre monture et cavalier, a fortiori lorsqu’ils sont unis.
Les personnages manquent encore un peu de profondeur – hormis Ascane. Le premier volume est donc plutôt introductif, centré sur Ascane dont les facultés particulières lui permettent rapidement de briller à la Forteresse.

C’est un point que l’on rencontre à nouveau dans le second tome, La Poursuite : Ascane a la désagréable manie de s’en sortir mieux (ou plus vite) que les autres, en raison son statut… et c’est parfois un tantinet agaçant.
L’intrigue, cette fois, varie : les personnages quittent la Forteresse et découvrent du pays, ce qui permet d’approfondir un univers qui, jusque-là, était un peu lisse, avec la découverte des peuples qui vivent aux marges d’Ampleterre. Comme dans le premier volume, on regrette quelques facilités, et le fait que les personnages secondaires soient moins approfondis qu’Ascane. Hormis Séber, qui offre une agréable complexité, les autres manquent un peu de profondeur. Ce volume-ci est nettement plus trépidant que le premier : l’apprentissage passe au second plan et s’efface devant un impératif plus important. L’action est bien dosée, l’intrigue bien ficelée, et l’auteur nous réserve quelques surprises. On sent déjà combien style et histoire ont gagné en maturité.

Finalement, c’est dans le troisième tome, L’Affrontement (qui débute un an après la fin de La Poursuite), que la fleur va éclore. Ce volume est nettement plus sombre que les deux précédents : il n’étaient dépourvus ni de danger, ni de suspense, mais le dernier volume pousse le tout à un niveau largement supérieur. Il y a de l’action (en pagaille), on s’angoisse plus souvent, et l’ensemble de l’histoire prend une tournure insoupçonnée. À nouveau, dans certains développements, on peut noter une certaine facilité et une tendance à aller droit au but mais, cette fois, c’est suffisamment noyé dans la masse pour qu’on y prête moins attention.
Les personnages secondaires, notamment les femmes, gagnent enfin en complexité, et c’est bien agréable ! Les portraits sont variés, allant d’Ascane, la licornière un peu garçon manqué mais ne reniant pas sa féminité (un bon point) à Aylette, la reine diaphane et précieuse qui cache un cœur de lionne, en passant par Corvide, la chef de clan dure au mal ou Tellis, la magicienne qui ne s’embarrasse pas de convenances.
Si la lutte finale est un peu manichéenne, elle est suffisamment bien menée et équilibrée pour que cela passe largement inaperçu.

La Fille aux licornes est une série destinée à la jeunesse et présentant quelques facilités, certes, mais que l’on lit avec un immense plaisir, et dont on tourne la dernière page à regrets. Pourquoi ? Tout d’abord à cause du style. La plume de Lenia Major, en plus d’être extrêmement fluide, a la triple qualité d’être simple, riche et belle – ce qui n’est pas rien. J’ai particulièrement apprécié le jeu sur les registres de langues entre le peuple d’Ampleterre (qui a un langage assez moderne), et celui de l’Enclave (qui est resté bloqué à notre époque féodale), qui introduit une intéressante variété. De plus, même si le schéma de l’intrigue est assez visible (notamment dans les deux premiers tomes), on se prend au jeu du suspens général. La quête initiatique est riche, parcourue d’affrontements qui font grandir les personnages et, même si la lutte est assez manichéenne, les portraits sont suffisamment variés pour laisser de côté ce détail chagrin.
Au fil des tomes, l’auteur met en valeur de belles valeurs humaines, que l’on prend plaisir à voir exaltées par le biais de la fiction. Le sexisme affiché (et revendiqué !) au début est combattu, et sans discours moralisateur, ce qui est hautement appréciable. Mieux : ce ne sont pas les seuls événements qui poussent les personnages à modifier leurs opinions, ce sont eux qui effectuent un travail sur eux-mêmes pour évoluer… et c’est probablement la plus belle leçon d’humanité que l’on puisse faire. De plus, il n’y a pas qu’Ascane qui se révèle en tant que femme capable : si, au départ, elle a tendance à être celle qui comprend plus vite que les autres, la suite fait la part belle aux autres femmes du récit. On perd donc peu à peu l’aspect un peu cliché du personnage central à qui tout réussit qui était présent au début de la série !
Enfin, il faut parler de ce dénouement : tout simplement génial ! Au vu de l’ensemble, je m’attendais à tout à fait autre chose, et l’auteur parvient, à la dernière page, à nous proposer cette fin ouverte et inattendue, mais bienvenue !

En somme, malgré quelques facilités et un aspect jeunesse qu’on ne peut ignorer, La Fille aux licornes est une série qui mérite d’être lue, ne serait-ce que pour les valeurs véhiculées par l’histoire ! La plume est belle en plus d’être agréable et, malgré un parcours parfois balisé, on se laisse bien volontiers prendre au jeu du suspens. De plus, si les personnages manquent parfois de profondeur, il y a de belles évolutions. Et il n’est même pas nécessaire d’être un fondu d’équitation pour apprécier cette histoire ! Si vous êtes amateur de fantasy, que vous cherchez un bon  titre jeunesse avec d’une part, une quête variée et prenante et, d’autre part, un message bien intégré (et capital)… pensez à cette excellente série !

La Fille aux licornes, intégrale, Lenia Major. Talents Hauts, 2015, 575 p. 

challenge-52-semaines

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

chroniques-du-monde-émergé-1-nihal-de-la-terre-du-vent-licia-troisi