Une couronne d’os et d’épines, Emily Norsken.

Bien au Nord, sur le royaume de Cnàimh, les Dieux, les Anciens et les Os veillent. Le souvenir du roi Teodor dit le Boucher hante toujours ses habitants. Pour survivre aux hivers glacials du dieu Wyrn, ces terres doivent rétablir les alliances défaites sous la lame des conquêtes de feu le dirigeant sanguinaire.
Nayla appartient au sang sombre, la chamane l’a désignée ainsi lors de son rituel de passage. Corbeau, elle devra devenir. Elle doit rejoindre cet ordre de femmes pour devenir les yeux et les oreilles du roi des Os, Ingvar le Juste. Guidée par la Reine des Corbeaux, Frihër Agn, Nayla devient Nå, son héritière.

C’était le dernier roman qu’il me restait à lire pour le PLIB 2022… et c’est sans doute celui sur lequel j’ai le plus peiné ! Si je ne l’avais pas lu en lecture commune avec mes habituelles comparses, je l’aurais sans doute abandonné avant la moitié.

Pourtant, cela démarrait plus que bien ! Le récit nous emmène sur des territoires nordiques âpres et bien décrits (en tout cas, je m’y croyais). Nayla rejoint les Corbeaux, une consœurie de femmes infertiles destinées à des postes de pouvoir (la Reine des Corbeaux régnant au même titre que le Roi Ingvar, alors que l’épouse de ce dernier est réduite au rang de consorte sans aucun pouvoir). L’univers est empreint de mythologie, de chamanisme, de rituels liés au sang, aux os et, de fait, se révèle particulièrement violent (si vous n’aimez pas les scènes de viol, passez votre chemin) (même si apparemment c’est pas grave, le garçon n’étant pas moche, sic).
L’organisation politique, reposant sur un roi avec le pouvoir central, et un réseau de femmes diplomates liées par les règles et les rituels de leur ordre, m’a beaucoup plu dès le départ. Malheureusement… le soufflé est très vite retombé. Car dès lors que Nayla progresse dans l’apprentissage de son ordre et que l’intrigue se dessine, tout semble jeté à l’eau.
L’ordre de diplomates chevronnées règle en fait tout par le sexe sans se poser plus de question, et je cherche encore l’intrigue politique. Oh, de la politique, il y en a bien, sans doute, quelque part. Mais l’héroïne ne narrant jamais les discussions ou éléments la faisant progresser, on a la désagréable impression qu’elle est aussi spectatrice du récit qu’est le lecteur. A la place, on a droit à l’intégrale de ses promenades et atermoiements sentimentaux (et c’est très agaçant). Et comme le récit est à la première personne, hormis de rares exceptions, pas moyen d’aller voir ailleurs ce qu’il se passe.

De plus, le récit souffre d’un problème de rythme. Il est composé d’énormément de péripéties (il fait près de 700 pages, quand même), de voyages dans des contrées étrangères et de découvertes étonnantes. Mais tout est survolé, au profit de paragraphes bavards de l’héroïne se plaignant de choses et d’autres, ou d’ellipses parfois malvenues. Avec ça, le récit est découpé en quatre grandes parties, séparées par des contes : ils sont intéressants pour l’univers en général, mais complètement anecdotiques, et viennent généralement couper le rythme.
On se retrouve donc dans l’ensemble avec des longueurs assez rebutantes, qui ont bien failli avoir raison de ma patience à plusieurs reprises. Pourtant il y a de la matière, on sent que c’est assez dense et qu’il pourrait y avoir de quoi faire un récit choral (d’ailleurs il y a tentative sur la fin, j’ai regretté que ce ne soit pas généralisé).

Malgré le bon a-priori de départ, j’ai regretté que l’on retombe assez vite dans du déjà-vu. A Cnàimh, les hommes gouvernent, les femmes obéissent (et ouvrent les cuisses). On se demande bien, dès lors, pourquoi on fait tout un foin du statut de la Reine des Corbeaux ? S’il s’agissait d’avoir un réseau de prostituées de luxe, pas la peine de nous rebattre les oreilles avec la diplomatie (dont on nous parle beaucoup, sans jamais nous la montrer, du reste). Avec ça, j’avoue que le viol comme technique d’apprentissage et épreuve pour forger le caractère, cela commence à bien faire (d’autant que le traitement de la scène en question, sous des aspects sensuels, est quand même assez particulier, pour ne pas dire dérangeant).
De plus, les Corbeaux se présentent comme une sororité. J’avoue que je la cherche encore (c’est pourquoi j’ai préféré le terme consœurie plus haut). Parce que si je résume, le credo de l’ordre, c’est langue de vipères et poignards dans le dos, pas de quoi s’enorgueuillir !

En fait, le récit recelait trop d’incohérences pour que j’y accroche. Il y avait ces incohérences du point de vue de la toile de fond, que je viens d’évoquer, mais il y en a d’autres (le personnage muet et analphabète qui s’exprime subitement comme un académicien avant de repartir du côté de l’homme des cavernes, notre héroïne soi-disant fine diplomate qui se fait berner comme une gamine de deux ans, et des réactions de personnages peu crédibles). L’aspect archétypique de nombreux personnages ne m’a pas non plus passionnée : la méchante est méchante parce que c’est la mode, et les autres se cantonnent à leurs rôles (le garde loyal bon, la traîtresse mesquine, etc.). Peu de surprises de ce côté là, malheureusement.

Enfin, il reste énormément de coquilles dans le texte, ce qui n’a en rien fluidifié la lecture ! Et c’est dommage, car l’autrice a une plume qui rend les scènes très visuelles, qui ne dédaigne pas quelques passages poétiques, et qui se lit vraiment bien – et qui explique aussi pourquoi je suis allée jusqu’au bout.

Lecture plus que mitigée, donc. Autant j’ai accroché aux divers éléments de l’univers, très prometteur, autant les incohérences dans le récit, le côté archétypique (tant de l’univers que des personnages), les longueurs, les multiples coquilles, et l’absence d’intérêt général pour l’intrigue, auront rendu cette lecture particulièrement pénible (au point que ça m’a sevrée de lecture pour plusieurs jours). Je ne voterai donc évidemment pas pour ce titre, mais dans la mesure où j’ai apprécié la plume de l’autrice, je guetterai ses prochains titres.

Une couronne d’os et d’épines, Emily Norsken. Les Trois Nornes, 1er septembre 2021, 658 p.
#PLIB2022 #ISBN9782492118043

Fleurs d’Oko #1, Laëtitia Danae.

À Sangaré, la magie, réservée aux hommes, se déploie en de multiples couleurs. Mais petite Oko est spéciale. Elle parle le Langage des fleurs.
Lorsque le murmure des griottes annonce la venue du puissant Soumaoro, envoûteur du royaume en quête d’un aspirant prêt à lui succéder, Oko prend sa décision. Elle quitte tout pour assouvir son besoin d’aventure et de reconnaissance.
Alors qu’aux portes de la capitale, la Brousse menace d’étendre son fléau, dans les dédales du palais d’Ivoire, Oko découvre un tout autre monde. Celui de la magie, telle qu’elle ne l’a jamais expérimentée, mais aussi les intrigues de la cour, les ruses et les coups bas. À qui peut-elle se fier ? Qui redouter ? Tant de questions, si peu de réponses. La concurrence est rude et les embûches parsèment le chemin de la jeune aspirante.
Et à travers ses épreuves, petite Oko deviendra grande.

Fleurs d’Oko faisant partie des cinq titres sélectionnés pour le PLIB, il a atterri sur ma PAL de l’été. Et en quelques mots comme en cent, c’était une lecture sympathique, mais clairement pas assez pour terminer en haut de ma liste de votes !

Après un démarrage en fanfare, le rythme du récit retombe rapidement, et se focalise presque entièrement sur Oko, seule (ou presque) dans le palais et attendant de rencontrer ses camarades de classe. C’est intéressant du point de vue de la construction de la protagoniste, mais j’ai trouvé que cela créait un ventre mou dans la narration – et durant lequel j’ai vraiment dû m’accrocher. Finalement, c’est sans doute un des deux points qui m’aura causé le plus de difficultés dans ce roman : le rythme ! Ce n’est pas tellement la lenteur (car j’aime les intrigues qui prennent leur temps), mais l’impression que ce rythme posé ne servait ni à la construction des personnages, ni à l’approfondissement de l’intrigue ou de l’univers.

Et c’est dommage, car l’univers dans lequel se déroule le récit est assez envoûtant. La société est globalement matriarcale (en tout cas les femmes dirigent), mais la magie est réservée aux hommes. Aussi la présence d’Oko (et d’Akissi, la seconde étudiante), est-elle assez mal perçue au début de l’intrigue. Et j’ai trouvé ça vraiment intéressant : l’aspect féministe de l’intrigue ne tient pas seulement à une inversion du paradigme habituel (en passant de société patriarcale à matriarcale), mais aussi au fait que l’autrice décrit des personnages féminins qui se prennent en main et font tout leur possible pour faire bouger les lignes (même si elles ne sont que deux et sont à couteaux tirés). A ce stade de la chronique, je me dois aussi d’avouer qu’après m’avoir royalement tapé sur le système, Oko m’a semblé manquer d’un peu de profondeur, tout comme ses camarades de classe, que j’ai trouvés un peu cliché (et c’est le second point qui m’aura vraiment gênée).
Côté construction de l’intrigue, mythes et légendes africaines imprègnent le récit, soit parce que Soumaoro, l’envoûteur, les raconte à ses étudiants, soit parce ce que des extraits ouvrent les chapitres ou émaillent le récit, ce qui crée une atmosphère prenante.

J’ai trouvé le système de magie à la fois intéressant et trop peu détaillé : il y a quatre types de magies différentes, chacun relevant d’une affinité particulière (avec les plantes, l’esprit, etc.) et étant désigné par une couleur. C’est une base vraiment intéressante, et j’étais frustrée de ne pas savoir comment les personnages sont à l’aise avec l’une plutôt que l’autre, comment on acquiert les autres types, etc. De même, la succession d’épreuves assure le rythme de la narration, mais cet aspect linéaire a aussi manqué, à mon goût, de quelques détails.

En définitive, j’ai apprécié l’univers dans lequel se déroule l’intrigue, tout comme celle-ci, notamment sur les enjeux qui seront sans doute détaillés dans le deuxième tome (la lutte contre la Brousse notamment), et ce malgré la lenteur générale de l’ensemble. En revanche, j’ai trouvé que les personnages manquaient un peu de profondeur, ce qui m’a empêchée de me passionner pleinement pour le récit. Malgré un roman fluide et assez sympa dans l’ensemble, je ne suis pas certaine de lire le tome 2 !

Fleurs d’Oko #1, Laëtitia Danae. Snag, mars 2021, 422 p. #PLIB2022 #ISBN9782490151264

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Encens, Johanna Marines.

Nouvelle Orléans, 1919. Alors que le tueur à la hache sème la terreur dans les rues et nargue les enquêteurs, le corps mutilé d’une jeune femme est découvert en ville. Que signifient ces notes de musique et ces marques de brûlures retrouvées sur sa peau et ces étranges plumes métalliques plantées dans son dos ?
Pour les inspecteurs Perkins et Bowie, une nouvelle enquête s’ouvre. Se pourrait-il qu’un deuxième meurtrier soit à l’œuvre ? Que faire quand deux tueurs en série rivalisent de cruauté et que la ville devient leur terrain de jeu ? Plongez au cœur des Bayous où le jazz est roi et prenez de la hauteur à bord du Mécanic Hall, un aérocabaret où les dancing-automates sont devenus des déesses de la fête. Découvrez le passé trouble de Grace, une intrépide cartomancienne et de sa chouette mécanique et sautez de toits en toits aux côtés des désembobineurs qui collectent l’électricité pour la New Orleans General Electric Company.

Encens est un des cinq romans nominés au PLIB 2022 et… malheureusement, on ne peut pas dire que j’ai franchement accroché à ce titre.
L’histoire se déroule à la Nouvelle-Orléans, dans les États-Désunis d’Amérique, en 1919. Dans cette réalité alternative, les automates sont légion, que ce soit parmi les humains ou les animaux. Par ailleurs, un tueur armé d’une hache sévit dans la cité, répandant la terreur. Pour cet aspect de l’intrigue, l’autrice a repris un véritable fait divers, qui a inspiré de nombreuses œuvres (dont l’excellent thriller Carnaval de Ray Celestin !), sans doute car l’identité réelle du tueur n’a jamais été découverte.

Le récit se concentre autour de trois personnages principaux (plus quelques autres, mais qui sont moins fouillés) : l’inspecteur William Perkins, en charge des deux affaires de tueurs en série ; Ian Cobb, un psychiatre tourmenté ; et Grace, la fille de l’inspecteur Perkins, qui vit seule, travaille dans un aérocabaret, porte des pantalons (so chocking !) et a été adoptée après la destruction totale de son orphelinat dans un incendie. De façon assez classique, le récit fait s’entrecroiser les points de vue et trajectoires des trois personnages, en les entrecoupant d’analepses, d’introspection des tueurs en série, de brefs passages chez les personnages secondaires, ou d’articles de journaux. Un schéma narratif qui a fait ses preuves et qui fonctionne ici parfaitement, donnant au récit un rythme très agréable – d’autant que celui-ci est mené d’une plume fluide et entraînante. L’enquête est menée sans répit : les changements de focale rapides, comme la façon dont s’entrecroisent les secrets des personnages (car évidemment ils sont tous liés !) rendent l’ensemble vraiment prenant.

Si l’uchronie n’est vraiment pas poussée, on profite de cette esthétique chargée en dirigeables, automates, et créations électriques : le roman relève du dieselpunk, c’est-à-dire du steampunk, mais pas sous l’ère victorienne (plutôt l’entre-deux-guerres), et avec d’autres technologies que la seule vapeur. Cela change un peu, et j’ai trouvé cela très plaisant !

Mais alors, qu’est-ce qui ne l’a pas fait ?
Autant j’ai apprécié le rythme, autant l’alternance rapide des points de vue m’a parfois empêchée de m’attacher aux personnages, donc je suis restée en peu en dehors. Et alors que la tension ne faisait que monter, le retournement final m’a semblé faire tout retomber à plat, en introduisant des éléments pas du tout évoqués jusque-là et comme sortis du chapeau. Je n’ai pas trouvé la conclusion de l’enquête franchement crédible.
Par ailleurs, j’ai eu l’impression que le récit faisait intervenir trop de thèmes pour réussir à vraiment les traiter tous en même temps : outre l’enquête autour des deux meurtriers en série, il est question de la lutte sociale des automates pour leurs droits (que j’ai interprétée comme une relecture de la ségrégation), des conditions de vie (souvent désastreuses) des minorités (parmi lesquelles les homosexuels et les automates), des avancées technologiques (notamment autour de l’électricité et des automates), ou encore des progrès et des dérives de la médecine (toujours avec l’électricité, avec semble-t-il un clin d’œil aux travaux autour de la santé mentale qui faisaient fureur à l’époque).
Chacun d’entre eux est intéressant, mais on part un peu dans tous les sens, et on reste toujours un peu en surface ; cela ne m’a pas aidée à plonger dans ma lecture, car j’ai dû me remobiliser à chaque chapitre concernant l’enquête proprement dite.
Enfin, j’ai été particulièrement gênée par les coquilles et les tournures de phrase exotiques, qui m’ont sortie de ma lecture à de nombreuses reprises.

Une lecture en demi-teinte, donc. Si j’ai franchement apprécié le style fluide, comme l’idée de détourner un fait divers réel (et sordide !) dans une ambiance steampunk hyper réussie, l’accumulation de thèmes, comme les trop nombreuses coquilles, ont contribué à mon manque d’enthousiasme dans ma lecture.

Encens, Johanna Marines. Snag, juin 2021, 500 p.
#PLIB2022 #ISBN9782490151370