Les Douze rois de Sharakhaï, Sharakhaï #1, Bradley P. Beaulieu.

les-douze-rois-de-sharakhai-bradley-p-beaulieu

Dans les arènes de Sharakhaï, la perle ambrée du désert, Çeda combat tous les jours pour survivre. Comme de nombreux autres, elle espère la chute des douze Rois immortels qui dirigent la cité depuis des siècles. Des souverains cruels et tout-puissants qui ont peu à peu écrasé tout espoir de liberté, protégés par leur unité d’élite de guerrières et les terrifiants asirim, spectres enchaînés à eux par un sinistre pacte. Tout change lorsque Çeda ose braver leur autorité en sortant la sainte nuit de Beht Zha’ir, alors que les asirim hantent la ville. L’un d’eux, coiffé d’une couronne en or, murmure à la jeune fille des mots issus d’un passé oublié. Pourtant, elle les connaît. Elle les a lus dans un livre que lui a légué sa mère. Et le lien que Çeda découvre entre les secrets des tyrans et sa propre histoire pourrait bien changer le destin même de Sharakhaï…

L’histoire de Bradley P. Beaulieu se déroule au beau milieu du désert ce qui, avouons-le, n’est pas si courant que cela en fantasy (où le modèle médiéval occidental semble prédominer). Du coup, dès les premières pages, le dépaysement fonctionne à plein ! Et pourtant, l’essentiel de l’intrigue se déroule entre les murs de Sharakhaï, la perle du désert, qui atteint presque le statut de personnage tant elle est importante dans l’histoire. Dès les premières pages, l’auteur installe un décor urbain où pullulent ruelles, passages débouchant sur divers souks et autres espaces publics peuplés. La ville, de plus, connaît un rythme bien particulier, puisqu’elle se vide de ses habitants pour la sainte nuit de Beht Zha’ir, durant laquelle les asirim – sortes de djinns au service des Douze Rois – terrifient la population. La mythologie de l’univers est bien détaillée et développée, assurant un dépaysement certain, lequel est souligné par un vocabulaire soigneusement choisi.

Là-dessus se greffe une quête de vengeance somme toute assez classique : Çeda a perdu sa mère dans des circonstances assez étranges, mais elle sait que ce sont les rois qui l’ont assassinée, aussi cherche-t-elle à leur rendre la monnaie de leur pièce. Pour ce faire, elle est devenue – malgré son jeune âge – gladiatrice et elle lutte plus souvent qu’à son tour dans l’arène, tout en fomentant divers plans. Mais elle a un peu trop souvent tendance à foncer dans le tas sans nécessairement peser le pour et le contre : cela permet certes de faire évoluer l’histoire assez vite, mais occasionne malheureusement quelques répétitions dans le schéma narratif. D’autant que l’autre figure du roman, Emre, l’ami de Çeda, manque un peu de charisme. Pourtant, au fil des chapitres, l’équilibre fragile entre la gladiatrice un peu rebelle et le petit voleur aux plans de rébellion bien cachés atteint une bonne efficacité.

Efficacité, c’est le maître-mot de ce récit : les péripéties s’enchaînent à bon train, alors que le mystère, lui, plane toujours : le suspens est donc au rendez-vous. Si l’on regarde les éléments du récit, on s’aperçoit que le roman aligne peu ou prou les lieux communs habituels : une injustice, une quête de vengeance, un clivage riches-pauvres, une prophétie, de la magie… Mais force est de constater que l’auteur s’en sort haut la main, évitant les écueils des clichés.

Les Douze rois de Sharakhaï est donc une bonne introduction à la série de Bradley P. Beaulieu qui, malgré une intrigue alignant les lieux communs habituels de la fantasy, propose une histoire efficace, soutenue par un univers très riche, travaillé et original. 

Sharakhaï, Les Douze rois de Sharakhaï #1, Bradley P. Beaulieu. Traduit de l’anglais par Olivier Debernard. Bragelonne, août 2016, 672 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

percheron-1-odalisque-fiona-mcintosh

Le Sang des Dieux et des Rois, Eleanor Herman.

le-sang-des-dieux-et-des-rois-1-eleanor-herman

Imaginez une époque ou les dieux s’amusent des souffrances des hommes.
Ou des forces maléfiques se déchaînent aux confins du monde connu.
Ou des cendres des villes naissent des empires.
Alexandre, héritier du trône de Macédoine, est en passe de découvrir son destin de conquérant, mais il est irrésistiblement attiré par une nouvelle venue.
Katerina doit naviguer dans les eaux troubles des intrigues de la cour sans dévoiler sa mission secrète : tuer la reine.
Jacob est prêt à tout sacrifier pour gagner le cœur de Katerina. Même s’il doit pour cela se mesurer à Héphestion, tueur sous la protection d’Alexandre.
Enfin, par-delà les mers, Zofia, princesse persane fiancée à Alexandre malgré elle, part en quête des légendaires et mortels Dévoreurs d’Âmes, seuls capables d’infléchir son destin.

La fantasy historique est un de mes péchés mignons en littérature ; malheureusement, ce titre n’entrera certainement pas au panthéon des lectures du genre…

Premier point qui fâche : la narration au présent, ce qui est encore plus dommageable pour un roman se déroulant dans le passé. Comme de juste, le récit est lourd et fade – et truffé d’erreurs de syntaxe, dues à des confusions entre discours direct et discours indirect, hautement agaçantes !
D’autre part, l’auteur abuse lourdement des diminutifs pour ses personnages. Alors certes, c’est bien pratique. Mais c’est aussi parfaitement anachronique et d’autant plus malvenu lorsque le diminutif sonne nettement plus anglosaxon que… persan, par exemple (dans le cas de la princesse persane Roxane, appelée… Roxie. En toute simplicité.). Et tout cela manque tout de même de classe. Heureusement, on évite de peu le « roi Phil’ » ; mais pas le « prince Alex », malheureusement.
Ceci étant dit, tous ces diminutifs correspondent parfaitement au caractère encore foncièrement adolescent de nos personnages, dont la maturité est plus que bredouillante : entre ceux qui se boudent pour de faux prétextes et celle qui s’invente des problèmes (Katerina, pour ne pas la nommer) avant de se plaindre de la complexité de son existence, on est servis.
Cet usage va de pair avec un vocabulaire simpliste et des anachronismes incroyables, notamment dans les dialogues. Certes, les diminutifs y préparaient ; le transport à l’époque antique, à la simple lecture, est donc plus qu’ardu…Si vous aviez du Gemmell en tête, abandonnez l’idée immédiatement.

Côté intrigue, difficile de se rattraper. L’univers est assez complexe, puisque l’on doit composer avec les diverses forces en présence : Macédoniens, seigneurs ésariens (une sorte de confrérie autoproclamée rappelant douloureusement l’Inquisition) et perses – tout ce petit monde se disputant un territoire grand comme un mouchoir de poche. L’auteur prend le temps de bien dépeindre chaque partie en présence, en fournissant d’intéressants détails sur la façon dont chaque société vit et s’organise, en décrivant les lieux et les personnages. Fatalement, cela induit quelques longueurs qui, malheureusement, ne sont pas rattrapées par l’intrigue, dont le fil est d’une extrême simplicité. Or, passées les quelques péripéties qui émaillent le récit, il ne reste guère de suspens à se mettre sous la dent, les indices distillés permettant de saisir dès la première occurrence de quoi il retourne au juste. Et c’est d’autant plus vrai que nos personnages semblent bénéficier d’une chance proprement insolente : hormis Zofia à qui il arrive quelques bricoles, Katerina arpente la Carie en sifflotant et Cynané se collette joyeusement à grands coups d’épées avec des guerriers aguerris sans recevoir la moindre égratignure. À 16 ans et quand on connaît la liberté dont jouissaient les femmes dans cette aire géographique, il y a de quoi rester pantois.

De plus, l’auteur colle sur la foisonnante Antiquité un appareil magique qui manque franchement d’explications : il y a le Sang-Serpent, le Sang-Fumée, des oracles et autres pythies, des magiciens et magiciennes, des gens qui s’essaient à la magie noire, sans qu’aucun des systèmes soit expliqué ou intégré logiquement dans l’histoire… Tout cela est fort confus et colle difficilement à l’appareil proprement historique, un peu comme si les deux genres étaient incompatibles – alors que la fantasy historique propose tout de même quelques pépites.
D’autre part, ce tome étant manifestement le prologue, on a du mal à percevoir les enjeux de la présence de certains personnages : si tous ceux qui végètent dans le palais royal de Pella se croisent forcément à un moment donné, la présence de Zofia reste bien plus ambigüe – tout autant que sa quête, dont on ne sait si elle vise à éviter à la jeune fille un mariage arrangé ou si, comme l’annonce le résumé, elle consiste à aller chercher des magiciens particuliers. À cela, il faut ajouter le manichéisme qui caractérise les personnages et les développements clichés à souhait : les méchants sont très méchants, les gentils sont de sympathiques niaiseux à qui la destinée ne sourit pas. Soit.
Je passe rapidement sur l’ (les) inévitable(s) triangle(s)  amoureux, j’imagine que la seule lecture du résumé et l’annonce de la pléthore de personnages avaient vendu la mèche.

Pas de révélation, donc, avec Le Sang des Dieux et des Rois qui passera à la postérité dans la case « Oui, MAIS. » Oui, l’idée de l’intrigue est bonne mais les personnages manquant de profondeur, l’intrigue dépourvue de piquant, le manque de fluidité dans le mélange entre Histoire et fantasy et surtout – surtout !! – la plume simpliste alignant anachronismes et pauvreté stylistique, auront eu raison de ma patience. Je m’abstiendrai de lire la suite. 

Le Sang des Dieux et des Rois #1, Eleanor Herman. R. Laffont (R), avril 2016, 452 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

la-voie-des-oracles-estelle-faye

Enoch, La Voie des oracles #2, Estelle Faye.

la-voie-des-oracles-2-enoch-estelle-faye

 

Poursuivis par les hommes d’Aedon, Thya, Enoch et Aylus fuient dans les terres barbares…
Sur les routes, les trois acolytes vont découvrir un monde très divers, coloré, fabuleux, où des magies et des mystiques plusieurs fois centenaires côtoient des aspirations farouches à la liberté. Un monde plus vaste et plus étrange que tout ce qu’ils auraient pu imaginer.
Au cours de ce nouveau voyage, Thya et Enoch vont à nouveau être mis à l’épreuve, et se révéler, ou se perdre…. Avec, en fond, la menace grandissante d’Aedon, soutenu cette fois par un nouvel allié surnaturel…

Après la très bonne découverte qu’a été le premier tome, ce deuxième volume était très attendu… et ça en valait la peine !

Dans le premier opus, on suivait Thya, Enoch et Mettius sur les routes de Gaule et d’Italie. Cette fois, changement de décor : Thya file d’abord vers la Germanie, avant d’embarquer pour l’Orient, Constantinople et l’empire sassanide.

Un peu de géo…

Le roman est donc placé sous le signe du voyage et on est servis : on sent littéralement le vent chaud du désert jouer dans nos vêtements, la soif qui tenaille les voyageurs avant de rencontrer les oasis, le sable chaud sous nos pieds tandis qu’on arpente la Route de la Soie. C’est tout simplement fabuleux ! D’autant que l’univers extrêmement fouillé et évocateur est soutenu par une mythologie toujours plus creusée. Dans le premier volume, une large place était laissée aux créatures mythologiques gréco-romaines : dryades, faunes, sylvains et autres sirènes côtoyaient nos personnages. On les retrouve ici avec plaisir, mais l’auteur va encore plus loin en mettant en scène un grand nombre de divinités presque oubliées des divers panthéons (on est au Ve siècle après Jésus-Christ et les chrétiens ont veillé à ce que soient fermés les temples pour se débarrasser des cultes dits païens). Or, ces divinités en perte de vitesse n’ont pas l’intention de se laisser faire : voilà que Dionysos, Culsans (le dieu des portes dans la mythologie étrusque), Apollon et Hécate se mêlent à la partie – chacun voyant, évidemment, midi à sa porte. En bref ? Gros bazar cosmogonique en prévision ! Et c’est ce qui fait tout le sel du roman. À la quête personnelle de Thya (qui prend un tour dramatique !) s’ajoute l’intrigue proprement divine, où chacun tente de mettre des bâtons dans les roues du voisin (et de Thya si possible), pour faire avancer ses propres plans.

De fait, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Car si la quête est, au départ, assez linéaire et permet d’installer posément les différentes sous-intrigues, le fait de suivre tour à tour plusieurs personnages (Thya, Enoch, Aylus et même le très charmant Aedon) laisse souvent le lecteur sur des charbons ardents. Surtout lorsque l’on passe à un autre personnage en laissant le précédent… dans les ennuis jusqu’au cou – et plus si affinités. Le roman est, de plus, bien rythmé : aux scènes d’introspection ou de réflexion succèdent des batailles proprement épiques qui font monter l’adrénaline !

Et les personnages, dans tout ça ? Dans le premier tome, ils étaient déjà assez complexes… et cela continue. Comme l’annonce le titre, Enoch est au centre de l’histoire et son évolution est proprement captivante. On s’intéresse aussi à Aedon, le très énigmatique et ambigu frangin, que l’on apprécie de découvrir sous tous ses angles. Thya, enfin, fascine tant et plus. Seul petit bémol : on a parfois du mal à réellement ressentir les émotions qui agitent les personnages, malgré la justesse de leurs réactions. Le roman est assez court et cette brièveté dessert légèrement la charge émotionnelle – heureusement, c’est minime tant le reste est passionnant !

En refermant ce deuxième opus, on se surprend à se demander avec anxiété quand arrivera le troisième volume. Car au gré d’un ultime rebondissement, Estelle Faye nous laisse avec des interrogations sans fin !
Plus dense, plus complexe, bien rythmée, cette suite s’inscrit dans la parfaite continuité du premier volume. On replonge avec un immense plaisir dans un univers fascinant, extrêmement original, qui explore les mythologies latines et orientales antiques. Voilà de la fantasy historique comme je l’aime !

◊ Dans la même série : Thya (1) ;

Merci à Livraddict et Scrinéo !

La Voie des oracles #2, Enoch, Estelle Faye. Scrinéo, 2015, 331 p.

 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

lavinia-ursula-k-le-guin

Odalisque, Percheron #1, Fiona McIntosh.

percheron-1-odalisque-fiona-mcintosh

Le Zar de Percheron vient de mourir. Le jeune Boaz, fils de sa favorite, lui succède sur le trône. Ambitieuse et calculatrice, sa mère fait éliminer tous ses rivaux et entreprend de constituer un nouveau harem. Ana, l’odalisque, découvre un monde où elle ne manquera de rien, sauf de liberté. Elle tente de fuir avec ses seuls amis, Lazar, l’Éperon de Percheron, un homme aussi secret que séduisant, et Pez, un nain apparemment fou. Cette évasion entraîne des conséquences dramatiques…

Avant toute chose, je tiens à remercier Livraddict et Bragelonne pour la découverte en partenariat du premier tome de Percheron, la dernière saga traduite en français de Fiona McIntosh et qui, soyons clairs, tient ses promesses! J’ai du bol, en ce moment, j’ai la chance de ne participer qu’à des partenariats qui m’enthousiasment.

Une fois n’est pas coutume, je vais m’étendre sur la couverture et saluer le remarquable travail de Marc Simonetti, qui sait comment s’y prendre pour nous en mettre plein les mirettes et nous donner, si c’était possible, encore plus envie de découvrir le roman.
Vous ne le savez pas encore, mais j’avais découvert Fiona McIntosh avec sa trilogie du Dernier Souffle, qui m’avait éminemment plu et que je relis de temps en temps avec grand plaisir ; Odalisque ne m’a absolument pas déçue : non seulement j’ai retrouvé ce qui me plaisait dans l’écriture de Fiona McIntosh, mais l’univers est, en plus, bien différent. Je ne pouvais rêver mieux.

Lorsqu’Ana rencontre Lazar et Jumo, elle est loin de se douter qu’elle va sceller le sort de plusieurs destins, dont le sien. Vendue sans aucun scrupule par sa mère adoptive, elle est achetée pour les besoins du sérail du nouveau Zar de Percheron, le jeune Boaz.
Fiona McIntosh nous place donc dans un univers résolument exotique et assez peu usité en fantasy : l’Orient. Percheron, blanche cité face à la mer, est environnée de déserts ; gouvernée par un Zar, sorte de sultan, entouré d’un vizir et d’eunuques, et heureux propriétaire d’un harem bien rempli -source de tous les troubles. On plonge au sein de l’organisation d’un palais et, au-delà, d’une cité et d’un État. Fiona McIntosh livre un univers fouillé, complexe, très construit, pensé dans ses moindres détails. On en apprend autant sur la politique que sur l’histoire et les mythes de Percheron, qui se livrent peu à peu. Les personnages, bien sûr, ne sont pas en reste. Les personnalités s’affrontent : un des grands talents de Fiona McIntosh est de faire cohabiter des personnalités très différentes, sans verser dans le cliché ou le manichéisme de bas étage, tout en rendant ses personnages attachants et très réels. Oh bien sûr, il y en a certains qu’on ne peut pas voir en peinture (Salméo, par exemple, pour n’en citer qu’un) tandis que d’autres, même s’ils ne sont pas tous blancs, s’avèrent tout de même touchants. Il est assez drôle de constater qu’ils fonctionnent plus ou moins par groupes. D’un côté, Lazar, Pez et Boaz (et, dans une moindre mesure, Ana), opposés au trio infernal formé par Tariq, Salméo et Herezah. Dans tous les cas, on a l’impression de les avoir tous réellement côtoyés une fois le roman refermé.

L’histoire pourrait en rester là, et se contenter d’exposer les manigances des différents clans, l’un face à l’autre, se déchirant discrètement pour mettre la main sur le pouvoir, s’il n’y avait pas eu cette sombre histoire de culte éradiqué en faveur d’un autre, dont on sent qu’il a peut-être bénéficié de l’aide de forces obscures. Peu à peu, la magie s’immisce donc dans le récit. Le procédé est assez subtil, si bien que lorsqu’elle fait son apparition, on la voit comme une donnée nouvelle dans l’univers, sans être totalement surpris non plus. Oui, la magie liée aux divinités s’installe comme naturellement dans ce récit, et lui confère une grande force. Elle reste néanmoins discrète : ce sont les hommes et leurs choix qui importent réellement.
Les esprits chagrins pourraient reprocher au récit de traîner un peu en longueur avant d’exposer réellement le fond du problème ; pour ma part, j’ai été transportée par l’ambiance, qui m’a fait tourner les pages avec avidité. Le suspense est subtilement dosé. Ténu, il est continu, ce qui confère au roman une ambiance à l’épaisseur toute particulière. On frémit au gré des découvertes et on tremble à l’idée de ce qui se profile à l’horizon. Fiona McIntosh a l’art et la manière d’amener peu à peu tous les éléments nécessaires à la bonne installation de l’intrigue. Même si tous les morceaux du remarquable puzzle qu’elle a élaboré finissent par s’imbriquer les uns aux autres, on finit avec le regret de n’avoir pas le second tome immédiatement sous la main (l’attente promet d’être longue, argh).

Au fil des pages, on croise donc des complots, des alliances étranges, quantité de trahisons, des actes d’une incroyable cruauté, des amitiés et des amours qui se nouent et se dénouent, sur fond d’intrigues palatines. Tous les ingrédients sont là pour faire de Percheron une bonne saga de fantasy. Porté par un style d’une grande force, et des rebondissements soigneusement orchestrés, Odalisque est un roman passionnant qu’il est difficile de lâcher. 

 

Odalisque ; Percheron #1, Fiona McIntosh. Bragelonne, 2012, 473 pages.
8/10.

 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être…

l-enfant-de-la-prophétie-j-v-jones

Dans Le Livre des mots, on croise également un intendant manipulateur et particulièrement retors !