Le Monde des Premiers #1, Lucie Thomasson.

Loin des intrigues de cours, au fin fond du royaume des Eristène, l’Académie prépare l’éducation des futurs serviteurs des Premiers. Tous sont de pauvres Terciers, sans magie ni droit, la classe dont le labeur consiste à veiller au bien-être des puissants du Continent. Victoire, son frère adoptif, Guilhem, et leur ami Dimitri rêvent d’une place auprès des plus grands : la cérémonie de fin d’étude approche et bientôt, une mission leur sera attribuée pour la vie. Et si Dimitri se voit Jardinier, Guilhem, Majordome, Victoire, elle, a les griffons dans la peau : elle sera éleveuse de créatures magiques chez les Hamilcar. Ou rien.

Vous la voyez ma PAL de boulot ? Bah des fois il y a des trucs géniaux qui tombent dessus et ce titre en fait partie !

L’intrigue démarre alors que Guilhem, Victoire et Dimitri s’apprêtent à rejoindre leurs Familles respectives, après une cérémonie de fin d’étude au goût amer, une étudiante ayant été retrouvée assassinée. Cet événement va très souvent revenir dans le récit, comme un symptôme des tensions politiques qui règnent entre les grandes familles. Je n’ai pas eu l’impression que l’on mettait le paquet pour élucider cette mort suspecte, mais les personnages l’évoquant à plusieurs reprises tout au long du récit, elle hante la toile de fond, ce qui crée une ambiance très prenante, avec un léger malaise – et qui détourne allègrement notre attention de l’introduction à l’univers !

Car oui, ce roman a un aspect introductif important, mais qui malgré tout ne prend pas le pas sur le reste. Nos trois personnages, subitement parachutés dans des régions (des prévoyers) éloignées et au sein de Familles qu’ils ne connaissent qu’aux travers de leurs études, découvrent assez lentement les subtilités de l’univers dans lequel ils évoluent. Et c’est bien fait, car nous suivons leurs découvertes au même rythme ! Le récit évolue donc assez doucement, mais ce rythme posé est vraiment nécessaire à la bonne mise en place des différents rouages de la machination – que l’on découvre elle-même assez tard, et qui remet clairement du piquant ce que j’ai hautement apprécié.

De façon assez classique, la narration alterne les points de vue des trois protagonistes, entrecoupés d’extraits de généalogies, de l’encyclopédie expliquant les pouvoirs de chaque Familles de Premiers, ou des lignées de Second, ou encore d’articles de journaux. Classique, oui. Mais vraiment bien fait ! Car l’autrice a pris un soin tout particulier en écrivant les voix des personnages, ce qui fait que, bien que leurs noms respectifs soient systématiquement rappelés en début de chapitre, il n’est pas nécessaire de les regarder pour savoir qui parle : Victoire a un style assez soutenu ; Guilhem s’exprime comme un charretier ; Dimitri, quant à lui, se caractérise par un sens de l’observation très affuté et un style plus synthétique. On a donc trois personnalités et trois voix bien différentes, dont les caractéristiques vont influer sur la façon de raconter les événements, et dont la présence, ou l’absence, seront symptomatiques de ce qu’il se passe. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un roman à plusieurs voix faisant attention à ce genre de détails et cela m’a enchantée !

L’autre point qui m’a particulièrement plu, c’est la richesse de l’univers. Au départ, j’ai eu un peu de mal à me situer, car les informations fournies par les extraits de l’encyclopédie sont assez denses (et je n’avais pas lu le résumé, accessoirement). Mais plus j’avançais, plus j’étais ferrée. Déjà parce qu’une des trois protagonistes est là pour élever des griffons. Des griffons ! (Oui, c’est le côté fangirl qui parle). D’autre part, parce que j’ai vraiment apprécié le système de magie et ce qui en découle.
Chaque Famille a un pouvoir spécifique (entrevoir l’avenir, manipuler le temps ou les émotions, guérir, etc.) : ces familles sont celles des Premiers, les dirigeants des Prévoyers. A leurs côtés, les Seconds eux aussi détenteurs de pouvoirs spécifiques, quoique nettement moins spectaculaires. Enfin, les Terciers, les sans-pouvoirs, et donc globalement, la classe laborieuse.

« Ma première impression était fausse : les Premiers n’ignorent personne.
Ils choisissent qui existe en fonction du contexte. »

Le système de magie qui forme des castes est peut-être déjà-vu, notamment en littérature young-adult, mais ici, le système sert vraiment l’intrigue. Non seulement le complot politique s’y adosse complètement, mais cela amène en plus une petite dimension lutte des classes pas désagréable du tout. En plus de cela, tout cela est dans un premier temps relégué au second plan, dans le sens où les personnages par qui l’on discerne l’intrigue… n’en ont pas du tout conscience (disons que la conscience leur vient quand ils se retrouvent les deux pieds dans la mouise sans l’avoir cherché). C’est pourquoi je parlais de la révélation tardive de la machination, qui fonctionne comme un tiroir de l’intrigue ! Sur ce point précis, cela m’a un peu fait penser à la façon dont les éléments s’agencent dans La Passe-Miroir, quand on comprend enfin où on va. Bref : j’ai adoré.

Ce premier tome introduit un diptyque (qui devrait être suivi d’un tome compagnon), et quelle incroyable introduction ! On y suit des personnages soignés qui évoluent dans un univers bien construit et qui subissent une intrigue particulièrement bien menée. On signe où, pour le tome 2 ? Car vu la qualité du tome 1, j’ai hâte de rempiler pour la suite !

Le Monde des Premiers #1, Lucie Thomasson. Mnémos (Naos), 15 avril 2022, 304 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :