Les Libérés, Les Fragmentés #4, Neal Shusterman.

Les Citoyens Proactifs, l’entreprise tentaculaire à l’origine de la création du premier formaté, s’est alliée avec l’armée américaine. Leur but : créer un bataillon de formatés, l’équipe mosaïque. Pire encore, ils ont pris soin de dissimuler une découverte scientifique capitale qui rendrait la fragmentation inutile.
Alors que Connor, Risa et Lev tentent de les arrêter, des adolescents marchent sur Washington pour demander la fin de la fragmentation. Tout pourrait bientôt changer, mais chacun doit conquérir sa propre liberté.

Si vous êtes familiers de ce blog, vous savez à quel point j’apprécie les romans de Shusterman et plus particulièrement sa série Les Fragmentés, qui restera sans aucun doute au sommet du podium des dystopies que j’ai pu lire. Raison pour laquelle j’ai autant attendu avant de lire ce quatrième et dernier tome : j’étais à la fois hyper pressée de savoir la suite et, en même temps, hyper craintive à l’idée de le terminer. Mais ces craintes étaient infondées : Neal Shusterman clôt la série en beauté !

Le début de l’histoire nous fait retrouver Connor et Risa, cachés dans une cave avec d’autres fragmentés et surtout… l’imprimante d’organes. Lev, quant à lui, est dans la Réserve du Peuple d’Argent et tente de leur faire accepter de devenir terre d’asile pour tous les déserteurs: plus facile à dire qu’à faire.
Dehors, c’est toujours la foire : l’armée crée des formatés dans le même genre que Cam (mais moins soignés, uniquement pour créer de la chair à canon), les Frags sont de sortie, les trafiquants de chair aussi, et même au sein des déserteurs, ce n’est pas le nirvana. En effet, Rufus Starkey, qui dirige la Brigade des Refusés, à force de tueries de masse (certes en libérant des camps de fragmentation !) est en train de retourner encore un peu plus, et si c’était possible, la population contre les adolescents. L’occasion de montrer, si c’était nécessaire, que la violence aveugle et le terrorisme sont rarement des réponses adéquates aux problèmes que l’on rencontre.

Comme on est dans le dernier tome, tous les fils d’intrigue se nouent ou se dénouent et nous amènent inexorablement vers une fin qu’on a du mal à discerner en amont. Le suspense est donc à son comble d’un bout à l’autre du roman et ce d’autant que Neal Shusterman n’est pas avare en péripéties échevelées ou autres rebondissements de dernière minute.
J’ai bien cru, à plusieurs reprises, que j’allais défaillir à la lecture du roman, tant j’ai été mise à rude épreuve. Je peux vous avouer tout net que les derniers chapitres m’ont vraiment mise dans tous mes états. (À ce titre, si vous êtes une âme sensible, attendez-vous à quelques scènes hardcores qui ne laissent pas indifférents).

Ici, Neal Shusterman a repris la formule fort efficace du tome précédent : le récit est entrecoupé de publicités diverses et variées, venant des différents partis politiques en lice pour les élections (qui sont de plus en plus proches). De même, entre les chapitres, on retrouve des extraits d’articles de presse évoquant des progrès médicaux en termes de greffe, des faits divers sordides ayant trait avec le trafic d’organes, ou des lois nouvellement promulguées. C’est passionnant. Mais aussi terrifiant. Car tous ces articles ne sont pas du fait de journalistes fictifs, mais ont bel et bien été publiés dans des périodiques qui existent pour de bon (et vous pouvez d’ailleurs les lire directement sur internet, sur les sites des journaux respectifs). Ainsi, l’intrigue n’est plus si science-fictive, et tout juste se pare-t-elle des atours de l’anticipation. Ce qui ne la rend que d’autant plus efficace.

C’est presque à regrets que j’ai tourné la dernière page de cette série qui, comme je le disais, entre au Panthéon de mes séries favorites – et restera ma dystopie de référence. C’est en beauté que Shusterman clôt une tétralogie d’une efficacité redoutable qui interroge les limites de la science, du progrès scientifique et de l’éthique. Le tout est, de plus, extrêmement bien écrit et prenant, ce qui ne gâche rien. Voilà donc une dystopie absolument passionnante que je recommanderai encore et encore !

◊ Dans la même série : Les Fragmentés (1); Les Déconnectés (2) ; Les Éclairés (3).

Les Fragmentés #4, Les Libérés, Neal Shusterman. Traduit de l’anglais par Sébastiens Guillot.
MsK, octobre 2015, 498 p.
Publicités

La Faucheuse #1, Neal Shusterman.

Les commandements du Faucheur :     
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté.

Dans le futur, le monde a fait de grandes avancées scientifiques. En 2042, le Cloud est devenu le Thunderhead, une super intelligence artificielle qui règle aussi bien les problèmes de gouvernement (il n’y en a plus un seul) que l’éducation des orphelins.
Dans un monde où on a vaincu la mort depuis des lustres, seuls les Faucheurs dûment ordonnés par la Communauté sont en droit et en capacité de glaner (le terme politiquement correct pour « tuer ») des gens, selon des quotas et des règles très stricts – tout contrevenant est censé être sévèrement discipliné. En tant que tels, les Faucheurs sont craints, mais aussi vénérés.
Le jour où Maître Faraday se présente à l’appartement de la famille Terranova, simplement pour prendre le dîner, selon ses dires, Citra s’inquiète et s’insurge devant la cruauté du traitement que le Faucheur inflige à sa famille (va-t-il glaner quelqu’un ? Si oui, qui ? Et pourquoi leur infliger sa présence ?). Quelques jours plus tard, le même Maître Faraday vient glaner un élève du lycée de Rowan Damish, un adolescent issu d’une famille tellement nombreuse que personne ne se soucie vraiment de lui. Mais Rowan s’interpose puis accompagne son camarade dans ses derniers instants, ce qui lui vaut de devenir le bouc émissaire du lycée, tout le monde le soupçonnant d’avoir, au mieux, exigé la mort de son camarade, au pire, des accointances avec les Faucheurs. Aussi, lorsque quelques mois plus tard Maître Faraday vient prendre en apprentissage Citra et Rowan, aucun ne voit son arrivée d’un très bon œil. Aucun des deux ne veut devenir un faucheur et c’est pour cela que Maître Faraday les a choisis pour les former. Pourtant, il reste un peu d’espoir à l’un d’eux. A l’issue de leur apprentissage, seul l’un d’entre eux deviendra faucheur ; le perdant retournera à sa vie d’avant. Mais la Communauté des Faucheurs ne voit pas cette mise en compétition d’un très bon œil…

Voilà pour un petit bout de résumé. Si vous êtes familiers du blog, vous savez déjà que Neal Shusterman a sa place parmi les auteurs chouchou des lieux. Aussi commencé-je le roman avec quelques appréhensions : serait-il aussi bon que Les Fragmentés  et La Trilogie des Illumières ? Verdict !

Dès les premières pages, Neal Shusterman nous offre une double plongée dans son univers avec, d’une part, le récit de ce qu’il s’y passe dans le présent et, d’autre part, des extraits des journaux de bord des différents faucheurs que l’on croisera (Dame Curie, Maîtres Faraday ou Goddard, ou d’autres encore). Par l’entremise de ces deux points de vue, on se fait donc assez rapidement une idée de ce dans quoi on met les pieds. Rapide mais, ceci dit, pas encore bien nette car l’univers dans lequel évoluent Citra et Rowan est truffé de faux-semblants et autres apparences trompeuses. Ainsi, Maître Faraday nous fait découvrir le microcosme des Faucheurs, leur art de vivre, leur philosophie, leurs règles et leurs mantras. L’ennui, c’est que cette organisation, qui semble — à tous points de vue ! — rodée et idéale, comporte ses outsiders et ses objecteurs de conscience. Ceux-ci sont menés par un Faucheur à l’extrême mauvais goût, qui dévoie sans aucune vergogne les principes maîtres de sa caste.

Ainsi, comme souvent dans les romans de Shusterman, on part de petits points qui peuvent sembler banals mais qui, à l’usage, s’avèrent particulièrement révélateurs. L’intrigue bascule donc très vite sur un plan politique, avec moult échauffourées de Faucheurs aux points de vue diamétralement opposés à la clef. Les personnages qui portent l’intrigue sont d’ailleurs particulièrement réussis. Ils sont profonds et particulièrement touchants (pour la plupart) ; l’auteur leur fait se poser de bonnes questions en lien avec la profession qu’ils doivent exercer. Celles-ci tournent donc essentiellement autour de la mort, du deuil et de l’acte de tuer, avec tout ce qu’il implique. Alors, certes, c’est assez glauque, mais c’est aussi absolument passionnant.

Au premier abord, l’intrigue peut sembler linéaire mais Neal Shusterman maintient la tension constante grâce à des rebondissements plus échevelés et surprenants que les autres – mais néanmoins logiques dans l’histoire. L’histoire est tout simplement haletante et il est vraiment très difficile de s’arrêter entre deux chapitres.

J’ai ouvert le roman avec quelques attentes, qu’il a hautement comblées. J’y ai retrouvé tout ce que j’aime chez Shusterman : des personnages très humains, des questionnements profonds amenés par une intrigue soignée et particulièrement prenante et, comme souvent, un ton cynique particulièrement efficace. De plus, le roman a la double qualité de faire office de très bonne porte d’entrée sur l’univers des Faucheurs et d’excellent singleton : l’intrigue apporte une vraie conclusion – et, si l’univers a plu, la tenace envie d’en savoir plus. J’ai toutefois regretté le choix de traduction du titre qui gâche, à lui seul, une grosse partie de l’intrigue ; dommage que le titre VO n’ait pas été conservé ! 
Neal Shusterman nous fait découvrir, encore une fois, un futur peu enviable, mais qu’il questionne avec un grand talent : il ne m’en fallait pas beaucoup plus pour avoir un énorme coup de cœur. 

La Faucheuse #1, Neal Shusterman. Traduit de l’anglais par Cécile Ardilly.
R. Laffont, février 2017, 493 p. 

New Earth Project, David Moitet.

En 2125, la majorité de la population est pauvre et parquée dans des bidonvilles, tandis que l’élite profite d’une vie confortable sous le Dôme. Sur Terre, les meilleurs élèves cotoient la même école. C’est ainsi qu’Isis rencontre Orion, le fils du dirigeant du NEP et qu’elle lui ouvre les yeux sur son monde. Le jour où Isis est tirée au sort avec sa famille pour partir sur la Nouvelle Terre, Orion va mener son enquête sur le fonctionnement du NEP… et faire de terribles découvertes.

Dire que j’ai dévoré ce court roman de science-fiction ne serait pas tout à fait exact : il a fait l’affaire de pas même une journée !
La narration alternée nous fait découvrir les aventures d’Isis Mukeba (Immaculée-Sissy, de son petit prénom… véridique !) et d’Orion Parker. Si le second est le fils du multimilliardaire qui a mis sur pieds le projet NEP, la première survit avec ses parents au sein du bidonville flottant, et fréquente l’école dans l’espoir d’un avenir meilleur.
La société que l’on découvre a donc toutes les caractéristiques d’une dystopie, opposant les riches (très très riches) aux pauvres (très très pauvres, dans leur cas, et surnommés les Gris).

Et c’est grâce à un TP social qu’Isis va pouvoir ouvrir les yeux de nantis d’Orion, en lui faisant découvrir les réalités de son bidonville et en lui montrant que les Gris ont de la ressource à revendre – contrairement à ce que pensent les élites. Et ce qui est intéressant, c’est que l’on voit évoluer le jeune homme (contrairement à sa peste de camarade Miranda), tout comme Isis, qui cesse de penser que tous les riches sont à jeter. Leur découverte progressive des rouages de leur univers est l’occasion d’évoquer l’écologie (la Terre a été irrémédiablement abîmée par des générations d’humains peu scrupuleux) : partage des ressources, techniques d’agriculture novatrices (comme l’aquaponie et la permaculture), gestion durable des stocks et ressources, le panorama est large et c’est vraiment passionnant.

Autre point qui fait que l’on lit sans s’arrêter : la tension du récit. Le rythme se tient d’un bout à l’autre et, lorsque l’on pense que l’intrigue principale est résolue, un rebondissement vient relancer la tension. D’ailleurs, à partir de ce second élément perturbateur, le roman prend des accents de polar aussi réussis qu’efficaces.

En somme, New Earth Project est un roman de science-fiction très court, mais hautement efficace. L’intrigue, en plus d’être prenante, évoque des sujets d’importance : inégalités sociales (et pire si affinités), écologie, protection de l’environnement, le tout venant nourrir l’intrigue, sans imposer de discours se voulant bien-pensant ou moralisateur. Résultat ? Un roman palpitant qui se dévore littéralement !

New Earth Project, David Moitet. Didier Jeunesse, février 2017, 217 p.

Sang-de-Lune, Charlotte Bousquet.

sang-de-lune-charlotte-bousquet

Alta. Une cité où les femmes sont soumises à l’autorité des fils-du-soleil. Gia, comme toutes les Sang-de-lune, doit docilement se plier aux règles édictées par le conseil des Sept, sous peine de réclusion, ou pire, de mort. Impossible d’échapper au joug de cette société où règne la terreur. Pourtant, le jour où sa petite sœur Arienn découvre la carte d’un monde inconnu, les deux jeunes filles se prennent à rêver à une possible liberté. Mais ce rêve est bientôt menacé par l’annonce du mariage de Gia. Le temps presse, elles doivent fuir. Or, pour atteindre ce monde mystérieux qui cristallise leurs espoirs, toutes deux doivent traverser les Régions Libres, un territoire effrayant où cohabitent hordes barbares et créatures monstrueuses, issues de la matière même de l’obscurité…

À Alta, les Fils-du-Soleil, les hommes, règnent en maître, dominent les Sang-de-Lune, les femmes, et édictent leurs règles misogynes. En effet, selon les légendes et la mythologie de cet univers, les hommes sont issus de l’astre solaire trahi, en des temps immémoriaux, par la Lune (qui se manifeste, chez les femmes, par des pertes de sang chroniques ; comme c’est pratique). En conséquence de quoi, les Sang-de-Lune sont sujettes aux Ténèbres, qui risquent de les engloutir à tout moment, raison pour laquelle il est du « devoir » des hommes de les dominer. Privées de toute liberté, ces dernières sont donc totalement soumises à leurs époux, pères ou frères – évidemment, toute ressemblance avec la réalité est loin d’être fortuite.

Alta est une cité souterraine ; au fil des pages, on s’aperçoit que la société d’Alta se situe dans notre futur. Suite à une catastrophe écologique et humanitaire, l’humanité s’est réfugiée sous terre et a développée les lois ô combien injustes décrites par Charlotte Bousquet. Dès le départ, le roman se place donc sous le double patronage des littératures post-apocalyptiques et dystopiques.

Mais l’auteur se joue des clichés du genre. En effet, Gia, la protagoniste, est plutôt passive et loin d’être l’élément perturbateur. Ce rôle revient en fait à Arienn, la petite sœur, dont les velléités révolutionnaires ne sont pas un secret pour sa sœur aînée. Et c’est uniquement pour la sauver, elle, que Gia va quitter sa zone de confort ! Voilà qui change, car on a plus l’habitude de suivre le personnage qui se rebelle et fait évoluer la situation. Ainsi, le duo permet de montrer toutes les turpitudes de cette société. La rébellion d’Arienn montre à quel point la situation dans laquelle les Sang-de-Lune sont maintenues est révoltante ; la passivité de Gia montre les ravages que peuvent provoquer la propagande et les lavages de cerveau auxquelles elles sont soumises. En effet, à force de leur répéter qu’elles sont mauvaises et vouées aux Ténèbres, les femmes ne peuvent qu’être persuadées qu’il s’agit là de la réalité…
Entendons-nous bien, le roman est, la plupart du temps, absolument révoltant, et ce d’autant plus lorsque l’on sait que ce que décrit Charlotte Bousquet est loin d’être de la science-fiction pour de trop nombreuses femmes encore dans le monde et pend au nez de nombreuses autres, si notre société continue dans le chemin dit civilisé qu’elle semble vouloir emprunter. Le récit de Charlotte Bousquet n’invente rien mais décrit à merveille, sous couvert de science-fiction, ce que l’on impose un peu partout dans le monde : obscurantisme, oppression religieuse, fanatisme, banalisation de la violence, sexisme et misogynie sont de la partie. Quand on dit que le texte est révoltant, c’est qu’il cristallise, en fait, les pires travers de notre société. Difficile, donc, de le lire en restant parfaitement calme !
Ainsi, le récit porte une intelligente réflexion sur les relations entre les deux sexes, qui ne pourra que pousser le lecteur à réfléchir.

Parallèlement à cela, le récit a toutes les qualités d’une dystopie : suite à la rébellion initiale, il y a de l’action (mais pas en excès) et un tas de rebondissements, parfois inattendus. L’histoire présente également son lot de traîtres, de profondes réflexions et d’histoires d’amour – quoi que ces dernières soient loin, très loin d’être au centre de l’histoire, laquelle porte vraiment sur les rouages de cette société.

Difficile de faire du neuf avec la dystopie, pourrait-on penser, mais Charlotte Bousquet s’y entend pour jouer sur les codes du genre et proposer un roman à la fois original et profondément habile. La situation qu’il décrit, pour révoltante qu’elle soit, n’en reste pas moins la dure réalité pour de trop nombreuses femmes dans le monde, un point qu’il ne faudra, semble-t-il, jamais cesser de dénoncer. Ce que ce roman fait à merveille.

Sang-de-Lune, Charlotte Bousquet. Gulf Stream (Électrogène), août 2016, 320 p. 

Soléane, Muriel Zürcher.

soleane-muriel-zurcher

2540. Voilà 400 ans que le Coracle, une île artificielle portant les survivants d’une épidémie planétaire, erre sur les Océans. Soléane, 16 ans, y vit avec sa mère et son petit frère nouveau-né, Saméo. Herbières toutes les deux, elles sont fréquemment appelées au chevet des malades de l’île qu’elles soignent à grands renforts de plantes. Mais Soléane rêve de liberté : elle se dépêche donc de se faire émanciper. Or, le jour où elle est déclarée saine et donc apte à fonder une famille et à vivre sa propre vie, sa mère, accusée d’avoir fomenté plusieurs années plus tôt, un coup d’Etat, arrêtée par les traqueurs, lui confie une mystérieuse pierre. Un cristal, une pierre de Terre, l’élément qui pourrait sauver le Coracle et qu’elle lui ordonne de remettre non pas aux autorités de l’Arche – l’Eglise officielle du Coracle – mais aux insoumis, cette communauté rebelle qui contredit le discours officiel et prétend pouvoir sauver réellement l’île à la dérive. Désormais fugitive, Soléane doit trouver des alliés, laver l’honneur de sa mère et sauver sa peau. Ses croyances et convictions vont être rudement mises à l’épreuve…

Soléane est une jeune fille un peu naïve, pressée de grandir, pressée d’être adulte, raison pour laquelle elle demande l’émancipation, qui va faire voler en éclats sont petit monde tranquille.
Rapidement, on découvre un univers gangrené par la religion – mais ce n’est pas immédiatement perceptible pour la population. En effet, l’Empera, la plus haute autorité, étant quelque peu défaillante, c’est l’Arche, l’autorité religieuse, qui a pris le contrôle du Coracle. A partir de là, on comprend très vite qu’il ne peut en ressortir rien de bon. Et, de fait, l’Arche profite allègrement de l’absence de l’Empera pour faire régner sa loi et la terreur.

Après quelques errements (car elle a du mal à croire aux turpitudes des autorités), Soléane découvre les rebelles, avec lesquels elle devrait pouvoir faire front commun. Car l’auteur ne fait pas de son personnage l’égérie de la rébellion, non, elle est plutôt là en parallèle. D’ailleurs, il lui faut un long moment avant de trouver de l’aide, ce qui fait qu’on peut parfois avoir l’impression que le récit traîne en longueur.

Heureusement, l’histoire est suffisamment riche pour faire oublier ce bémol. En effet, le récit mêle aventures (avec moult courses-poursuites et fuites, en compagnie ou seule), mystères (qu’est-il réellement arrivé à l’Empera ?), réflexions sur la politique, la religion, la famille ou encore l’écologie. Il y a également pas mal de questions qui alimentent le suspens, notamment quant à l’identité réelle de Soléane – sur laquelle on peut douter dès la scène d’introduction, mais sur laquelle toute la lumière n’est faite qu’à la toute fin du livre. Et, de plus, il y a plusieurs personnages qui se cherchent sans se connaître, n’arrêtent pas de se croiser, et c’est avec un intérêt grandissant que l’on assiste à cet étrange ballet.
Le contexte post-apocalyptique (le Coracle dérive depuis 400 ans, suite à une catastrophe humanitaire et perd peu à peu son intégrité, mettant à nouveau sa population en péril), apporte au récit une dimension toute dramatique : on sent bien l’urgence qui sous-tend les actions de l’Arche, comme celles des rebelles et toute la pression que cela induit.

Soléane est un roman post-apocalyptique qui se lit vraiment bien, malgré quelques longueurs. La réflexion autour du mélange détonnant qu’offrent politique et religion, ainsi que sur la rébellion face à un pouvoir totalitaire, sont aussi intéressantes que prenantes. Soléane, dans son extrême et persistante naïveté, montre à quel point il est important de toujours affûter son esprit critique et de s’informer !

Soléane, Muriel Zürcher. Didier jeunesse, juin 2016, 424 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Glass sword, Red Queen #2, Victoria Aveyard.

glass-sword-red-queen-2-victoria-aveyard

Mare Barrow a le sang rouge, comme la plupart des habitants de Norta. Mais comme les seigneurs de Norta, qui se distinguent par leur sang couleur de l’argent, elle possède un pouvoir extraordinaire, celui de contrôler la foudre et l’électricité. Pour les dirigeants de Norta, elle est une anomalie, une aberration. Une dangereuse machine de guerre.
Alors qu’elle fuit la famille royale et Maven, le prince qui l’a trahie, Mare fait une découverte qui change la donne : elle n’est pas seule. D’autres Rouges, comme elle, cachent l’étendue de leurs pouvoirs. Traquée par Maven, Mare fait face à sa nouvelle mission : recruter une armée, rouge et argent. Aussi rouge que l’aube, plus rapide qu’un éclair d’argent. Capable de renverser ceux qui les oppriment depuis toujours.
Mais le pouvoir est un jeu dangereux, et Mare en connaît déjà le prix.

Alors que le premier tome avait été une excellente surprise, celui-ci n’est, malheureusement, qu’une intense déception. Si Mare était une jeune fille qui ne s’en laissait pas compter dans le premier volume, ici elle sombre dans un regrettable nombrilisme. Alors, certes, difficile de prévoir comment réagira une personne traumatisée. Difficile aussi de juger Mare après ce qu’elle a subi. Pourtant, elle devient égocentrique, irrationnelle et passe plus de temps à s’apitoyer sur son sort qu’à chercher des solutions ce qui, à la longue, s’avère aussi répétitif qu’agaçant. Ainsi, elle déplore que les autres ne la comprennent pas, mais elle préfère rester dans son coin à ruminer sans rien dire… Et c’est ainsi tout du long. En outre, la plupart de ses dialogues intérieurs semblent parfaitement artificiels – en plus de tourner parfaitement en rond.

De plus, Mare est la seule et unique narratrice. Or, comme elle ne s’intéresse que de très loin à la situation, alors même qu’il se passe une foule de choses, le récit est d’une incroyable lenteur. Avant, bien sûr, de concentrer toute l’action dans les dernières pages. De plus, les quelques actions sont affreusement répétitives. Mare doute, elle décide de faire confiance à quelqu’un, est trahie, se remet à douter, et cela recommence encore et encore.

Le plus dommageable, c’est qu’après un premier tome plutôt inventif et bien mené, on retombe dans les clichés les plus courus de la littérature young-adult. Sans surprise, il y a donc des trahisons attendues, des proches qui disparaissent et, mais oui, un triangle amoureux.

Si le premier volume avait été incroyablement prenant, celui-ci est nettement plus mitigé : alors que l’univers est très prometteur, il est complètement occulté par les monologues intérieurs pas bien passionnants de Mare. Fade, Glass sword aligne les clichés des romans young-adult du moment, ce qui est bien dommage. 

◊ Dans la même série : Red Queen (1) ;

Red Queen #2, Glass Sword, Victoria Aveyard. Traduit de l’anglais par Alice Delarbre. Le Masque (MsK), février 2016, 472 p. 

Nox, Yves Grevet.

nox-intégrale-yves-grevet

Dans une ville basse que recouvre un brouillard – la nox – si dense que les habitants ne peuvent se déplacer sans lumière, l’espérance de vie est courte. Pire, les habitants sont contraints à une misère perpétuelle : hommes, femmes, enfants sont forcés de marcher ou de pédaler sans cesse afin de produire énergie et lumière avec des dynamos. Puisque l’expérience de vie est si courte, la loi impose aux adolescents de se marier et d’avoir des enfants le plus vite possible – dès 17 ans.
Lucen aime bien sa vie telle qu’elle est, mais craint de perdre celle qu’il aime, Firmie, car elle ne semble pas pressée de procréer. Il sent, par ailleurs, que son petit groupe d’amis est en train de mourir : Gerges, le fils du chef de la milice, s’apprête à la rejoindre et à œuvrer, lui aussi, à terroriser les habitants ; quant à Maurce, il fréquente un peu trop les hors-la-loi pour son bien. Pour chacun, l’heure des choix a sonné et les conséquences pourraient être fâcheuses.
Au même moment, dans des territoires épargnés par la nox, dans la ville du haut, la jeune Ludmilla ne parvient à se résigner au départ forcé de Martha, sa gouvernante qui l’a élevée, injustement renvoyée par son père. Elle décide de tout tenter pour la retrouver, quitte à s’aventurer dans la nox et à s’y perdre. Dans son imprudence, elle a de la chance, car c’est sur Lucen qu’elle tombe. Peut-être bien pour leur malheur à tous les deux…

Nox était ma première rencontre avec Yves Grevet : rencontre pour le moins réussie !

La première chose qui marque, c’est l’univers dans lequel l’auteur déroule son histoire. Coupé en deux extrêmes, il oppose à la ville haute, claire, rangée, ordonnée, la ville basse, sale, bruyante, polluée. Les habitants sont, eux aussi, départagés : dans la ville haute, ils ont le teint et le verbe haut et clair alors que, dans la ville basse, ils sont prix dans la nox. En témoignent leurs noms : si, dans la ville haute, ils portent des prénoms académiques, ceux de la ville basse omettent qui une consonne, qui une voyelle, créant ainsi des prénoms pour le moins exotiques, mais pas toujours faciles à prononcer. Cet univers scindé en deux parties bien distinctes (et contiguës) sert, évidemment, à mettre en place une intrigue dystopique. Sans surprise, la société du bas est opprimée par celle du haut qui, en plus de faire peser une législation très lourde régentant toute la société (mariages, naissances, métiers…) sur ceux d’en-bas, véhicule tout un tas de clichés racistes sur les habitants des quartiers défavorisés (sales, incultes, violents et on en passe). On imagine donc sans peine leur volonté de se rebeller, d’autant que la milice des bas-quartiers fait régner un ordre aussi violent qu’arbitraire. Or, dans son quartier chic, Ludmilla fréquente elle aussi quelques agités : peu à peu, les différentes groupes se retrouvent donc non pas à faire cause commune (ne se fréquentant pas), mais à œuvrer dans le même sens, ce qui s’avère vraiment intéressant.
De plus, le fait qu’une moitié de la ville soit constamment plongée dans le noir offre d’intéressants ressorts narratifs : difficile de savoir qui se terre dans l’obscurité, qui espionne quoi et de deviner les motivations de chacun !

Autre point passionnant, c’est que Nox est avant-tout une histoire d’amitié. Au fil des pages, on assiste à des amitiés d’enfance (pourtant solides !) qui se déchirent, d’autres qui se reforment ou qui se transforment en haines profondes et tenaces, faute de temps pour s’expliquer sereinement. Il y a les amitiés qui motivent toute l’histoire – comme le lien profond qui unit Ludmilla à Martha et qui précipite l’histoire – et celles qui se nouent et se dénouent dans la nécessité et l’adversité. L’histoire tourne, de fait, surtout autour de Ludmilla, dont les recherches vont la pousser à fréquenter des rebelles dont les intérêts rejoignent ceux des habitants de la nox. Autre figure centrale : Lucen, dont l’existence part soudainement en vrille après un tout petit accroc, lequel prend de plus en plus d’importance de péripéties en péripéties, de façon à la fois affreusement réaliste et percutante. Il n’est nullement difficile de s’identifier à ce que vit ce garçon ! L’auteur accorde un soin particulier à ses personnages, qu’ils soient amis, opposants, ou baignant dans un flou artistique savamment entretenu.

Enfin, la narration apporte son lot de piquant ! On vogue d’un personnage à l’autre, en revenant toujours un petit peu en arrière. Mais ce n’est absolument pas répétitif, l’auteur choisissant systématiquement un nouvel angle d’approche, permettant de nuancer l’histoire qu’il nous narre. Non seulement cela vient nuancer le propos mais, en plus, cela augmente diablement le suspense.
Au fil des chapitres, nos adolescentes découvrent (avec déplaisir), combien leur monde est sombre et assistent à la lente mais irrémédiable destruction de leurs illusions. On pourrait craindre un roman sinistre mais loin de là ! La conclusion et les derniers chapitres viennent nuancer cette impression, tout en portant un beau message d’espoir !

En somme, au rayon dystopies, voilà une excellente série qui sort du lot. Point de batailles rangées opposant rebelles et pouvoir institutionnel. En lieu et place, une intrigue soignée, amenant le lecteur à réfléchir sur les clivages de la société, mettant en scène des personnages très humains (quel que soit leur bord !), et bien plus semblables qu’ils ne le pensent. Bref : une dystopie intelligente à préférer aux cadors du marché !

Nox, Yves Grevet. Syros, 2015 (pour l’intégrale), 845 p.
la-voix-du-couteau-le-chaos-en-marche-1-patrick-ness

Un texte pas tout à fait dystopique mais un peu quand même, dans lequel le langage est travaillé aussi.