L’Atelier des sorciers #4-5, Kamome Shirahama.

Agathe s’est inscrite au deuxième examen du monde des sorciers qui lui permettra de pratiquer la magie en public. Kieffrey, Coco et les autres apprenties l’accompagnent sur place, mais la présence néfaste de la Confrérie du Capuchon va bientôt venir troubler le bon déroulement de l’épreuve…

J’adore cette série à la fois pour son histoire prenante, douce (mais pas que), son univers hyper chouette et, surtout, ses magnifiques graphismes ! Je me plonge dans chaque tome avec un immense plaisir, raison pour laquelle j’ai inscrit ces deux volumes dans mon Cold Winter Challenge – et à raison, car c’est ce qui se rapproche le plus, pour moi, de la lecture feel-good !

Ce tome quatre amène enfin un peu de rythme dans une intrigue jusque-là centrée sur l’apprentissage de Coco et la découverte de l’univers. Non pas que l’on s’ennuyait, mais cela fait enfin bouger un peu les choses, et c’est fort agréable. En effet, cet opus voit Agathe et Trice (inscrite par Kieffrey) passer leur deuxième examen de magie.
Cet examen est l’occasion d’introduire de nouveaux personnages, à commencer par Yinny, élève de Messire Cuckrow. Ce qui nous donne aussi un aperçu des différences éducatives dans la communauté des sorciers. Si Kieffrey prône un apprentissage basé sur la confiance en soi, la culture de ses points forts et l’identification bienveillante des points faibles, messire Cuckrow estime, lui, que ses élèves doivent progresser à coups d’insulte et d’indifférence. Le troisième personnage à apparaître est Dame Alyra, une sorcière amie de Kieffrey, chargée d’évaluer les trois adolescents.

L’évaluation est justement l’épisode qui va introduire de nouvelles informations sur l’univers et… du rythme ! Mais commençons par l’univers. Le tome est presque entièrement consacré au-dit examen des trois concurrents. On les voit donc pratiquer la magie en temps réel, tout en découvrant l’histoire de la magie – ici avec un empire antique, Romonon, qui a peu à peu basculé dans une recherche de la pureté et de l’utilité délétère. Le récit des origines (fait par Kieffrey à Coco et Tetia) s’intercale aux scènes de l’examen, qui met Agathe, Trice et Yinny en bute à quelques casse-têtes magiques. Cette alternance des temporalités introduit un rythme hyper confortable qui fait que les pages se dévorent toutes seules.

Et alors que l’on est bien installés dans ce petit rythme, une péripétie (pas incroyable, tout de même, mais bien amenée), nous fait basculer dans le suspense ! Car la Confrérie du Capuchon (opposant principal de cet univers) débarque avec perte et fracas.
Le découpage se fait alors beaucoup plus serré, plein de suspense et on se surprend à lire encore plus vite. D’autant plus que l’action se fait de plus en plus trépidante sur la fin, laquelle laisse les personnages dans une situation pour le moins critique (les uns comme les autres).

Comme toujours, Kamome Shirahama narre son histoire avec des graphismes absolument splendides. Les planches sont pleines de petits détails, les traits des personnages précis et détaillés, les costumes et les décors travaillés. C’est un régal pour les yeux !

Une fois de plus, une excellente lecture ! Kamome Shirahama continue l’exposition de son univers, tout en introduisant un peu plus précisément les opposants, ce qui fait de ce tome un opus haut en couleurs et bourré de péripéties… qui donne évidemment très envie de lire la suite !

L’Atelier des sorciers #4, Kamome Shirahama. Traduit du japonais par Fédoua Lamodière.
Pika, avril 2019, 192 p.

En plein second examen de sorcellerie, Agathe, Trice et le timide Yinny se font attaquer par un sorcier renégat de la Confrérie du Capuchon. Celui-ci utilise un sort interdit pour transformer Yinny en bête sauvage…
Coco, Tetia et Kieffrey sont eux aussi dans une bien triste posture : ils sont encerclés par les anciens habitants de Romonon, qui semblent vouer une haine farouche aux sorciers. Comble de malheur, Kieffrey est gravement blessé… Comment vont-ils s’en sortir ?

Ce tome est vraiment la suite et fin du précédent puisque l’on y assiste à la fin de la bataille entre nos sorciers et la Confrérie du Capuchon.
C’est donc un tome haut en couleurs et péripéties ! Le rythme et le suspense sont au rendez-vous et le manga m’a donné l’impression d’être mené tambour battant. Comme à chaque opus, une des apprenties se détache un peu plus que les autres : le tome 4 était celui de Trice et sa magie délicate, celui-ci est celui de Tetia (même si l’arc consacré à Trice est également conclu).

Alors que je trouvais, dans les premiers tomes, que cela manquait un peu de batailles magiques, ici j’ai été ser-vie ! L’examen des adolescents, mal embouché dans le tome précédent, continue sur sa lancée et oblige Agathe et Trice à unir leurs forces pour, d’une part, sauver Yinny (transformé en loup écailleux) et, d’autre part, se débarrasser des deux sorciers au capuchon. Astuce, sortilèges et camaraderie seront leurs maîtres-mots. C’est classique, mais cela fonctionne du tonnerre.
De l’autre côté, Kieffrey, Coco et Tetia sont attaqués par les anciens habitants de Romonon et le maître sorcier est plus que mal en point. On assiste donc en parallèle à deux combats épiques, à grands renforts de sortilèges.

Le découpage est de nouveau hyper dynamique, et j’ai l’impression d’avoir englouti ce tome en moins de deux. Outre le rythme, le récit est de nouveau porté par des illustrations absolument sublimes. A ce titre, gros coup de cœur pour le loup écailleux qu’est devenu Yinny car l’animal est absolument sublime !

Mais le gros point fort de ce volume, ce sont les informations qu’il apporte sur l’univers. On en découvre enfin un peu plus sur les plans de la Confrérie (obliger Coco à utiliser des sortilèges interdits dans de bonnes intentions afin de réhabiliter toutes formes de magie) et sur les personnes qui la composent, puisque le visage de l’un des sorciers est révélé. Une chose est sûre : celui-ci ne passera jamais inaperçu avec la tête qu’il a, et quand on la découvre, on comprend pourquoi certains sortilèges ne doivent pas être utilisés ! De plus, la milice magique est de nouveau impliquée dans l’histoire – mais au vu de la conclusion, je suppose qu’on la reverra dans le tome suivant – et nous rappelle que Coco… n’est pas tout à fait tirée d’affaire suite à sa pratique de la magie devant un jeune garçon ! Suspense, suspense….
Mieux, et j’ai vraiment aimé découvrir cela, il semblerait que maître Kieffrey ait de petits secrets… et je suis terriblement curieuse de découvrir de quoi il s’agit !!

Enfin, la série met toujours à l’honneur la réflexion sur la façon d’agir pour faire le bien : faut-il jeter l’éthique aux orties si la fin le nécessite, ou bien faut-il faire preuve d’un peu de morale ? Et se couper d’une part de puissance ? La réflexion est vraiment intelligemment menée, sans vraiment donner de réponse (du moins pour l’instant) et c’est parfait ainsi ! Trice amène aussi toute une réflexion sur la construction de soi : doit-elle obéir aux consignes des adultes, et prendre le risque de se perdre au passage ? Doit-elle au contraire perdre un peu d’elle-même pour réellement s’accomplir ? Tout cela est traité assez finement, et c’est aussi ce qui fait le sel de la série !

J’avais eu un petit coup de mou au tome 3, mais ces deux volumes ont clairement relancé mon enthousiasme. La série est intelligemment menée, pose une base de réflexion hyper intéressante, mais sans occulter l’aventure et le rythme du récit. Les graphismes sont un pur régal pour les yeux, tant chaque planche fourmille de petits détails dans les coins. C’est splendide ! J’ai hâte de pouvoir lire la suite !

L’Atelier des sorciers, tome 5, Kamome Shirahama. Traduit du japonais par Fédoua Lamodière.
Pika, octobre 2019, 192 p.

Et hop ! Menu Under the misteltoe du Cold Winter Challenge validé ! A moi la suite !

Cold Winter Challenge 2020 – Ma PAL.

Diligemment organisé depuis plusieurs années par Margaud Liseuse, le Cold Winter Challenge est repris cette année par L’Enluminée !

Objectif ? Créer une pile à lire (PAL pour les intimes) collant avec les menus et les sous-catégories du challenge, en respectant au mieux les consignes annoncées. Mais sans se mettre la pression, le principe étant de se faire plaisir avant tout !

Pour en savoir plus, ça se passe ici :

Je ne vous cache pas que j’ai envisagé ce challenge comme le moyen 1/ de taper dans ma PAL, 2/ d’écluser les lectures pour le Prix Livraddict, puisque la phase de lecture s’achève tout bientôt (et que j’ai pas beaucoup avancé, à part en BD. Oups !)

Voici donc ma pile à lire pour ce challenge hivernal !

1/ Magie de Noël

Under the mistletoe : une romance de Noël, du feel good, qui se déroulent durant l’Avent, Noël, ou le jour de l’an.

Alors oui, si vous me connaissez, oui, ça part mal. Je crois que ma PAL romance s’élève à environ -12, je vous laisse donc imaginer la quantité de romances de Noël que je peux posséder. Fatalement, trouver un titre a donc été assez ardu.
J’ai donc décidé, dès le premier menu, de TRICHER honteusement et de prendre juste une lecture « feel good » (sans romance, et sans Noël donc) et de lire les tomes 4 et 5 du merveilleux manga L’Atelier des sorciers de Kamome Shirahama.

Raclette : famille, amis, secrets.

Meilleur titre de catégorie !!
Ai-je envisagé de mettre dans cette catégorie Les Chevaliers de la raclette de Jean-Laurent Del Socorro ? Carrément. J’ai simplement renoncé pour des questions techniques : pas dans ma PAL + pas à la bibli du coin + déménagement en vue = je n’achète pas de livres. BREF.

J’ai donc mis dans cette catégorie la bande-dessinée Enola Holmes de Serena Blasco, adaptée du roman éponyme de Nancy Springer, avec les tomes 2, l’Affaire Lady Alistair et 3, Le Mystère des pavots blancs ! D’après mes souvenirs (fort lointains, j’avoue), du roman, il est souvent question de famille et de secrets dans les aventures d’Enola, donc hop !

Danse de la fée dragée : rêve, univers onirique, fantasy, fantastique.

De la fantasy ! Faciiiiile ! J’en ai plein les étagères !! J’avoue que le plus dur ici a été de choisir le titre que j’allais mettre. Et… je me suis forcée à mettre un titre du Prix Livraddict Fantasy – qui me branche moyen mais tant pis – pour avancer un peu tout ça. J’ai nommé La Reine courtisane d’Anna Triss !

2 / Hiver mystérieux

Yule : mythologie, légende, divinités

J’ai hyper envie de découvrir le travail de Minna Sundberg, donc pour cette catégorie, j’ai pris à la bibli la bande-dessinée Stand Still, stay silent – que je ne suis pas à l’abri de m’offrir de moi à moi à Noël si j’apprécie car ce que j’en ai vu m’a emballée ! D’après le résumé (et la couv’!!), de la mythologie nordique devrait être impliquée dans l’affaire 🙂

Reine des Neige : femme de pouvoir, féminisme, sorcières

Alors là ! ALORS LÀ ! J’ai le titre parfaitement parfait. À savoir, Akata Warrior de Nnedi Okorafor, le tome 2 de Akata Witch, une série jeunesse fantasy que je vous conseille très fort : on y suit les aventures de Sunny N’wazue, une jeune Nigériane secrètement initiée à la sorcellerie, puisqu’elle a le plaisir de faire partie de la communauté. Et c’est génial ! Donc j’ai hâte de lire le T2 🙂
(Oui oui, la chronique du T1 est dans les cartons. Depuis février, mais chuut).

New Year, new me : métamorphoses, transformations, évolution

Le retour du Prix Livraddict ! Et j’inscris dans cette catégorie Les Métamorphoses, tome 1 : Vita Nostra de Marina et Sergueï Diatchenko.
Alors je ne sais pas si le roman colle vraiment au thème… mais le titre oui, donc je dirais que c’est déjà pas mal !

3/ Marcher ensemble dans la neige

Rennes du Père Noël : animaux, nature, écologie.

Et là, les amis, je dégaine Sorceleur, tome 2 : L’Épée de la Providence, d’Andrzej Sapkowski.
Quoi ? Comment ça « pas de rapport avec le thème » ?
Geralt, son boulot, c’est de tuer des monstres, n’est-ce pas ? La faune locale, non ? Il paraît que la chasse, comme pratique écologique de régulation de la faune locale, est essentielle et permet d’échapper au confinement. Doooonc… chasse, écologie, bim, Geralt est dans la PAL.

Aurore boréale : périple, aventure, voyage

Cette catégorie m’a immédiatement fait penser à un titre ! J’ai nommé le manga Isabella Bird de Taiga Sassa, une série que j’adore ! Il serait peut-être tant que je vous les chronique, non ?
Bref : on y suit Isabella Bird, une exploratrice du XIXe qui a réellement existé, et arpenté (entre autres) le Japon en long en large et en travers (et laissé des carnets de voyage, qui ont été édités et que vous pouvez également lire).

Carrol of the bells : lire un roman choral.

À l’heure où je termine cet article… bah j’ai fait chou blanc. Donc niet, nada, que pouic ici.

4/ Hiver obscur

Fantômes du passé : fantômes, voyages temporels, jeux sur les époques.

Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas parlé du Prix Livraddict, non ? Eh bah le revoilà ! Et cette fois, c’est avec Terminus de Tom Sweterlitsch (issu de la catégorie SF du Prix). J’ai bon espoir qu’il colle à la catégorie, car voici ce que dit la première phrase du résumé : « Depuis le début des années 80, un programme ultrasecret de la marine américaine explore de multiples futurs potentiels. » On dit que ça passe ?

Frissonner sous un plaid : horreur, épouvante, thriller, suspense.

Pour cette catégorie, j’ai décidé de lire La Valse des tulipes d’Ibon Martín, un thriller qui se déroule en Biscaye, dans l’estuaire d’Urdaibai, soit très très près de chez moi. Raison pour laquelle j’avais super envie de le lire !

Nuit du solstice : un livre de moins de 300 pages.

Pour cette catégorie, j’ai décidé de taper en jeunesse, avec un titre qui aurait été parfait pour le Pumpkin Autumn Challenge, mais qui sera tout aussi bien ici.
J’ai nommé le tome 2 de la série Fingus Malister d’Ariel Holzl, un auteur que j’adore ! J’ai hâte de savoir si Fingus est devenu un peu plus correct avec Polly (la véritable héroïne de l’histoire, entre nous soit dit).

5/ Bonus : au chaud devant la cheminée.

Donc ça c’est la catégorie de secours et je n’ai pas vraiment mis de titres dedans, sauf un, parce que je trouvais qu’il tombait merveilleusement dedans ! J’ai donc simplement noté un titre pour Vitrine de Noël et laissé de côté (peut-être seulement pour l’instant !) les catégories Grands enfants (un livre jeunesse) et  Chocolat chaud (un livre qui fait du bien).

Vitrine de Noël : un livre graphique qui implique l’hiver, Noël

J’ai décidé de lire Quelqu’un m’attend derrière la neige, de Timothée de Fombelle, illustré par Thomas Campi. Les dessins sont beaux, j’adore l’auteur, il est manifestement question d’hiver : tout cela m’a vivement emballée !

 

Voici donc ma PAL pour ce challenge qui commence demain (il me semble) et s’achève… eh bien je ne sais pas trop, mais je dirais le 21 mars, ou dans ces eaux-là. Concrètement, à part les lectures pour le Prix Livraddict, rien ne presse, je peux lire tout mon saoûl jusqu’en mars.
Mais soyons honnêtes ! Vais-je me tenir à cette PAL ? Il y a des grandes chances que non, et je ne dis pas ça parce que la moitié de ces titres est d’ores et déjà emballée dans différents cartons (mais pas les mêmes de préférence, et en plus j’ai pas noté lesquels) et que je n’ai pas encore de bibliothèque dans mon futur chez-moi. Donc : ça part assez mal !
Disons que j’adore faire des PAL et que j’ai fait celle-ci pour la beauté de l’art, parce que ça m’amusait de trouver des titres qui vont dans les diverses catégories. Je lirai au maximum ce que j’ai (entre les emprunts médiathèque et la liseuse, quand même, j’en ai) et pour le reste, on verra plus tard !

 

Et vous, vous participez ? À quoi ressemble votre PAL ?