La Reine courtisane, Anna Triss.

Après des siècles de paix, les quatre Éléments-Clans de l’île Symbiose se livrent une guerre sans merci. Sylvan, le jeune roi Falune, guerrier cruel et impitoyable capable de contrôler la magie de Feu, asservit les trois autres royaumes de Symbiose en semant la mort et la terreur sur son passage.
Je suis la reine Alena du Clan Gelane affilié à la magie de l’Eau.
J’ai été capturée par mon pire ennemi lors du siège de ma cité. Je connais déjà le sort funeste qui m’attend ce soir. Comme les princesses des deux autres Éléments-Clans qui m’ont précédée, je suis destinée à devenir la nouvelle épouse du tyran Sylvan.
Et demain à l’aube… Je serai exécutée.
Mais reine ou esclave, je reste avant tout une Gelane. Je ferai honneur à notre devise ancestrale.
« Face à son ennemi, un Gelane ne verse aucune larme, et jamais il ne renonce à brandir ses armes. »

Après avoir tellement peiné sur Le Dernier Drae, autre titre de la sélection Fantasy du Prix Livraddict, je pensais être tirée d’affaire. Il ne pouvait pas y avoir deux titres qui me déplaisent profondément dans la même sélection, non ? Eh bah raté. Il y en avait un deuxième et j’ai nommé La Reine courtisane.

Avant d’attaquer les choses qui fâchent, parlons des bons points de ce roman – car oui, il y en avait !
L’intrigue se déroule intégralement sur l’île de Symbiose, elle-même sise dans l’univers déjà détaillé dans la série La Guilde des ombres. Si le statut de spin-off explique l’impression d’univers très complexe que l’on a en attaquant le roman, il n’est pas nécessaire d’avoir lu l’autre série pour tout comprendre.
L’île de Symbiose est répartie entre quatre Clans, dont les magies sont liées aux quatre éléments. A cela s’ajoute un cinquième clan, celui des Renégats, c’est-à-dire les habitants dépourvus de magie et envoyés en exil. Charmant, non ? Or, pour ne rien arranger, c’est la guerre sur l’île, menée par le clan du Feu, qui a déjà rétamé ceux de la Terre et de l’Air, et s’attaque désormais à celui de l’Eau. Le système de magie n’est pas particulièrement détaillé, mais chaque clan a la main-mise sur un des éléments, qu’il peut déchaîner à loisir. J’aurais bien aimé que ce soit un peu plus détaillé, d’ailleurs, de même que l’univers en général, car j’ai eu l’impression que l’on effleurait simplement du doigt les lieux arpentés (que ce soit en termes d’explications ou de descriptions).

Le résumé l’annonçait, le récit reprend quelque peu la trame des Mille et une Nuits, puisque la reine Gelane a bien vite l’idée de raconter des histoires pour obtenir un sursis. Or, les histoires qu’elle raconte semblent très liées à la situation qu’elle traverse… D’ailleurs, on s’aperçoit bien vite que l’on a affaire (du moins au tout début), à un narrateur non fiable. Ce qui est un peu dommage, c’est que c’est cousu de fil blanc… et donc qu’on s’en doute très fortement. De même, si j’ai aimé le procédé des histoires incluses dans l’histoire, j’ai trouvé qu’elles arrivaient un peu comme un cheveu sur la soupe, cassant parfois la narration et le suspense qui pouvait être en cours.
La narration, tiens, parlons-en ! La première moitié (grosso modo) du roman est intégralement narrée, à la première personne par Alena. Ce n’est vraiment pas le type de récit que je préfère (d’autant qu’elle est censée être illettrée et parle vraiment très très bien !), mais cela fonctionne très bien. J’ai donc été très gênée par le changement brutal de narration, dans la seconde partie, qui passe à une alternance entre Sylvan et Alena, toujours en première personne. Mais pourquoi, grands dieux ?! Sans surprise, on se retrouve donc avec des bouts de scènes racontés d’un côté, puis de l’autre, ce qui s’avère (souvent) répétitif (et très agaçant). D’autant qu’on se farcit encore plus de récits de pensée de part et d’autre, qui s’avèrent d’une affligeante niaiserie.
Du coup, j’ai trouvé le temps extrêmement long.

Il faut aussi dire que côté fantasy, ce n’est pas hyper original : les péripéties sont globalement assez convenues (on n’échappe ni à la prophétie, ni à la découverte de l’élu insoupçonné) et si c’est dans l’ensemble narré avec un minimum de rythme, on n’étouffe pas non plus sous le suspense. Heureusement que la plume de l’autrice est fluide, ce qui fait que ça se lit quand même !

Mais parlons plutôt du point qui fâche. La romance. Alors oui, c’est de la romantic fantasy, donc c’est un peu le principe du roman. Mais est-ce qu’on est vraiment obligés de subir plus de 400 pages de « je t’aime/moi non plus » dans une relation ô combien toxique ? Sylvan est un affreux connard qui mérite la prison à vie ou, mieux, le gibet – j’étais donc affreusement déçue qu’il ne finisse pas décapité. Mais on peut suivre des histoires avec des personnages que l’on n’apprécie guère, ce n’est pas gênant. Le vrai problème, là, c’est plutôt la façon dont est scénarisée la romance, dont le point culminant est rien moins qu’une scène de viol érotisée. En toute tranquillité. J’ai relu intégralement deux fois le chapitre pour être sûre que rien ne m’avait échappé, mais non. Et ça, très clairement, ça ne passe pas. D’autant que la narratrice voit ça comme le climax de sa relation avec son mari. Mari qui la viole pendant son sommeil, parce qu’apparemment, il n’a pas reçu le mémo de « partenaire endormi = pas de consentement ». De son côté, elle décrit un rapport non consenti avec des termes comme « douleur », « meurtrissure », mais qui lui procure beaucoup de joie car, quand même, il faut prendre en compte que son pauvre petit mari a beaucoup souffert quand son papa est mort, donc ça va. Euh, pardon ?! 

Bref, je me suis fait un point d’honneur d’aller au terme de ce roman malgré une intrigue passablement pénible et des personnages particulièrement tête à claques. Tout cela aurait pu se terminer sans plus de désagrément, s’il n’y avait eu cette scène de viol érotisé, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de mon exaspération. Il va sans dire que je ne voterai pas pour ce titre !

La Reine courtisane, Anna Triss. Black Ink, octobre 2019, 442 p.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Et ce titre me permet de valider la catégorie Danse de la fée dragée du Cold Winter Challenge !