Les Filles de l’astrologue #1, Laurence Schaäck et Françoise de Guibert.

Thérèse : née sous le signe du Capricorne, élément Terre.
Ariane : née sous le signe du Verseau, élément Air.
Philomène : née sous le signe du Verseau, élément Air.
Soledad : née sous le signe du Lion, élément Feu.

Elles sont filles d’astrologue. Et elles sont en danger, car le monde change. Suite à l’arrestation de leur père par le roi Louis XIV qui a interdit la pratique de l’astrologie, elles doivent quitter le domaine familial et se séparer. Avec les astres pour seuls guides, chacune doit désormais suivre sa voie.

Vous avez dévoré la série Les Colombes du Roi-Soleil ou les romans mêlant Histoire et enquêtes et signé Annie Jay ? Alors Les Filles de l’Astrologue devrait vous plaire !
On y suit donc les heurs et malheurs des trois filles Lavol de Sauvagnac, Thérèse (17 ans) et les jumelles, Ariane et Philomène (15 ans). La quatrième est Soledad del Alba, leur cousine espagnole orpheline. Elles coulent une adolescence heureuse sur les terres ensoleillées de Sauvagnac, sous l’égide de Germain, leur père et oncle, astrologue de renom.
La situation bascule assez vite, avec l’incompréhensible condamnation de Germain et les ennuis qui tombent sur les filles.

Les Filles de l’astrologue est un chouette roman historique se déroulant au XVIIe, à peu près à l’époque de l’Affaire des Poisons, qui a jeté le discrédit sur les sciences dites occultes jusque-là tellement appréciées. Et côté ambiance, tout y est ! Si le vocabulaire est tout à fait moderne, les petits détails de l’époque sont bien présents : on découvre ainsi les affres des voyages en carrosse (non seulement c’est inconfortable, mais en plus il y a des bandits à tous les coins de forêts), la dramatique situation des filles (bonnes à marier ou… à marier), ou les petites superstitions qui traînent.
Pour ceux qui s’attendent, vu le titre, à un traité d’astrologie, sachez que celle-ci est plutôt là en toile de fond, ou en tête de chapitre, pour des intitulés aussi mystérieux qu’abscons — mais qui font leur effet, il faut le reconnaître. En revanche, on en parle comme d’une vraie science et c’est intéressant de l’aborder sous un autre angle que le malheureux encart dans le magazine de la salle d’attente du médecin. Ici, on nous parle d’astrologie via des calculs mathématiques, des sommes et traités scientifiques en latin ou en anglais (dont il faut apprendre la langue, donc). Parallèlement à cet aspect scientifique, la magie s’invite dans l’intrigue. Car si Ariane est très clairement la scientifique de la sororité, Philomène, elle, est celle qui a des pouvoirs extraordinaires : douée de visions énigmatiques, elle est également capable de communiquer avec leur mère, pourtant décédée quelques années plus tôt.

Il faut pourtant attendre un bon deux tiers du roman avant que l’intrigue et les personnages n’évoluent un peu. Les filles sont assez semblables, jusqu’à ce qu’elles soient séparées par les aléas du voyage. Et même là, j’ai trouvé que les auteures ne prenaient pas grand risque avec leurs personnages : les événements, si tragiques ou dangereux fussent-ils, semblent glisser sur les quatuor qui, malgré les obstacles rencontrés, n’est jamais vraiment en grande difficulté. C’est dommage, car l’intrigue progresse à bon rythme et propose son lot de péripéties. Entre Thérèse qui vit des aventures incroyables avec les contrebandiers, Ariane qui se voit proposer le mariage avec un vieillard pour de l’argent, Philomène qui explore ses dons de voyance et Soledad qui tente d’entrer à la Cour, on est servis question variété — mais sans trop de frissons, donc.
La fin cueille nos jeunes filles encore plus dans la panade qu’au début, mais sur une progression minime quant à l’objectif initial, malgré tout ce qu’elles ont traversé.

En bref, Les Filles de l’astrologue, malgré une certaine facilité, a été vite et bien lu. J’ai apprécié la plongée historique au XVIIe siècle, sur les traces de savants un peu étranges faisant des calculs la tête dans les étoiles. Voilà un roman à proposer aux jeunes lecteurs et lectrices avides de fictions mêlant Histoire et petites enquêtes se déroulant dans ce siècle troublé !

Les Filles de l’astrologue #1, Françoise de Guibert et Laurence Schaäck. Rageot, mars 2018.

 

Publicités