La Tour du Freux, Ann Leckie

Depuis des siècles, l’Iradène est protégé par son dieu tutélaire, le Freux. Mais alors qu’un usurpateur s’est emparé du trône, que des envahisseurs soutenus par un dieu hostile se massent aux frontières, le Freux reste désespérément muet. C’est en ces temps troublés qu’Éolo, l’aide de camp de l’héritier légitime du trône, découvre un sombre secret dans les fondations même de la tour du Freux… Un secret qui pourrait bien rayer l’Iradène des cartes pour toujours.

J’étais très curieuse de découvrir cette autrice, qui a reçu une flopée de prix pour sa saga de SF Les Chroniques du Radch. Et… peut-être aurais-je mieux fait de commencer par cette saga plutôt que par cette incursion en fantasy, qui m’a laissé un sentiment assez mitigé.

Pourtant, cela démarrait vraiment bien ! On découvre une société très tournée vers ses divinités. Justement, le pays qui nous intéresse, l’Iradène, est entièrement dévoué à son dieu tutélaire, le Freux, représenté sur terre par un humain qu’on appelle le Bail, et dont le destin est de mourir lorsque le dieu change d’incarnation (aka l’Instrument). Son Héritier monte alors sur le trône et perpétue la tradition. Le début du roman nous plonge donc dans une situation tendue : le Bail en place a disparu et le trône a été usurpé par un membre de sa famille, qui n’avait pas l’heur d’être son héritier. Si on ajoute à cela une petite guerre aux frontières qui menace, l’ambiance de départ, un peu tendue, est très prenante.

De plus, le système narratif est vraiment original. La scène d’ouverture est introduite par un narrateur dont on ignore tout, et qui s’adresse à Éolo, l’aide de camp du véritable Héritier du Bail. Tout est donc rédigé à la deuxième personne du singulier, avec de très nombreuses adresses à ce personnage – qui semble tout ignorer du narrateur, comme le lecteur, du reste. Cela donne au récit un ton incantatoire pas désagréable du tout.
Le récit change de temps en temps de point de vue, pour s’intéresser au développement d’une divinité… qui se trouve être une pierre, plantée sur une colline, et qui nous raconte comment l’humanité a commencé à se développer autour d’elle. On oscille donc en permanence entre le récit adressé à Éolo, et l’histoire du dieu posé sur la colline, qui reprend le récit des origines. Or, si tout cela est très surprenant, et apporte une véritable originalité au récit, il faut aussi reconnaître que cela occasionne d’incroyables longueurs. La genèse de l’univers est certes intéressante, mais a un petit côté encyclopédique qui s’avère parfois assommant.
De l’autre côté, le récit adressé à Éolo, s’il s’avère au départ suffisamment mystérieux pour être intrigant… se révèle rapidement un poil trop mystérieux. Car il faut attendre une grosse moitié du récit avant qu’il ne se passe enfin quelque chose d’intéressant !

C’est arrivé à cette moitié de récit que tout s’enchaîne subitement – enfin !
L’intrigue prend un tour géopolitique vraiment intéressant, puisque tous les petites fils semés jusque-là s’assemblent en un véritable écheveau. Les troubles aux frontières, la situation compliquée à Vastaï, mais aussi le récit des origines de la divinité de la colline s’imbriquent.
Malheureusement, les longueurs du début ont vraiment bien préparé le terrain. Ce qui fait qu’il n’est guère difficile d’additionner les indices récoltés et de deviner ce vers quoi l’on va. Le suspense n’est donc clairement pas le point fort de ce récit. Malgré cela, l’enchaînement des péripéties, révélations et retournements de situation est vraiment bon dans cette seconde partie, ce qui la rend malgré tout plus palpitante que la première.

Un autre point qui m’a gênée se situe dans les dialogues. L’un des protagonistes, un Xuhlanais, parle excessivement mal la langue locale. Ses phrases sont truffées d’approximations lexicales, d’accumulations de verbes à l’infinitif et autres inventions langagières. Si cela aide à l’immersion, cela complique aussi grandement la lecture, les propos du personnage étant quelque peu ardus à déchiffrer. Or, il se trouve qu’il a une palanquée de dialogues et qu’il s’avère central pour le récit ! On n’est donc pas au bout de ses peines…

Première incursion mitigée dans l’œuvre d’Ann Leckie, donc. En cause surtout une première partie qui accumule les longueurs, en raison du système narratif choisi qui fait alterner les récits de deux époques différentes. Pourtant, c’est ce même système narratif qui fait tout le sel du roman. En choisissant la deuxième personne du singulier, l’autrice propose un récit qui se démarque vraiment, tout en restant parfaitement lisible. Son style fluide, sa façon d’amener les péripéties, rendent en plus la seconde partie nettement plus prenante que la première, malgré la globale absence de suspense.

 

La Tour du Freux, Ann Leckie. Traduit de l’anglais par Patrick Marcel.
J’ai Lu (Nouveaux Millénaires), septembre 2020, 406 p.