Happy new year ! [Résultats du concours]

Mais que le temps passe vite ! J’ai l’impression que c’était il y a seulement quelques mois que je rédigeais l’article de l’année dernière sur le même sujet !

images-gateaux-anniversaire-p

Je ne vais pas vous refaire l’historique, il a été fait ici. Mais je vais quand même en profiter pour vous remercier de vos petits mots, de vos passages et des échanges enrichissants que l’on a pu avoir 🙂

Passons donc aux choses sérieuses ! Comme l’an passé, je vous propose de fêter la nouvelle bougie (la quatrième !) avec un petit concours truffé de découvertes SFFF – évidemment.

 

Comment participer ?

Le concours est ouvert du 23 au 31 août 2015 minuit, à la France (sauf mention contraire : pour le lot n°3). Une seule participation par foyer (même nom, même adresse). Vous pouvez jouer pour tous les lots mais, si le sort vous est favorable, vous ne pourrez en gagner qu’un !
Il vous suffit de remplir le formulaire correspondant au(x) lot(s) visé(s), en indiquant bien vos coordonnées complètes (qui seront supprimées à l’issue du concours). Si vous n’indiquez pas de pseudonyme, vous acceptez que votre nom soit cité à l’affichage des résultats. 

Il va sans dire que les participations incomplètes ne seront pas prises en compte !

Comment sait-on qu’on a gagné – ou perdu ?

Les résultats seront annoncés à partir du 03/09, sur le blog et la page Facebook du blog, avec le prénom et l’initiale du nom des gagnants, lesquels seront tirés au sort (si vous souhaitez apparaître sous pseudonyme, précisez-le dans le formulaire, avec le pseudonyme choisi).
Les lots seront envoyés dans la foulée, soit par l’éditeur, soit par mes soins (et j’en profite pour signaler qu’une quelconque faille postale ne saurait nous être imputée).

Voilà, vous êtes parés, il ne vous reste qu’à découvrir les enjeux !

* Lot n°1 : La Traque, de Gabriel Katz  *

 

Cet exemplaire est très spécial !

Vous trouverez de quoi vous aider à répondre aux questions ici.

  • Quel est le titre de la dernière série en date de Gabriel Katz ? Il s’agit de la série Aeternia, dont le second tome vient de sortir. 
  • Quel est le talent aussi rare que précieux de Karib ? Karib est un inestimable mage découvreur de caves.
  • Quels sont les prénoms des trois protagonistes de ce roman (La Traque) ? Les protagonistes se nomment Olen, Nils et Karib. 

Félicitations à Regina S. !

* Lot n°2 : Étiquette et Espionnage, de Gail Carriger *

étiquette-et-espionnage-le-pensionnat-de-mlle-géraldine-1-gail-carriger

Vous trouverez de quoi vous aider à répondre aux questions ici.

  • Quel est le titre de la première série de Gail Carriger traduite en France ? C’est Le Protectorat de l’ombrelle connue aussi sous le titre alternatif Une aventure d’Alexia Tarabotti.
  • Quel personnage de l’autre série croise-t-on au pensionnat ? On y croise Geneviève Lefoux et Sidheag Maccon.
  • Quel est le nom complet du Pensionnat qu’intègre Sophronia ? Sophronia intègre le Pensionnat de Mlle Géraldine pour le Perfectionnement des Jeunes Dames de qualité. 

Félicitations à Lady K. !

* Lot n°3 : L’Éveil, de Diane Duane ; éd. Lumen * 

Wizards-3-L-éveil-Diane-Duane

Vous trouverez de quoi vous aider à répondre aux questions ici et .

  • En quelle année cette série est-elle parue aux États-Unis ? La série est parue en 1983.
  • Comment s’appelle le langage magique qu’utilisent Nita et Kit ? Ils utilisent le Discours.
  • Quel est le prénom de la jeune sœur de Nita ? La petite sœur se nomme Dairine. 

Félicitations à Derufin !

* Lot n° 4 : Erased #1, Kei Sanbe ; éd. Ki-oon *

erased-1-kei-sanbe

Vous trouverez de quoi vous aider à répondre à certaines questions ici.

  • Quel est le travail de Satoru ? Satoru est livreur de pizzas. 
  • Qui a traduit Erased en français ? C’est David Le Quéré.
  • A ce jour, combien de tomes d’Erased sont-ils disponibles en français ? 5 tomes sont actuellement disponibles.

Félicitations à Camille !

À vous de jouer !

[Ray’s Day] Tag : Spécial PAL

save-the-date-books-1024x643

Cette année, pour le Ray’s Day, pas d’article spécial. En revanche, j’ai vu passer ce tag chez Mypianocanta et je lui pique donc l’idée !
Objectif : présenter sa pile à lire, PAL pour les intimes, soit les livres qu’on possède, qu’on aimerait lire, mais qu’on n’a pas encore lus.

Les blogueurs sont généralement des gens super organisés, avec une partie de la bibliothèque totalement dédiée à la PAL mais, manifestement, il doit me manquer un gène. Ma bibliothèque étant organisée selon un classement extrêmement rigoureux et tout à fait bibliothéconomique (« Dis voir, tu rentrerais pas là, toi ? Parfait ! »), ma PAL se balade dans les diverses étagères. Ce tag vous donnera un petit aperçu (sans photos, parce qu’il fait nuit et que la luminosité est donc assez mauvaise !).

Et voici les questions !

1- un livre dont vous ne savez pas de quoi il parle ? Ma foi, non.

2- un livre depuis plus d’un an ? La Femme à la clef, emprunté l’année dernière. Oops!

3- un tome 2 ? Phénoménale, le deuxième volume de La Balance Brisée, une série de Lise Syven.

phénoménale-la-balance-brisée-2-lise-syven

4- plusieurs livres d’une même série ? J’ai les 3 premiers tomes de la série Kate Daniels d’Ilona Andrews.

morsure-magique-kate-daniels-1-ilona-andrews

5- un classique ? Les Contes cruels de Villiers de L’Isle-Adam (mais c’est un peu triché, je les ai déjà lus il y a … longtemps !)

6- un livre qui vous fait très, très envie ? La Voie des rois partie 2 !

7- un livre que vous gardez pour le lire pendant une période précise (grandes vacances, Noël… ) ? Éventuellement Les Contes de Beedle le Barde, vers Noël.

8- un livre que vous avez prêté sans l’avoir lu ? Eh bien non !

9- un poche ? S’il n’y en avait qu’un xD J’ai Leçons du monde fluctuant, de Jérôme Noirez.

10- un livre dont vous aviez complètement oublié l’existence ? Non plus ^^

11- votre prochaine lecture (promis, juré !) ? Évidemment qu’elle y est 😀 !

12- un Pocket Jeunesse (ben vi vu d’où vient le tag 😉 ) ? La Prophétie du Paladin, de Mark Frost.

13- un livre que personne n’a aimé, du coup vous avez un peu moins hâte de le lire ? En fait, c’est l’inverse : j’ai un livre que, manifestement, personne n’a aimé (puisque la série a cessé d’être traduite), mais ça ne fait que me donner plus envie de le lire ! C’est Suaire froid, le tome 5 des Dossiers Dresden de Jim Butcher.

14- un livre que tout le monde a aimé, du coup, vous avez peur d’être déçue ? ça ne marche pas des masses pour moi, ça, mais j’imagine que je peux citer Rois du monde de Jean-Philippe Jaworski.

15- un livre qui va être adapté au cinéma et que vous voulez absolument lire avant (si, si, si) ? American Gods de Neil Gaiman ! Ce sera en série, ça compte !

16- un livre avec une tranche rouge ? C’est le dos, pas la tranche, mais j’ai Le Cercle et la flèche de Patrick Ness.

17- un livre de votre auteur préféré ? Ils sont tous déjà lus !

18- une suite de série, mais avouez-le vous ne vous souvenez plus de l’histoire des tomes précédents ? Non, car si j’ai oublié l’intrigue des premiers tomes, c’est mauvais signe pour la série en question ^^

19- un thriller ? Les Boîtes vides, de Gaëlle Barreyat.

20- un roman fantastique ? Le Livre perdu des sortilèges, de Deborah Harkness.

le-livre-perdu-des-sortilèges-deborah-harkness

21- une dystopie ? Je pense qu’Epitaph Road en est une.

22- une romance ? Voilà qui m’étonnerait fort !

23- un livre dont le nom de l’auteur commence par un C (oui c’est très précis). Métro Z, de Fabien Clavel !

métro-z-fabien-clavel

24- un livre qu’on vous a conseillé ? Black-out, de Connie Willis.

black-out-connie-willis

25- plusieurs livres du même auteur ? J’ai Dresseur de fantômes, Vagabond des airs et Le Vent te prendra de Camille Brissot.

26- un livre avec le mot « secret » dans le titre ? Non !

27- le dernier livre que vous avez acheté ? Requiem à Donibane, de Jacques Garay.

28- un autre livre Pocket Jeunesse ? Non plus !

29- un livre que vous avez acheté pour la couverture ? ça arrive rarement, mais je pense que La Quête des Livres-Mondes de Carina Rozenfeld est dans le cas !

la-quête-des-livres-monde-carina-rozenfeld

30- plus de livres que vous ne lisez en un an (la question vaut 5 points) ? Sans aucun doute ! Mais pas de beaucoup 🙂

Et le score, là-dedans ? chaque réponse positive vaut 1 point sauf la 30 qui en vaut 5
De 0 à 5 : votre PAL est quasiment vide ! Applaudissements, ola, standing ovation. Respect total
De 5 à 15 : vous gardez le contrôle. Vous savez restez raisonnable. Félicitations !
De 15 à 25 : vous accumulez les livres. Vous n’avez pas encore atteint une condition critique mais vous avez de la lecture devant vous.
De 25 à 35 : avouez, vous avez arrêté de compter les livres de votre PAL. Vous en êtes à un point !!!

26 points, yahou ! Mais seulement 21 si on part du principe que, l’année prochaine, je lis un peu plus que cette année. Comment ça, c’est tricher ? Jamais de la vie !
Je ne tague personne, mais libre à vous de jouer à fouiller votre PAL !

Le retour du Ray’s Day !

Samedi, le 22 août, on fêtera le Ray’s Day, une initiative lancée par Neil Jomunsi,  pour célébrer la mémoire de Ray Bradbury (qui aurait eu 95 ans ce jour-là), mais surtout pour célébrer la lecture, les lecteurs, les livres et leurs auteurs !

save-the-date-books-1024x643

Je vous laisse lire la présentation préparée par Neil Jomunsi :

« Pourquoi ne pas consacrer cette belle journée du 22 août à la lecture ? Hors de question de la décréter journée internationale de quoi que ce soit, tournons ces dérives commerciales en ridicule et profitons-en juste pour célébrer le Ray’s Day d’une manière qui aurait plu à l’auteur, comme une grande fête d’anniversaire dans le jardin avec ballons et tartes aux myrtilles.

Il s’agirait d’une journée pour fêter la lecture, quel que soit le support : pas de gue-guerre papier vs numérique, ce qui compte, ce sont les histoires, leurs auteurs et les lecteurs. Tout le monde est invité, à condition de respecter les copains. Ensuite, hors de question d’en faire un prétexte au business et au commercial : le 22 août doit être le jour où la lecture s’offre et se partage gratuitement et librement. Les auteurs pourront poster sur leur site une nouvelle inédite,  ou offrir l’un de leur livre seulement l’espace d’une journée, ou faire une lecture sur Youtube en direct, toutes les idées les plus folles sont autorisées et même fortement conseillées. Les éditeurs, eux, peuvent également proposer l’un de leur livre gratuitement toute la journée, solliciter leurs auteurs, offrir des goodies ou imaginer des initiatives inventives pour promouvoir l’acte de lire sans tomber dans le commercial. Les librairies et les bibliothèques pourront organiser des lectures ou des rencontres. Enfin, les lecteurs ne seront pas en reste et seront invités à partager leur livre préféré, à se raconter, à faire partager leur expérience via les blogs et les réseaux sociaux. »

Vous avez envie de participer mais vous manquez d’idées ? Allez en piocher quelques-unes ici.
Vous voulez participer ? Identifiez vos participations sur les réseaux avec le hashtag #RaysDay !

Comme on ne change pas une équipe qui gagne – paraît-il – je compte, comme l’an dernier, envoyer quelques livres voyager dans les provinces françaises (voire internationales). Le largage se fera sur la commune de Saint-Jean de Luz (64), en centre-ville et, si par hasard il y a des éclaircies, dans les environs (mais n’y comptez pas trop).
Les livres porteront un bandeau jaune qui se présente comme ceci :

Sur chacun, un petit blabla pour parler de l’opération, quelques mots pour caractériser le roman (avec l’âge pour les romans jeunesse). Pas de marque-page, vu que j’ai eu la bonne idée… de les oublier !
Cette année, je laisserai un petit carton avec mon adresse email à l’intérieur des livres… J’espère que les lecteurs qui ramasseront mes livres me diront jusqu’où ils ont voyagé. L’an dernier j’avais laissé mes coordonnées sur les réseaux, mais ça avait été un flop.

Si vous êtes dans le coin, ouvrez les yeux ! Si vous n’y êtes pas mais que vous connaissez quelqu’un qui s’y trouve, faites passer l’info 🙂

Voilà un petit aperçu du tas prêt (ou presque) à partir :

 

Et vous, vous faites quoi pour le Ray’s Day ?

Imaginales 2015

Cela fait une semaine (au moment où j’attaque ce billet) que je suis partie pour les Imaginales et j’ai du mal à me dire que c’est déjà fini, et qu’il va falloir patienter un an avant la prochaine édition ! Damned.
Ce n’était que la deuxième fois que j’allais traîner mes savates à Épinal, après un passage éclair l’an dernier – inutile de chercher un quelconque compte-rendu, il est toujours en brouillon – et c’est définitivement mon salon/festival/rendez-vous littéraire (rayez la mention inutile) favori. D’ailleurs, j’espère bien y retourner l’an prochain. Evidemment, étant super bien organisée, j’avais même prévu une pile-à-lire en conséquences… dont je ne suis pas venue à bout !

Cherchez l’intrus !

Donc, les Imaginales.
Vendredi matin, 7h15. Je pars au boulot avec armes et bagages.

Gros, le bagage. La faute à tous ces bouquins à l’intérieur ^^

Tout feu tout flammes, je suis partie sans blouson. Fatalement, à peine arrivée en vue du boulot, il se met à pleuvoir. Ça commence bien. La journée est totalement improductive, mais je fais bien semblant. À l’heure pile, je fuse. Direction la gare. Je ne vais pas directement aux Imaginales, je fais une petite étape chez Asuna qui m’accueille gracieusement. Je mets le trajet à profit pour terminer le troisième volume des Outrepasseurs. Snif ! Je m’offre même un petit somme puisque contrairement au week-end précédent, je ne me fais pas assommer à coups de boîte en métal !
Une fois sur place, on prépare vaguement un bout de programme avant d’aller se coucher. Demain, on attaque les choses sérieuses !

Samedi. 

Ça y est, c’est enfin le moment du grand départ ! Cette année, on a le GPS et, incroyable mais vrai, il fonctionne jusqu’au bout et ne nous fait pas passer par Nogent-le-Rotrou comme l’an dernier. Il ne nous laisse pas nous plus en rade à 100Km de l’objectif en mode « panique à bord ». On taille donc la route tout droit, on visite la Lorraine et on roule sous des trombes d’eau. Enjoy ! Heureusement, à Épinal, il fait sec. Gris, mais sec.
À peine arrivées sur place, je largue Asuna qui cherche Pierre Grimbert pour une dédicace et file récupérer Flora à la gare. D’ailleurs, breaking news, son train était – très légèrement – à l’avance. Ça me semble assez incroyable pour être signalé ! Après ça, il est l’heure de se restaurer (vous verrez que la question de la bouffe va avoir son importance tout au long du week-end). Pendant qu’on engloutit nos sandwich à vitesse grand V, on aperçoit Cindy van Wilder au loin et on ne résiste pas à la tentation de l’appeler : c’est donc avec une classe extrême que nous abordons notre première rencontre auteur.
Direction ensuite la Bulle du Livre, où nous trouvons Jean-Sébastien Guillermou. Du coup, on ne va pas à la conférence « Histoires alternatives ». Flora croise inopinément Caladhiel, on la perd au niveau de la buvette – peut-être une première attaque d’Ice Tea ? – et j’en profite pour tailler la bavette avec Jean-Sébastien. Une fois Flora revenue, c’est pour constater avec horreur que tous Les Pirates de l’Escroc-Griffe ont été vendus ! Sur le coup, je me dis que j’ai quand même bien fait de me le procurer en avance 🙂 Je me fais faire une belle dédicace pendant que Flora râle à l’intérieur.

Jean-Sébastien Guillermou dédicaçant la carte pour Flora – notez qu’il a de saines lectures, puisqu’il a un roman de Laurent Whale !

Ensuite, on file chez Cindy, où je peux discuter brièvement (trop, mais il y a du monde derrière) du tome 3 – fini la veille, donc. Ensuite, on en profite, il n’y a personne, on va voir Brent Weeks pour faire dédicacer l’énooooorme livre de mon frère : l’infatigable Flora assure brillamment la traduction !

Au gré d’un aller-retour à la voiture (histoire déposer quelques bouquins… ), je croise quelques blogueurs (alors, de mémoire, Plumeline, Joyeux-Drille, MarieJuliet, Jae-Lou, Ptitetrolle, Rosebiblio, Marmotte… et j’espère n’oublier personne !) en terrasse, c’est l’occasion de papoter un peu – mais pas trop, car Camille m’attend à l’autre bout de la Bulle, et ça devient difficile de la traverser sereinement. L’année prochaine, je tâcherai de venir plus longtemps, pour vraiment pouvoir papoter tranquillement.

À partir de là, ça commence à devenir un peu flou (sur l’ordre des personnes croisées, par exemple). Et on n’est même pas encore allées en conférences ! D’ailleurs, il est 16h, c’est l’heure d’attaquer la conférence sur «Rois et Royaumes : héritiers et rebelles». Au menu (dans l’ordre de la photo, sauf Anne Besson ^^) :  Ugo Bellagamba, Nabil Ouali, Régis Goddyn, Pierre Pevel et Pierre Grimbert (sans sa voix), cornaqués par Anne Besson.

C’est surexposé, mais vous voyez l’idée.

Il n’y a pas à dire, c’est passionnant et le débat vole très très haut : Flora et moi échangeons même quelques clin d’œils de panique lorsqu’il commence à être question du déterminisme historique. En attendant, la wish augmente salement. Comme ActuSF était sur la brèche durant tout le festival, vous pouvez écouter cette allocution ici.
On enchaîne avec «Mondes inquiétants», une conférence modérée par Christophe de Jerphagnon, réunissant Laurent Cordonnier, Jérôme Besançon, Raphaël Granier de Cassagnac et Victor Dixen. Si vous aussi vous voulez frissonner, ça se passe .

Un quintet d’hommes pour les Mondes inquiétants.

A 18h, je rejoins Asuna et Camille sous le Magic Mirror 2, pour écouter la conférence sur Pierre Bottero, animée par Solène Dubois, avec Carole Westberg, Camille Brissot et Erik L’Homme. On apprend plein de choses, et c’est audible ici. (Sans photo, je suis trop petite).

Détail d’un poteau dans le Magic Mirror 1.

Les conférences sont hyper intéressantes, mais il faut avouer qu’au bout d’un moment, mon esprit se met à battre la campagne. Trois d’affilée, ça doit être mon maximum. On retrouve à la sortie Flora et Caladhiel, puisque tout le monde va à la soirée Arpenteurs. Comme on a encore un peu de temps, on repasse par la Bulle du livre : avisant Gabriel Katz, j’en profite pour prendre Le Puits des Mémoires que je compte offrir et c’est le dernier ! (J’avais déjà fait dédicacer, ailleurs, le premier poche ^^). Je passe outre les tentatives d’intimidation avec violentes menaces d’Asuna et je garde le précieux ! La discussion roulant entre nous toutes, on se tourne rapidement vers les études de Flora. Gabriel Katz nous démontre alors qu’après trois jours de festival, son brillant esprit retors est parfaitement à même de nous fournir un scénario machiavélique visant à procurer un poste à Flora, impliquant un stratagème génialement alambiqué – et Mathieu Rivero. D’ailleurs, nous avons failli à la mission qui consistait à apercevoir la trogne de ce dernier :  c’est remis à demain.

En attendant, direction le parking. Je vois donc enfin l’immense – au sens propre ! – Alexandre Dainche. Ensuite, c’est partie pour la soirée Arpenteurs, dans le charmant village de Bruyères : Asuna nous embarque, Flora, Caladhiel et moi dans sa voiture ; on visite, au passage, un tas de bleds lorrains aux noms plus évocateurs et charmants les uns que les autres – mention spéciale à Méménil, quand même, qui envoie du rêve. Surtout qu’il y a un rebouteux avec panneau lumineux (la preuve en image), ce qui suffit à perdre Asuna définitivement !

Il faisait nuit, mais pas moyen de le rater.

On retrouve sur place Supy, Christel, Allison, Margaux et un tas d’autres Arpenteurs (pas tous blogueurs), avec qui ripailler et papoter gaiement. Tenez, il y avait même un superbe (et délicieux) gâteau aux couleurs de La Dernière Terre. Voyez plutôt :

Le gâteau ! ça en jette, non ? Brillamment réalisé par Emmanuelle !

Bon, de cette soirée – à laquelle j’ai été gracieusement accueillie par Alexandre Dainche et Magali Villeneuve, bien que n’ayant pas lu le roman : qu’ils en soient remerciés ! -, on dira seulement qu’elle a été mémorable, riche en jets de bouchons de liège et sponsorisée par Ice Tea, probablement drogué vu les effets ravageurs qu’il a eu sur l’assistance (vous voyez les Gremlins après minuit ? Bah c’était du même niveau). Si vous voulez en savoir plus, Flora et Christel ont balancé des infos (parfois croustillantes) =D
Inutile de préciser qu’une partie de l’assistance n’était plus très fraîche une fois arrivées à l’hôtel – tard, bien tard !

Dimanche.
Hoouu, dur duuuuur le réveil, pour certaines, malgré l’ambiance sonore ô combien matinale… et bruyante ! Du coup on rate une bonne part de la conférence qu’on visait : «La Vengeance, un cliché dans la fantasy ?», que l’on prend en cours de route. On dirait un sommet de Pierres, vu que sont attendus sur scène Pierre Pevel, Pierre Gaulon et Pierre Grimbert (qui a finalement déclaré forfait). Avec eux, Thomas Geha et de nouveau Christophe de Jerphagnon à la modération. Dès que c’est terminé, je fuse en direction de la Bulle du Livre pour essayer de coincer Anne Fakhouri mais j’arrive trop tard. Je me rattrape en tapant la discute avec Thomas Geha avant que ne débute la conférence suivante.
Comme on est des warriors (haha), on enchaîne avec «Magie et magiciens : pouvoir sur soi, pouvoir sur le monde», qui réunit Patrick McSpare (et sa voix inimitable), Charlotte Bousquet, Cindy van Wilder, Robin Hobb (traduite par Lionel Davoust !) et qui est animée par Jean-Claude Vantroyen (sauf erreur de ma part. Si c’en est une, corrigez-moi !). C’est dimanche matin et pour certains, c’est dur aussi 😀

La fresque des Imaginales, côté buvette cette année.

La conférence terminée, Flora a une idée de génie : aller acheter nos sandwichs illico (vous verrez plus tard combien cette décision a été sage). Elle s’acquitte de la mission pendant que je farfouille la Bulle du Livre à la recherche de Thomas Geha pour, cette fois, quémander une dédicace dans American Fays – je n’ai pas tenté la dédicace sauvage devant le Magic Mirror.
Les sandwichs achetés, on se rend à l’apéro pour le lancement de la collection Electrogène, chez Gulf Stream au cours duquel quatre des auteurs nous présentent leurs romans, lecture d’extraits à l’appui. Successivement, on écoute donc Charlotte Bousquet nous parler de Là où tombent les anges (une trilogie historique), Cindy van Wilder évoquer Qui de nous deux (un récit d’anticipation dont la feuille de présentation avait salement souffert), Agnès Marot présenter Play your life (une autre anticipation). Je n’ai malheureusement pas noté le nom de la quatrième auteur présente, mais le roman s’intitulera La Boiteuse. La wish-list en prend, encore, un sacré coup. Sauf que le délai d’attente est tellement long qu’on aura le temps d’en oublier la moitié d’ici là !

J’aime bien cette petite maison bleue.

Après ça, le pik-nik. C’est là que l’idée de Flora d’acheter les sandwichs à l’avance fait merveille. Parce que pendant que les autres font la queue, nous on profite de la vue sur la Moselle. En gargouillant de l’estomac. Une éternité plus tard, les blogueuses de la veille, Livresse, Jean-Sébastien et sa compagne Anne-Lorraine arrivent enfin ! – mais on a déjà craqué et attaqué les sandwichs un peu plus tôt.

Une fois rassasiée, on retourne dans la Bulle du Livre… il fait chaud. J’arrive à attraper Manon Fargetton – qui semblait ranger ses affaires – et discuter de L’Héritage des Rois-Passeurs (rupture de stock, again. J’ai peur de me faire étrangler par Flora qui bout intérieurement). La table est pas mal vide, vu que beaucoup d’auteurs sont maintenant en conférence, en traduction (Lionel Davoust, pour ne pas le citer), déjà partis, en train de papoter à la buvette ou… juste absents.

Du côté de Nabil Ouali et Gabriel Katz, mettons, on a de saines occupations.

Profitant d’une accalmie dans la Bulle, on file chez Jean-Philippe Jaworski… et on se retrouve derrière Erik L’Homme, qui nous salue (je me liquéfie à l’intérieur) et qui me fait la grâce d’une dédicace sauvage de Chien-de-la-Lune, une de mes séries fétiches. Pendant que Flora me fait des signaux désespérés, Erik L’Homme nous fait aussi une petite démo de ses fabuleux pouvoirs – Jasper a, semble-t-il, de qui tenir. My god, je ne sais pas si je vais m’en remettre.

erik-l-homme-imaginales

En pleine dédicace sauvage, Erik L’Homme nous fait une démonstration de ses pouvoirs extralucides en devinant nos prénoms :p !

Après qu’il se soit fait dédicacer Chasse royale, Flora lui emboîte le pas pour acheter Le Regard des princes à minuit : je valide le choix du titre. Et là, c’est le drame. Jean-Philippe Jaworski se fait littéralement alpaguer par une photographe sous mes yeux (alors que j’avais enfin atteint la table et le Saint-Graal). Misère. J’ai beau attendre, il ne revient pas. J’ai une pensée émue pour Blackwolf qui a fait le pied-de-grue pendant un certain temps et à plusieurs reprises, avec ça.
Du coup, je rejoins Anne et Flora qui sont avec Samantha Bailly où l’on papote. J’abandonne la conférence sur les dragons parce qu’une flemme incommensurable s’abat sur moi (où il y a eu d’affreux spoilers, apparemment !) et j’abuse largement du temps de Samantha – et des lecteurs qui attendent derrière moi – pour continuer à papoter. Je continue mon tour des auteurs (l’année prochaine, je n’attendrai pas le dimanche) et obtiens une dédicace d’Adrien Tomas (qui m’explique être en pleine guerre orthographique avec Marika Gallmann) et de Laurent Whale pour ma collègue. De dos, j’avise Fabien Cerutti qui avait, jusque-là, disparu du radar et j’en profite pour me faire dédicacer Le Bâtard de Kosigan, faute d’avoir pu le prendre l’an passé – avion oblige.

Avec tout ça, ça sent la fin. Il est bientôt 16h et je retrouve les filles devant le Magic Mirror, puisque je dois récupérer ma valise dans la voiture d’Asuna avant qu’elle ne parte. Alors qu’on est en train d’entamer la première tournée des adieux, coup de théâtre. Nabil Ouali, surgi de nulle part, accoste Flora pour lui dire qu’elle peut aller boire un verre avec Mathieu Rivero ! Et s’en va aussi sec, laissant tout le monde sur des interrogations insondables : «Ai-je bien entendu ce qu’il a dit ? L’a-t-il vraiment dit ?» Les mauvaises langues diront que le radar à curiosités a fait exploser les scores – mais pas du tout ! – pendant que Flora passait par plusieurs couleurs – jolies, les couleurs. Je la laisse donc  à son dilemme cornélien, puisque Caladhiel et moi devons récupérer nos valises dans la voiture d’Asuna. On dit au-revoir à cette dernière, et on traverse des hordes de paparazzi entourant des madames nues et peintes (d’ailleurs je crie au scandale : je n’ai vu qu’un homme… en pantacourt ! À quand l’égalité des sexes ?!) avant d’atteindre la buvette.
Après moult papotages entre blogueuses (sauf erreur de ma part, les mâles présents ne bloguaient pas) et un coca bien frais, je récupère Flora qui drague honteusement papote sagement avec Mathieu Rivero – mais donne toutefois quelques signes de panique. Apparemment, mon arrivée inopinée la sauve d’un péril pas tout à fait mortel, mais un poil embarrassant quand même. L’interlocuteur, lui, ne semble ni horrifié ni estomaqué, donc je dirais que Flora a su sauver les meubles !

Ce n’est pas tout, mais le temps passe, quand même. On s’était dit qu’à 17h20 dernier carat, on serait parties, histoire de ne pas rater le train. À 17h20, donc, on entame le tour des adieux et… on repasse par la Bulle. Fatal error. Entre les multiples personnes à saluer, le petit coucou final de rigueur et Nabil Ouali (décidément) qui nous somme de faire une photo des Bâtard de Kosigan achetés pour Fabien Cerutti, il est…. 17h35. Moins de 20 minutes pour atteindre la gare : challenge accepted. On s’est même payé le luxe d’attendre le train, c’est dire si on a tracé.
Heureusement, l’attente s’est faite en bonne compagnie : Gabriel Katz était en haut de l’escalier et il nous vend du rêve avec des photos du Tchupito, LA boîte d’Épinal. Il va vraiment falloir qu’on teste ça l’an prochain.

On papote tant et plus pendant le trajet (surtout moi, à vrai dire) et on déplore de n’avoir passé que deux jours sur place. Si voyage il y a l’an prochain, on essaiera de venir plus longtemps !
Ensuite c’est le retour à la réalité. Brutal. Parce qu’à Paris il pleut salement et il fait froid. Le temps de rentrer, je suis trempée et frigorifiée – joie, bonheur. Mais ça ne suffit pas à entamer la banane que m’a collé ce week-end absolument génial !!

Côté achats, j’ai été super soft, puisque je n’ai acheté que … 3 livres sur place (bon ok, et 2 autres, mais c’était pour offrir donc ça ne compte pas). On ne précisera pas non plus que j’avais acquis tout le reste… en prévision 😀
Je n’ai pas réussi à voir autant de personnes que j’aurais voulu : j’ai raté Tesrathilde, Dup (normal, en fait elle n’était pas là), Snow (pas comme Jon) et Olivia. Côté auteurs, j’ai manqué Anne Fakhouri, Lise Syven et Mel Andoryss !

Bref, histoire de faire original, je n’aurais qu’une chose à dire en conclusion : vivement l’année prochaine !

[Concours Bragelonne] L’Héritage des Rois-passeurs de Manon Fargetton.

À l’occasion de la sortie du nouveau roman de Manon Fargetton, Bragelonne vous propose de tenter votre chance et met en jeu 5 exemplaires de L’Héritage des Rois-Passeurs. Merci à eux !

l-héritage-des-rois-passeurs

«Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu’on le connaît, sont les deux reflets déformés d’une même réalité.

Énora est unique : elle peut traverser d’un monde à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre. Au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d’exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s’emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Et elle n’est pas la bienvenue. 

Deux mondes imbriqués. Deux femmes fortes, éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d’Ombre…»

 

Comment participer ?

Le concours est ouvert du 17/04/2015 au 27/04/2015 minuit, et les participations sont ouvertes à la France métropolitaine. Une seule participation par foyer (même nom, même adresse).
Vous devez remplir le formulaire ci-dessous, en indiquant bien vos coordonnées complètes. Celles-ci ne seront utilisées que pour l’envoi des livres et effacées à la fin du concours. Si vous n’indiquez pas de pseudonyme, vous acceptez que votre nom soit cité à l’affichage des résultats. 

Un tirage au sort informatique aura lieu parmi les bonnes réponses le 28/04/2015 et les résultats seront affichés ici-même dans les jours suivant la fin du concours.
Les lots seront envoyés par l’éditeur – nous ne serions donc être tenus d’une quelconque défaillance postale.

Il va sans dire que les participations incomplètes seront considérées comme nulles, et ne seront donc pas prises en compte !

Réponses aux questions :
– Le premier roman de Manon Fargetton était Aussi libres qu’un rêve (Mango, 2006).
– La très belle couverture de L’Héritage des Rois-passeurs est signée Marc Simonetti.
– Le roman est sorti le 14.5 avril (14 ou 15, les deux étaient bons).

Le concours est désormais terminé. Et voici les heureux gagnants :

– Gwladys A. (63)
– Ptitetrolle
– Reginea
– Lianne
– Grégoire G. (87)

Bonne lecture !

 

Le Mois de Manon Fargetton sur Bookenstock !

Comme tous les mois, Dup & Phooka, de Bookenstock, accueillent un auteur. Et ce mois-ci, c’est au tour de

Manon Fargetton !

 

Yihii !

Qui est Manon Fargetton ?

Manon Fargetton, je l’ai rencontrée pour la première fois en 2006, avec Aussi libres qu’un rêve, son premier roman, publié à tout juste 18 ans. On ne peut pas dire que ça ait été un coup de cœur. Non, j’ai eu un coup de foudre pour cette histoire.
Pour ne rien vous cacher, j’ai attaqué ce blog comme un mémo personnel de mes lectures, ma mémoire littéraire allant rarement au-delà de 5 ou 6 romans récemment lus. Nous sommes en 2015, cela va faire 10 ans que j’ai lu ce livre, et je m’en souviens encore. Mieux, j’y pense encore. C’est vous dire s’il m’a marqué.

(Vu qu’on en est au stade des confidences, je peux même vous dire qu’à une époque j’ai traîné sur les Sims et que les personnages ont été créés dans un quartier spécial « personnages de romans ». Ils n’ont pas été si nombreux que ça à avoir ce privilège !).

Mais depuis cette dystopie épatante, Manon Fargetton n’a pas chômé, puisqu’elle a 5 autres titres à son actif : la trilogie June (dont je viens d’achever le premier volume), et deux thrillers dans le même univers, Le Suivant sur la liste et La Nuit des fugitifs (tout ce petit monde étant publié chez Rageot).
Le 15 avril, L’Héritage des Rois-passeurs (une des sorties attendues de l’année par ici) paraîtra chez Bragelonne.

Que vous ayez lu ses romans ou non, direction Bookenstock pour en savoir plus !

Le mois de Cindy van Wilder sur Bookenstock !

Comme tous les mois, Dup & Phooka, de Bookenstock, accueillent un auteur. Et ce mois-ci, c’est au tour de

Cindy van Wilder !

Qui est-ce ?

Cindy est une auteur belge et traductrice belge, qui a un fort penchant pour l’imaginaire. Elle est l’auteur d’une série en cours de parution chez Gulf Stream : Les Outrepasseurs. Le tome 3 débarque d’ailleurs le mois prochain !

les-outrepasseurs-1-les-héritiers-cindy-van-wilder

Les Outrepasseurs, c’est l’histoire de Peter, un ado plutôt banal… qui découvre subitement que sa mère fait partie d’une sorte de société secrète luttant contre les fées… et qu’il en est aussi !
Découvertes étranges, folklore, et fées à dents longues dans les recoins au programme…

En attendant le début de l’interview participative, vous pouvez lire celle qui est parue chez ActuSF !

Tag ultime Harry Potter

Si vous suivez les brèves de ce blog, vous savez peut-être que ce soir, c’est la

Harry Potter Book Night. 

Comme, évidemment, l’événement n’est pas arrivé jusque dans ma cambrousse – et a priori pas trop en France non plus, je vais faire comme Flora et répondre au tag ultime Harry Potter ! 25 questions, et on revisite l’univers !
J’y ajoute quelques questions d’autres tags trouvées ici ou là et qui me plaisaient bien en première partie.

1) Comment as-tu découvert la saga ?
Le plus simplement du monde. Ma mère a acheté le livre, l’a posé sur le meuble de l’entrée, j’ai lu le résumé une dizaine de fois et… le livre aussi ! Au Noël suivant, ma famille m’a offert les tomes 2 et 3, et ils ont fait fort (et fourbe) : j’ai eu le tome 3, et seulement après le tome 2. Comme ça j’ai rongé mon frein pendant une semaine, et ai été disponible !

2) As-tu les livres en plusieurs exemplaires/différentes versions ?
Évidemment !

Des neuves, des vieilles, des beaucoup lues…

3) Quel est le passage qui t’a le plus marqué lors de la première lecture ? (tous tomes compris)
Le Basilic dans les murs dans La Chambre des Secrets. Brrrr !!

4) Quel est le livre qui te fait le plus rêver ?
Le premier, fatalement !

5) Ton volume préféré ? 
Le Prisonnier d’Azkaban  ♥
Celui que j’ai le plus relu !

6) Quel est le livre que tu détestes le plus ?
Peut-être le cinq, L’Ordre du Phénix  ; c’est celui que j’ai le moins relu, et je m’en suis arrêtée là dans ma relecture en anglais, donc ça doit être un signe.
D’aucuns diront que c’est l’épaisseur de cette pavasse qui m’a rebutée, et je leur dirai que c’est de la calomnie pure et simple.

7) Quelle est ta couverture préférée ?
Dans la série old school, celle d’Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban.

harry-potter-et-le-prisonnier-d-azkaban

8) Si tu étais un animal de compagnie à Poudlard, lequel serais-tu ?
Une chouette, sans hésitation !

9) Quelle pièce de Poudlard voudrais-tu être ?
La Salle sur Demande, sans surprise 🙂

10) Quel poste occuperais-tu au Quidditch ?
Poursuiveur ! Je ne me vois pas trop jouer des Cognards, Gardien, ce serait contre-productif et, s’il a été prouvé qu’on pouvait être Attrapeur avec des lunettes… je doute d’être suffisamment agile !

11) Quel serait ton patronus ?
Un renard.

Parce que c’était mon animal préféré dans Les Animaux du Bois de Quat’Sous !

Allez, trêve de plaisanterie, on attaque le fameux tag.

LES QUESTIONS

Bon, vu qu’il y a pas mal de questions, je vais tâcher de répondre le plus vite possible (sans changer d’avis) et sans citer deux fois la même réponse. Pas sûre de m’y tenir.

1. Ton Weasley préféré ?

Ginny, et ce depuis le premier tome. Alors c’est dur parce que je les aime tous (et j’ai détesté l’auteur de tuer Fred !!) mais Ginny m’a toujours beaucoup plu, dès l’instant où on la voit (en plus elle s’appelle Ginevra, c’est pas trop bien comme prénom, ça ?). Ce n’est pas vraiment la jeune fille effacée que l’on voit dans les films, et je pense qu’elle suit sans ciller le chemin des sorcières piquantes en combat !

2. Ton personnage féminin préféré ?

Hermione Granger, vu que Ginny est déjà citée. Et, finalement, je crois bien que je n’aurais pas cité la benjamine des Weasley à cet endroit. Non, vraiment, Hermione a toujours été mon personnage chouchou, il faut dire que je m’identifiais tellement facilement à elle quand j’étais petite !

3. Ton méchant préféré ?

Dolores Ombrage ! J’ai vaguement pensé à Bellatrix, bien flippante quand elle s’y met, ou à Voldemort, qui n’est pas mal non plus, mais je dois dire qu’Ombrage mérite une palme. Elle est vicieuse, méchante, et en plus avec le sourire !
Je la trouve presque plus terrifiante que Bellatrix, car Ombrage sait qu’elle a toute la machine ministérielle dans son dos pour faire le mal… et ça, c’est flippant à souhait.

4. Ton personnage masculin préféré ?

Rooooogue ! ♥
Mais, a priori, vous le saviez déjà. Je l’adore car il est sur le fil du rasoir jusqu’à la fin, entre Bien et Mal, et qu’il se révèle vraiment dans le septième tome. Et vu ce qu’on apprend, ça a remis en cause tout ce qu’on savait déjà, et expliqué beaucoup, beaucoup de choses.
C’est un des personnages les plus intéressants que j’ai croisé en littérature jeunesse !

5. Ton professeur préféré ?

McGonagall ♥ Mais ça aussi, vous deviez vous en douter !
J’adorerais assister à ses cours, ou l’avoir comme directrice d’études pour son côté sévère dont on sait qu’il peut s’adoucir facilement. Maintenant que j’ai écrit ça, je me rappelle que les cours de Remus Lupin m’auraient bien bottée … !

TU PRÉFÈRES…

Voilà une catégorie su-per bizarre. Mais allons-y.

6. Laver les cheveux de Rogue OU passer une journée entière à écouter Lockhart parler de lui-même ?
Entre les deux, mon cœur balance. Je suis sûre que les cheveux de Rogue ne sont pas si gras que Harry veut bien le faire croire (Harry, tout le monde sait que tu fais preuve de mauvaise foi. T’es jaloux parce que Rogue envoie du pâté, et c’est tout) et, au pire, il reste les gants en peau de dragon (tant pis s’il faut en racheter).
D’un autre côté, la perspective de subir le verbiage inutile mais ô combien poilant d’un Gilderoy Lockhart… Allez, je choisis le second !

7. Se battre en duel contre  une Bellatrix euphorique OU une Molly en colère ?
Pour le coup, mon cœur ne balance plus. Bellatrix est salement flippante.
MAIS.
Rappelez-vous la scène où Molly accueille ses fils revenant du sauvetage de Harry en Ford Anglia.
Rappelez-vous la Beuglante – à cause de cette même Ford Anglia.
Rappelez-vous les œufs de Pâques qu’Hermione ne reçoit pas dans La Coupe de Feu.
Rappelez-vous le combat contre la fameuse Bellatrix (expédiée ad patres en deux coups de baguette).
Ça y est, tout est là ?
Donc je préfère me tataner avec Bellatrix.

8. Voyager jusqu’à Poudlard en Poudlard Express OU en voiture volante ?
En Poudlard Express ! J’adore la Ford Anglia (verte !) mais le Poudlard Express, il n’y a pas photo !

9. Embrasser Voldemort OU donner un bain à Ombrage ?
Attendu que Voldemort n’a pas de nez, et qu’Ombrage est une vieille peau insupportable ? Allez, je choisis Ombrage. Dans la salle de bains des préfets, avec beaucoup BEAUCOUP de mousse. Et Mimi Geignarde.

10. Monter un hippogriffe OU l’éclair de feu ?
Un hippogriffe !!! Mon petit souhait :  jouer au quidditch en montant des hippogriffes. Ce serait le mélange parfait entre deux sports sensationnels (horseball et quidditch). Je m’étonne que personne n’y ait pensé !
On me souffle dans l’oreillette que nous n’avons pas d’hippogriffes, en vrai.
Ceci explique peut-être cela.

LIVRES VS FILM

11. Un personnage que tu visualisais différemment dans les livres, que dans les films.
Si on parle du point de vue physique, je dirais McGonagall, parce qu’elle devrait avoir les cheveux noirs ! Ceci dit, je trouve que l’actrice colle tellement bien au perso… Ou bien Tonks, qui me semble nettement moins piquante que dans le livre.
Maintenant, si on parle adaptation, je dirais Ginny. Je la voyais nettement plus… sorcière badasse que ce qu’ils en ont fait.

12. Un film que tu préfères au livre.
Joker ? Aucun.

13. Richard Harris ou Michael Gambon en Dumbeldore ?
Hummm, dure question… Car j’ai adoré les deux. Mais vu la tournure des événements, je trouve que Michael Gamblon tient mieux le rôle – je trouve Richard Harris plus débonnaire – donc… Michael Gamblon.

14. Ton top de moments/personnages non-inclus dans les films
Allez, en vrac et en bref.
Peeves ! Mais POUR-QUOI ?! C’est juste l’éclate totale ce personnage, et il manque salement !
L’histoire entre Harry et Ginny que je trouve totalement sous-développée dans le film.
Le moment où Duddley dit à Harry qu’il n’est pas une perte de place (je ne sais plus comment c’est formulé, mais vous voyez l’idée) et, dans la foulée, les confidences de Pétunia.
Le moment où Hermione se jette dans les bras de Krum au mariage… juste pour voir la tête de Ron.
Toute la partie sur l’histoire de Dumbledore dans le dernier film (OUF, il y a celle sur Rogue, mais les deux ça aurait été sympa).
J’avais dit bref, donc on va s’arrêter là !

15. Si tu pouvais refaire un film, lequel ?
La Coupe de Feu !!! Non mais, sérieusement ?! Je l’ai vu une fois et demi au ciné. Et demi parce que même le réseau électrique du cinéma s’est rendu compte a quel point il était naze. Du coup, à l’instant où Ron revient de son epic fail auprès de Fleur Delacour (quand il lui demande de l’accompagner au bal), BIM, plus d’image ! Impossible de faire démarrer le générateur de secours, et donc pas de fin de film. Signe du destin, non ?
Et ces touffes ! Le coiffeur était mort, ou bien ?

POUDLARD

16. Quelle maison t’as immédiatement mit le plus en confiance ?
Gryffondor, mais celle que l’on côtoie le plus, donc ça aide !
Et puis bon, la salle commune quoi. Quand on compare avec le foyer du lycée, comment voulez-vous qu’on en tombe pas amoureux ? Celle des Serpentard est nulle à côté !

17. Dans quelle maison es-tu réellement selon Pottermore (ou autre site) ?
Serdaigle ^^
Même moi je n’ai pas été surprise !

18. Quelle classe serait ta préférée ?
Haan dur. Métamorphoses, Sortilèges, et Défense contre les forces du mal, franchement, je crois que ce seraient mes classes préférées. Je sais, c’est un peu tricher.
Il y a aussi les Soins aux créatures magiques qui seraient sympa… (vous l’avez compris, moi aussi il m’aurait fallu un Retourneur de temps).

19. Quel sort, est selon toi, le plus utile à apprendre ?
Ça dépend du point de vue duquel on se place. Si j’étais Harry, je dirais Expelliarmus. Si j’étais mon frère, je dirais Reparo. Pour mon métier, je dirais Wingardium Leviosa.
En admettant que je vive à Poudlard à l’époque des événements, et que je sois une sorcière un peu crasse, je dirais Petrificus Totalus. En espérant que ça suffise !

20. Avec quel personnage, serais-tu instantanément devenu ami, à Poudlard ?
Pas avec le trio de tête, je me vois mal débarquer dans l’affaire. Neville, plutôt. Même carrément. J’étais déçue qu’on ne le voit pas plus que cela dans les films, d’ailleurs !

BONUS

21. Si tu pouvais posséder une relique laquelle serait-ce ?
La Cape d’Invisibilité !
Vu l’histoire, la pierre de résurrection c’est un peu malsain, et la baguette de sureau, ça ne m’intéresse franchement pas. Mais la Cape, j’en rêve depuis qu’Harry la reçoit à Noël !

22. Un aspect des livres que tu aimerais changer ? (personnages, moments, etc…)
Hummm. Aucun. Voilà voilà.

23. Ton maraudeur préféré. 
Bon, vu que Lupin a déjà été cité au chapitre des profs préférés, ce sera Sirius. Pas James parce que je n’aime pas son côté petit-con-frimeur (et comme il est mort, il ne peut pas changer d’avis, pas de bol). Mais Sirius, quoi ! Le parrain de rêve. Et j’étais tellement, tellement triste quand il est mort !

24. Quel personnage ramènerais-tu à la vie ?
Hedwige ! Ha non, franchement, ce tome 7 démarrait super mal. J’en ai fermé mon bouquin tellement j’étais verte. Il y en aurait des tas d’autres à citer, mais après Hedwige, j’ai compris que ce serait un tome sans concessions. Snif.
Mais bon… George sans Fred, quoi. Juste impossible !

25. Relique de la mort, ou Horcruxes ?
Reliques, of course ! Pas besoin de justifier, j’imagine ?

Voilà, ça fait donc pas mal de questions – et de réponses. Si ça vous amuse, reprenez le questionnaire, je serais curieuse de lire les réponses des uns et des autres !
Bonne Harry Potter Book Night ! 

Vous je ne sais pas, mais moi j’envisage de relire mes passages favoris 🙂

Je bilane, tu bilanes…

Bonne année, les gens !

Et pendant que la plupart d’entre vous est soit en train de cuver un trop-plein de champagne, soit en train d’écouter presque religieusement le concert du Nouvel An (je suis dans cette moitié), il est temps de bilaner. Bilaner, parfaitement.

Des stats, des listes ?

Allez, soyons fous. Si vous suivez ce blog, vous devez commencer à savoir que j’adoooore dresser des listes (et ne pas les suivre, mais c’est un autre problème, vous en conviendrez).
Donc cette année, j’ai lu quelques 165 livres (de tous poils). Avant de pousser des hauts-cris devant cette somme (qui m’étonne moi-même !), sachez qu’elle compte un gros paquet de lectures à bulles qui, si elles n’ont pas toujours été chroniquées, sont parfois évoquées dans les bilans mensuels (sauf oubli de ma part). Là-dedans, si je ne compte que les romans, l’imaginaire représente quelques 65 % : eh, mais ça veut dire que j’ai nettement plus diversifié mes lectures que les années précédentes ! (Dédicace spéciale à ma bibliothécaire qui essaie toujours de me refourguer des titres non-imaginaires). (Et si je compte les BD, on flirte plutôt avec les 80%, mais chuuut).
Tout cela a représenté pas mal de chroniques et articles en tous genres.

Les séries :

Cette année, je n’ai entamé que 33 séries. « Que » 33 car, en 2012, j’en avais entamé… vingt de plus. Sur ces 33 séries, il y en a 5 dont je ne lirai certainement pas la suite. Disons donc que je n’en ai entamé que 28.
Sur toutes les séries entamées ou poursuivies dans l’année, j’en ai terminé 11 (ça fait donc un taux de réussite de presque 40%, wouhou !). Je dirais que ma bonne résolution perpétuelle « entamer moins de séries ou en terminer plus avant d’en commencer de nouvelles » a été mieux suivie que précédemment !

 

Les coups de cœur :

coupdecoeur

 

Comme toujours, les coups de cœur sont regroupés sur la page dédiée, par année, et signalés par le pictogramme ci-dessus. Côté découvertes, je retiendrai l’année 2014 comme celle de L’Homme qui a vu l’homme, Bride Stories, Gardiens des cités perdues, Feed, L’Océan au bout du chemin et Le Livre de Perle (s’il fallait ne garder que 5 romans. Comme Bride Stories est un manga, je peux tricher et aller jusqu’à 6 titres !). 2014 a été une année riche en coups de cœur très marquants, en titres que je relirai très certainement à l’avenir !
J’ai découvert quelques 67 nouveaux auteurs de romans ; je vous parle de ceux qui m’ont le plus marquée ici.

Les challenges :

Début 2014, j’avais dit « Tiens, et si je faisais moins de challenge ? ». L’ennui, avec les résolutions, c’est qu’elles ont une fâcheuse tendance à ne pas être tenues. Du coup… des challenges, j’en ai fait tout un tas.

challenge-4-saisons

D’une part parce que j’en ai lancé quelques-uns. Au chapitre des challenges saisonniers, il y a eu Contes sous le feuillage (au printemps) et Love Story sur la plage (été). Il n’y aura pas de session d’hiver, cette année, car la session d’automne, Vapeur et feuilles de thé, consacrée au steampunk a muté en challenge annuel : d’ailleurs, vous pouvez toujours vous joindre à l’aventure si le cœur vous en dit.

challenge-vapeur-et-feuilles-de-thé-small

Mis à part ça, j’ai participé à divers challenges comme le challenge New York de Café Powell (pour lequel j’ai lu… 4 titres ! Mais comme il est perpétuel, ce n’est pas bien grave), le challenge Halloween d’Hilde & Lou (4 lectures tout pareil), le challenge Zombies de Cornwall (3 lectures + 1 billet ludique. Ma liste du challenge ABC 2015 promet quelques lectures zombies bien sympas !), le challenge Destockage de PAL en duo avec Lupa (en cours) et le challenge des 52 semaines de Nadège (29 lectures à ce jour). Du côté des inconditionnels, il y a bien sûr le challenge ABC Imaginaire de Ptitetrölle, que j’ai réussi (grâce à de multiples changements et l’abandon de la médaille de platine mais chuuut !).
Tout ça peut se retrouver sur la page des challenges en cours… et bientôt un jour sur la page des challenges terminés.

Côté blog, en vrac :

2014 a été l’année… du déménagement. Bye bye OB, bonjour WP ! Pour être tout à fait honnête… ce n’est toujours pas tout à fait terminé. La mise en page prend un temps fou, et je ne m’y consacre pas autant qu’il faudrait. Le blog a plus ou moins récupéré la forme qu’il avait jusque-là ; si je ne m’abuse, il n’y a guère que la page des citations qui n’a pas suivi le mouvement.
Les brèves ont repris du service, et se sont enfin dotées d’un logo digne de ce nom – il était temps.

brèves
Encore un peu de stats ?

L’article le plus consulté est celui du challenge steampunk, talonné de près par l’article de l’anniversaire, et le top 10 des auteurs préférés découverts en 2014. Côté chroniques, l’article le plus vu est celui sur Endgame, bien que j’aie cordialement détesté cette lecture. Viennent ensuite la chronique du webcomic Jo, et celle du Détroit du Loup. Sans le panneau des statistiques, je vous aurai volontiers dit que c’était toujours la trilogie Chronique du tueur de roi de Patrick Rothfuss qui remportait les suffrages, et l’article sur la rencontre avec Laure Leroy !

Globalement, vous venez de réseaux sociaux divers et variés, d’agrégateurs, ou d’autres blogs – et même d’endroits dont je n’avais pas idée. Je n’ai malheureusement pas répertorié de mot-clefs suffisamment drôle ou loufoque pour vous en faire part… croyez-bien que je le regrette.
Un petit top des commentateurs ? En première position, j’ai nommé Acr0 ! Viennent ensuite, et dans cet ordre, Solessor, Flora, Camille et Tesrathilde : merci merci !! Merci à toutes celles et ceux qui prennent le temps de laisser une petite trace de leur passage ici !

Book Awards :

Idée piquée chez Bambi – on ne change pas les bonnes habitudes.
Le principe des Books Awards est très simple : à la fin de l’année, il suffit de nominer 1 à 3 titres par genre, dans les catégories que vous souhaitez. Vous pouvez attribuer une médaille aux titres – ce que j’ai fait, les titres sont classés dans l’ordre or/argent/bronze.

Aventure :
Le Livre de Perle, Timothée de Fombelle.
Tant que nous sommes vivants, Anne-Laure Bondoux.
Le Tango de la Vieille Garde, Arturo Pérez-Reverte.

BD et bulles :
Les Carnets de Cerise, Joris Chamblain & Aurélie Neyret.
Zita, la fille de l’espace, Ben Hatke.
Alix Senator, Valérie Mangin & Thierry Demarez.

Manga :
Bride Stories, de Kaoru Mori (à égalité avec Emma, son autre série).
Bakuman, Takeshi Obata & Tsugumi Ohba.
Silver Spoon, Hiromu Arakawa.

Contemporain :
Les Stagiaires, Samantha Bailly.
Le Chemin des morts, François Sureau.
Le Regard des princes à minuit, Erik L’Homme.

Fantastique :
L’Océan au bout du chemin, Neil Gaiman.
La Cité des âmes, Neal Shusterman.
La série (roman) Les Enfants d’Evernight, Mel Andoryss.

Fantasy :
La Peur du sage, deuxième partie, Patrick Rothfuss.
Martyrs, Olivier Péru.
Le Déchronologue, Stéphane Beauverger.

Policier :
L’Homme qui a vu l’homme, Marin Ledun.
Le Détroit du Loup, Olivier Truc.
Un feu dans la nuit, Erin Kelly.

SF :
Planète à louer, Yoss.
Flame, Amy Kathleen Ryan
La Fille-flûte, Paolo Bacigalupi.

Post-apo (parce que je n’arrivais pas à trancher entre tout le monde pour la catégorie SF-tout-court) :
Feed, Mira Grant.
Les Éclairés, Neal Shusterman.
Les Damnés de l’asphalte, Laurent Whale.

Urban-fantasy :
Sans honte, Gail Carriger.
Jeu de piste, Patricia Briggs.
L’Élixir d’oubli, Pierre Pevel.

Et les livres que j’aurais, finalement, préféré éviter cette année :

Endgame… tout ce ramdam pour ça ?!
King’s Game… m’a enquiquinée au plus haut point, mais je suis arrivée à la fin.Victoire !
Crime … j’ai tout lu. Et j’ai fini en diagonale. Rarement un polar m’aura aussi peu passionnée.
Au-delà des étoiles… trop prometteur pour être honnête, dommage.
– Ici et maintenant… j’ai attendu que ça débute…. jusqu’à la dernière page.

Quelques résolutions ?

Allez, soyons fous ! En voici quelques-unes (haha !) :
Poursuivre mes séries en cours, voire les finir avant d’en entamer plein de nouvelles !
Taper plus dans ma PAL pour les titres qui y végètent depuis… trop longtemps et arrêter de papillonner : «Oh la jolie couverture !».
Lire en VO.
Abandonner carrément quand ma lecture me fait suer au lieu de me dire : «Oh, mais ça peut-être, à un moment, changer !»

Et ça me semble déjà pas mal.

Et chez vous, comment était 2014 en lecture ?

Texas Zombies : ou comment pimenter le Réveillon

Dans un mois, c’est Noël. Si vous n’avez pas commencé votre liste de courses, c’est le moment de s’affoler.

Si, vous aussi, vous désespérez quelque peu à l’idée du sacro-saint repas de famille, celui qui vous permet de voir vos arrières-petits-cousins une fois l’an, et dure au bas mot cinq heures entre l’apéro et le gâteau, pas de panique. Voilà un petit jeu qui 1) serait du plus bel effet sous le sapin, 2) pimentera allègrement tout repas de famille à l’heure de la digestion (2 étant la conséquence immédiate de 1, évidemment). J’ai nommé :

Texas Zombie

Qu’est-ce que c’est ? 

Un jeu ne nécessitant aucune installation, compétence, ou possession particulière, hormis une imagination sans borne, et une langue acérée. Un jeu qui prend trois minutes à mettre en place (le temps d’ouvrir la boîte, de mélanger et distribuer les cartes, voire de sortir chaises, chocolat et champagne !), et vous pouvez envoyer la partie.

Voici l’histoire :

Un groupe d’étudiants de l’Université du Texas, dont vous faites partie, se rend dans un complexe militaire désaffecté au cœur du désert. Une sortie pédagogique comme tant d’autres… jusqu’à ce qu’ils arrivent sur place.

La base est devenue le repaire de narcotrafiquants mexicains qui, par soucis d’économie et de productivité, emploient une main d’oeuvre bon marché et toujours pleine d’entrain : des zombies !

Entre cette horde morte et vivante armée jusqu’aux dents et d’autres abominations autant diverses qu’avariées qui se sont perdues dans ce lieu maudit, serez vous capable de survivre ?

 

Bref, vous êtes mal barrés. D’autant que les situations peuvent aussi bien faire intervenir les gens du cartel, vos camarades, des zombies, ou tout ça à la fois. Ou des trucs totalement improbables.
Vous démarrez avec trois objets en main, tirés au sort parmi les 50 à votre disposition, allant de la très utile tronçonneuse, à la moins utile boîte à musique,en passant les lunettes de soleil.
À votre tour, vous piochez une carte événement ; le dos de la suivante, sur la pioche, vous annonce combien d’objets vous avez le droit d’utiliser.

PENTAX DIGITAL CAMERA

Ici, vous devez donc convaincre votre copine que cette bimbo dénudée qui vous saute dessus n’est qu’un regrettable malentendu. Avec un révolver. J’ai déjà entendu ce qu’il pouvait se faire de plus trash sur cette situation, donc n’ayez pas peur de me choquer.

 

Quoi qu'il en soit, ne comptez pas sur vos camarades de jeu. Vous êtes seul à bord.

Darwin Dragons, ou Bêta Lambda? Seule la fin le dira !

Vous déroulez donc votre petite aventure – vous n’avez que quelques secondes pour y réfléchir – et vos camarades de jeu doivent dire s’ils valident ou non votre histoire. Si oui, vous gagnez un point, si non, tant pis pour vous. À la fin du jeu, on découvre les cartes équipe, et celle qui a remporté le plus de points, remporte également la partie. Évidemment, personne ne sait qui sont ses coéquipiers jusqu’à la fin !

Petite mise en situation ? Soyons fou. J’ai pioché une situation en préparant cet article. J’ai été sympa, je vous ai laissé trois objets. À vous de me faire part de votre petit scénario en commentaire !

Alors, vous préférez échapper à une horde de zombies, ou vous dépêtrer de votre moitié et de la bimbo ?

Une situation avec beaucoup de zombies, et beaucoup de « pas de chance ».

Voici l’histoire : «Après une course effrénée, vous vous retrouvez sur le toit du bus, face à une horde de zombies. Comment allez-vous vous en sortir ? ». 

Allez, épatez-moi !

Vraiment, j’aurais dû vous laisser seuls face aux zombies et l’ordinateur portable !

Et vous avez droit au nunchaku, à l’ordinateur portable et au cintre. Ne râlez pas, j’aurais pu piocher le chat ou la banane.

À vos méninges ! 

 

Petites infos qui vont bien : Texas Zombies, un jeu de Ryo Kawakami, illustré par Stéphane Gantiez, design signé Ian Parovel. Edité par Moonster Games, 2012.
Contient 30 cartes événement, 50 cartes objet, 6 cartes équipe.
De 3 à 6 joueurs, recommandé au-delà de 14 ans. La partie excède rarement 15 minutes.

 

Ceci compte évidemment dans l'épopée zombies menée par Cornwall.