Cold Winter 2021 – Ma PAL.

Après une brillante édition l’an dernier, L’Enluminée propose une seconde édition de son Cold Winter Challenge. Et comme j’avais bien aimé l’an dernier, me revoici 🙂

Objectif ? Créer une pile à lire (PAL pour les intimes) collant avec les menus et les sous-catégories du challenge, en respectant au mieux les consignes annoncées. Mais sans se mettre la pression, le principe étant de se faire plaisir avant tout !

Trois manières de valider le challenge :
– soit en lisant une sous-catégorie dans un menu au choix (c’est la version « Une vie de lutin »).
– soit en lisant 2 sous-catégories dans 2 menus au choix (version « Flocon de neige »)
– soit en lisant toutes les sous-catégories de tous les menus (version « Mordu.e de l’hiver »).


Pour en savoir plus, ça se passe ici :

Voici donc ma pile-à-lire (dont vous et moi savons très bien que je ne la respecterai sans doute pas !), pour ce challenge :

1/ Magie de Noël :

  • All I want for Christmas : une romance, un roman autour de l’amitié, qui se déroule éventuellement à la période de l’Avent, de Noël, du Nouvel An.

Incroyable, mais VRAI ! J’ai, dans ma PAL, un roman qui pourrait (peut-être) s’apparenter (de loin) à de la romance (bon ok, vraiment de loin).
J’ai nommé Northanger Abbey, de Jane Austen, dans une édition que je trouve en plus absolument magnifique #superficialitéquandtunoustiens.

De quoi ça parle ?

Une jeune provinciale de bonne famille est envoyée à Bath, prendre les eaux, pour faire son apprentissage du monde et des intermittences du coeur. L’héroïne se retrouve égarée au milieu de conjonctures qui la rabaissent aux yeux du lecteur. En toute occasion, elle se comporte en référence à son livre de chevet, Les mystères d’Udolphe de Mrs Radcliffe.

Je vois « intermittence du cœur » dans le résumé, donc je dirais que c’est bon !

  • Lettre au Père Noël : roman épistolaire, enfance, jeunesse.

Je n’ai pas de roman épistolaire dans ma PAL (enfin, il me semble), mais j’ai un roman qui, pour moi, convoque de merveilleux souvenirs d’enfance, et que j’ai bien l’intention de relire en décembre, à raison d’un chapitre par jour, en guise de calendrier de l’Avent (sur une idée que j’ai piquée à Camille, comme d’habitude !), à savoir Harry Potter à l’école des sorciers, dans la version magnifiquement illustrée par Jim Kay, dont j’adore le travail.

  • Danse de la fée dragée : fée, onirisme, fantasy, fantastique.

Normalement, c’est la catégorie qui me pose le moins de problème (attendu que ma PAL doit être composée à 60% de fantasy), mais pour une fois, j’ai décidé de mettre le fantastique à l’honneur (genre que je lis très peu), avec un recueil de deux nouvelles d’Estelle Faye : Brouillard sur la baie.

De quoi ça parle ?

Alors qu’elle étudie le théâtre, Estelle Faye quitte la France pour San Francisco, abandonne un très classique cours parisien et découvre une nouvelle manière d’incarner des personnages et de raconter des histoires… Là-bas, elle se confronte à l’océan Pacifique, aux séquoias géants et au fog, ce brouillard si particulier. Cette expérience californienne lui inspirera les deux nouvelles au sommaire de ce recueil : « Bal de brume » et « Les Anges tièdes », texte lauréat du prix Rosny aîné 2017. On y retrouve les thèmes de prédilection de l’autrice : l’imaginaire, le fantastique, le cinéma de genre, les maquillages et les costumes, le jeu vidéo, l’océan, l’horizon, et les monstres…

2/ Cocooning hivernal :

  • Marrons glacés : feel-good, gourmandise

Ici, je vais placer un roman qui me fait très envie et dont je ne savais pas trop où le mettre. Heureusement, il est également dans la PAL de l’Enluminée, donc je me suis contentée de copier, et de prendre en compte, comme elle, le côté « feel-good » de Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin de Laure Dargelos.

De quoi ça parle ?

Demi-Mot aurait pu être un village ordinaire, s’il n’était pas bâti à la limite du Texte. Jour après jour, les habitants polissent et astiquent les lettres ; ils entretiennent ces milliers de caractères qui, sans leur concours, se seraient déjà effondrés. Chez les Virgule-Point, l’aînée de la fratrie a choisi une voie bien différente : fleuriste ! Elle préfère bichonner des Trompettes à pétales plutôt que de faire prospérer l’empire des points et des virgules. Mais un événement inexplicable ne tarde pas à l’entraîner dans une spirale qui la dépasse.?
Et si l’avenir du village était en jeu ? Et si tout était lié à la Phrase sans fin, cette mystérieuse phrase laissée en suspens par l’Auteur ? ?

  • Bonhomme en pain d’épice : différence, tolérance, LGBTQIA+

Voilà enfin l’occasion de lire un titre que je vois passer partout et qui m’intrigue hautement, soit le premier tome (au moins !) de la série Heartstopper d’Alice Oseman.

De quoi ça parle ?

Ceci est l’histoire de deux lycéens. Nick, le rugbyman au sourire solaire. Charlie, le musicien au coeur solitaire. Parce qu’ils évoluent dans des cercles différents, parce qu’ils n’ont pas le même caractère, leur amitié n’était pas gagnée. Pourtant, petit à petit, de façon irrésistible, Charlie tombe amoureux. Même s’il sait que Nick aime les filles. Même s’il sait qu’il n’a aucune chance. Alors, pour ne pas mettre en péril cette amitié naissante qui compte pour lui plus que tout, Charlie préfère garder le silence…

  • Vitrine de Noël : graphique, manga, illustré, beau livre.

Des mangas, j’en ai des stocks, alors quelle meilleure occasion d’enfin terminer la série BL Métamorphose, de Kaori Tsurutani ? J’ai hâte de retrouver Yuki et Urara et de voir comment évolue leur amitié !

De quoi ça parle ?

Urara est libraire, fan de yaoi. Yuki, une vieille dame solitaire, achète par erreur un yaoi dans la librairie où travaille Urara …et adore sa lecture ! Toutes deux nouent une relation d’amitié, échangeant autour des leurs lectures, allant en convention ! Peu à peu, la lycéenne s’ouvre à la vieille dame, qui lui fait entrevoir de nouveaux horizons : et si la jeune fille se mettait au dessin ? Malheureusement, avec la période des examens qui approche, difficile de se consacrer pleinement à sa passion…

3/ Hiver Sombre

  • Scrooge : antihéros, conflit, mensonge :

Le livre que je place ici était initialement dans la catégorie « Danse de la fée dragée ». Mais à la lecture du résumé, j’ai eu l’impression que le conflit larvé entre les grandes puissances, déjà bien esquissé dans les deux premiers tomes, prenait ici une nouvelle tournure encore plus belliqueuse. Donc cela me semblait bien répondre au terme « conflit » ! Je vais donc caser ici Ordalie, le troisième tome de La Dernière Geste, de Morgan of Glencoe (que j’ai hâte de lire !!)

De quoi ça parle ?

Vingt mois ont passé depuis l’arrivée de Yuri en Keltia et le couronnement de Louis-Philippe en France.
La tension n’a cessé de monter entre les deux pays, malgré les tentatives des Ambassadeurs japonais et ottomans pour calmer les velléités belliqueuses du jeune Roi d’un côté et la punition commerciale des Keltiens de l’autre. Lorsque la situation dérape, Yuri réalise qu’elle est la seule à pouvoir, peut-être, éviter au monde de basculer dans la guerre.
Reste à savoir si elle est prête à en payer le prix.

  • Stalactite ensanglantée : horreur, thriller, suspense

Voilà trois genres que je lis assez peu (même si, de temps en temps, je me laisse tenter). Comme je n’ai toujours pas lu le titre qui collait à cette consigne l’an dernier (mais qu’il est toujours dans ma PAL pour les mêmes raisons que l’année précédente), je vais tout simplement l’y remettre ! On verra bien si, cette année, La Valse des tulipes, d’Ibon Martin, passe sur ma table de chevet !

De quoi ça parle ?

L’estuaire d’Urdaibai, poumon de la Biscaye au Pays Basque (déclaré réserve de la biosphère par l’Unesco), paradis qui vit au rythme des marées, voit soudain sa tranquillité mise à mal par le meurtre inexpliqué de plusieurs femmes, âgées d’une cinquantaine d’années. Ane, une jeune inspectrice de Bilbao, férue de surf et de mythologie celte, est aux commandes d’une nouvelle unité d’élite pour résoudre l’affaire avant que la presse ne fasse souffler un vent de panique sur toute la région.
L’enquête ne tarde pas à révéler que les victimes ont toutes en commun un pétale de tulipe sur le corps et une année blanche dans leur CV.

  • Père Fouettard : forces obscures, enfer, démon

Le troisième et dernier tome d’une trilogie que j’affectionne vient de sortir, et donc je pense qu’il irait à merveille ici ! Il s’agit du troisième tome des aventures de Cassidy Blake, de Victoria E. Schwab, intitulé Le Pont des âmes.
Les fantômes, ça peut rentrer dans forces obscures, non ? Je dirais que oui ! Comme j’avais beaucoup aimé les deux premiers tomes, je suis intriguée de lire la conclusion de cette aventure.

De quoi ça parle ?

Après avoir découvert les fantômes d’Édimbourg et les esprits frappeurs de Paris, s’être baladée entre les tombes et au cœur même des catacombes, Cassidy Blake s’envole maintenant pour La Nouvelle-Orléans ! Une fois n’est pas coutume, c’est en compagnie de Jacob – meilleur ami et spectre à demeure – qu’elle en explore les lieux les plus hantés et les plus macabres pour le tournage de l’émission de ses parents, les célèbres Inspectreurs.
Mais rien n’avait préparé la jeune chasseuse de fantômes à ce qui l’attend dans cette ville saturée de jazz, où les sciences occultes règnent sans partage. Après s’être fait tirer les cartes et avoir assisté à une séance de spiritisme particulièrement paranormale, elle fait une découverte terrifiante : elle est poursuivie par – excusez du peu – un Émissaire de la Mort en personne, qui est prêt à tout pour reprendre son dû et la rendre aux ténèbres ! Aidée par d’anciens et de nouveaux alliés, l’adolescente saura-t-elle triompher de cette nouvelle menace et tromper la Mort une fois encore ?

  • Un chalet sous la neige : huis-clos, enfermement, solitude

Je l’ai attendu avec patience (contrairement à ma mère qui m’a demandé environ 50 fois depuis sa lecture quand sortait le tome 2) mais le voici, le voilà, le tome 2 d’Alma, de Timothée de Fombelle !
Je ne pense pas que cela colle avec huis-clos et enfermement (quoique, Alma recherche quand même sa famille enlevée par des marchands d’esclaves !!), mais je suis à peu près sûre que la solitude sera de la partie.

De quoi ça parle ?

Printemps 1787. Un jour de tempête, Alma est jetée avec le jeune Joseph Mars au milieu des pirates d’une petite île des Caraïbes. Elle se laisse aussitôt entraîner vers Saint-Domingue à la poursuite du navire La Douce Amélie et de son introuvable trésor. Mais l’urgence de retrouver son petit frère, Lam, éloigne vite Alma de ces vies de chercheurs d’or et l’embarque à nouveau à travers les mers et les continents. En se séparant, les chemins de Joseph et Alma leur révèlent tout ce qui les unit.

4/ Marcher dans la neige

  • Pôle Sud : voyage, évolution, cheminement personnel

Je n’en reviens pas moi-même, mais j’ai un roman qui coche les trois thèmes, oui ! Il s’agit de L’Art du naufrage, de Pascale Quiviger. Alors oui, je l’ai déjà lu, il est même déjà chroniqué (inespéré), mais j’ai prévu de le relire en lecture commune avec des copines, donc il est tout indiqué ! (En plus j’adore cette série, qui fait clairement partie de mon panthéon personnel, donc difficile de m’en lasser !)

De quoi ça parle ?

Après deux années à sillonner les mers avec son équipage, le prince Thibault décide enfin de rentrer chez lui. Là-bas, sur son île natale, son père l’attend et compte sur lui pour régner sur le royaume de Pierre d’Angle après sa mort. Mais en chemin, une rencontre va bouleverser l’existence du Prince : un passager clandestin, Ema, une esclave en fuite. Ensemble, ils vont devoir faire face aux dangers qui guettent Pierre d’Angle.

  • Pôle Sud : hiver, neige, froid, pays froid

Alors oui, c’est un peu facile. Et oui, je l’ai déjà lu (et même relu). Mais voyez-vous, quand on se lance dans une lecture commune de série, eh bien il faut lire toute la série ! Donc puisque l’on va lire L’Art du naufrage en janvier, nous avons prévu de lire Les Filles de mai pour les vacances de février – qui tombent opportunément pendant le CWC donc. Donc oui, je m’offre une double-dose de l’écriture incroyable de Pascale Quiviger cet hiver et j’en suis ravie !

  • Forêt enneigée : animaux, écologie, nature writing

Ici, je n’ai rien qui colle dans ma bibliothèque (il me semble) (et puis j’ai pas prévu de lire la suite des aventures de Geralt tout de suite !), mais est-ce que , du coup, cet hiver ne serait pas enfin l’occasion de terminer Ori & the Blind Forest ? (je sais que tout le monde en est au deuxième opus, mais j’aime tellement ce jeu que je n’ai pas envie de le terminer). Donc disons que ce serait pas mal d’avancer au moins jusqu’au dernier boss !

De quoi ça parle ?

La forêt de Nibel se meurt. À la suite d’une terrible tempête ayant déclenché une série d’événements tragiques, Ori, une créature orpheline, doit se lancer dans un éprouvant périple, affronter un sinistre adversaire et sauver sa terre natale.

5/ Bonus : Sorcellerie hivernale

Alors ça, c’est la catégorie bonus qu’on peut ne pas lire, ou que l’on peut utiliser pour en remplacer une autre. Dans le doute… je mets des titres ici aussi et on verra bien !

  • Étoile des neiges : astronomie, astrologie, science-fiction

Alors là aussi, facile, puisque la SF compose sans doute les 35% restants de ma PAL (si tu as bien compté, il reste 5% non cités depuis toute à l’heure, c’est les autres genres tous confondus !) et que j’ai prévu enfin, ENFIN, de lire Dune, de Frank Herbert.
Et pour être précise, de l’écouter, car oui, j’ai le tome 1 en audio. J’étais un peu dubitative sur la SF en audiobook, mais comme l’écoute de Fondation a été un excellent moment, je ne vois pas de raison de faire l’impasse sur Dune (surtout que je connais vaguement l’histoire et l’univers, vu que j’ai vu le film. Je sais, c’est mal de le faire dans ce sens-là !).

De quoi ça parle ?

Dans les temps de l’avenir, à l’époque où l’homme a conquis l’espace, une planète désertique, Dune, suscite de multiples convoitises. Elle recèle dans ses sables une épice fabuleuse, capable de prolonger la vie et de développer les capacités de prescience de l’esprit humain…

  • Babayaga : sorcière, féminisme, femme de pouvoir

Ce n’est pas forcément le titre auquel j’avais immédiatement pensé pour cette catégorie, mais après réflexion, la bande-dessinée d’Olivier Gay, et Jonathan Aucomte, Les Gardiennes d’Aether, me semble mettre en scène au moins une femme de pouvoir, dans tous les sens du terme, puisqu’elle est princesse ET dotée de pouvoirs magiques ! Donc allons-y !

De quoi ça parle ?

Entre magie et technologie, l’Empire de Valania prospérait, jusqu’à ce qu’il soit envahi par des monstres quasi-invulnérables.
Seule une étrange épée peut les blesser mais elle s’est liée à la première personne qui l’a touchée : un jeune serviteur du palais. Le destin du monde dépend désormais de lui.
Il a pour l’aider une princesse caractérielle aux puissants pouvoirs magiques ; son amie d’enfance, épéiste de renom ; et une dangereuse pirate aux motivations mystérieuses.
Lui, en revanche ? Non, il ne sert vraiment à rien…

  • Yule : mythe, légende, réécriture de conte

Là, je ne sais pas trop dans quoi je m’embarque, mais j’y vais quand même. J’ai bien envie de lire, pour cette catégorie, L’Appel des Quarante, le premier tome de la trilogie La Rose de Djam de Sandrine Alexie. Le résumé évoque successivement un château syrien, des seigneurs normands et une coupe mythique. Voilà qui sent bon le Graal, non ? Ou peut-être que je surinterprète ?

De quoi ça parle ?

L’histoire de la Rose de Djam, ou comment la coupe qui détenait tous les secrets de l’univers fut perdue et retrouvée, est un volet de la longue histoire des Quarante, lequel commença dans un château syrien tenu par des seigneurs normands, où vivait la plus improbable des créatures terrestres qu’on pouvait charger de cette mission : Sibylle de Terra Nuova.

Et voilà pour cette année !
L’an dernier, j’avais lu 9 livres sur les 14 listés. Vais-je faire de même cette année (soit au moins 10 titres sur les 16 listés ?). Verdict en mars (car peut-être que cette année, je penserai à faire un bilan de ce challenge) et rendez-vous donc au 1er décembre pour les premières lectures (mais pas pour les chroniques, je pense :p ) !

Et vous, vous participez ? À quoi ressemble votre PAL ?

2 commentaires sur “Cold Winter 2021 – Ma PAL.

  1. Steven dit :

    Une jolie et variée PAL qui donne très envie ! J’espère que tu adoreras Northanger Abbey qui est mon second roman favoris de Jane Austen 😉

    Je suis curieux de découvrir ton avis sur L’Appel des Quarante qui me tente rien qu’avec son résumé.

    Bon challenge à toi !

    J’aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s