[2021] Petit bilan de janvier-février

Carnet de lectures

Ce début d’année, j’ai lu encore plus de romans jeunesse que d’habitude ! (ça colle avec mon nouveau poste). Il y avait du bon, du moins bon, et voilà donc tout cela en vrac.

Les Papis contre-attaquent, Claire Renaud, illustré par Maurèen Poignonec (Pépix, Sarbacane).
Claire Renaud et Maurèen Poignonec ont signé, il y a deux ans, Les Mamies attaquent, que l’on peut considérer comme un diptyque, même s’il n’est pas nécessaire d’avoir lu les deux pour comprendre et profiter de sa lecture. Rien ne va plus dans l’équipe des Lascars, dont fait partie Gérard, le grand-père de Guenièvre. Léonard, le barreur historique de cette équipe d’aviron, est hospitalisé dans un EHPAD le temps de se remettre d’une vilaine fracture. Or, toute l’équipe est engagée dans une compétition qui a lieu en fin de semaine ! Ni une ni deux, les Lascars décident d’exfiltrer leur ami de sa prison maison de retraite, quitte à prendre tous les risques.
Généralement, je ne suis pas déçue avec cette collection et ce titre n’a pas démérité. Le roman aligne les stratagèmes aussi loufoques que désopilants pour tirer Léonard de son guêpier, pour le plus grand plaisir des lecteurs. À chaque nouveau plan, on ne peut s’empêcher de se demander s’il va aboutir : déménagement sauvage, infiltration en tenue (de mamie) de camouflage, cambriolage… Les trouvailles, comme les péripéties pour les faire échouer, sont toutes plus drôles les unes que les autres ! Je me suis bien amusée avec ce titre, qui m’a donné envie de lire le précédent pour voir à quoi il ressemble.

Témoins à abattre, Olivier Gay (Flash Fiction, Rageot).
Alors qu’ils font du vélo en montagne, Yan et Pauline sont témoins d’un meurtre. Pris en chasse par les tueurs, ils donnent tout ce qu’ils ont pour s’échapper !
Nouveau thriller dans la bibliographie d’Olivier Gay ! Le texte, très court, est tenu par un rythme très soutenu : l’ensemble de l’intrigue consiste en la course-poursuite dans la forêt, à la tombée de la nuit. Les chapitres, très courts, soulignent ce rythme. Le style, très simple, l’intrigue linaire, et les chapitres très courts, font que le roman est adapté aux lecteurs fâchés avec la lecture.

Prunelle, sorcière rebelle, #1, Agnès Laroche (Rageot).
Prunelle est une sorcerelle, qui pratique la magie douce. A Tendreval, la magie forte est réservée aux hommes. Sauf que Prunelle s’aperçoit qu’elle sait manipuler la magie forte, et qu’en plus elle apprécie cela. Or, son père est le chef du comté, et réputé pour sa sévérité. Donc, que faire ? Tout lui avouer, ou cacher la vérité ? Et comment ignorer l’appel de la magie ?
L’histoire se déroule dans un univers très clivé, vous vous en doutez, où hommes comme femmes ont des rôles hyper genrés : aux premiers la magie pour construire, détruire, se battre ; aux secondes les sortilèges d’embellissement, de déco, de confort domestique. C’est un premier tome, donc l’intrigue prend son temps pour s’installer et se dérouler. Évidemment, Prunelle ne tarde pas à tomber sur des gens qui, comme elle, questionnent cet univers très inégalitaire. L’intrigue, très linéaire, s’avère assez classique, mais menée à bon train, ce qui rend la lecture assez plaisante. J’ai beaucoup pensé à La Fille aux licornes en lisant ce titre !

Yoko, Jean-Luc Marcastel (Didier jeunesse).
Après ces premières bonnes découvertes, je dois dire qu’avec ce titre, ça ne l’a vraiment pas fait. En cause : des personnages féminins vraiment pas terribles. Alors oui, LA fille de l’histoire (car il n’y en a évidemment qu’une) est badass, sait se battre, sait plein de choses… Mais il ne suffit pas de mettre un perso féminin qui déchire pour dire que c’est bon, tout le taf est fait. D’ailleurs, ça ne loupe pas, elle est inconsciente quand les garçons la trouvent (et vas-y que ça lui paluche les seins pour vérifier qu’elle est toujours vivante………) et ensuite on oscille entre femme fatale, femme-trophée. C’est agaçant ! En plus de cela, l’intrigue (dans un univers post-apo hyper classique) met un temps infini à démarrer, à tel point que ça à peine débuté alors qu’on arrive à la fin. Vu que le roman fait tout juste 190 pages, pourquoi ne pas faire un seul gros livre ? Voilà un roman dont je ne lirai sans doute pas la suite !


Scarlett et Novak, Alain Damasio (Rageot).
Deuxième pioche dans le tas des découvertes pas follement emballantes avec ce titre de Damasio. Il s’agit d’une très courte nouvelle de thriller. Novak, un ado, se fait agresser par des personnes qui en ont après son téléphone, un modèle high-tech équipé de Scarlett, une intelligence artificielle très performante. Déjà, je craignais un peu vu la mention sur la couv « Le thriller qui déjoue la fascination du smartphone ». A qui ça donne envie de lire ça ?! Pas à moi ! Et de fait, le texte est à l’avenant. C’est clairement une incitation à décrocher de son téléphone et des applis toutes prêtes à rendre service afin de se débrouiller par soi-même. En soi, c’est louable, mais j’ai trouvé qu’on sentait beaucoup trop toutes ces bonnes intentions dans le texte, ce qui explique sans doute mon manque d’enthousiasme pour ce titre.

Et après tous ces romans, enfin des bulles !

Une sacrée mamie #1, Yoshichi Shimada & Saburô Ishikawa (Delcourt).
1958, Hiroshima. À cette époque au Japon, il est difficile pour une jeune femme d’élever seule ses deux fils. Acculée, Hikedo décide un jour de confier son plus jeune garçon, Akihiro, à sa mère qui vit à la campagne. Arrivé chez sa grand-mère, une vie complètement nouvelle va commencer pour Akihiro. Pas facile de quitter la ville pour la campagne quand on n’y est pas préparé ! Mais le petit garçon va vite s’habituer à sa nouvelle vie au grand air. Suivant l’exemple de sa super mamie débrouillarde, il apprend à s’adapter à toutes les situations…
Il était grand temps que je découvre enfin ce manga, dont j’ai beaucoup entendu parler. Et c’était une chouette découverte. Akihiro est assez marrant à suivre, avec un caractère très égal et une grande capacité d’adaptation. La vie avec sa grand-mère ne cache rien des difficultés financières qu’éprouve la petite famille. Si le contexte n’est pas tendre avec l’enfant (la séparation d’avec sa mère et son frère, les conditions de vie, etc.), le manga met en avant une relation chaleureuse et pleine de bienveillance entre la grand-mère et son petit-fils. Je vais attendre la suite à la bibli avec impatience !

Ma première lecture de l’année était un manga, et un boy’s love ! Incroyable, mais vrai ! J’ai donc découvert Everyday is a good day, un oneshot de Noeko Nishi (éditions Akata). Elle y raconte l’histoire d’un jeune homme, Toki, dévasté par la perte de sa sœur jumelle, un an plus tôt. Son neveu Asahi, quatre ans, traumatisé par la perte de ses parents, ne décroche plus un mot. Pour permettre à ses parents de partir en croisière, Toki propose d’accueillir Asahi pour plusieurs mois – oubliant qu’il n’a pas la moindre idée de comment on gère un enfant. Parallèlement, sa rencontre avec Chihiro (petit frère d’un ami d’enfance) provoque chez les deux jeunes hommes de troubles sentiments. Pas facile de gérer en même temps un début de romance et un enfant traumatisé !
Ce manga était une très bonne surprise. Je n’ai pas l’habitude du boy’s love, et ce titre était impeccable pour commencer (même s’il n’est peut-être pas très représentatif du genre). La romance entre Toki et Chihiro est là vraiment en arrière-plan et le récit se concentre plutôt sur la vie quotidienne de ce drôle de trio. C’est léger et rafraîchissant, avec parfois un peu d’humour, et en même temps des sujets profonds évoqués de façon sensible. Au fil des pages, il est question d’amour, de deuil, de relations familiales et c’est très prenant. Les graphismes sont à l’avenant : doux et sensibles. Bref, voilà un titre plein de sensibilité et de bienveillance ; je guetterai les prochains titres de l’autrice !

Tops/Flops

J’ai présenté ci-dessus suffisamment de lectures en demi-teinte, donc je vais me concentrer sur les bonnes découvertes de ce début d’année – et il y en a eu ! J’ai même eu du mal à choisir ! Donc allons-y pour un petit top 3 🙂

Top 1 : La Honte de la galaxie, Alexis Brocas (Sarbacane).
Énorme coup de cœur pour ce récit de SF hyper prenant, dense à souhait et qui m’a embarquée dans une intrigue et un univers particulièrement originaux. Je recommande chaudement la lecture de ce titre !

Top 2 : Il était une fangirl #1 : Cendrillon 2.0, Ashley Poston (Lumen).
Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec ce mélange annoncé entre réécriture de conte et fandom d’une série SF à succès et j’ai été bluffée par la maîtrise de l’intrigue, qui marie à merveille les deux tableaux. Très très bonne pioche !

Top 3 : Plein gris, Marion Brunet (PKJ)
Après un énorme coup de cœur pour Sans foi ni loi, j’étais curieuse de lire le nouveau roman de Marion Brunet, et ça a été une très bonne pioche ; elle nous embarque dans une croisière pleine de tension et de non-dits, à l’ambiance apocalyptique très réussie !

Citations.

« Je sors à pas lents de la loge, dont je referme la porte derrière moi sans bruit. J’effleure, sur mes lèvres, la plaie que les dents de la Ventouse ont laissée. Mark a peut-être raison. Peut-être ai-je vraiment besoin d’un agent capable de tenir les fans à distance et de jouer les gros bras au cas où…
Aussitôt, j’essaie de me raisonner :
– Non, arrête. Tu fais confiance aux autres. Tu aimes tes fans. Tu es sympa, drôle et cool. Rappelle-toi, tu es Jennifer Lawrence. »
Cendrillon 2.0, Ashley Poston (Lumen).

« Désolée, Na’ya est en retard. Les fées coiffeuses l’ont abandonnée en plein milieu de ses tresses.
– QUOIIII ?! Mais je leur avais apporté des gâteaux ! Elles sont déjà parties ?
– Non non, c’est juste que… j’ai voulu les payer et leur expliquer le concept de conditions de travail correctes… Du coup, elles sont en train de se syndiquer dans le placard. Je suis tellement fières d’elles. N’oubliez pas de réclamer un congé parentalité !! »
Grimoires & Sorcières, Svetlana Chmakova (Jungle).

« J’avais envie de découvrir l’Underground au lieu de prendre un cab. Père en serait scandalisé, car la bonne société londonienne n’emprunte pas ce mode de transport, mais les conventions sociales m’ennuient. En intégrant la Garde royale, j’ai fui la demeure familiale pour gagner ma liberté. Les représentants de Sa Majesté suivent leurs propres règles, ce qui me permet de défier allègrement l’autorité paternelle.
Clement m’adresse un sourire amusé depuis le banc d’en face. J’avoue que notre élégance détonne au milieu des pantalons informes et des robes sombres. Les autres passagers, ouvriers et domestiques pour la plupart, n’ont pas l’habitude des hauts-de-forme et des jupes à tournure. La mienne me rappelle la couleur des feuilles en automne, un brun roux qui réchauffe la pâleur de mon teint. Quand je vérifie dans la glace qu’une mèche rousse ne s’échappe de mon chignon, mes prunelles écarlates s’y reflètent.
– Vous êtes parfaite, déclare mon dena.
Sa gentillesse se répand en moi comme une douce chaleur. J’aimerais effleurer son visage d’ange en retour, mais les bonnes mœurs l’interdisent en public. Nous sommes tous esclaves de la politesse. »
Anergique, Célia Flaux (Actusf).

« Tout est écrit, ici, remarqua Ragnar. Tout. Sais-tu lire ?
– Je sais lire et écrire.
– Est-ce utile ? demanda-t-il, impressionné.
– A moi, cela ne l’a jamais été, admis-je.
– Alors pourquoi le faire ? s’étonna mon ami.
– Leur religion est écrite, expliquai-je. La nôtre, non.
– Une religion écrite ?
– Ils ont un livre où tout est écrit.
– Pourquoi ont-ils besoin qu’elle soit écrite ?
– Je l’ignore. C’est ainsi. Et bien sûr, ils écrivent les lois. Alfred adore en faire de nouvelles, et toutes doivent être consignées dans des livres.
– Si un homme ne peut se rappeler les lois, c’est qu’il en a de trop nombreuses. »
Les Seigneurs du Nord, Bernard Cornwell.

« En riant, il lui avait décrit les parties qu’il organisait pour Mr Watkins. Les chiens qui pistaient, levaient le gibier, le ramassaient une fois tué, bref, faisaient presque tout le travail. La tripotée de domestiques qui suivait, portant les poires à poudre, les sacs de plombs, les fusils de rechange et les carniers, et même un petit siège pliant car Mr Watkins, qui allait léger comme un pinson, fatiguait vite.
– Et encore, Mr Watkins vaut mieux que ces jeunes nobles qui chassent en bande, parce que lui, au moins, il suit mes conseils. Avec moi, il est à bonne école. Il ne tire pas les hases pleines, il ne tarabuste pas la moindre compagnie de grouses qui lève sous ses yeux en tirant dans le tas, il n’enfume pas les terriers. Sadima écouta son père pester après les gentlemen bruyants qui saccageaient les fourrés, qui ne savaient pas viser avec leurs fusils dernier cri.
– Ils sont incapables de prendre le temps. Ils ne veulent que tirer leur coup. Tout ça pour se retrouver après entre eux et se raconter leurs exploits.
Le père avait marqué une pause.
– En fait, c’est exactement comme quand ils sont avec une…
Et, baissant les yeux sur sa petite fille de sept ans qui l’écoutait avec attention:
– Bref. Qu’importe. Je vais donc t’apprendre à chasser. »
D’Or et d’Oreillers, Flore Vesco.

5 commentaires sur “[2021] Petit bilan de janvier-février

  1. Damasio qui écrit de la jeunesse, je ne voulais pas louper ça ! Il est dans ma PAL – j’ai juste peur que le ton soit trop… pas « jugeant » mais je le terme ne me vient pas à l’esprit, diantre ! Enfin, je pense que tu vois ce que je veux dire, non ?

    J'aime

  2. Zina dit :

    Il faudrait que j’essaie de trouver Plein gris à la bibliothèque !

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s