TTT #15 : dix auteurices découvert.e.s en 2020.

Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition par Frogzine.

Et cette semaine, le thème est :

10 auteurices découvert.e.s en 2020

Cela fait plusieurs années que je n’ai plus participé au Top Ten Tuesday des auteurices découvert.e.s l’année précédente. Bien partie dans mes bilans cette année (incroyable, mais vrai !), je me suis dit qu’il était temps de recoller à cette petite habitude !
Comme toujours, le choix a été rude ! Comme toujours, la liste est non-exhaustive et les découvertes classées non par ordre de préférence, mais par ordre alphabétique de nom de famille !
Évidemment, je n’ai pas découvert QUE ces dix auteurices en 2020. Mais il fallait bien faire un choix… et voilà les 10 qui ont fini par se dégager du lot.

Katherine Arden :

Après avoir looonguement entendu parler de Katherine Arden, j’ai enfin lu en 2020 L’Ours et le Rossignol, premier tome de sa trilogie Winternight. Et j’ai été charmée par son univers slave, la forte présence de créatures variées du folklore local et son style très évocateur. Je continuerai la trilogie, c’est sûr, et j’ai également envie de découvrir l’autrice dans ses autres romans !

Clémentine Beauvais

Voilà une autrice dont j’entends parler depuis encore plus longtemps que la précédente (et c’est encore plus vrai pour l’autrice qui suit). Il était donc grand temps que je les découvre toutes les deux.
Les Petites reines m’a accompagné au tout début du confinement de mars et ça a été un énorme coup de cœur. Je n’ai donc pas raté sa nouvelle parution, parue cet été, et bien m’en a pris. Clémentine Beauvais y déploie un style plein d’humour, des personnages attachants et des intrigues aussi bien menées que palpitantes. J’ai donc bien envie de me pencher sur le reste de son œuvre !

Marine Carteron :

Quand Camille me conseille un auteur, un roman, une série, en général, je fonce. Même si j’ai graaandement tardé avec Marine Carteron (dont Les Autodafeurs attend toujours sagement dans ma PAL), j’ai finalement mis à profit un petit week-end estival pour ne faire qu’une bouchée de Génération K, un thriller fantastique qui s’est révélé à la hauteur de mes attentes et qui m’a donné très envie de lire non seulement la suite, mais aussi les autres romans de Marine Carteron.

Bernard Cornwell :

Des fois, je me laisse tenter par autre chose que de l’imaginaire et c’est comme ça qu’on débarque dans du roman historique (genre dont je dois lire maximum un ou deux titres par an). J’avoue avoir été attirée par la mention de la série télévisée + une bonne recommandation autour de celle-ci, ce qui m’a encouragée à mettre le nez dans cette série de romans que sont Les Chroniques saxonnes. Et bien m’en a pris, car Bernard Cornwell a un vrai talent de conteur ! (Même si ce n’est pas la panacée côté personnages féminins, soyons honnête). En tout cas, j’ai hâte de connaître la suite et fin de ce pan d’histoire d’Angleterre dont j’ignorais l’existence, sous sa plume.

Fabrice Hadjadj :

Contrairement aux auteurs et autrices cités précédemment, voilà un auteur dont je n’aurais jamais pensé le lire, s’il n’avait pas atterri sur ma pile-à-lire de travail. Résultat ? Eh bien résultat énorme coup de cœur pour la plume stylée et imagée de Fabrice Hadjadj, son intrigue (et son univers) qui mêlent à l’attendrissant le plus trash avec, en sus, des réflexions philosophiques aussi bien amenées qu’intéressantes. J’attends la suite de sa trilogie de pied ferme.

Benedict Jacka :

Cette fois, la recommandation était fraternelle à la base, bloguesque par la suite, puisque cette série était chaudement recommandée par Lianne (dont je suis volontiers les recommandations SFFF). Forte de cette double prescription, me voilà avec le début de la saga Alex Verus qui pourrait (peut-être ?) remplacer dans mon cœur Dresden. Dans ce premier tome, Benedict Jacka présentait vraiment bien l’univers, tout en proposant une intrigue bien menée et intéressante, dans un style fluide. J’ai envie de lire la suite !
En plus, Alex Verus a déjà six titres traduits sur onze, ça me laisse un peu d’espoir sur les perspectives de traduction (vu que Dresden, ça m’a l’air super mort).

Benoît Minville :

Encore un auteur recommandé de longue date et que j’ai vraiment tardé à découvrir ! Le confinement a été l’occasion d’enfin lire ce roman qui traînait dans ma PAL depuis un bon moment. Je ne sais pas trop à quoi je m’attendais en ouvrant Les Géants, mais certainement à ce qu’une petite veine thriller débarque en plein milieu du récit ! L’intrigue s’est révélée très prenante, la plume de Benoît Minville aussi maîtrisée qu’évocatrice totalement envoûtante, et donc j’envisage de mettre la suite de ses œuvres dans ma liste-à-lire, qu’elles soient au rayon jeunesse, ou au rayon vieillesse.

Nnedi Okorafor :

Est-ce que ça fait longtemps que Nnedi Okorafor est dans ma liste-à-lire ? Un peu, oui. Elle y entrée en 2014, alors qu’à mes premières Imaginales, Qui a peur de la mort ? se voyait remettre le Prix Imaginales de l’année ! Bref, j’ai à peine tardé (hrm), et surtout pas commencé par le titre initialement repéré – mais c’est une autre histoire. J’ai attaqué par Akata Witch et rapidement enchaîné avec Binti, deux romans que j’ai adorés ! L’autrice est aussi à l’aise en SF qu’en fantasy, en young-adult qu’avec un public plus jeune. Ce qui m’a complètement convaincue d’aller explorer le reste de ses titres !

Mary E. Pearson :

                                                  

Encore un roman débarqué dans ma pile-à-lire de travail et dont l’autrice n’aurait sans cela, sans doute eu aucune chance d’être lue (parce que je suis une affreuse lectrice pleine de préjugés, c’est comme ça). Et ça aurait été une erreur, car j’ai englouti ce diptyque en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire ! Et pourtant, ça partait assez mal, car je sentais poindre la fantasy romantique (ce que je déteste). Finalement, Mary E. Pearson a su me captiver par sa plume vivante et son intrigue nettement plus profonde qu’il n’y paraissait ! Et comme Dance of thieves m’a captivée, j’ai très envie de lire The Remnant Chronicles, dont la série ici-présente est en fait un spin-off.

Rebecca Roanhorse :

Dernière découverte de cette liste avec Rebecca Roanhorse et les deux premiers tomes de sa série Le Sixième Monde qui m’a vraiment emballée. Outre le mélange fantasy urbaine et univers post-apocalyptique hyper réussi, la culture navajo très présente et l’originalité de l’intrigue, j’ai été ferrée par ces deux premiers tomes. Vivement la suite, donc… et les autres romans de l’autrice !

Comme beaucoup trop d’autres années, je n’ai pas chroniqué le quart de ce dont je parle ci-dessus, mais que ça ne vous empêche pas d’aller chercher ailleurs sur la toile de bons avis sur ces titres !

Et vous, quel.le.s auteurices avez-vous découvert.e.s en 2020 et décidé de suivre ?

14 commentaires sur “TTT #15 : dix auteurices découvert.e.s en 2020.

  1. Steven dit :

    Je compte bien découvrir Bernard Cornwell prochainement et j’espère toujours que La Martinière se décidera a éditer la première saga de Mary E. Pearson.

    J'aime

  2. Vu que j’adore la série The Last Kingdom, j’ai de plus en plus envie de lire les livres et de découvrir le style de l’auteur.

    J'aime

  3. Zina dit :

    Je n’ai lu aucun de ceux que tu cites à part la dernière !

    J'aime

  4. Mypianocanta dit :

    je n’ai pas fait ce top 10 cette année, parce que je me suis aperçue 1- que je n’avais pas découvert beaucoup d’auteurs ; 2- qu’aucun ne m’avait emballé au point de figurer dans un top. Je dois commencer à tourner un peu en rond dans mes lectures, ou devenir très difficile 😀

    J'aime

  5. ena3l dit :

    Je te recommande Songe à la douceur et Brexit Romance de Clémentine Beauvais 🙂

    J'aime

    • Sia dit :

      J’ai le premier dans ma PAL, justement ! (Mais bizarrement, je me sens plus attirée par le second titre, que je ne possède pas !)

      J'aime

      • ena3l dit :

        Le premier est écrit en vers, ça peut perturber au début mais on se prend vite à l’histoire. Le second est effectivement d’un autre genre, je ne pourrais pas comparer les deux mais on retrouve la belle plume de Clémentine Beauvais dans chacun 🙂

        Aimé par 1 personne

  6. Contente de voir Clémentine Beauvais et Benoît Minville dans ton top 🙂 Pour la première, en plus des livres que tu cites, j’ai adoré « Songe à la douceur » et pour le second, coup de coeur pour « Les belles vies ».

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s