[2020] Petit bilan de novembre-décembre

Un peu de stats :

Comme je suis un peu en retard sur mes bilans mensuels (à peine !), je vais faire un doublé novembre-décembre !
En novembre, j’ai fait défiler quelques 2913 pages et écouté 2218 minutes d’audiolectures ! En décembre, j’ai apparemment un peu plus lu (3634 pages) et un peu moins écouté (1458 minutes). Vivent les BD et la lecture audio en temps de déménagement !

Carnet de lectures :

J’ai lu énormément de BD en cette fin d’année, et je ne pense pas tout chroniquer. La plupart étaient dues au Prix Livraddict, mais un certain nombre d’entre elles étaient de pures découvertes dans les rayons de la bibli !

Touchées, Quention Zuttion (Payot).


Lucie dort un couteau à la main. La crainte l’habite, les hommes l’effraient. Tamara, elle, se bat, se débat : pour ne plus être victime, elle devient agresseur. Quant à Nicole, c’est l’isolement. Elle s’efface, disparaît pour ne plus être visée. Les trois ont été victimes de violences sexuelles. Pour remonter la pente, trois femmes prennent les armes. Attaquer, défendre, toucher, se faire toucher… Elles vont se reconstruire et reprendre une vie sociale grâce à un programme d’escrime thérapeutique. Un programme d’un an pour se sauver et reprendre la maîtrise de sa vie.
Premier titre du Prix LA ! C’est une magnifique BD sur la résilience et la reconstruction de soi, portées par trois victimes de violences sexuelles (aux parcours et personnalités vraiment différents). Le récit n’est pas centré sur leur passé, mais sur ce qui leur arrive après, la façon dont elles (re)vivent (ou pas), la façon dont elles essaient de se reconstruire. C’est à la fois délicat, sensible, et violent, quand on pense à ce pour quoi elles en sont là. Les illustrations, à l’aquarelle, sont vraiment superbes ! A l’heure qu’il est, je ne sais toujours pas pour quel titre voter dans cette catégorie, mais celui-ci a toutes ses chances !

Dans la tête de Sherlock Holmes, tome 1 : L’Affaire du ticket scandaleux, Cyril Lieron et Benoît Dahan.

Un simple diagnostic médical du Dr Watson se révèle être bien plus que cela…
La découverte d’une poudre mystérieuse sur des vêtements et d’un ticket de spectacle très particulier amène Sherlock Holmes à penser que le patient n’est pas l’unique victime d’un complot de grande ampleur.
Il semblerait en effet que l’étrange disparition de londoniens trouve son explication dans les représentations d’un magicien Chinois. D’autres tickets retrouvés confirment les soupçons du détective…

Chaudement recommandée par des amis et inscrite au Prix LA, cette BD avait tout pour m’attirer ! Et de fait, j’ai vraiment apprécié ma lecture. Le titre n’est pas usurpé, puisque l’on plonge très souvent dans la tête de Sherlock Holmes, organisée comme on peut le voir sur la couverture. La BD joue donc sur un découpage original, avec beaucoup de découpes et d’incises (et même une page à regarder en transparence), dont la suite logique est à suivre grâce à un fil rouge qui relie les cases. Mais je dois avouer que je me suis sentie un peu frustrée par l’enquête hyper classique, pas tout à fait à la hauteur du génial dessin ! Quoi qu’il en soit, je vais suivre cette série, c’est certain.

La fille dans l’écran, Lou Lubie et Manon Desveaux (Marabout – Marabulles).

Deux filles que tout opposent, prennent contact sur internet pour ensuite faire connaissance dans la « vraie vie ». Elles seront submergées par des sentiments troublants. Coline, 22 ans, vit en France et souffre de troubles anxieux qui l’ont isolée du monde. Hébergée à la campagne chez ses grands-parents, elle rêve de devenir illustratrice. Ses recherches d’inspiration la conduisent à contacter Marley, une photographe installée à Montréal. De son côté, Marley, 28 ans, vit au Québec et a abandonné sa passion pour la photo pour se laisser porter par sa vie montréalaise trépidante. Elle a un job alimentaire, un amoureux québécois et un quotidien rythmé par des sorties. Les messages de Coline vont réveiller en elle un réel besoin d’authenticité. Coline et Marley vont tisser un lien capable de surmonter la distance et le décalage horaire et qui se révèlera de plus en plus dense jusqu’à la rencontre en France…
Deuxième BD sélectionnée au prix LA et qui joue énormément sur les graphismes ! En effet, la BD est signée de deux illustratrices… et chacune raconte l’histoire de son personnage. Page de gauche, on suit donc l’histoire de Coline (par Manon Desveaux), tout en noir et blanc et page de droite, celle de Marley, tout en couleurs (par Lou Lubie). Les deux trajectoires et les deux styles graphiques, très différents, se répondent à merveille ! Côté intrigue, c’est un peu cousu de fil blanc, mais ça ne m’a vraiment pas dérangée… Le récit brasse pas mal de thèmes (relations familiales, amour, quête et affirmation de soi), mais de façon sensible et simple, ce qui rend le tout vraiment prenant. J’ai vraiment apprécié cette lecture !

Un été d’enfer, Vera Brosgol (Rue de Sèvres).


Dans cette œuvre autobiographique on découvre l’autrice à dix ans : venue de Russie, elle peine à s’intégrer aux États-Unis où elle s’est installée avec sa mère, son petit frère et sa petite sœur. Ses amies américaines vont chaque été dans de luxueux camps de vacances, qui font rêver Vera mais qui sont bien trop chers pour sa mère. Alors quand elle entend parler d’un camp d’été pour immigrés russes aux États-Unis, elle saute sur l’occasion ! Mais entre la cabane à toilettes insalubre, les randonnées épuisantes et les animaux dangereux, les vacances de rêve se transformeront vite en cauchemar…
Ce comics ressemble à s’y méprendre à une aventure comique. Alors qu’en fait, pas du tout ! Au fil des péripéties de Vera au camp scout (à la dure), l’autrice évoque le sentiment de solitude, la difficulté à s’intégrer (et à trouver des amies qui en valent vraiment le coup !) et à vivre entre deux cultures. C’est un récit vraiment profond, superbement mené. Côté graphismes, elle use d’un style un peu naïf (beaucoup de très ronds) qui colle bien au récit ; toute la BD est déclinées dans des nuances de vert (vu qu’on est dans la forêt presque tout du long, c’est raccord). J’ai envie de lire d’autres titres de l’autrice, maintenant !

Spirite, tome 1 : Tunguska, Mara (Drakoo).

Dans le New York des années 1930, Ian Davenport, timide jeune chercheur en spiritologie qui traque mais surtout étudie les fantômes, voit son mentor et ami Boris Voynich se faire assassiner sous ses yeux dans des circonstances étranges. Il se retrouve alors propulsé dans une sombre histoire de meurtres inexpliqués qui semblent ne cibler que ses confrères spiritologues. Seul, désespéré, rejeté par la police qui ne le prend pas au sérieux de par son métier peu crédible, il décide de chercher de l’aide auprès des journalistes d’une rubrique paranormal d’un grand journal New York. Là, il y rencontre Nell Lovelace, une jeune femme sceptique au caractère bien trempé, qui accepte à contrecœur de l’aider. Ensemble, ils vont tenter de percer le secret de cette affaire de meurtres, qui semble liée à la terrible explosion d’origine mystérieuse de Tunguska en 1908, contrée perdue de la Sibérie profonde.
Première chose qui m’a marquée dans cette BD : les magnifiques illustrations !! Elles ont un cachet fou ! J’avais l’impression d’être dans un film d’animation parfaitement transposé. Les décors sont hyper soignés, les personnages bien détaillés, c’est un plaisir à regarder, donc. Côté intrigue, j’ai trouvé que l’équilibre était très bon entre l’introduction à l’univers et l’aventure menée. Celle-ci mêle chasse aux fantômes, un brin de fantastique et un peu d’enquête et s’avère hyper prenante. J’ai hâte de lire la suite !

Il faut flinguer Ramirez, tome 1, Nicolas Petrimaux (Glénat).

Jacques Ramirez est l’exemple parfait de l’intégration des personnes handicapées dans le milieu professionnel. Le fait d’être muet ne l’a pas empêché de devenir le meilleur technicien chez Robotop, le leader de l’aspiration des poussières. Ponctuel, efficace et aimable, son nom a même été avancé pour recevoir le titre d’employé de l’année (chut, ce n’est encore qu’une rumeur). Par contre, le cartel mexicain de la drogue l’a dans le collimateur et un contrat court sur sa tête.
J’avais beaucoup entendu parler de cette BD et j’étais éminemment curieuse de savoir ce qu’il en allait… et j’ai adoré ma découverte ! Le récit est un bon gros thriller avec une intrigue complètement déjantée (le cartel mexicain ne faisant pas dans la dentelle). Il y a un énorme décalage entre cette intrigue et l’ambiance générale de la BD, qui présente énormément d’humour, notamment dans des petits coins d’illustrations, ou des petites lignes. Mention spéciale, à ce titre, aux encarts publicitaires insérés dans le récit ! C’est génial ! Je suis très impatiente de lire le tome 2 maintenant !


Beate & Serge Klarsfeld : un combat contre l’oubli, Pascal Bresson et Sylvain Dorange (La Boîte à Bulles).

« Si les Allemands nous arrêtent, moi, je survivrai parce que je suis fort mais pas vous ». Ces paroles, prononcées en 1943 par son père, assassiné à Auschwitz, Serge Klarsfeld ne les oubliera jamais. Après la guerre, il se marie à Beate, une jeune allemande installée à Paris. Ensemble, ils se font la promesse d’obtenir la mise à l’écart de la vie politique allemande de tous les anciens nazis, puis d’obtenir le jugement et la condamnation des principaux responsables nazis de la déportation, notamment ceux ayant sévi en France. Distribution de tracts, manifestations, tentatives d’enlèvements, la « méthode Klarsfeld » prouve leur obstination à débusquer les anciens criminels de guerre qui vivent paisiblement en toute impunité alors que, durant la guerre, ils occupaient des postes officiels, soit comme gradé nazi avec Lischka, Hagen, ou Barbie soit en tant que collaborateurs français comme Papon, Bousquet ou Touvier…
J’avais lu les Mémoires de Beate et Serge Klarsfeld à leur parution – une lecture vraiment passionnante ! – donc lorsque j’ai su que cette BD sortait, j’ai eu très envie de m’y replonger. L’auteur et l’illustrateur ont vraiment retranscrit à merveille le parcours de ce couple mythique de chasseurs de nazis : le récit est très bien mené, et se lit vraiment comme une aventure à part entière (alors que tout est super bien documenté). L’intrigue est vraiment centrée sur la traque de Klaus Barbie, une des plus emblématiques qu’ils ont pu mener et c’est aussi passionnant que dans les Mémoires ! Bref, une excellente BD biographique et historique, à mettre entre toutes les mains.

Tops/Flops :

Ces deux derniers mois de l’année ont été riches en très bonnes découvertes… et en moins bonnes ! Commençons par ces dernières !

Je n’ai pas été très emballée (et c’est rien de le dire) par Le Dernier Drae de Kelly St-Clare et Raye Wagner, un titre en lice pour le prix LA au rayon fantasy. (Depuis j’ai lu La Dernière courtisane, lui aussi en lice, que j’ai trouvé encore pire que nul, mais je m’avance un peu sur le petit bilan de janvier !). Dans Le Dernier Drae, il y a tout de même de bonnes idées, et l’univers est vraiment intéressant. Ce qui pêche, ce sont les incohérences dans la narration (peut-être dues au fait que c’est un récit à quatre mains), l’intrigue hyper survolée et les péripéties vraiment trop classiques. Je ne lirai pas la suite !
J’étais très curieuse de découvrir les livres d’Ann Leckie et j’ai donc lu La Tour du Freux, mais je pense que ce n’était pas le meilleur titre pour découvrir son œuvre. Le roman est très original (avec un choix narratif vraiment atypique), mais souffre de longueurs assez difficiles à surmonter, surtout dans la première partie. La seconde s’avère plus prenante, mais j’ai vraiment peiné sur le début.

Heureusement, j’ai aussi fait d’excellentes découvertes, et même eu deux coups de cœur, au rayon bulles (une fois n’est pas coutume !

J’ai découvert avec un immense plaisir Peau d’homme, d’Hubert et Zanzim (Glénat). Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca, demoiselle de bonne famille, doit épouser un riche marchand (qu’elle n’a évidemment pas choisi). Or les femmes de sa famille détiennent une « peau d’homme » ! En la revêtant, Bianca devient Lorenzo, peut désormais visiter incognito le monde des hommes, apprendre à connaître son fiancé dans son milieu naturel… et découvrir au passage amour et sexualité. C’est génialissime ! L’histoire est hyper moderne et, sans le décor très Renaissance, on jurerait que cela se passe de nos jours (ce qui, en soi, est assez flippant sur l’ambiance de notre époque). Il y a beaucoup d’humour, et cela permet de faire mieux passer les sujets pas si drôles que cela qui sont évoqués – avec brio ! Bref, je recommande très chaudement ce titre !
J’ai également (enfin !) lu le premier tome de Stand still, stay silent, de Minna Sunberg (Akiléos) et j’ai adoré également. Ce comics fait la part belle aux mythologies scandinaves et nous embarque dans un périple post-apocalyptique mêlé d’un brin de fantasy. Les graphismes sont magnifiques ! J’ai vraiment adoré, et suis curieuse de lire la suite, comme les autres titres de l’autrice !

Citations

« Prudence laissa échapper un cri de surprise lorsqu’un troupeau de dragons sortit à son tour de la brume. Il s’agissait en fait d’embarcations dont la carlingue avait été forgée de façon à donner cette illusion. Longs de trente pieds environ, ces dragons balançaient gracieusement leur tête et leur queue dans le vent, donnant un mouvement naturel aux animaux mécaniques. Le réalisme était encore accentué par leurs yeux luisants et les volutes de vapeur qui s’échappaient de leur gueule. Sur les flancs des machines volantes, de costauds boucliers de bois avaient été alignés et leur chevauchement formait une rangée d’écailles colorées. Les cavaliers des hippoléoptères pointaient des arbalètes pourvues de gros barillets sur les pirates, tandis que les dragons mécaniques avaient chacun un canon sortant de leur ventre prêt à faire feu sur le pont de l’Héliotrope.Baissez vos armes ! répéta Mousquet à ses hommes, qui s’exécutèrent enfin.
Aussitôt les visiteurs firent de même et les canons se replièrent à l’intérieur des dragons dans un raclement sourd.
L’un des hippoléoptères se posa lourdement sur le navire, soulevant un nuage de neige poudreuse. Son cavalier sauta lestement sur le pont.
D’une voix étouffée par le col de sa cape, il s’adressa au capitaine :
– Afevis din idenotit, netop dine henasigter.
– Venner ! Venner, at spise venner, répondit Mousquet, pataugeant dans les deux mots de nordish qu’il connaissait.
Le nouveau venu hésita. En effet, le capitaine venait de lui proposer de manger ses amis, ce qui n’était évidemment pas dans ses intentions. »
Steam Sailors, tome 1 : L’Héliotrope, E.S. Green.

« Comme vous êtes intelligente, Cassandra !
Ayant passé l’âge de feindre la modestie, elle ne chercha pas à nier. En effet, elle était intelligente. De plus, elle avait eu la chance de grandir dans une maison où l’intelligence des filles était appréciée et où celles-ci n’avaient pas à s’excuser de posséder un cerveau. »
Miss Austen, Gill Hornby.

« Âgée de trois ans de plus que moi, elle avait le charme et la sensibilité d’un coup sous la ceinture. »
Bone Season, tome 1 : Saison d’os, Samantha Shannon.

« Ainsi, mourir quand on très aimé par une personne atteinte de démence est une mauvaise chose d’un côté, parce que la personne ne se souvient pas très souvent qu’on est mort ; mais c’est une bonne chose d’un autre côté, parce qu’on est pleuré fraîchement à chaque fois qu’elle se souvient, de sorte que notre absence ne devient jamais banale et jamais une habitude. »
Âge Tendre, Clémentine Beauvais.

« Si tout le monde répète sans cesse qu’on ne vaut rien du tout, il est difficile de ne pas le croire. »
L’Incivilité des fantômes, Rivers Solomon.

« Eh bien, en ce cas, cessez de faire des manières. Je passe déjà beaucoup trop de temps à essayer de décoder vos euphémismes puis à réparer les pots cassés quand je les ai mal décodés. »
L’Incivilité des fantômes, Rivers Solomon.

« Ces derniers temps, quand je vois des jeunes gens de vingt et un ans, je les trouve d’une jeunesse consternante, à peine sevrés du lait de leur mère, mais lorsque j’en avais vingt, je me considérais comme un homme adulte. J’étais père d’un enfant, j’avais combattu dans le mur de boucliers et ne m’en laissais conter par personne. En un mot, j’étais arrogant, sot et entêté. »
Le Quatrième Cavalier, Bernard Cornwell.

2 commentaires sur “[2020] Petit bilan de novembre-décembre

  1. Zina dit :

    Peau d’homme gros coup de coeur pour moi également ❤
    Et je suis fan de Ramirez !
    Quel dommage pour La tour du freux, j'ai adoré pour ma part, mais je comprends que tu aies pu bloquer sur certains passages.

    J'aime

    • Sia dit :

      Halala, Peau d’Homme, c’était tellement bien ! Il faut que j’aille voir à la bibli si le T2 de Ramirez est dispo ou pas, maintenant.
      Pour La Tour du Freux, j’étais vraiment le cul entre deux chaises, entre ce que j’ai aimé et la mollesse générale. Mais comme toi, j’ai aimé la façon dont c’était raconté !

      J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s