[2018] Petit bilan de janvier

Carnet de lectures

Lectures à bulles.

J’ai lu pas mal de bande-dessinées en janvier (je chroniquerai un jour, je chroniquerai !) et, au premier chef, j’ai relu la série Zombillénium, d’Arthur de Pins – j’avais déjà lu les deux premiers tomes, mais le 3 était une découverte. Zombillénium, c’est l’histoire d’un parc d’attractions uniquement tenu par des créatures fantastiques, du directeur aux machinistes du train fantôme. Et dans l’équipe, il y a un démon et une sorcière qui tente de juguler ses pouvoirs démoniaques – pour la faire courte !
Je n’ai pas vu l’adaptation, mais replonger dans cet univers m’en a donné l’envie ; le portrait de l’univers de l’entreprise est certes cinglant, mais franchement bien vu. L’intrigue fantastique, avec ses zombies, ses vampires, sa sorcière et ses démons en goguette tient bien la route et c’est pas la fin du tome 3 qui va donner envie de s’arrêter là !

Gaspard et la malédiction du Prince-Fantôme, Isabelle Dethan (Delcourt, 2017).
Depuis Sur les Terres d’Horus, j’adore le travail d’Isabelle Dethan, donc découvrir son nouveau titre a été une bénédiction, d’autant qu’il mêle traditions de Égypte antique et antiquités égyptiennes du musée du Louvre !
Gaspard est passionnée d’antiquités égyptiennes et profite du fait que son oncle soit gardien au Louvre pour y passer tout son temps. Un jour, il remarque une petite fille qui semble perdue : il s’agit du fantôme d’une fillette égyptienne, dont les affaires mortuaires ont été éparpillées dans le musée… Qu’à cela ne tienne, il va l’aider !
Bon, vous l’avez compris, j’adore le travail d’Isabelle Dethan alors replonger dans ses aquarelles a été un très bon moment : celles-ci sont très colorées et riches en détails et reproduisent à merveille les différentes salles du Louvre ainsi que ce qui y est exposé. L’intrigue, qui mêle fantastique et histoire, tient bien la route et offre suspense, un tas d’informations et émotions. Bref, une chouette BD, accessible aux plus jeunes !

Côté ciné.

Glacé.

Cette série adapte le roman éponyme de Bernard Minier (que je n’ai pas lu, donc je ne me prononcerai pas sur la fidélité de la-dite adaptation). On y suit la capitaine Ziegler et le commandant Servaz, appelés dans un petit bled des Pyrénées où, au petit matin et sous des trombes de flocons, on vient de découvrir le cadavre décapité d’un cheval de prix, accroché à la falaise près d’une centrale hydroélectrique. Parallèlement, une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre de haute sécurité psychiatrique qui domine la vallée (et dans lequel croupit, ça tombe bien, l’ennemi intime de Servaz, qu’il a mis sous les verrous quelques années plus tôt).
Voilà une série à regarder sous la couette, vu les tombereaux de neige qui traversent l’écran ! Sans surprise, l’ambiance fait écho au titre : glaciale.
Et ce n’est pas seulement dû à la saison hivernale : cela tient également au centre de haute sécurité psychiatrique, à ses détenus et aux lourds secrets qui semblent empoisser l’atmosphère. Si j’ai apprécié l’ensemble (du moins dans un premier temps), je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer que c’était quand même un brin cliché. Donc oui il y a des flics qui picolent, oui ils sont hyper borderline, évidemment ils enquêtent sur des trucs qui les touchent de bien trop près pour être objectifs, sans surprise il y a des personnages qui enquêtent eux aussi pour leur compte et oui, mille fois oui, le passé des personnages les hante terriblement. De fait, j’ai été tenue en haleine pendant la majeure partie de la série, mais j’avoue que la surenchère de secrets douloureux issus du passé et autres découvertes un brin macabres m’ont un peu perdue sur les derniers épisodes. Du coup, le cheval, ça venait de qui ? Hum, eh bien, j’ai déjà zappé… Malheureusement, en plus de cela, la fin (qui est peut-être celle du roman !) ne m’a pas du tout convaincue. Bonne découverte sur les deux premiers tiers, un peu plus décevante sur la fin.

Bon, en vrai, j’avais regardé Ascension et Dark en décembre, mais je les ai oubliés dans mon p’tit bilan et c’est bien dommage, car il s’agit ni plus ni moins de deux coups de cœur !

Ascension

Avant toute chose, sachez qu’Ascension était (originellement) une mini-série de 6 longs épisodes ; malheureusement, seule la première partie a été portée à l’écran : on a donc bien 6 épisodes, mais ils sont courts et l’histoire finit sur une fin très très très ouverte !
1963. Une mission spatiale secrète est lancée par le gouvernement américain. À son bord, des humains partis pour un voyage d’une centaine d’années, direction Proxima du Centaure, où ils seront chargés d’instaurer une nouvelle colonie. 50 ans plus tard, alors qu’ils approchent du point de non-retour, une jeune femme est mystérieusement assassinée, alors qu’il n’y a pas d’armes à bord… Tout va-t-il pour le mieux à bord de l’Ascension ?
La première chose qui m’a tapé dans l’œil, ce sont les décors et les costumes : on est dans un vaisseau construit dans les années 60 et tout, à bord, est resté dans le jus. Qu’il s’agisse des consoles et écrans, des vêtements que portent les personnages, de leurs idées ou comportements, il y a un contraste qui marche à 100% ! Côté histoire, l’intrigue tient vraiment la route car elle conjugue le huis-clos au côté SF. Je n’en dirai pas trop plus, car ce serait hyper dommage de gâcher l’intrigue, mais je l’ai trouvée absolument palpitante. J’en aurais bien repris 6 épisodes, d’ailleurs, car j’ai eu un coup de foudre pour cette histoire et tout ce qu’elle renferme !

Dark

 

Allemagne, petit village de Winden. Un enfant disparaît sans laisser de traces et, bientôt, tout le village est sur les dents. Où est Mikkel ?
Les familles sont d’autant plus anxieuses que, 33 ans plus tôt, un autre enfant avait disparu. Coïncidence : Mads aurait été l’oncle de Mikkel. Est-il possible que l’histoire se répète ?
La vraie question est-elle « Où est Mikkel » ? Ou bien… « Quand est Mikkel » ?
Deuxième série de décembre et deuxième coup de cœur !
Dark, c’est d’abord une ambiance totalement envoûtante, qui passe par de longs plans figuratifs et une bande-son aux petits oignons (à bien des égards, ça m’a rappelé l’adaptation de The Circle, que j’avais également adorée). J’étais un peu dubitative sur les deux premiers épisodes, que j’avais trouvés un peu énigmatiques mais je me suis quand même totalement laissée prendre par l’ambiance générale, les petites histoires qui commencent à se tisser et surtout les petits indices qui traînent, à droite à gauche, sur les voyages dans le temps (oui, ok, je lâche le pavé dans la mare mais en même temps, dès le premier épisode on commence à en voir !). Au final, j’ai dû me restreindre pour ne pas m’enquiller tous les épisodes d’un coup mais il y a un tel suspens que j’avais salement envie d’en savoir plus ! Gros bon point : la fin est super chouette et annonce une suite sans aucun doute intéressante (du coup, je suis impatiente de la voir).

Tops & Flops.

Deux petits flops ce mois-ci, et un tas de super découvertes. Commençons donc par les premiers !

J’avais déjà lu la première bande-dessinée d’Emma et j’ai enchaîné avec le deuxième volet de la BD Un autre regard. Comme le premier, c’était super intéressant et les strips suscitent des questionnements vraiment passionnants. Ce qui m’a gênée, c’est plus le graphisme assez simple, avec une très importante proportion de page blanche : c’est super adapté à la lecture en strips verticaux sur écran, mais passé en page, c’est un peu moins réussi, je trouve. Donc le fond, super, la forme m’a moins emballée.

Ensuite, j’ai été assez déçue par Ma vie cachée de Becca Fitzpatrick (que j’ai pourtant lu d’une traite parce que, malgré tout, c’était assez prenant). Non, ce qui m’a agacée, c’est que c’était cliché à souhait, que ce soit du point de vue des personnages ou de l’intrigue, alors que l’idée de départ était plutôt pas mal vue. Mauvaise pioche, donc.

Au rang des bonnes découvertes, il a fallu que je fasse des choix !

Ce titre, je l’avais repéré chez des copinautes (Bouchon ou Les Vénérables par exemple), donc je n’ai pas rechigné à le lire car La Fille qui avait bu la Lune, de Kelly Barnhill a été une excellente surprise. L’histoire, si elle n’est pas fondamentalement originale, s’avère extrêmement poétique, pleine d’inventivité et très prenante. Tout en étant accessible aux plus jeunes, c’est pas génial, ça ?!

Ensuite, j’ai enfin attaqué Les Sœurs Carmine d’Ariel Holzl avec le premier tome, Le Complot des corbeaux. J’ai adoré l’histoire des bas-fonds mêlée à la politique et surtout, surtout, le cynisme ambiant et les aventures un brin trash de Merryvère, la cadette des sœurs. J’ai hâte de lire le tome consacré à Tristabelle !

Enfin, en tout début de mois, j’ai lu une super bande-dessinée intitulée La Différence invisible, signée Mademoiselle Caroline et Julie Dachez et qui narre les pérégrinations (et le combat) d’une jeune femme autiste. J’ai adoré les graphismes et plus encore la découverte du quotidien de Marguerite. Et j’ai appris plein de trucs !

Citations.

« Tout le monde est un génie, mais si vous jugez un poisson sur sa capacité à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide. »
La Différence invisible, Julie Dachez & Mademoiselle Caroline.

***

« Elle s’écarta pour scruter son visage à l’expression narquoise.
– Tu sais, Elend, des fois, c’est franchement difficile de savoir quand tu plaisantes et quand tu dis simplement des bêtises.
– Ce qui me rend plus mystérieux, non ?
– On peut dire ça, admit-elle en se blottissant de nouveau contre lui.
– Eh bien, vois-tu, tu ne comprends pas à quel point c’est intelligent de ma part. Si les gens n’arrivent pas à déterminer quand je me comporte en idiot ou en génie, peut-être qu’ils prendront mes bourdes pour de brillantes manœuvres politiques. »

« Je plaisante, El, reconnut Ham.
– Tu sais, Ham, commenta Brise. La seule chose qui soit drôle avec tes plaisanteries, c’est leur absence quasi constante de toute forme d’humour. »
Le Puits de l’ascension, Brandon Sanderson.

***

« La devise de Grisaille lui revient alors en mémoire : « Quid non occiderem occidisti primum », « Ce qui ne vous tue pas est ce que vous avez tué en premier »… »

« S’ensuivit une échauffourée inscrite sous le matricule « Incident 4752 » dans les archives administratives de la police royale. Les survivants, quant à eux, préféraient s’en souvenir comme « Quinze minutes d’un foutoir sans nom » »
Les Sœurs Carmines, Ariel Holzl.

***

« La patience ne court pas.
Ni ne pousse, ni ne vole, ni ne chancelle.
La patience est l’ondulation de l’océan,
Le soupir de la montagne,
Le froncement du Marécage.
La patience est le chœur des étoiles
Tintant à l’infini… »

« Ce n’est pas parce que tu ne vois pas une chose qu’elle n’existe pas. parmi les choses les plus merveilleuses en ce monde, bon nombre sont invisibles. La foi que l’on place en elles les rend encore plus puissantes et extraordinaires. Tu verras… »

« Une histoire pouvait dire la vérité, elle le savait, mais elle pouvait aussi mentir. Les histoires pouvaient varier, louvoyer et abuser. Maîtriser les histoires, c’était s’octroyer un pouvoir considérable… »

« La petite avait une expression grave, sceptique et intense, si bien que Gherland eut du mal à détourner le regard. Elle avait la chevelure noire et bouclée et les yeux plus sombres encore. La peau lumineuse, tel de l’ambre poli. Au milieu du front, elle portait une marque de naissance en forme de croissant de lune, identique à celle de sa mère. La tradition populaire voulait que ces gens-là soient hors du commun. Gherland détestait le folklore en général, particulièrement lorsque les citoyens du Protectorat se mettaient en tête des idées de grandeur. »
La Fille qui avait bu la lune, Kelly Barnhill.

Publicités

4 commentaires sur “[2018] Petit bilan de janvier

  1. Acr0 dit :

    J’ai adoré la série Zombillénium mais je n’ai pas encore vu l’adaptation. J’ai hâte qu’il planche sur le quatrième volume 🙂 Je lis que des chroniques positives sur les romans d’Ariel Holzl, je suis intriguée !
    Dark est une série vraiment intense ! Les boucles temporelles sont généralement mal maitrisées, c’est un terrain glissant et ils s’en sortent admirablement bien. Ils ne prennent d’ailleurs pas les spectateurs pour des idiots : ils te donnent l’information une fois, ils ne la répèteront pas (ce qu’on voit dans toutes les séries américaines « tu sais ce mec qui était sorti de l’immeuble avec une valise il y a une demi-heure et… »).

    J'aime

    • Sia dit :

      J’ai adoré aussi ! Bonne nouvelle : dans un des derniers numéros de Spirou (celui d’il y a quinze jours, je crois), il y avait les premières planches du tome 4 !! (Travailler en bibli, c’est trop bien !).
      J’ai trouvé aussi que les boucles étaient super bien gérées dans Dark ! Et pareil pour les infos, faut vraiment bien regarder, c’est hyper prenant ! Et ce rebondissement final !!

      J'aime

  2. Solessor dit :

    De mémoire, j’avais trouvé l’adaptation de Zombillenium sympa ! C’est une série BD super originale, j’ai tout de suite adhéré.
    J’ai noté pas mal de titres, pour changer… Les Soeurs Carmine je le vois partout en ce moment, et tout le monde adore semblerait-il !
    C’est dommage l’adaptation de Glacé. Je me gardais ça pour après la lecture du roman, mais du coup, pas sûre sûre. Ascension je ne l’avais pas vu passer, et Dark est déjà dans mes séries à voir, et ça me conforte.
    Et tu m’as donné super envie de découvrir Isabelle Dethan, accessoirement…

    J'aime

    • Sia dit :

      Je suis sûre que Les Sœurs Carmines pourrait te plaire !
      Si tu regardes Glacé, j’aimerais beaucoup ton sentiment quant à l’adaptation du roman (que je n’ai pas lu du coup). Mais je te recommande chaudement les deux autres !
      Tout comme les BD d’Isabelle Dethan 🙂

      J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s