Sang-de-Lune, Charlotte Bousquet.

sang-de-lune-charlotte-bousquet

Alta. Une cité où les femmes sont soumises à l’autorité des fils-du-soleil. Gia, comme toutes les Sang-de-lune, doit docilement se plier aux règles édictées par le conseil des Sept, sous peine de réclusion, ou pire, de mort. Impossible d’échapper au joug de cette société où règne la terreur. Pourtant, le jour où sa petite sœur Arienn découvre la carte d’un monde inconnu, les deux jeunes filles se prennent à rêver à une possible liberté. Mais ce rêve est bientôt menacé par l’annonce du mariage de Gia. Le temps presse, elles doivent fuir. Or, pour atteindre ce monde mystérieux qui cristallise leurs espoirs, toutes deux doivent traverser les Régions Libres, un territoire effrayant où cohabitent hordes barbares et créatures monstrueuses, issues de la matière même de l’obscurité…

À Alta, les Fils-du-Soleil, les hommes, règnent en maître, dominent les Sang-de-Lune, les femmes, et édictent leurs règles misogynes. En effet, selon les légendes et la mythologie de cet univers, les hommes sont issus de l’astre solaire trahi, en des temps immémoriaux, par la Lune (qui se manifeste, chez les femmes, par des pertes de sang chroniques ; comme c’est pratique). En conséquence de quoi, les Sang-de-Lune sont sujettes aux Ténèbres, qui risquent de les engloutir à tout moment, raison pour laquelle il est du « devoir » des hommes de les dominer. Privées de toute liberté, ces dernières sont donc totalement soumises à leurs époux, pères ou frères – évidemment, toute ressemblance avec la réalité est loin d’être fortuite.

Alta est une cité souterraine ; au fil des pages, on s’aperçoit que la société d’Alta se situe dans notre futur. Suite à une catastrophe écologique et humanitaire, l’humanité s’est réfugiée sous terre et a développée les lois ô combien injustes décrites par Charlotte Bousquet. Dès le départ, le roman se place donc sous le double patronage des littératures post-apocalyptiques et dystopiques.

Mais l’auteur se joue des clichés du genre. En effet, Gia, la protagoniste, est plutôt passive et loin d’être l’élément perturbateur. Ce rôle revient en fait à Arienn, la petite sœur, dont les velléités révolutionnaires ne sont pas un secret pour sa sœur aînée. Et c’est uniquement pour la sauver, elle, que Gia va quitter sa zone de confort ! Voilà qui change, car on a plus l’habitude de suivre le personnage qui se rebelle et fait évoluer la situation. Ainsi, le duo permet de montrer toutes les turpitudes de cette société. La rébellion d’Arienn montre à quel point la situation dans laquelle les Sang-de-Lune sont maintenues est révoltante ; la passivité de Gia montre les ravages que peuvent provoquer la propagande et les lavages de cerveau auxquelles elles sont soumises. En effet, à force de leur répéter qu’elles sont mauvaises et vouées aux Ténèbres, les femmes ne peuvent qu’être persuadées qu’il s’agit là de la réalité…
Entendons-nous bien, le roman est, la plupart du temps, absolument révoltant, et ce d’autant plus lorsque l’on sait que ce que décrit Charlotte Bousquet est loin d’être de la science-fiction pour de trop nombreuses femmes encore dans le monde et pend au nez de nombreuses autres, si notre société continue dans le chemin dit civilisé qu’elle semble vouloir emprunter. Le récit de Charlotte Bousquet n’invente rien mais décrit à merveille, sous couvert de science-fiction, ce que l’on impose un peu partout dans le monde : obscurantisme, oppression religieuse, fanatisme, banalisation de la violence, sexisme et misogynie sont de la partie. Quand on dit que le texte est révoltant, c’est qu’il cristallise, en fait, les pires travers de notre société. Difficile, donc, de le lire en restant parfaitement calme !
Ainsi, le récit porte une intelligente réflexion sur les relations entre les deux sexes, qui ne pourra que pousser le lecteur à réfléchir.

Parallèlement à cela, le récit a toutes les qualités d’une dystopie : suite à la rébellion initiale, il y a de l’action (mais pas en excès) et un tas de rebondissements, parfois inattendus. L’histoire présente également son lot de traîtres, de profondes réflexions et d’histoires d’amour – quoi que ces dernières soient loin, très loin d’être au centre de l’histoire, laquelle porte vraiment sur les rouages de cette société.

Difficile de faire du neuf avec la dystopie, pourrait-on penser, mais Charlotte Bousquet s’y entend pour jouer sur les codes du genre et proposer un roman à la fois original et profondément habile. La situation qu’il décrit, pour révoltante qu’elle soit, n’en reste pas moins la dure réalité pour de trop nombreuses femmes dans le monde, un point qu’il ne faudra, semble-t-il, jamais cesser de dénoncer. Ce que ce roman fait à merveille.

Sang-de-Lune, Charlotte Bousquet. Gulf Stream (Électrogène), août 2016, 320 p. 
Publicités

11 commentaires sur “Sang-de-Lune, Charlotte Bousquet.

  1. bouchondesbois dit :

    Ooh, dis donc ! Je n’en avais absolument pas entendu parler, mais il a l’air top ! Je note, merci Sia 😀

    J'aime

  2. plumesdelune dit :

    Il m’intrigue celui-là, ta chronique donne envie !
    Kin

    J'aime

  3. erine6 dit :

    Je vais aller l’ajouter à ma WL car il tente bien même si je sens que je vais m’agacer sur de nombreux passages au vu de ta chronique.

    J'aime

  4. Osmonde dit :

    direction ma wish list 🙂

    J'aime

  5. […] Sang-de-lune, Charlotte Bousquet : admirablement présenté par Sia, et lui aussi entré dans ma PAL en même temps que les deux autres. Comment ça, j’ai […]

    J'aime

  6. C’est vrai qu’il y a beaucoup (peut-être trop) de dystopies en ce moment mais tu me donnes bien envie de découvrir celle-ci. J’avais été assez mitigé par le premier tome de La Peau des rêves.

    J'aime

    • Sia dit :

      Ha, c’est une série que je n’ai malheureusement pas lue. Et c’est entièrement vrai que l’on croule sous les dystopies, c’est donc d’autant plus agréable d’en trouver une bien ficelée !

      J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s