Bastards, Ayerdhal.

bastards-ayerdhal

Depuis qu’il a été récompensé par le prix Pulitzer, Alexander Byrd est à court d’inspiration. En désespoir de cause, il envisage de s’inscrire au cours d’écriture créative de Colum McCann, qui attire son attention sur un curieux fait divers, une très vieille dame qui se serait débarrassée de trois agresseurs avec un outil de jardin et la seule aide d’un chat, Cat-Oldie. Entre l’écrivain et la vieille dame naît une relation étrange. Des femmes aussi félines que fatales, sensuelles, protectrices et violentes, font leur apparition dans sa vie, se révélant impliquées dans une étrange guerre dont les racines plongent profondément dans l’histoire… La quête d’Alexander se transforme en une dangereuse investigation qui ravive une guerre entre services spéciaux impliquant cette mystérieuse matriarche, et le conduit à requérir l’assistance de ses amis Norman Spinrad et Jerome Charyn…

Aaaaaah, voilà une lecture qui m’aura hautement enthousiasmée ! À tel point que je regrette de n’avoir pas lu de roman d’Ayerdhal plus tôt !

Déjà, cela commence fort bien, avec un personnage principal auteur, accablé par le syndrome de la page blanche depuis son prix Pulitzer. En recherche d’inspiration, il croise donc un tas d’autres auteurs, parmi lesquels Colum McCann, Jérôme Charyn, Paul Auster ou Norman Spinrad, dont certains tiennent même des rôles absolument capitaux !
Voilà pour les hommes. Non parce qu’en fait, ce sont plutôt les femmes qui tiennent la dragée haute dans ce roman ! Et quelles femmes ! Alex, en effet, a le don de faire tourner les têtes : s’il pense toujours à son épouse (décédée dans les attentats du 11 septembre) et passe volontiers du bon temps avec Maria, sa meilleure amie, il ne tarde pas à rencontrer quelques perles rares parmi les recrues de Cat-Oldie.
Celle-ci semble régner sur une véritable organisation matriarcale, qui regroupe des femmes aussi rusées que puissantes ! Bien vite, on se retrouve à revisiter les mythes liés au chat, à l’Égypte ancienne et, bien sûr, à la féminité. Et je vais m’arrêter là afin de ne pas divulgâcher bêtement l’intrigue, car au vu de la qualité, ce serait franchement dommage.

Ayerdhal tisse les intrigues, entrecroise les destinées des personnages et les niveaux. Résultat, l’histoire flirte avec le thriller, le roman d’espionnage et le récit à tendance mythologique. L’auteur joue des codes des trois genres en virtuose, à un rythme qui ne laisse au lecteur aucune répit. Le roman, d’ailleurs, est découpé en grands actes, à la façon d’une pièce de théâtre, avec prologues annonciateurs et pleins de mystères, entractes et épilogues réussis. Difficile de s’arrêter entre les scènes et les actes tant l’histoire est prenante !
Avec ça, l’auteur joue sur mythes de l’Egypte antique et sur ceux liés aux guerres inter-services spéciaux. Le mélange entre antiquités et hyper-modernité est parfaitement réussi ! Hormis une ou deux résolutions un peu faciles, l’intrigue est excellente de bout en bout.
Et la plume ! Volontiers poétique, riche, travaillée, elle souligne à merveille l’histoire.

Excellente découverte donc, que ce roman d’espionnage signé Ayerdhal ! C’est vif, prenant, complexe, parfois un peu baroque et génial de bout-en-bout. Au passage, l’auteur en profite pour évoquer avec une grande justesse la façon dont certains milieux très fermés organisent le contrôle du monde. Et c’est un volume unique ! Vous n’avez donc plus aucune raison de passer à côté !

Bastards, Ayerdhal. Le Livre de Poche, février 2016, 648 p. 

Publicités

14 commentaires sur “Bastards, Ayerdhal.

  1. Mana_ dit :

    Bastards avait été pour moi un grand coup de coeur, bien que ce ne soit pas le premier que je découvre.
    Je peux te conseiller dans la même veine Chroniques d’un rêve enclavé (SF dystopique) ou encore Rainbow Warriors (des LGBT qui veulent renverser une dictature africaine). On retrouve allègrement ce qui fait la patte de Yal, et ces deux oeuvres font également parties de mes coups de coeur pour cet auteur =)

    J'aime

  2. Finalement, je l’ai abandonné. L’intrigue aurait pu me plaire mais j’ai complètement été rebutée par le style d’écriture or c’est le truc qui peut complètement desservir un livre à mes yeux. (et en plus de ça, je devais le rendre dans quelques jours donc les conditions n’étaient pas des meilleures x) )Dommage … en plus, je ne suis pas très enthousiaste pour tenter de découvrir un de ses livres SF parce que je crains de retomber sur le même style. :/

    J'aime

    • Sia dit :

      Qu’est-ce qui t’a gênée dans l’écriture ? Il y a certains passages où j’ai trouvé qu’il se laissait un peu emporter mais hormis ça, j’ai bien aimé. Mais ce que tu dis me donne envie d’en lire un autre pour voir s’il reste sur un style similaire ou s’il en change.

      J'aime

      • Je n’ai pas apprécié l’utilisation du présent à la 3ème personne :/ mais le plus étrange, c’est que j’ai déjà lu des livres qui utilisaient le présent sans que ça me gène mais semblerait qu’à la 3ème personne, ça passe moins. Et puis, il y a eu une scène de cul qui m’a pas mal exaspéré (celle avec l’infirmière dans le vestiaire. Je l’ai trouvé limite caricaturale dans son déroulement et dans son contexte).

        J'aime

      • Sia dit :

        Alors c’est marrant car je déteste les récits au présent et là, pour une fois, j’ai accroché… Mystère !
        Et je vois qu’on pensait à la même scène surréaliste, ça me rassure 😀 (non vraiment, c’était bien trop tiré par les cheveux pour être honnête !)

        J'aime

  3. valeriane dit :

    Ayerdhal était un fameux conteur!
    J’ai ce titre dans ma PAL depuis quelques temps déjà.
    Ma première rencontre avec lui, c’était Rainbow warrior, puis avec Chronique d’un rêve enclavé.

    Je viens bien vite sortir celui-là! Il est temps!
    Puis tu donnes envie aussi 😉

    J'aime

  4. Lupa dit :

    Effectivement, plus aucune raison de passer à côté, surtout que « Chroniques d’un rêve enclavé » me fait déjà rêver rien que par son titre ! Celui-ci ira donc rejoindre son petit frère, merci 🙂

    J'aime

  5. Camille dit :

    Oh dis donc! Ça donne trop envie ça! Je ne connais l’auteur que de nom! ^^

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s