Créatures célestes, Yin et le dragon #1, Richard Marazano & Xu Yao.

yin-et-le-dragon-1-créatures-célestes-marazano-xu-yao

Shanghai 1937. L’armée impériale japonaise a fait main basse sur une large partie de la côte chinoise. En ces temps de tristesse, la menace de l’antique prophétie plane, celle de l’invincible dragon noir Gongong qui doit venir anéantir les hommes quand le désespoir et la haine régneront. Yin, petite fille d’une dizaine d’année, est élevée par son grand-père pêcheur, Liu. Un soir, alors que Liu sort en mer, Yin se faufile sur le bateau. Soudain une bête puissante se débat dans ses filets : un dragon d’or, blessé, que Yin convint son grand-père de cacher et de soigner… Une décision qui les emmènera bien plus loin qu’ils ne le pensaient. Heureusement, Yin a plus d’un tour dans son sac.

Voilà un premier tome de série réussi ! Déjà car il est difficile de ne pas craquer pour la bouille irrésistible de Yin !
Richard Marazano met en scène des personnages très attachants : Yin, on l’a vu, est une délicieuse petite fille. Débrouillarde, fine, elle a aussi bon cœur et sait faire preuve de ruse quand il le faut. Son grand-père, quelque peu dépassé par les facéties de sa petite-fille doit à la fois subvenir aux besoins de sa famille et faire avec l’occupation japonaise, qui n’est rien moins que tendre. De ce côté-là, on suit d’ailleurs un capitaine dont les motivations semblent troubles : n’est-il qu’un occupant brutal ou a-t-il des sympathies pour les occupés ? Ses actes laissent, pour l’instant, pencher pour la deuxième option, et viennent nettement nuancer les actes de ses compatriotes.

Ce premier volume sert à mettre en scène personnages, décor et ambiance. De ce côté-là, l’intrigue mêle avec une grande habileté Histoire chinoise et intrigue proprement fantastique liée au dragon et à la prophétie, les deux pans occupant des parts égales. Et difficile de savoir lequel passionne le plus. Au premier rang, on observe la façon dont les Japonais s’approprient le territoire et la façon dont les habitants tentent de cohabiter malgré la peur et les sévices. De l’autre, Marazano met en scène la – très – difficile cohabitation entre Yin, son grand-père et le dragon. Y parviendront-ils ? Question que l’on peut, de fait, appliquer aux Chinois et Japonais.
Autre inquiétude : que manigancent, au juste, ces derniers ?

Si l’histoire est assez posée et suit un rythme plutôt calme, ces questions en suspens induisent un suspens qui se maintient tout du long. Et ce n’est pas la révélation finale qui le fait retomber !

Xu Yao, au dessin, magnifie l’histoire de son trait plein et rond, souligné par des couleurs sombres, relevées par les ocres du dragon. En un mot : sublime !

Créatures célestes débute en douceur la trilogie. En mêlant aussi habilement mythologie chinoise et guerre sino-japonaise, Richard Marazano et Xu Yao signent un album soigné, dynamique, très prenant et dont on attend – évidemment – impatiemment la suite. 

Yin et le dragon #1, Créatures célestes, Richard Marazano et Xu Yao. Rue de Sèvres, janvier 2016, 54 p.
Publicités

8 commentaires sur “Créatures célestes, Yin et le dragon #1, Richard Marazano & Xu Yao.

  1. bea285 dit :

    Il est dans ma PAL! Mais je veux d’abord finir la série Le rêve du papillon avant de découvrir l’album. Mais le graphisme a vraiment l’air somptueux. Bisous Sia!

    J'aime

  2. Amarüel dit :

    Il a l’air superbe et ce que tu en dis donne très envie… Je sens que je vais pas résister !

    J'aime

  3. solessor dit :

    Oh ouah, ces quelques images que tu partages attisent déjà la tendresse pour Yin ! ça respire la malice, je trouve ! Et couleurs magnifiques… Bon, wish. Après Le Soufflevent, je suis sûre que ce sera encore une belle découverte !

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s