[2016] Petit bilan d’avril.

Avril n’aura pas été bien riche en lectures, la faute à une persistante panne de lecture fort agaçante. J’ai donc fait le plein de série, en attendant.

Films, séries. 

Côté séries, j’ai ENFIN mis le nez dans Downton Abbey ! Et quelle découverte !
Downton Abbey, c’est l’histoire de la famille Crawley, qui possède l’immense domaine éponyme. Au début de la série, en 2012, c’est la cata. L’héritier de la famille, fiancé de la fille aînée, meurt dans le naufrage du Titanic. Or, une clause spéciale empêche les trois filles de lord Grantham, Mary, Edith et Sybil, d’hériter en leur propre nom : le domaine, le titre et la fortune des Crawley ne peuvent passer qu’à un héritier mâle. Il faut donc trouver un nouvel héritier parmi les lointains cousins et assurer la survie du domaine. Pas évident. Heureusement, la famille trouve assez vite Matthew Crawley, jeune avocat travailleur, issu de la haute bourgeoisie (mais pas de l’aristocratie), qui vient vivre sur le domaine et découvre un mode de vie aux antipodes du sien (clash en perspective !). Tout cela nous mène assez vite en 1914, mine de rien…
Voilà une excellente série historique ! L’histoire est absolument passionnante car le scénario nous fait suivre les intrigues des membres de la famille Crawley, mais aussi des nombreux domestiques qui travaillent sur le domaine, et ce à parts égales. De plus, l’histoire fait la part belle à la géopolitique, à l’évolution de la société anglaise, des mœurs et de la situation des femmes (nombreuses dans la série).
Les personnages sont creusés et on se surprend, tour à tour, à les adorer ou à les détester suivant les péripéties (quels qu’ils soient). Enfin, décors et costumes sont absolument déments et nous immergent dans la période. Il faudrait encore parler de la richesse des intrigues (sur 6 saisons, on ne s’ennuie pas un instant !), de la façon dont l’histoire fait s’entrecroiser les trajectoires des aristocrates comme des domestiques, tout en ébauchant une critique sociale intelligente et pertinente. Bref : une série géniale !

Côté films, je suis allée voir Captain America : Civil War.
N’ayant pas vu le deuxième opus de la série, il m’a manqué quelques infos pour suivre sereinement l’histoire mais, de fait, c’était un bon film d’action, quoiqu’un peu long. Donc ça se tatane joyeusement dans tous les sens, il y a rapidement deux bandes d’Avengers opposées qui se déchirent : doivent-ils se placer sous l’autorité directe de l’ONU afin d’arrêter de massacrer des gens au cours de leurs sauvetages ou continuer d’être un organisme privé qui agit comme bon lui semble ?
De fait, le questionnement est vraiment intéressant : les victimes que l’on fait en « mission de sauvetage » sont-elles quantité négligeable ?
Le film est très long mais prend vraiment le temps de développer les personnages, leurs questionnements, disputes et autres affrontements. De plus, on rencontre pas mal de justiciers. Outre Captain America, il y a Clint, Scarlet Witch, Antman, Black Panther, Falco, Black Widow, Vision, Iron Man et Rhodes et Spiderman (si je n’ai oublié personne). Bon, finalement, c’est plus un film sur les Avengers que sur Captain America lui-même mais ça se regarde agréablement !

The Circle : chapitre 1, Les Élues.
Je suis également allée voir l’adaptation cinématographique du Cercle des jeunes élues, un roman suédois pour lequel j’avais eu un coup de cœur, mais qui n’a manifestement pas super bien fonctionné en France – heureusement, la sortie du film lui vaut une parution poche et une reprise de la série ! Le film était à la fois très bon et pas tout à fait au niveau du roman. Tout d’abord, il y a quelques problèmes de rythme : alors que, dans le roman, les filles font un apprentissage assez long, ici elles semblent maîtriser leurs pouvoirs en un claquement de doigt. De plus, le film est constitué de longs plans très figuratifs (mais sublimes !) et d’échanges de regards, sous-entendus et autres non-dits. Or, si tout cela est très clair dans le roman, cela reste un peu nébuleux dans le film et introduit des longueurs. De plus, en opérant quelques raccourcis, le film est un poil cliché (alors que le roman ne l’était pas) mais, ceci étant dit, c’est une super histoire mêlant fantastique et thriller réaliste. Par ailleurs, le film propose une intéressante réflexion sur le passage à l’âge adulte (comme dans le roman). Enfin, esthétiquement, c’est superbe et le tout est souligné par une bande-son rock démentielle ! J’ai donc hâte de voir ce qu’ils en feront par la suite – et de lire le deuxième opus, évidemment.

Tops & Flops.

La rubrique va être maigre, ce mois-ci!

l-énigme-du-magicien-le-secret-de-l-inventeur-2-andrea-cremerJe n’ai pas été totalement convaincue par le deuxième volume du Secret de l’inventeurL’énigme du magicien, la série steampunk d’Andrea Cremer. Les péripéties ne sont pas toujours bien amenées, il y a quelques incohérences et je l’ai trouvé globalement assez long. Heureusement, il y a d’intéressants rebondissements (notamment le dernier !) et des révélations qui tiennent la route : lecture en demi-teinte, donc, mais pas assez pour me donner envie de passer mon chemin sur la suite.

Côté chouettes découvertes, il y a eu Le Dernier songe de Lord Scriven d’Éric Senabre, un polarle-dernier-songe-de-lord-scriven-eric-senabre holmesien et fantastique d’excellente facture. L’intrigue est bien ficelée, originale et rythmée, ce qui compense la légère superficialité des personnages. A la fin du volume, Éric Senabre dit que Banerjee reviendra : j’ai hâte de découvrir les prochaines aventures du duo !

Citations. 

« J’étais stupéfait de voir avec quelle rapidité le cerveau humain pouvait se reprogrammer: suivre quelqu’un un jour, suivre un autre le lendemain; le tout sans jamais prendre de décision soi-même. »
Les Décharnés, Paul Clément.

***

« Le problème, avec les empires, c’est leur incapacité à s’adapter au changement. »
L’énigme du magicien, Andrea Cremer.

***

« Quand, dans ta chambre, s’ouvre une autre dimension…
A la nuit tombée, tu es sur le point de t’endormir. Brusquement, tu sens que tout ton corps se met à trembler lorsque tu découvres qu’un passage vers d’autres mondes s’ouvre dans l’un des murs. Tu t’attends à voir surgir, d’un moment à l’autre, un énorme monstre gélatineux.
Dans une telle situation, on le sait depuis dès siècles, il est recommandé de rester bien caché sous les couvertures. Aussi incroyable que cela puisse te paraître, ces êtres sont extrêmement allergiques aux minuscules acariens qui se logent dans le linge de lit. »
À la nuit tombée : conseils aux monstres et aux enfants pour bien vivre ensemble, Enrique Quevedo.

***

« Les souvenirs ne sont pas toujours des compagnons confortables… mais il faut néanmoins cheminer avec eux. »

« Nous la suivîmes dans une pièce qui ressemblait à ce point à l’idée que je me faisais d’un salon de manoir que j’en vins à me demander s’il ne s’agissait pas d’un décor de théâtre. Rien, absolument rien, ne manquait : la bibliothèque avec ses grands volumes reliés en cuir qui n’avaient pas dû avoir d’autres visiteurs que des mouches et des mites au cours des deux cents dernières années ; de vénérables chaises assemblées en cercle autour d’une table basse en marbre ; des tapisseries ; des banquettes accueillantes ; quelques vases et bibelots chinois ; un gramophone ; des tableaux de chasse ; et bien entendu, un piano à queue et une harpe. Tout l’ennui du monde concentré dans un seul et même lieu. »
Le Dernier songe de Lord Scriven, Éric Senabre.

Publicités

8 commentaires sur “[2016] Petit bilan d’avril.

  1. Mariejuliet dit :

    C’est aussi bien de ne pas avoir trop de flop 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Camille dit :

    Ah oui! Il faut que je reprenne Downton Abbey! J’ai vu 3 saison et j’ai loupé la diffusion de la saison 4… Civil war m’a beaucoup plu! C’est fin niveau interrogations et psychologie des personnages! La scène de bataille entre les personnages est géniale dans le style « je te tape mais je t’aime quand même! »

    J'aime

  3. vinushka64 dit :

    Il faut que je finisse la dernière saison de Downton Abbey, j’adore également cette série ! Pour ne rien gâcher, elle est très bien faite avec des décors et costumes sublimes.

    J'aime

  4. solessor dit :

    J’entends parler de Downtown Abbey depuis un bail, mais n’ai toujours pas franchi le cap. Tellement de séries à regarder… ^^ Elle passe au-dessus des autres, selon toi ?

    J’ai vu Captain America, et mon ressenti est le même que le tien. Un peu long par moments, et ça aurait mérité de s’appeler Avengers plutôt que Captain America. Mais c’est un moment de cinéma distrayant.

    Le secret de l’inventeur ne m’avait pas impressionnée outre mesure, je garde le 2 dans un coin de la tête mais n’en fais pas une priorité. Ce que tu en dis me conforte dans mon idée : on verra plus tard. Après cette histoire de Lord Scriven, par exemple !

    Joli petit bilan tout de même !

    J'aime

    • Sia dit :

      Oh oui, Downton Abbey passe au-dessus des autres séries selon moi ! C’est sublime et génial (mais faut aimer les séries historiques !).
      J’attends de pied ferme le tome 3 du Secret de l’inventeur, par contre, parce que je n’ai pas été tellement emballée par le 2 – au choix, dans le même style, j’ai nettement préféré Le Dernier songe de Lord Scriven !

      J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s