[2016] Petit bilan de janvier

Carnet de lectures.

Le Manuscrit perdu de Jane Austen, Syrie James.
Ce mois-ci, j’ai lu une romance et, pour une fois, je dois dire que j’ai trouvé ça moins chiant qu’à l’accoutumée !
C’est donc l’histoire de Samantha, dite Sam, jeune bibliothécaire américaine en vacances à Oxford. Pendant que son petit ami, Stephen, participe à un symposium médical, la jeune femme revient sur les lieux de ses études, durant lesquelles elle avait commencé une thèse sur l’œuvre de Jane Austen. Pour passer le temps, elle s’offre un recueil de poèmes anciens. Surprise… dans les dernières pages, elle découvre une lettre manuscrite, déplorant un manuscrit égaré à Greenbriar. Pour Sam, pas de doute : l’auteur de la lettre (non signée) ne peut être que Jane Austen. Du coup… l’auteur aurait-elle pu écrire un septième roman inconnu du public ? Pour Sam, ça ne fait aucun doute : la voilà donc lancée sur la piste de Greenbriar. Elle trouve assez vite le manoir et son très séduisant propriétaire (riche et célibataire, ça tombe bien, non ?).
En fait, il y a deux romans dans le roman. En effet, Sam ne tarde pas à mettre la main sur le fameux manuscrit, intitulé Les Stanhope. Elle et Anthony se mettent à le lire et le lecteur avec. La romance contemporaine n’est pas franchement passionnante : elle est cousue de fil blanc et semble même un peu bâclée. En revanche, le pastiche austenien est plutôt réussi, tant du point de vue du fond que de la forme ! Comme le roman alterne (plusieurs chapitres des Stanhope contre un ou deux de l’histoire de Sam), il y a pas mal de suspense – surtout côté Stanhope. Chouette découverte, donc.

Rayon albums.

Cela fait des lustres que je dis qu’il faut que je lise des albums, j’ai profité de janvier pour en lire deux : pas le bout du monde, mais un bon début.
On attaque avec Le bisou arc-en-ciel de Kimiko à L’École des loisirs. C’est l’histoire de deux oursons : Lola se blesse et Malo propose de lui faire un bisou magique pour la soigner. Saviez-vous qu’il existait une couleur par bisou et un bisou adapté à chaque situation ? Il y a celui pour soigner, celui pour chatouiller, celui du soir, des esquimaux, ou le bisou tout doux. C’est un album tout cartonné pour les tout-petits (les moins de 3 ans) vraiment mignon : les dessins sont tout en rondeur et chatoyants et Kimiko présente un bisou-couleur par double page (à peu de choses près). Double avantage de l’album : il permet de repérer les couleurs et d’associer chaque sentiment à une sensation. Mignon tout plein !

L’autre album était L’école des doudous : comment devenir un doudou, d’Isaly (au dessin) et de Frédérique Elbaz, aux éditions du Mercredi. Car, selon un célèbre (et anonyme) castor, on ne naît pas doudou, on le devient ! C’est l’histoire d’une petite vache-doudou qui s’ennuie salement sur une étagère jusqu’à ce qu’on l’emmène pour un lieu secret et hautement réjouissant : l’école de formation des doudous. Là, on suit le parcours (difficile et rigoureux !!) des aspirants doudous qui sont dans une école tout ce qu’il y a de plus traditionnelle (classes, dortoir, réfectoire, infirmerie, cours d’endurance, etc.). C’est à la fois bien mené, divertissant et cela redorera peut-être un peu le blason de ces doudous chéris et si souvent malmenés !

Tops & Flops. 

Ne sortir que trois titres au rang des très bonnes découvertes aura été assez difficile ce mois-ci car il y a eu de très chouettes lectures. Mais il y en a tout de même trois sur le podium !

l-aviatrice-paula-mc-lainL’aviatrice, de Paula McLain a été un gros coup de cœur, le premier de l’année, d’ailleurs. J’ai adoré découvrir la vie de Beryl Markham – une femme extraordinaire – et la vie dans la colonie anglaise au Kenya : j’ai eu un mal fou à lâcher le roman. Génialissime !

À un cheveu du coup de cœur, il y a eu Les Limites de l’enchantement, de Graham Joyce : les-limites-de-l-enchantement-graham-joycecomment parler correctement de ce roman absolument merveilleux (dans tous les sens du terme), subtil à souhait et dans lequel on se coule sans problème ? Difficile, franchement, donc un seul remède : lisez-le.

passeuse-de-rêves-lois-lowryLast but not least, Passeuse de rêve, de Lois Lowry que j’ai ENFIN lu. J’adore ce qu’écrit cette dame. Comme il fallait s’y attendre, c’était très émouvant, très profond, fluide comme tout. Superbe !
Promis, je chronique tout ça promptement un de ces quatre.

Il n’y a pas vraiment eu de flops ce mois-ci, plutôt des semi-flops, parce que je m’attendais certainement à autre chose sur ces titres-là.

les-disparus-de-clairdelune-christelle-dabosCroyez-bien que ça me fait mal au cœur de le mettre là, mais je dois reconnaître que Les Disparus du Clairdelune, tome 2 de la série La Passe-Miroir de Christelle Dabos, m’a un tantinet laissée sur ma faim… J’ai trouvé les personnages moins vivants que précédemment et l’intrigue parfois un peu indolente… Mais peut-être m’étais-je monté tout un cinéma à force d’attendre la parution (ce qui n’est pas impossible, avouons-le).

Au rayon romance, je ne vais pas reparler du Manuscrit perdu de Jane Austen, cité ci-dessus, si ce n’est pour dire qu’en fait, Les Stanhope tout seul aurait largement fait l’affaire 🙂

Et pour mon premier Indridason, je dois reconnaître que je n’ai pas été totalement happée par le récit, peut-être opération-napoléon-arnaldur-indridasonparce que la surenchère d’hypothèses historiques s’est avérée, finalement, lassante et que la violence présente tout au long du récit dépassait quelque peu mes limites de tolérance. En dehors de cela, je l’ai trouvé vraiment prenant !

Citations.

« Mon Dieu! Et moi qui croyais depuis toujours que ce métier consistait à ranger les bouquins et les distribuer aux lecteurs!
– Malheureusement, vous n’êtes pas le seul dans ce cas. Ce qui explique pourquoi de nombreux établissements opèrent des coupes drastiques dans nos budgets et licencient à tour de bras : ils estiment qu’Internet nous a rendus obsolètes.»
Le Manuscrit perdu de Jane Austen, Syrie James – spéciale dédicace à mes collègues.

***

« Tu sais pourquoi j’aime tant les roses ? Pas parce que sont des fleurs romantiques ou parce qu’elles permettent de jouer les jolis cœur, comme tu me l’as reproché lors de notre première rencontre. Les roses n’ont rien de mièvre ou de gentil, elles sont juste vraies. Cruellement vraies. Si leurs pétales nous montrent que la vie est belle à couper le souffle, leurs épines nous rappellent qu’elle est dangereuse à en crever.»

« Même dans les situations les plus difficiles, il reste toujours un espoir. Même dans les mines les plus asséchées, il reste toujours une pépite.»

Safia est beaucoup moins diplomate.
« Tu n’es qu’une brute, Alexeï ! Et un idiot ! »
Il détourne un instant les yeux de Samson, pour fixer la petite Indienne.
« T’as pas l’impression de te gourer de camp ? lui lance-t-il. Tu devrais plutôt être solidaire avec moi. Toi aussi tu as été trompée !
– N’importe quoi.
– Comment tu peux en être si sûre ?
– Il n’y aura jamais aucune place pour la jalousie entre Samson et moi. Si je t’expliquais pourquoi, je ne suis pas certaine que tu comprendrais. Personne ne t’a trompé, Alexeï, mais tu portes quand même des cornes : parce que tu es bête à manger du foin ! »
Phobos, tome 2, Victor Dixen.

***

« Je sortis de ma pioche une petite fiole, un mélange d’huiles que mon père et moi utilisions à la ferme, et dont j’avais tenté de perfectionner la recette.
– Pour lui réhydrater la peau, précisai-je.
En laissant le palefrenier faire son travail, j’aperçus le manager du ranch, le bras droit de D. Il nous avait observés. Boy Long avait un physique exotique pour ce coin d’Afrique avec ses cheveux raide d’un noir de jais et l’anneau d’or qu’il portait à l’oreille. Il me faisait penser à un pirate.
– Qu’est-ce qu’il y a dans cette teinture ? me lança-t-il.
– Rien d’extraordinaire.
Il me toisa de la tête aux pieds.
– Je ne te crois pas, mais tu peux garder ton secret.
Quelques jours plus tard, je regardais, derrière la clôture du manège, le palefrenier en train de faire tourner Dynasty à la longe. Les plaies de la jument étaient en voie de guérison et déjà sa robe brillait. Même si Boy ne resta à mes côtés sans rien dire que quelques minutes, je sentais que son attention était autant sur moi que sur le cheval.
– Quand D. m’a annoncé qu’il avait embauché une fille, j’ai cru qu’il était devenu fou, laissa-t-il tomber finalement.
Je haussai les épaules sans quitter des yeux Dynasty. Elle évoluait bien, ne manifestant aucune douleur.
– J’ai fait ça toute ma vie, monsieur Long.
– Je vois ça. Cela ne me déplaît pas d’avoir tort de temps en temps. ça entretient ma vigilance.»
L’Aviatrice, Paula McLain.

***

« La première fois que je vous ai vue, je me suis fait une piètre opinion de vous. Je vous croyais sans jugeote et sans caractère, incapable de tenir jusqu’au mariage. Ça restera à jamais la plus grosse erreur de ma vie.»

« Le passé n’était pas toujours beau à regarder, mais les erreurs des personnes qui l’avaient précédée sur Terre étaient aussi devenues les siennes. Si Ophélie avait retenu une chose dans la vie, c’était que les erreurs étaient indispensables pour se construire.»

«Sa question fut laconique :
– Votre cœur?
– Il va bien, balbutia-t-elle. L’illusion est passée. Je me sens m…
Ophélie ne termina pas sa phrase. Thorn avait refermé ses bras sur elle avec une force qui lui coupa le souffle. Elle ouvrit grand les yeux sur cette obscurité qui produisait des battements précipités. Elle ne comprenait pas Thorn aurait dû l’accabler de reproches, la secouer furieusement. Pourquoi la serrait-il contre lui?
– Quand je vous ai dit que vous aviez une prédisposition surnaturelle aux catastrophes, ce n’était pas une invitation à me donner raison.»
Les Disparus du Clairdelune, Christelle Dabos.

***

« Des femmes et des hommes qui vivent ensemble, c’est quand même pas mal. »
Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous, Nathalie Stragier.

Publicités

13 commentaires sur “[2016] Petit bilan de janvier

  1. Nathalie dit :

    J’avais adoré « Lignes de vie » de Graham Joyce, il faut vraiment que je lise celui-là aussi !

    J'aime

  2. Acr0 dit :

    Oups, le presque demi flop ! Du coup, tu n’attendras pas grand-chose de la parution du troisième… et bim, coup de cœur 😉

    J'aime

  3. Rose dit :

    Bon, je viens de me prendre Passeuse de rêve sur mon Kindle suite à cet article … J’espère avoir le même enthousiasme que pour le Passeur !

    J'aime

  4. Pitiponks dit :

    Joli point lecture! J’ai Le Manuscit Perdu de Jane Austen dans ma PAL depuis plus d’un an… Il faudrait vraiment que je le lise!! Les Limites de l’enchantement m’intrigue bien…

    J'aime

  5. Oh non, trop dommage pour Les disparus du Clairdelune!! Sinon un beau bilan 🙂 Bonnes lectures ce mois-ci!

    J'aime

  6. Camille dit :

    Oh tu as lu une romance!!! Bon c’est pas le côté romance qui t’a plu alors bon… 😛
    La passe-miroir dans les flops! Snif!

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s