Witch Fall, Amber Argyle.

witch-fall-amber-argyle

Par la grâce de leur chant, les sorcières président aux vents et aux marées, à la pluie et aux saisons. La jeune Lilette, élevée loin de sa terre natale suite au naufrage qui a coûté la vie à ses parents, oublie peu à peu les pouvoirs dont elle a hérité. Jusqu’au jour où, contrainte de chanter pour sauver son père adoptif, elle révèle à tous sa véritable nature. Puissante, la jeune sorcière suscite aussitôt convoitise et jalousie.
Mariée de force à un prince, menacée par d’invisibles ennemis, arrachée à son pays d’accueil, la jeune fille se retrouve simple pion sur l’échiquier des puissants. D’autant qu’entre humains et sorcières, la guerre est bel et bien déclarée. Mais Lilette refuse d’être un jouet entre leurs mains, quitte à s’élever contre ses sœurs…

Witch Fall est une préquelle à l’histoire de Senna, narrée dans Witch Song et Witch Born – qu’il n’est pas nécessaire d’avoir lus pour découvrir cet opus puisqu’il n’y est pas question de Senna, mais d’une sorcière qui a vécu bien avant elle.
Sur les traces de Lilette, on découvre le royaume d’Harshen, au sud de l’univers créé par Amber Argyle. Et cet univers est extrêmement riche ! En découvrant les mœurs de l’île sur laquelle a grandi Lilette, ou la cité impériale, bien différentes de ce qu’on a vu au cours des pérégrinations de Senna, difficile de ne pas penser à la Chine antique. Les noms, l’organisation du palais, les descriptions de nourritures (boulettes de riz et rouleaux de printemps abondent), ou de lieux, les mœurs, tout évoque un empire asiatique remanié sauce fantasy. Car, bien sûr, les légendes et mythes qui font l’identité de cette culture sont, eux, inventés, et participent de la richesse de l’ensemble.

Coexistent là-dedans plusieurs bandes, aux intérêts pas forcément convergents. L’intrigue politique de cette préquelle est nettement plus fournie et complexe que celle de la série principale, et pour cause ! On découvre pourquoi et comment les sorcières, d’êtres justes et adulés, sont devenues des parias ! Détentrices de pouvoirs insoupçonnés, les sorcières sont, évidemment très convoitées. Mais leurs talents combinés et leur grande sagesse ne les empêche pas d’être faillibles. Complots, trahisons, corruption, les personnages ne reculent devant aucune bassesse, quel que soit leur bord. De fait, l’intrigue est aussi bien plus sombre que celle des deux autres volumes. Elle est aussi mieux organisée : les aventures de Senna avaient un côté assez linéaire, celles de Lilette sont plus chaotiques. En effet, elle est d’abord enlevée, puis mariée de force, puis récupérée par ses sœurs, et instruite. Avant de découvrir qu’elle a peut-être un rôle à jouer dans ce qui se trame (plutôt que d’être un pion dans le conflit politique opposant les sorcières à Harshen) : vraiment le roman n’usurpe pas ses quelques 500 pages, l’histoire est dense à souhaits et alterne agréablement entre scènes d’actions enlevées, batailles épiques et passages plus reposants. Et la descente aux enfers est parsemée d’embûches. Car avant que la guerre n’éclate, Lilette doit échapper à sa condition pour renouer avec ses sœurs.

Côté personnages, on découvre avec plaisir des personnages un peu plus étoffés que dans la série principale. Lilette évolue au milieu de fortes personnalités avec lesquelles il lui faut composer, qu’il s’agisse de la famille impériale, des sorcières, ou des protecteurs. Et si l’on peut regretter l’opposition un peu manichéenne entre les deux princes (le gentil ex-ami d’enfance versus le méchant mari), on se console avec l’agréable ambiguïté de Jolin.

L’auteur conclue joliment son roman, bien que la fin ressemble à celle qui clôt le diptyque consacré à Senna. Néanmoins, la conclusion est bien amenée et s’inscrit bien dans l’univers de l’histoire : que demander de plus ?

En somme, si la série consacrée à Brusenna est sympathique, cet opus consacré aux pérégrinations de Lilette et à l’histoire des sorcières est meilleur : plus sombre, plus prenant, il semble aussi plus maîtrisé. Point bonus : il peut être lu tout à fait indépendamment des deux précédents – mais pour qui les a lu, d’intéressants parallèles sont établis (comme l’histoire de l’origine des Mettlemots !).

◊ Dans la même série : Witch Song (1) ; Witch Born (2).

Witch Fall, préquelle, Amber Argyle. Traduit de l’anglais par Mathilde Montier et Arnold Petit.
Lumen, septembre 2015, 534 p. 
Publicités

6 commentaires sur “Witch Fall, Amber Argyle.

  1. Maya Loompa dit :

    Coucou ! Tu me donnes là très envie de lire ce livre, d’autant plus que tu dis qu’il n’est pas nécessaire de lire Witch Song et Witch Born pour en comprendre l’histoire. J’ai beaucoup de sagas en cours et ne veut pas en commencer d’autres pour le moment, donc si je peux le lire comme tome seul, je pense que c’est parfait (quitte à lire les deux autres plus tard, mais sans me sentir frustrée de cette attente^^). Et puis, je suis bien curieuse de savoir ce que peut donner de la fantasy dans un cadre asiatique ; à part Le Clan des Otoris (et encore, on ne peut pas vraiment parler de fantasy, juste quelques éléments relevant du surnaturel), je n’en connais pas d’autres !

    J'aime

  2. Lupa dit :

    Malgré que ma liste de Noel soit déjà plus que remplie, je pense céder à l’envie d’ajouter cette saga ! Merci 🙂

    J'aime

  3. […] Dernière fée de Bourbon d’Ophélie Bruneau, illustration de Nicolas Jamonneau (Le Chat Noir) – Witch Fall d’Amber Argyle, illustration de Laura Sava […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s