[2015] Petit bilan de septembre

Septembre en bref : des lectures, plein de brèves, le bilan du challenge steampunk et un chouette jeu vidéo !

Carnet de lectures.

Rentrée littéraire !

Eh oui, c’est la rentrée littéraire, encore, avec quelques 600 romans à découvrir. Comme je ne vais certainement pas chroniquer les – rares – titres que je vais lire, ils seront sûrement regroupés dans les petits bilans mensuels. Et on attaque avec des titres de septembre.

bilan-septembre-2015

Today we live, Emmanuelle Pirotte.

Il s’agit d’un premier roman qui explore la veine historique. Nous sommes en décembre 1944, dans les Ardennes. Renée, une enfant juive de 7 ans, a été accueillie par des fermiers. Mais les Allemands opèrent une contre-offensive meurtrière : les fermiers confient Renée au curé lequel, par chance, croise deux G.I. dans une jeep. Ni une ni deux, il leur confie la fillette. Or, les deux G.I. sont en fait des S.S. infiltrés qui vont, évidemment, abattre la fillette. Au moment fatidique, Renée regarde le soldat qui doit tirer droit dans les yeux. Troublé, celui-ci choisit inexplicablement d’abattre son camarade et se retrouve avec la gamine sur les bras dans ce qui va être une folle cavale (la région grouillant d’Alliés, dangereux pour Mathias, le S.S., et d’Allemands, dangereux pour Renée).
Voilà un roman très étonnant ! Ce que j’ai aimé, c’est que l’histoire est littéralement portée par les personnages, qui sont tous particulièrement creusés, gentils comme méchants. Autre point : il n’y a pas vraiment de personnages positifs. Renée est froide et cynique, malgré son jeune âge, Mathias est un nazi (donc… voilà), et côté Alliés, force est de constater que tout le monde n’est pas des plus sympathiques. Mais tous sont merveilleusement nuancés. Du coup, on se retrouve à prendre parti pour des personnages qui présentent assez mal sur le papier (Mathias, par exemple) et à en détester cordialement d’autres supposés plus héroïques (un certain G.I.), ce qui nous pousse à nous interroger sur la part d’humanité de chacun de façon intelligente.
Le début du roman est un peu lent, mais la tension grimpe au fil des pages et l’intrigue offre quelques belles scènes d’action. L’auteur offre, de plus, une très belle fin à cette histoire. Bonne pioche dans cette rentrée littéraire !

In utero, Julien Blanc-Gras. coupdecoeur

Deuxième bonne pioche dans la rentrée et coup de coeur ! Julien Blanc-Gras offre un titre un peu atypique mais tout simplement excellent. L’auteur a un problème : la Femme est enceinte. De lui, évidemment. Et maintenant… panique à bord. Parti chercher « paternité » sur internet, le voilà qui se retrouve à taper « Vol Patagonie aller simple ». Mince, un enfant, mais comment ça marche cette affaire ? Le plus important : avoir l’air de maîtriser la situation. Et ça, il sait faire.
Puisant dans son expérience de globe-trotter anthropologue, l’auteur tente d’aborder sereinement sa future paternité en mettant en parallèle ce qu’il a constaté dans d’autres pays, ce qu’il voit de ses yeux, ce qu’on lui dit, ses intuitions et celles de sa compagne et les expériences qu’il mène (de préférence avec les enfants des autres). Au fil des pages, c’est un véritable carnet de bord de la grossesse de sa compagne qui se dessine ! Pendant ce temps-là, la Femme resplendit.
L’affaire est donc traitée avec un sérieux mortel… sans que l’auteur ne se prenne au sérieux. Résultat ? C’est drôle. En fait, c’est même hilarant ! Et passionnant avec ça, car le tour du monde des cultures parentales et les réflexions menées par l’auteur, pleines de justesses, sont particulièrement intéressantes et percutantes ; à côté de sujets très sérieux, comme l’absence de traduction de « Papa » dans certaines langues, on s’interroge donc sur la possibilité (ou non) d’accoucher en chaussettes. Franchement, pensez-y. Au final, on a là un texte un peu improbable absolument passionnant : c’est une expérience très personnelle qui est décrite, mais de façon universelle. S’y mêlent petites angoisses bien compréhensibles, expériences réjouissantes, récit mêlant le documentaire et l’intime et réflexions proprement hilarantes. Le tout d’une plume vive et fluide. Tout simplement fabuleux ! Et le mieux, là-dedans, c’est que le texte est apte à parler à tous (non parents, parents tout courts, futurs parents).

L’Imposteur, Javier Cercas.

En 2005, l’affaire Enric Marco (94 ans aujourd’hui) éclate et scandalise non seulement l’Espagne, mais le monde entier. L’homme, président de l’Amicale de Mauthausen n’a, en fait, jamais été déporté (il était travailleur volontaire en Allemagne et a « simplement » été emprisonné). Se pose de la question de la véracité de son très glorieux C.V. de militant antifranquise et de son héroïsme en général. Il a fallu plusieurs années à Javier Cercas pour en venir à étudier le cas d’Enric Marco : lassé de ses romans inspirés du réel, il aspirait à de la fiction. Or, avec Marco, il est servi : son histoire n’est justement que fiction.
Le récit commence par un exposé des motivations et non-motivations de Javier Cercas pour l’écriture de ce livre ; l’auteur tergiverse, s’interroge et finit par se lancer. Vient ensuite la narration des entretiens avec Marco qui, tel une anguille, distille au compte-gouttes les informations et s’arrange pour guider le romancier vers le résultat qui l’arrange le mieux. Ce dernier ne s’en laisse pas compter et, à force de recherches patientes, démonte peu à peu le château de cartes que constitue la biographie d’Enric Marco, tout en s’interrogeant : sur la pertinence de son écrit, sur les liens entre fiction et mémoire historique, sur l’Histoire et la façon dont la mémoire la réinvente. Un peu déconcertant au réel mais littéralement passionnant !

Top & Flops.

Septembre a été un mois faste, avec seulement une lecture en demi-teinte !

la-voie-des-rois-2-les-archives-de-roshar-1-brandon-sandersonLa seconde partie de La Voie des rois de Brandon Sanderson a surpassé les promesses faites par le premier volume ! Même s’il s’agit d’une œuvre unique, à l’origine, et que ça n’a donc pas trop de sens de les lire séparément, je dois avouer que cette seconde partie a été une excellente lecture ! Coup de cœur !

Ensuite c’est au rayon bulles qu’il faut chercher les bonnes lectures.

La suite et fin du Château des étoiles d’Alex Alice était tout simplement époustouflante ! L’albumle-château-des-étoiles-2-alex-alice est tout simplement sublime et l’histoire haletante ! Vivement la prochaine série d’Alex Alice 🙂

a-silent-voice-5-yoshitoki-oimaLe 5e tome de A Silent Voice était, lui aussi, particulièrement prenant. Pas franchement trépidant, c’est vrai, mais les évolutions sont hyper intéressantes et la conclusion nous laisse sur des charbons ardents ! Il ne reste que deux tomes, difficile de prévoir comment cela va se terminer !

Côté déceptions, il y a Là où tombe la pluie, de Catherine Chanter, qui ne m’a pas bienlà-où-tombe-la-pluie-catherine-chanter passionnée, malgré de bons ingrédients de départ. J’ai trouvé l’histoire confuse, extrêmement longue et, finalement, narrée dans un contexte sous-exploité. Dommage !

Citations.

« On a deux nouvelles à vous annoncer.
Mon père, ma mère et mon frère se figent.
– Je suis enceinte, sourit la Femme.
Onomatopées de joie de la mère, petite larme. Sourire ravi du père, bruit d’un bouchon qui claque. Embrassades, etc.
– Et quelle est la deuxième nouvelle ?
– C’est moi le père.»
In utero, Julien Blanc-Gras.

«Laisser à ces deux-là le monopole de l’éther revenait à livrer un troupeau de moutons à deux aigles affamés… Voilà comment je voyais les choses… Lâchez UNE trottinette dans une cour de récré, et c’est la guerre… Donnez-en une à chaque élève, et vous aurez gagnez la paix. Et trois minutes plus tard, ce sera la course !»

« Je donnerais tout pour vous suivre, majesté. Mais à la fin de sa quête, le chevalier doit revenir dans son royaume avec le graal. sinon, ça n’est pas une quête… C’est juste une fuite. Revenez avec nous, majesté!
– Tu as raison. Mais je ne suis pas le chevalier de l’histoire… Je ne suis qu’un roi. Et ce monde n’a plus besoin de roi.»
Le Château des étoiles
, tome 2 : La Conquête de l’espace, Alex Alice.

5 commentaires sur “[2015] Petit bilan de septembre

  1. Acr0 dit :

    En même temps, s’il a commencé à taper « pat… » Google a dû lui proposer « Patagonie aller simple » 😀 (et la citation m’a bien fait sourire) Vivement que la saga La voie des rois soit entièrement disponible !

    J'aime

  2. Lupa dit :

    Quant à moi : « Pâte a crêpes »…, je suis repérée apparemment 😀
    Joli bilan, avec lequel je vais encore largement m’inspirer !

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s