Demain la Terre, anthologie

demain-la-terre-collectif

L’homme est en train de saccager sa planète. Par égoïsme, inconscience, obsession du profit. Effet de serre, bouleversements climatiques, pollutions de l’eau, de la terre, de l’air et du vivant, appauvrissement de la biodiversité, pénurie d’eau : la crise écologique est aiguë. Voilà le thème qu’explorent ces 5 nouvelles. 
Au sommaire, des nouvelles de Jean-Pierre Andrevon, Christophe Lambert, Danielle Martinigol et Jean-Pierre Hubert. 

J’ai toujours été une inconditionnelle de feue la collection Autres Mondes de Mango et cette anthologie dédiée à l’écologie n’a pas démenti la réputation de la collection, les quatre auteurs au sommaire proposant tous d’excellentes nouvelles.

♦ La Dernière pluie, Jean-Pierre Andrevon.

Cela fait des mois qu’il pleut. Une pluie noire de pollution. Chaque jour, le niveau de l’eau monte un peu plus. Cela fait des mois que les villes sont paralysées, des jours que Sébastien n’a plus mis les pieds au collège. Alors que tout le monde fuit vers les montagnes et autres hauteurs, le père de Sébastien, un génial ingénieur, s’acharne à fabriquer une mystérieuse machine, faite de bric et de broc, avec les matériaux récoltés alentours pour s’extraire de la situation et, pourquoi pas, tenter de sauver l’humanité en embarquant sur son arche – puisque c’en est une – autant de couples d’animaux et de spécimens de végétaux que possible.
Cette apocalypse est subie comme la conséquence inévitable des dérives humaines (et de l’effet de serre) et montre à quel point la civilisation tient à peu de choses. Parce que le Déluge en cours n’empêche aucunement les hommes de continuer à se montrer grossiers et agressifs sans raison – c’en est même un peu triste. Bon an mal an, Sébastien et sa famille font donc le tout pour le tout. L’ensemble est un peu angoissant, car la montée des eaux est très bien décrite (et si vous habitez en bord de mer, c’est pire) et, d’autre part, l’animosité ambiante fait qu’on se demande si la petite famille va s’en sortir. Adrénaline à prévoir !
La fin réserve un joli retournement de situation, montrant qu’il subsiste tout de même un peu d’espoir (du moins pour ceux-là). Un très bon texte pour travailler sur l’effet de serre, l’écologie, la montée des eaux !

♦ La Compagnie de l’air, Christophe Lambert.

Christophe Lambert a choisi comme axe l’accès à l’air pur… de plus en plus menacé par les pollutions diverses et variées que l’on s’invente.
Dans son monde, la pollution est telle qu’un masque atmosphérique est nécessaire. Or, la compagnie Yi-Yendi qui vend les cartouches d’air pur (et s’en met plein les poches au passage, puisqu’elle détient le monopole) a des pratiques fort peu orthodoxes, comme l’a constaté Shû Kishida, informaticien de son état… bien décidé à se venger.
La dénonciation est très efficace et la fin proprement jubilatoire ! Cette nouvelle est un peu plus courte que la précédente et le texte intégral est disponible de façon libre (et légale) ici.

♦ Les Chiens de mer, Danielle Martinigol.

Retour à l’eau, un thème qui semble cher à l’auteur (lisez Or Bleu ou, dans une moindre mesure, Les Abîmes d’Autremer) ! Comme dans la nouvelle précédente, c’est la question de l’accès à la denrée qui pose problème et, ici, la denrée rare est l’eau potable, un thème tragiquement d’actualité. L’eau est devenue une marchandise extrêmement rare, qu’il faut acheminer, distribuer et vendre (à prix d’or). Elle est donc, de fait, au centre de tous les conflits du globe et suscite la convoitise des pirates et terroristes de tous poils.
C’est peut-être la nouvelle qui m’a le plus plu car, contrairement aux deux précédentes (excellentes au demeurant), celle-ci prend place dans un contexte géopolitique extrêmement bien décrit et très réaliste. On y suit une jeune interprète attachée à des organismes internationaux chargés de mener des négociations capitales avec les compagnies commerciales. Et c’est là que débarquent les pirates (les fameux Chiens de mer, des écoterroristes !). Non seulement c’est dense et réaliste, mais en plus c’est bourré d’actions et de suspens !

♦ Le temps d’aimer est bien court, Jean-Pierre Hubert.

La dissémination des OGM, la pollution des sols, la radioactivité due à des attentats terroristes ont dénaturé la nature, mais aussi (et surtout) le patrimoine génétique humain. Les « Spids » sont des mutants qui brûlent leur existence en une vingtaine d’années et ne rêvent que de liberté. Attachés à ressentir le plus possible, les Spids communiquent à l’aide de tablettes leur permettant d’échanger mots mais surtout sensations pour étayer leurs messages : la caresse du vent, l’acidité des larmes, le souffle d’un baiser… Miror et Alicia, Spids âgés de 12 ans, ont cruellement conscience de leur rapide obsolescence. Or, mineurs, ils restent cantonnés sous la surveillance de leurs parents alors qu’ils ne brûlent que de s’aimer en toute liberté. Pas facile de vivre sa vie quand on a 12 ans et une espérance de vie très courte !
À nouveau une excellente nouvelle ! Difficile de ne pas être touchés par l’amour que se portent Alicia et Miror et la rage qui les emplit. La tablette de communication (le damcom) est une trouvaille absolument géniale mais le génie de la nouvelle réside ailleurs ! Loin de proposer une réflexion un peu alarmiste (mais nécessaire), l’auteur joue sur les sentiments en transposant à merveille le mythe de deux amants voués à mourir (Roméo et Juliette, suicide en moins, si vous préférez). Déchirant, mais extrêmement réussi !

♦ Marée descendante, Jean-Pierre Andrevon.

On découvre une station spatiale orbitale où quatre météorologistes de nationalités différentes, impuissants, assistent à une succession de catastrophes naturelles (ou moins) et, finalement au Déluge de La Dernière pluie. Ils décident de se placer en sommeil pour ne se réveiller, ensemble, que 100 ans plus tard. Or, problème, l’astronaute principal ne se réveille que 300 ans plus tard, seul à bord, ses compagnons étant tragiquement décédés. Il décide alors de retourner sur Terre … où la géographie a été complètement bouleversée. La France est un pays tropical couvert de bayous et Paris est envahi par des pirates que ne dédaignerait pas Mad Max.
Aventure à gogo, cette fois encore, où l’on retrouve des pirates (esclavagistes, d’ailleurs) et une humanité aussi sympathique que dans la première nouvelle, quoiqu’un poil plus respectueuse de la nature.
Avec ce texte, la boucle est bouclée et, si les autres nouvelles n’ont pas suffi à édifier le lecteur, ce dernier texte devrait tirer la sonnette d’alarme !

Comme d’habitude dans la collection, chaque nouvelle est introduite par un texte précisant et expliquant les enjeux ; la préface, quant à elle, est signée Joël de Rosnay et la postface, comme souvent, permet d’approfondir les pistes de réflexion.
Voilà une très bonne anthologie, avec cinq très bons textes qui, en plus de contenir une bonne dose d’action, poussent à la réflexion et invitent à protéger notre planète, sans toutefois traumatiser le lecteur ou se montrer trop moralisateurs (un équilibre pas toujours facile à maintenir). Les textes ont plus de dix ans mais s’avèrent (malheureusement) toujours d’actualité. À mettre entre toutes les mains !

 

Demain la terre, anthologie sous la direction de Denis Guiot. Préf. de Joël de Rosnay. Mango
La Dernière pluie et Marée Descendante, Jean-Pierre Andrevon.
La Compagnie de l’air, Christophe Lambert.
Les Chiens de mer, Danielle Martinigol.
Le temps d’aimer est bien court, Jean-Pierre Hubert. 
Mango Jeunesse, 2002, 240 p. 
ABC Imaginaire 2015

challenge-52-semaines

 

 

Publicités

4 commentaires sur “Demain la Terre, anthologie

  1. zeb dit :

    J’ai lu demain le monde d’Andrevon cet été et j’ai beaucoup aimé. Je pense donc me précipiter sur cette anthologie. Chiens de Mer et le temps d’aimer est bien court me mettent l’eau à la bouche 🙂

    J'aime

  2. Lupa dit :

    Ah les anthologies… c’est mon GROS faible !!! Alors sur un thème aussi passionnant, c’est l’attraction totale et impérieuse 😉 Merci !

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s