J’ai peur !

Du 17 au 31 juillet 2015, c’est la fête du livre jeunesse : l’ex-Lire en Fête devient Lire en short ! Il y a pas moins de 45 événements labellisés et peut-être avez-vous quelque chose près de chez vous ! Le programme est visible ici.

Pour marquer, sur Encres & Calames, on va parler de littérature jeunesse pendant cette période. Et on commence avec quatre albums qui parlent de la peur, parce que parfois, ça empêche quand même les enfants de dormir…  et que ce serait bien dommage de se laisser enquiquiner.

Petit monstre sous le lit ! 

le-petit-monstre-du-noir-mathé-rivière

C’est l’histoire d’un enfant qui n’arrivait pas à dormir. Dans sa chambre, autour de son lit, des sorcières, des brigands, des monstres terrifiants sortis de sous le lit. Et surtout… un petit monstre du noir qui se met à pleurer quand l’enfant crie. Il ne faut pas faire de bruit, dit-il… sinon, ça va réveiller le monstre du placard. Du coup, tout le monde finit dans le même lit. Mais… est-il vraiment utile d’attendre que le gros monstre se réveille ?
J’ai aimé l’histoire du Petit monstre du noir parce qu’elle montre que, parfois, affronter directement ses peurs permet de les aplatir d’un seul coup et de s’en débarrasser. De plus, la chute est assez drôle et apprendre qu’un petit monstre a peur lui-même dédramatise certainement la situation.
Les dessins sont tous dans des tons de gris, noir, avec seulement quelques touches de jaune. Le seul reproche que l’on pourrait faire au dessin, c’est qu’il en manque parfois un peu : les pages sont très blanches, dans l’ensemble – mais cette esthétique sobre convient bien à l’histoire !

Le Petit monstre du noir, Valentin Mathé & Blandine Rivière. La Poule qui pond, 2014, 44 p. À partir de 3 ans. 

Petit catalogue de peurs. 

mes-petites-peurs-witek-roussey

C’est l’histoire d’une petite fille qui a tellement de peurs qu’elles forment une montagne infranchissable ! Page après page, on visite ce catalogue des petites peurs quotidiennes : les monstres cachés dans la maison, le grand méchant loup dans la forêt, perdre sa maman au supermarché, aller chez le docteur, les lunettes de hibou de la maîtresse… il y en a des tas !

mes-petites-peurs-jo-witek
On pourrait craindre l’effet cumulatif de ce catalogue mais l’album est si bien conçu qu’il n’y en a pas ! En fait, les pages sont découpées et laissent voir dans certains motifs les illustrations des pages précédentes et suivantes, les liant les unes aux autres. De plus, les peurs sont présentées dans des textes rimés et rythmés, très dynamiques, que l’on peut presque lire comme une comptine.
Surtout, le texte progresse ! On passe de « J’ai peur » à « J’ai peur, mais… » pour en arriver à un petit laïus destiné … à la petite sœur, peureuse elle aussi ! Progressivement, l’enfant prend confiance et devrait inciter le jeune lecteur à faire de même.

Mes petites peurs, Jo Witek (texte) et Christine Roussey (illustrations). La Martinière Jeunesse, 2015. À partir de 3 ans. 

J’veux pas dormir !

y-a-un-louuuuhouuu-andré-bouchard

Cette fois, c’est l’histoire d’une petite fille qui roupille. Au pied de son lit, un loup essaie de la réveiller pour lui faire peur. Mais un petit cauchemar tapi sous le lit lui demande de cesser : lui, il a besoin que la gamine roupille pour la terroriser. Malgré la dispute sonore, l’enfant continue de dormir. Arrive donc un gros cauchemar qui s’est occupé de la grand-mère toute la nuit et aimerait bien dormir… au calme ! Tout le monde décide donc de dormir tranquillement… Fini ? Pas du tout ! Parce que si tout le monde dort désormais du sommeil du juste, le loup fait son pire cauchemar… grand-mère, éboueurs et nœuds roses inclus !

bouchard-montage
L’histoire est drôle comme tout, puisqu’elle s’étage sur différents niveaux. On comprend très vite que le cauchemar n’est peut-être pas là où on l’attend le plus. C’est très décalé – ce qui fait que c’est si drôle – et met également en valeur l’idée qu’affronter ses peurs permet de les diminuer, voire de les faire disparaître. Et ça devrait en réconcilier plus d’un avec son oreiller !

Y a un louuuuhouu ! André Bouchard. Seuil Jeunesse, 2014. À partir de 3 ans.

J’ai le trac !

lucia-la-petite-danseuse-de-flamenco-dierickx-brax

Pour Lucia, ce soir est le grand soir : elle doit monter sur scène pour le spectacle de son école de danse et danser le flamenco. Or, elle est tellement terrifiée qu’elle se terre dans le placard de sa mère, son chat lové sur le cœur, cachée dans les jupes, serrant aussi fort qu’elle peut la pièce donnée par son père, parti travailler au Maroc, et qui lui manque terriblement. En serrant la pièce, Lucia va imaginer (ou voir) trois scènes dans son esprit… scènes qui vont regonfler sa confiance en elle !

lucia-montage
Cet album est sensiblement différent. D’une part parce qu’il s’adresse à des enfants un peu plus âgés et, d’autre part, parce qu’il n’évoque pas que la peur : au travers de l’histoire, le flamenco et l’Espagne sont évoqués et nous font voyager ! Première chose à dire : l’album est sublime. Justine Brax utilise plusieurs techniques d’illustrations : toiles à l’acrylique, collages, applications de tissus, découpages… les textures sont variées et à chaque page ou presque son univers chromatique. C’est sublime ! En plus, le texte est tout en tendresse et sensibilité et invite à prendre confiance en soi. Une réussite !

Lucia, la petite danseuse de flamenco, Justine Brax et Johana Dierickx-Brax. La Martinière, 2015. À partir de 6 ans. 

Voilà de quoi se redonner du courage !

Publicités

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s