Pardonne-moi Leonard Peacock, Matthew Quick.

pardonne-moi-leonard-peacock-matthew-quick

 

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Leonard Peacock. 18 ans. Comme toujours, sa mère n’est pas là.
18 ans, c’est un grand jour. C’est pour cela que Leonard Peacock part avec une arme à feu dans son sac, le P38 de son grand-père. Leonard projette de tuer son ex-meilleur ami avant de se suicider. 
Mais avant ça, il doit faire ses adieux aux quatre personnes  qui ont vraiment compté pour lui : Walt, son voisin littéralement obsédé par Humphrey Bogart, Baback, un camarade de classe violoniste virtuose, Lauren, la fille de pasteur dont il est amoureux, et Herr Silverman, qui enseigne l’histoire de l’Holocauste au lycée.

Pardonne-moi Leonard Peacock, ou 24 heures dans la peau d’un adolescent torturé.
La première chose que l’on puisse dire, c’est que ce roman diffère radicalement des autres romans young-adult actuellement sur le marché. Pas tellement parce qu’il traite d’un adolescent torturé, mais plutôt par sa forme.
De fait, c’est Leonard qui raconte l’histoire. Et Leonard adore les petits commentaires en aparté, fournis en notes de bas de page, qui traduisent la grande distance critique qu’il prend avec lui-même, les événements, et l’histoire en cours. Ces commentaires sont, généralement, pétris d’humour et si la longueur de certains peut rebuter, c’est suffisamment original pour qu’on s’en préoccupe, finalement, peu. Il y a une sorte de dialogue informel instauré avec le lecteur – à qui s’adressent directement les commentaires – qui rend le roman extrêmement prenant ; on se sent bien sûr nettement plus impliqué par l’histoire que nous raconte Leonard dès l’instant où il nous y inclut… Évidemment, comme c’est Leonard qui raconte l’histoire, il retient certaines informations jusqu’au moment adéquat : il faut donc se montrer patient avant de savoir exactement de quoi il retourne. Vraiment, côté suspens, Matthew Quick a trouvé la bonne formule.
Autre point original : à titre de thérapie, Leonard s’envoie des lettres « du futur », décrivant la vie qu’il pourrait avoir dans un futur assez lointain, qui nous entraînent sur le terrain de la rêverie et offrent un aspect assez décalé à l’ensemble.

Ce jour-là, c’est donc l’anniversaire de Leonard, et il a décidé de commettre un double homicide après avoir fait sa tournée de cadeaux. Entre cette tournée des grands ducs, si l’on peut dire, les lettres du futur et les petits commentaires de Leonard, au fil des chapitres, la tension monte et concerne deux aspects. D’une part, on se demande évidemment si Leonard va aller au bout de sa décision ; d’autre part, on se demande ce qu’Asher a fait pour que Leonard ait envie d’en arriver là.
Peu à peu, donc, le puzzle se constitue, nous donnant à voir un adolescent pour le moins singulier, avec des préoccupations très graves et des questionnements pour le moins douloureux, mais qui ne sait pas forcément communiquer correctement avec son entourage – qui, au mieux, le prend pour un fou. Or Leonard a une multitude de choses à dire, et concernant des sujets extrêmement graves – pour ne pas dire totalement tabous.
Et, finalement, c’est là que le bât blesse. Alors que le roman est formidablement construit et que l’on s’approche peu à peu de la vérité (qu’il faut arracher à Leonard, trop pudique pour la déballer une bonne fois pour toutes), une fois l’aveu fait, il n’y a quasiment rien d’autre. Hormis une conversation déchirante mais nécessaire, pas grand chose. Le problème n’est pas tellement que la chute soit mal amenée – justement, elle est excellente et illustre à merveille le propos général ! – mais qu’on a une légère sensation de trop-peu en refermant le roman. Ainsi, l’aspect thérapeutique des lettres, aussi intéressant soit-il, laisse une impression d’inachevé, tout comme l’absence de réponse ou d’aide apportée à Leonard, qui laisse un arrière-goût amer.

Mais il faut reconnaître que le récit a d’indéniables qualités. L’histoire est extrêmement réaliste et narrée de telle façon que l’on est suspendu aux choix et pérégrinations de Leonard, dont le cynisme assumé rend le texte extrêmement drôle – noir, mais drôle.
Côté personnages, on est à la limite du portrait de mœurs, et il faut reconnaître que la galerie est très réussie, tant dans les soutiens (Walt et Herr Silverman) que dans les ennemis avoués (Asher).

Avec Pardonne-moi, Leonard Peacock, Matthew Quick aborde des questionnements profonds, intelligemment traités, mais auxquels il n’apporte pas vraiment de remède. Leonard est seul dans sa vie et, hormis quelques soutiens, ne peut s’en sortir que par lui-même, sans passer par la case meurtre et suicide. Cette absence de prise en charge laisse au roman un arrière-goût amer, mais n’ôte rien au réalisme de l’ensemble de l’histoire. Leonard est, heureusement, un jeune homme aussi mature que cynique et sa façon de déballer l’aventure, avec humour et cynisme allège quelque peu son récit sans concessions !

Pardonne-moi, Leonard Peacock, Matthew Quick. Traduit de l’anglais par Fabienne Vidallet.
R. Laffont, 2015, 313 p.
Publicités

4 commentaires sur “Pardonne-moi Leonard Peacock, Matthew Quick.

  1. Ce livre a l’air pas mal !

    J'aime

  2. J’aimerais vraiment beaucoup le lire 🙂

    J'aime

  3. Lupa dit :

    Sa couverture (assez frappante il faut le dire) m’avait déjà interpellée plus d’une fois ! En lisant ton billet je suis encore davantage intriguée par cette histoire…, peut-être pour ce côté sans concession dont tu parles justement ^^ Merci d’avoir confirmé l’envie 😉

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s