Réseau(x) #2, Vincent Villeminot

réseau(x)-2-vincent-villeminot

Cèsar Diaz s’est rendu. Depuis, les polices européennes respirent. Teodor, le frère de Cèsar, se cache au Brésil avec Vittorio et Francesca. Finis les PIFR, la Black Clown Army. Justine Fanelli, Jérémy Villain, ou Sixtine essaient de passer à autre chose, en oubliant le réseau DKB et ses terribles pièges. 
Mais le calme est seulement feint : quelque part, Nada#2 s’exprime sur les réseaux. Il devient menaçant. Il dénonce un scandale impliquant de nombreux policiers. Dont il va révéler les noms. Rendez-vous est donné à ceux qui veulent faire triompher la vérité le 1er septembre, devant le Palais de Justice. Le jeu n’est pas tout à fait terminé… 

 

Au vu de la fin du premier volume, on ne pouvait qu’être impatient de savoir comment l’auteur allait tourner la suite. Et si ce n’est pas aussi grandiose que ce à quoi on pouvait s’attendre, c’est tout de même plutôt réussi !
Nada #1 n’étant plus, le roman change résolument de ton. Avec Nada#2 vient l’heure d’un nouveau règne anarchique, mais un règne bien plus sobre et policé que celui de son prédécesseur.

 Cette fois, on suit assez peu Theo et Sixie… on se concentre plutôt sur l’ex-commissaire Alice Kowacks, Justine Fanelli, ou Jérémy Villain, qui tentent d’élucider les meurtres des étudiantes au sein des locaux de la police, et de démêler les tenants et aboutissants de la mort du commissaire Fanelli et de l’éviction d’Alice Kowacks. Du coup, le récit est nettement moins porté sur les thèmes que l’on avait précédemment (danger des réseaux sociaux, problèmes de société, révoltes étudiantes, théories de l’anarchie…), qui sont seulement filés en toile de fond, mais se concentre sur d’autres sujets tout aussi capitaux et politiques, comme les exactions commises par les forces policières et largement dissimulées au public sous des motifs bien fallacieux.
Pour démêler cet écheveau particulièrement bien imbriqué, l’auteur joue à nouveau sur les intrigues à tiroir qui s’entrecroisent. Comme il s’agit du tome de résolutions, il est marqué par une certaine rapidité que le premier volume ne présentait pas : le puzzle semble s’emboîter nettement plus vite et plus facilement que dans le premier volume, et on perd l’aspect totalement survolté qu’avait ce premier opus, notamment parce que l’on commence à deviner comment les choses vont tourner.

Néanmoins, Vincent Villeminot ne transige pas, et garde le ton dur et réaliste qui marquait déjà dans le premier tome : les scènes d’action sont nombreuses, les personnages entiers, et le récit sans concessions. Les morts violentes et que l’on perçoit comme absurdes quand on en connaît les circonstances pullulent, et rendent le roman à la fois réaliste et totalement désabusé : c’est très efficace.

Plus on avance vers la fin, plus les rebondissements et révélations fracassantes s’enchaînent à un rythme soutenu. Le suspens est très présent, d’autant que l’on cherche les véritables coupables quasiment jusqu’aux derniers instants. La révélation de l’identité de certains pourra étonner, mais reste parfaitement crédible, et cohérente avec le reste du roman. C’est bien ficelé ! Il n’y a guère que la scène devant le Palais de justice qui semble légèrement décalée par rapport au reste de l’histoire, mais qui apporte tout de même son lot d’espoir, ce qui n’est pas désagréable.

Si ce second et dernier tome de Réseau(x) est moins prenant que le premier, c’est probablement car on est, cette fois, plus concentrés sur l’enquête d’Alice Kowacks, que le roman tire plus sur le thriller classique que sur le roman de société foisonnant que précédemment, et qu’il s’agit d’un tome de résolutions. Le suspens est tout de même assez présent, et le roman est aussi dur et réaliste que le premier. Si cette suite manque de la verve et de l’ambitieuse complexité que présentait le tome 1, elle clôt néanmoins cette histoire de façon très satisfaisante. 

 

◊ Dans la même série : Réseau(x) (1)

 

Réseau(x), tome 2, Vincent Villeminot. Nathan, 2014, 400 p.

 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

l-homme-qui-a-vu-l-homme-marin-ledun

 

Publicités

2 commentaires sur “Réseau(x) #2, Vincent Villeminot

  1. Camille dit :

    Je suis assez d’accord je pense! J’ai adoré le premier tome. Celui-là m’a moins enthousiasmée mais c’était quand même assez captivant de suivre Alice! Et Cèsar était toujours là malgré tout! 🙂
    C’est la fin? j’aurais bien voulu revoir les personnages! ahah! Mais c’est vrai que ça se termine…

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s