Au bout des longues neiges, Jean-Côme Noguès.

au-bout-des-longues-neiges-jean-côme-noguès

Irlande, 1846. La famine décime le pays. Finnian O’Connell, 12 ans, s’apprête à suivre sa famille qui part en exil, dans l’espoir de survivre. Comme des centaines d’autres miséreux avant eux, ils montent à bord d’un raffiot pour une traversés des plus dangereuses, direction le Canada.
Là, rien n’est joué, et l’aventure commence seulement. Car une fois sur place, il faut passer la quarantaine, atteindre la concession, se construire une maison à partir de rien, s’adapter à une nature aussi magnifique que sauvage. Sans compter les Indiens, plus hostiles que jamais…

Lorsque Finn apprend que sa famille va s’exiler au Canada, il est presque fou de joie. Presque, car cela signifie abandonner l’Irlande, sa terre natale. Mais tout de même, le Canada, quelle aventure !
Il prend l’expérience avec la joie, le courage et la persévérance d’un enfant. Au bout des longues neiges, avant d’être l’histoire d’une émigration, c’est une très belle palette de personnages. On suit la famille O’Connell : Eamon, le père taciturne, Prudence, la mère qui porte bien son nom, Shelagh, l’aîné de 20 ans par qui vient l’idée de rallier le Canada, Edna, la cadette qui souffre en silence, Finn, le trublion aventureux de 12 ans, et Maureen, trop jeune pour percevoir toutes les implications d’un tel départ. Chaque personnage est riche, complexe, détaillé. On ne tarde pas à les connaître comme des amis, des voisins, tant l’auteur s’attache, en peu de pages, à nous les rendre proches. Et c’est intéressant de découvrir comment chacun prend la nouvelle, vit l’aventure, et s’acclimate – ou pas – à cette nouvelle vie. On a l’impression de mieux comprendre ces pionniers déracinés, dont certains auraient préféré, peut-être, rester au pays.

On partage donc d’autant mieux leurs épreuves : les affres d’un long voyage à pieds entrecoupé d’une rude traversée, puis l’installation dans la concession qu’il faut défricher. Finn, du haut de ses 12 ans, ne tarde pas à explorer cette forêt immense, inconnue, merveilleuse. Et dangereuse, aussi. Finn fait peu à peu l’apprentissage d’une nature et d’une culture qu’il ne connaît pas.

L’action est menée avec constance : découvertes, rebondissements, descriptions, tout est bien dosé. Et l’auteur ne se contente pas d’un simple tableau historique (bien qu’il y ait de ça aussi). L’histoire va également parler de la conquête des terres, des ravages d’un défrichement massif, de l’orgueil des colons et surtout, de racisme. Les Indiens ne sont guère loin, et les colons très peu enclins à partager la terre qu’ils considèrent comme la leur. Finn, à 12 ans, a bien conscience qu’il y a des choses qui n’auraient pas dû se produire comme elles ont eu lieu, sans toutefois mettre le doigt dessus.
Du coup, le récit est à la fois gorgé d’aventures, mais aussi très sensible, et c’est ce qui fait tout son charme !

Avec Au bout des longues neiges, Jean-Côme Noguès propose un très beau récit sur l’immigration irlandaise du XIXè siècle, et sur la colonisation – et tout ce que ça a impliqué – des États-Unis. À travers l’histoire d’une famille de pionniers, on découvre les affres du voyage, et les petits bonheurs quotidiens en terre promise. Un roman jeunesse à noter si vous cherchez un bon roman mêlant aventure, histoire, et bonnes réflexions !

 

Au bout des longues neiges, Jean-Côme Noguès. Nathan, 2014, 207 p.
8,5 / 10

2 commentaires sur “Au bout des longues neiges, Jean-Côme Noguès.

  1. entrelespages dit :

    Voilà un auteur que j’adore! Ce roman m’a beaucoup séduite aussi.

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s