Hiroshima n’aura pas lieu, James Morrow.

hiroshima-n-aura-pas-lieu-james-morrow

Été 1945, Hollywood. Le cinéma d’horreur vit un âge d’or et la chasse aux sorcières bat son plein alors que la guerre entre Japon et États-Unis menace. 
Syms, acteur spécialisé en monstres de toutes sortes, est recruté par l’armée américaine pour participer à une opération top-secrète qui permettrait d’asservir le Japon sans recourir à la bombe atomique… L’arme en question ? Des iguanes géants cracheurs de feu prêts à dévaster les terres nippones. 
Une chose est sûre : Syms va devoir réaliser la plus terrifiante composition de toute sa carrière. 

Été 1945. Les relations entre le Japon et les États-Unis sont au plus mal. La bombe atomique est prête. Mais l’état-major n’est pas encore prêt à utiliser une arme aussi désastreuse et a une idée certes farfelue, mais qui promet d’être plus efficace que les radiations. Les scientifiques ont produit des iguanes géants cracheurs de feu, capables de raser une ville en moins de deux. Problème : ils sont imprévisibles. Et les États-Unis ont besoin de paraître forts, intraitables. Surgit alors une idée un peu loufoque : le cinéma de science-fiction bat son plein et offre pléthore de monstres tous plus effrayants les uns que les autres. C’est décidé, on prendra un acteur dans un costume hyper sophistiqué, qui sera chargé de détruire une maquette de la cité devant la délégation nippone.
Et c’est Syms Thorley qui a l’immense honneur d’être sélectionné pour ce projet top-secret.

C’est parti pour une plongée hallucinée dans l’Hollywood des années 40-50, avec paillettes, effets spéciaux et films monstrueux à la clef, via le testament d’un Syms Thorley usé jusqu’à la corde et qui revient sur ces événements assez incroyables. Sous sa plume, on découvre comment la Navy l’a enrôlé, la présentation du projet, l’explication de la solution pacifiste la plus improbable qui soit pour mettre un terme à la guerre, la lecture du scénario, les répétitions, la représentation unique, et la suite…
À travers un récit flirtant allègrement avec l’uchronie et jouant sur la veine humoristique, James Morrow dresse un portrait volontairement caustique tant du monde du cinéma que de la politique.

Car ce qui marque ici, ce n’est pas tant la caricature de ces acteurs pris dans une course à la gloire et ne reculant devant aucune bassesse, mais bien la thèse éminemment pacifiste prônée par l’auteur et l’acteur, et qui prend toute son ampleur dans les derniers chapitres. Si le début du roman est placé sous le signe de la dérision, c’est l’émotion qui prime sur la fin, et les questionnements qui vont avec.

Avec Hiroshima n’aura pas lieu, James Morrow livre un récit court et dense, jouant sur plusieurs tableaux : c’est drôle, satirique à souhait, complètement décalé. Mais c’est également un roman profondément émouvant, militant, et enjoignant au pacifisme et à la réflexion, par le biais d’une uchronie extrêmement efficace. Pour résumer, c’est une belle réussite, et un titre à lire absolument !

Hiroshima n’aura pas lieu, James Morrow.
Au Diable Vauvert, 20 mai 2014, 247 p.
8/10

8 commentaires sur “Hiroshima n’aura pas lieu, James Morrow.

  1. Lelf dit :

    Je n’avais pas vu qu’il était aussi court, c’est bien, ça me va. Un auteur que je me disais qu’il faudrait que je découvre. Ce sera peut être avec ce titre du coup. J’attendrai le poche par contre, je trouve le Diable trop cher même si les objets sont beaux :/

    J'aime

    • Sia dit :

      Il est assez court et vu comment c’est barré (mais pas que), ça se lit assez vite. Du coup j’ai moi aussi envie de lire autre chose de l’auteur ! (A défaut du poche, une éventuelle occase ?)

      J'aime

  2. Lelf dit :

    Vu la PAL je n’ai pas de raison de me précipiter sur une occase sur ce titre (ce n’est pas comme si je voulais absolument le lire là tout de suite). En plus le poche prendra moins de place, sera moins cher de fait et en fonction du budget ou du moment ça sera p’t’être même une occase en poche. Ceci dit, le précédent n’est pas (encore) sorti en poche. Donc au pire j’attends et quand je voudrai le lire je traquerai l’occase. Vais le mettre en wish en attendant ^^

    J'aime

  3. Escrocgriffe dit :

    Ca l’air complètement délirant, je le mets dans ma wishlist ! ^

    J'aime

  4. […] Olivier Fontvieille pour Hiroshima n’aura pas lieu de James Morrow (Au diable vauvert) Nicolas Fructus pour Aucun souvenir assez solide d’Alain […]

    J'aime

  5. […] Mike Resnick – James Morrow (Hiroshima n’aura pas lieu) – Danielle Trussoni  – Kristen […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s