L’école des mauvais méchants #2, Stephanie S. Sanders.

complot-2-l-école-des-mauvais-méchants-stephanie-s-sanders
Le Centre de Redressement pour Méchants Récalcitrants de Veldin Drexler accueille deux nouveaux élèves : une princesse douée en crochetage de serrures, et l’étrange Fabien Negati, un garçon assez banal, renvoyé du prestigieux Institut d’Excellence de Dame Morgane pour politesse et bonne conduite aggravées. Rune, Loup Junior et Jezebel les accueillent sans trop de difficultés dans leur petite bande. Mais, bientôt, Jez quitte subitement et mystérieusement le centre. Puis, c’est au tour de Fabien et de Veldin Drexler lui-même de s’évaporer.

Pas de doute pour Rune : il se trame quelque chose de louche. Et en matière de coups fourrés, Rune est un expert.
Après un premier tome plutôt enthousiasmant, on retrouve nos joyeux lurons, scolarisés au centre de redressement des Méchants. Le premier tome avait été riche en rebondissements, celui-ci le sera en révélations.

Cette fois, l’intrigue ne tourne pas autour d’un complot à accomplir, mais d’un complot à déjouer, auxquels seront mêlés des Méchants, bien sûr, mais surtout des super-Héros. L’auteur quitte donc l’univers des contes traditionnels pour passer à celui des figures héroïques brandissant des super-pouvoirs tous plus ahurissants les uns que les autres, mais en restant au niveau des lecteurs : car les super-héros ont, eux aussi, leur académie scolaire assurant leur formation. Et l’auteur introduit l’univers de façon aussi décalée qu’elle l’avait fait pour les contes : les références à la littérature fantastique classique (avec le Garçon Invisible), aux comics (Cyclone, Vortex, Gigacerveau) ou aux mangas (Aéroboy) sont nombreuses. Nul besoin, ceci dit, d’avoir lu tous ces ouvrages, on comprend très bien qui est qui, tant du côté des Méchants que des Héros.
Rencontre au sommet, donc, des élèves des deux bords dans une intrigue dynamique, et jouant sur la limite parfois un peu floue entre Héros et Méchants.

Les péripéties s’enchaînent à bon rythme et l’enthousiasme des personnages compense largement le scénario extrêmement prévisible. Difficile de se laisser surprendre par les révélations, en effet, ou les différents retournements de situation. Mais l’histoire est plutôt drôle, les personnages convaincants, et c’est suffisamment bien mené pour que l’on s’amuse tout de même. De plus, on découvre l’histoire d’Obscuro lorsque lui-même était un élève, et ce retour en arrière n’est pas désagréable.
Dans l’ensemble, cette aventure est un peu plus creusée et un peu plus sombre que la précédente : l’humour y est un peu moins potache, et le manichéisme moins présent, ce qui n’est pas plus mal.

Avec ce second complot, Stephanie S. Sanders clôt un diptyque léger, divertissant, enthousiasmant et particulièrement amusant pour de jeunes lecteurs. Les plus curieux ou les plus aguerris pourront s’y essayer dès neuf ans, tant le récit est d’un abord facile. L’humour et le dynamisme de l’aventure compensent la légèreté du scénario. En bref, c’est très simple, mais tout de même enthousiasmant !

L’école des mauvais méchants #2, Complot 2, Stephanie S. Sanders.
Nathan, 2014, 258 p.
7/10 

6 commentaires sur “L’école des mauvais méchants #2, Stephanie S. Sanders.

  1. Belledenuit dit :

    Dans ma PAL depuis peu. Je vais vite le lire pour voir un peu comment se termine cette série.

    J'aime

  2. Pauline dit :

    Héhé ! Je me le garde pour ce weekend! 😀

    J'aime

  3. Milo dit :

    Je lirais sûrement cette saga en VO bien que je préfère les couvertures françaises ^^

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s